dimanche 17 décembre 2017

VIDEOS DU JOUR: du lourd!

Quelles pistes pour stopper la destruction de l’industrie française ? – 2° table ronde – Université UPR 2017

VID VALLERES PY DEC2017

Seconde table ronde de l’Université d’automne 2017 de l’UPR :
Quelles pistes pour stopper la destruction de l’industrie française ?

 

Intervenants :

  • Jean-Michel Quatrepoint

 

Jean-Michel Quatrepoint, co-fondateur et vice-président du Comité Orwell, est journaliste économique. Il a notamment travaillé au journal Le Monde pendant 11 ans puis a dirigé les rédactions de l’Agefi, de La Tribune et du Nouvel Economiste avant d’animer La Lettre A durant 15 ans. Il est l’auteur notamment de La Crise Globale et du Choc des empires. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, notamment Mourir pour le yuan ? et Alstom, scandale d’État ;

 

 

 

 

  • Pierre Lévy : rédacteur en chef du magazine Ruptures, ancien journaliste à l’Humanité ;

 

 

  • François Asselineau : président et fondateur de l’UPR, candidat à l’élection présidentielle de 2017, ancien délégué général à l’intelligence économique et membres de plusieurs cabinets ministériels.

 

 

 

 

 

 

 

Philippe Pascot

Maire adjoint d’Évry de Manuel Valls puis conseiller municipal, ancien conseiller régional, Chevalier des Arts et des Lettres, Philippe Pascot a 25 ans de vie politique derrière lui et a fréquenté la plupart des élus politiques de premier plan. Il milite pour une transparence totale de l’exercice politique et est engagé dans de nombreux combats de société (gaz de schiste, dons d’organes, création d’un orchestre philarmonique dans la banlieue de Kinshasa).
Il est l’auteur avec Graziella Riou Harchaoui de Délits D’élus, tome 1, 400 politiques aux prises avec la justice (Max Milo, 2014), Pilleurs d’Etats (Max Milo 2015), du Goudrons et des Plumes ( Max Milo 2016) et Allez (presque tous) vous faire… Pilleurs d’Etat tome 2 (Max Milo 2017).

 

 

Philippe David

Philippe David est présentateur des émissions « Prenez la parole » et de « Seul contre tous », sur Sud Radio. Auparavant entrepreneur, il est également l’auteur de plusieurs ouvrages politiques, notamment « De la rupture aux impostures », 2012 ; « Virons Dieu du débat politique », 2015.

 

 

 

 

 

Éléonore de VULPILLIÈRES – modératrice

Éléonore de Vulpillières sera l’animatrice et la modératrice de cette table ronde. Elle est actuellement journaliste à la revue des Chantiers du Cardinal.
Elle a étudié à l’EDHEC Business School et a realisé également un Master 2 en Lettres Modernes.
Éléonore a travaillé au sein de Figarovox, espace du Figaro en ligne consacré aux débats, aux opinions et autres controverses.
Elle a été correspondante à la Voix du Nord et contribue régulièrement au site Aleteia
Il est également possible de la suivre sur Twitter sur le lien suivant : https://twitter.com/EdeVulpi . Elle y a plus de de 3 800 abonnés.

 

Voir aussi:

 

Pierre Yves Rougeyron Entretien de fin d'année 2017 Partie 1 : Politique intérieure

https://www.youtube.com/watch?v=CBtKMjyD3ks
Ajoutée le 15 déc. 2017

Pierre Yves Rougeyron Entretien de fin d'année 2017 : Partie 2 (politique internationale)

https://www.youtube.com/watch?v=YsPWJ578r-I

BASE 14 995X225

Sujets abordés:

1° partie

-chasse aux sorcières contre les "souverainistes": menaces sur le Cercle Aristote?
-agenda 2018
-crypto- monnaies et monnaies locales/euro
-propagandes
-élection corse, dégagisme, mafia...
-divisions internes dans le "camp national"...
-Mélanchon, médias, Venezuela, cassure interne dans la France Insoumise (le camp atlanto- trotskyste)...
-Hamon, PS, "Notre Drame de Paris" Hidalgo...
-Le nouveau système d'éducation? A quoi sert Blanquer?
-Doit- on partir à la campagne?
-Jean d'Ormesson le "ménestrel des bobos de droite"
-Johnny Hallyday, le dernier homme derrière lequel toute la France a pleuré...
-2 monstres viennent de mourir...

2° partie

-Les Rohingyas, le Bengla Desh, la Chine, la Thailande...
-La Corée du Nord
-La Libye, les préparatifs en cours
-Le Moyen- Orient: le "bon roi Salmane", la dynastie des Séoud...Le Yemen, sunnites/chiites, le conflit Israël/Palestine
-l'Allemagne, le "grand Reich" en 2025?
-Le Brexit, le parlementarisme britannique, le diabolique Tony Blair, la chute prévisible de Theresa May, le rôle de Boris Johnson...
-la frontière irlandaise
-La Yougoslavie, le TPY, l'OTAN, "rien n'est cicatrisé dans les Balkans", 'ces cours doivent être dissoutes!"

Bonus: pourquoi le contrôle des capitaux n'a pas marché en 1983?/le ferroviaire, réflexion sur le statut des entreprises privées...: le "capitalisme du désastre"!
- le rôle des réseaux
- la stratégie réelle: ils n'ont pas voulu faire une guerre...

Bonus 2: une théologie de l'histoire?



Bon visionnage!  P.G.

Posté par UPR Creuse à 17:26 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

"Débat citoyen": La cour d’appel de Limoges fut au cœur des débats, au détriment de l’avenir du Limousin

Le débat-citoyen initié par les avocats limousins sur l’avenir de la cour d’appel de Limoges et celui du Limousin a rassemblé, jeudi soir, au Musée de la Résistance, près de 300 personnes.

ACT VINCENT LIMOGES DEBAT

(...) Si la génèse de la réforme judiciaire et les conséquences de la possible suppression de la cour d’appel de Limoges ont été parfaitement détaillées par le bâtonnier de Limoges, maître Abel-Henri Pleinevert, l’avenir du Limousin, lui, n’a été que très peu évoqué. Les politiques ayant eux-mêmes plusieurs fois recadré le débat sur le seul avenir de la cour d’appel. Se sentant probablement dépossédé de ce fameux débat, un homme enroulé dans un drapeau aux couleurs de l’ex-Limousin a lancé furieux : « Il n’y a que des politiques qui parlent ».

Défendre une idée  du territoire

Pourtant les auditeurs venus, ici, certes pour défendre la cour d’appel mais aussi une certaine idée de leur territoire sont restés sur leur faim. Peut-être le signe qu’un nouveau débat ne serait pas inutile ?

Robert Savy a pourtant tenté d’évoquer à nouveau les propositions qu’il avait faites quelques semaines plus tôt avec son compère Jean-Claude Peyronnet, lui aussi retraité de la politique. Il a évoqué tout de même sa satisfaction amusée « que la cour d’appel soit menacée car jusqu’ici Jean-Claude Peyronnet et moi étions consternés par le silence des élus limousins face au processus du déclin de notre région. J’ai l’impression que ce soir, le Limousin et ses habitants se réveillent. Ce réveil est massif et réconfortant », souligne-t-il. Applaudi longuement, il est incontestablement celui qui a porté la voix de la foule.

La proposition, comme point de départ de la reconquête du pouvoir en Limousin, de faire un état des lieux des conséquences de la réforme est revenue sur la table et affinée jeudi soir. Notamment par l’idée de Robert Savy - encore - « d’un financement de la Ville, de la Métropole, du conseil départemental de la Haute-Vienne et pourquoi pas ceux de la Creuse et de la Corrèze ». Rien n’a été acté. « Faites une étude messieurs les politiques mais faites la correctement. Les chiffres c’est bien, mais pensez au qualitatif », exige de son côté une citoyenne.

Si les inquiétudes comme celles concernant le centre autiste ont été écoutées, la volonté d’élargir le débat par un homme dans l’assistance proposant la création d’une association de citoyens a été balayée rapidement. Finalement, aucune proposition n’est sortie. Deux vœux, ont toutefois été émis du fond de la salle : « J’espère que la cour d’appel de Limoges sera sauvée mais j’espère aussi que vous allez continuer à nous défendre ». Les avocats l’ont promis dès l’origine de la mobilisation, ils seront les avocats de tout le territoire. Ils sont attendus là-dessus aussi.

http://www.lepopulaire.fr/limoges/justice/2017/12/15/la-cour-dappel-de-limoges-fut-au-cur-des-debats-au-detriment-de-lavenir-du-limousin_12670599.html

BASE 14 995X225

Un grand merci à nos militants de Haute- vienne qui ont tenté, en vain, de mettre dans le débat les vraies questions de fond concernant l'avenir du Limousin, à commencer par les conséquences désastreuses de la loi NOTRe, soutenue par les politiciens présents dans la salle. Comme d'habitude les "échanges" ont été soigneusement "recadrés" par la tribune, qui avait une conception originale de ce que peut être un vrai "débat- citoyen". L'intervention de Ned Suraj SUKHDEO, candidat UPR aux denières élections législatives a été vite étouffée. Bravo à Vincent pour son idée de drapeau du Limousin et son intervention remarquée, y compris par la presse!   P.G.

samedi 16 décembre 2017

Ca se passe en Europe : vent de fronde contre les routes payantes allemandes

Les Pays-Bas s'allient à l'Autriche pour contrecarrer le projet de Berlin d'instaurer des routes payantes outre-Rhin.

ACT AUTOROUTES ALLEMANDES UE

Après Vienne, La Haye monte à son tour au créneau. Faisant cause commune contre l'Allemagne, les Pays-Bas vont se rallier à la procédure entamée par l'Autriche pour obtenir gain de cause auprès de la justice européenne.

Provoquant la colère de ses voisins avec son projet d'instaurer un système de routes payantes pour les usagers particuliers, l'Allemagne va devoir répondre de cette mesure sujette à caution devant la Cour européenne de justice. Avec les deux tiers de ses frontières communes avec l'Allemagne, les Pays-Bas voient d'un mauvais oeil le projet de Berlin.

Système discriminatoire

Mais surtout, comme l'Autriche, les Pays-Bas mettent en avant les modalités discriminatoires du système que Berlin veut instaurer dès 2019. Dans le principe, tous les usagers des routes allemandes sont a priori assujettis à ce paiement via un système de repérage des plaques d'immatriculation.

Mais les automobilistes d'outre-Rhin pourront récupérer intégralement les sommes déboursées. Celles-ci seront en effet déduites du coût de leur « vignette ». « En réalité, seuls les conducteurs ayant une immatriculation étrangère devront acquitter ce péage », s'insurge Cora van Nieuwehuizen, ministre néerlandaise de l'Infrastructure.

Facture annuelle de 100 millions d'euros

Selon les chiffres avancés par le ministère, la facture pour les automobilistes néerlandais pourrait atteindre 100 millions d'euros par an. Au total, on compterait 90 millions de passages de véhicules néerlandais vers l'Allemagne chaque année.

En 2007, le gouvernement néerlandais avait pourtant envisagé de mettre en place un système d'utilisation du réseau routier. Il devait s'appliquer dès 2011 pour les camions et l'année suivante pour les véhicules particuliers. Mais la chute prématurée de la coalition s'était accompagnée de l'abandon du projet.

https://www.lesechos.fr/monde/europe/0301020996390-ca-se-passe-en-europe-vent-de-fronde-contre-les-routes-payantes-
allemandes-2138399.php

BASE 14 995X225

Un nouveau transfert de compétences en perspective, sur fond de jurisprudence CJUE. En marche vers la souveraineté européenne!

Posté par UPR Creuse à 06:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 15 décembre 2017

Entretien en direct avec Vincent Brousseau, responsable UPR des questions monétaires - 13/12/17

Entretien en direct avec Vincent Brousseau, responsable UPR des questions monétaires - 13/12/17

Entretien en direct avec Vincent Brousseau, responsable UPR des questions monétaires - 13/12/17

ACT VB UT13CED17

https://www.youtube.com/watch?v=eHFN4u-XZIo

 

 

En lien sur cette page, je suis tombé sur une vidéo:

Ce que François Asselineau ne vous dit pas sur l'Europe
https://www.youtube.com/watch?v=uTvGZQV9xnk

BASE 14 995X225

Comme le titre le laisse entendre, l'UPR ne vous dirait pas toute la vérité sur l'Europe.
La thèse défendue ici par un certain Pierre Douat, médecin généraliste de son état, est que la France aurait perdu sa souveraineté en 1986. Avant, il y avait la "bonne Europe", l'"Europe des Nations" souveraines et ensuite un complot à travers la mise en place de l'Acte unique.
Un scud lancé par je ne sais qui, bien visible sur la page you tube, et dont les commentaires ont, comme par hasard, été désactivés...
cette thèse présente bien des avantages, outre de décrédibiliser l'UPR:
-ça permet d'exonérer les politiques antérieures (Pompidou- Giscard...) en faveur de davantage d'intégration européenne;
-ça permet d'éviter d'expliquer le revirement politique de Mitterrand en 1983 (abandon du programme pour lequel il avait été élu);
-ça permet de ne pas mettre en cause la construction européenne dans son principe, et ses véritables origines;
-ça ouvre pas mal de combinaisons politiques pour rassembler les partisans d'une "autre Europe";
etc.

Méfiez- vous des contrefaçons!

P.G.


Posté par UPR Creuse à 17:14 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

DEMAIN samedi 16 décembre: réunion régionale UPR !

RAPPEL/ Voici le message d'invitation à l'ensemble des adhérents UPR en Limousin:

COM UPR LIMOUSIN

Madame, Monsieur,

Les prochaines réunions départementales de Creuse, de Corrèze et de Haute- Vienne se tiendront le

samedi 16 décembre 2017, à 10h, à TREIGNAC (Corrèze), salle municipale

dans le cadre d'une réunion régionale.

Ordre du Jour:

*Bilan de l'action des délégations, évolution des responsabilités et du militantisme, visibilité numérique...
*Répartition du nouveau matériel militant (affiches, banderoles).
*Compte- rendu du congrès, du Conseil National et de la réunion nationale des DR.
*Nouveau dispositif en Région: la commission exécutive, présentation du DR.
*Echanges entre adhérents et responsables sur les différents évènements internes.

Je compte sur votre participation. Pour d'éventuels co- voiturages, merci de vous adresser aux responsables départementaux.
A l'issue de la réunion, nous poursuivrons les discussions dans un restaurant à proximité.
Merci d'indiquer votre participation à cet évènement festif auprès du délégué de Corrèze:
julien.magne@upr.fr

Cordialement,

Philippe Gombert, délégué UPR du Limousin.

Posté par UPR Creuse à 08:26 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Corse: "La Constitution doit être modifiée", exhorte Simeoni

Le leader nationaliste autonomiste corse Gilles Simeoni a déclaré mercredi sur BFMTV/RMC que "la Constitution doit être modifiée pour prendre en compte la spécificité de la Corse, de ses attentes et de ses besoins".

ACT SIMEONI CORSE

"L'inscription de la Corse dans la Constitution est la condition sine qua non de l'ouverture d'un espace juridique qui nous permettra de mettre en œuvre des politiques ( ...) indispensables à la prise en compte des intérêts de la Corse", a poursuivi M. Simeoni, répondant au Premier ministre Édouard Philippe, qui avait prévenu la veille que toute initiative de la nouvelle collectivité territoriale corse devait être "conforme au cadre constitutionnel" actuel.

La tête de liste de la coalition nationaliste, Pè a Corsica (Pour la Corse), qui a remporté dimanche une large victoire aux élections territoriales avec un score de 56,5 %, a également indiqué être "dans l'incertitude totale quant aux intentions réelles du gouvernement" déplorant que "les mots varient".

"Tantôt on nous parle d'autonomie, tantôt on nous parle de décentralisation, tantôt on fait semblant de croire que l'autonomie n'était pas dans notre programme alors qu'elle était au cœur de nos demandes", a-t-il ajouté.

"On laisse croire que l'autonomie serait une forme de rupture avec la France, ce qu'elle n'est absolument pas", a-t-il insisté.

Mardi, le chef du gouvernement, qui a chargé la ministre Jacqueline Gourault d'ouvrir un dialogue avec les nationalistes, a indiqué qu'il serait "attentif à ce que les compétences prévues par la loi, et ouvertes à la nouvelle collectivité, soient pleinement exercées".

Le gouvernement a rejeté d'ores et déjà les trois revendications emblématiques des nationalistes corses, la reconnaissance de la langue corse comme langue officielle de l'île au côté du français, la création d'un statut de résident ou encore l'amnistie des "prisonniers politiques".

M. Philippe a préféré insister sur les "compétences spécifiques" qui pourraient être confiées à la Corse, en invoquant la formule du "pacte girondin" entre l'État et les collectivités, sans dessiner les contours de ces nouvelles attributions.

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/corse-la-constitution-doit-%c3%aatre-modifi%c3%a9e-exhorte-simeoni/ar-BBGFWst?ocid=sf

BASE 14 995X225

Et en même temps... "La constitution doit être modifiée" dit Gilles Simeoni ! Mais pourquoi doit-on modifier la constitution, alors que la Corse fait partie intégrante de la France ???
Ah mais oui suis-je bête, c'est ce que prône l'UE avec les euro-régions et que dénoncent l'UPR et François Asselineau.

FREXIT VITE!

C.N.

Posté par UPR Creuse à 06:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

.(RussEurope en exil) Culture nationale, souveraineté et médiations

S’est tenue à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro cette semaine (de mardi à jeudi) une importante conférence sur la signification de l’année 1917.

TL URSS 2

Elle a été consacrée à traiter de la question « un autre socialisme est-il possible? ». Cette conférence, organisée par un groupe d’universités brésiliennes, réunissait des intervenants venant tant de l’Amérique Latine que du reste du monde (France, Allemagne, Grande-Bretagne, Etats-Unis) [pas très étendu, le monde!!! NdR]. La tenue de cette conférence, qui aurait sans doute été impossible aujourd’hui en Europe où s’abat une chape de conformisme, comme l’a fait remarquer un intervenant britannique, est la preuve de la vitalité intellectuelle de l’Amérique Latine.

(...)

La question de la spécificité nationale

Ces présentations, mais aussi les débats qu’elles ont suscités, ont donc mis en évidence non seulement des différences de sensibilité (ce qui est parfaitement normal dans une conférence de cette nature) mais aussi, et ceci est peut-être plus important, des différences de perspectives qui s’enracinent dans les spécificités nationales, dans les cultures politiques et les expériences des différents pays. Ainsi, l’un des intervenants britanniques, a montré l’importance du BREXIT dans la lutte anti-hégémonique, mais aussi la lutte féroce pour le contrôle sur la classe ouvrière et les classes populaires que se livrent d’un côté Boris Johnson et Nigel Farage et de l’autre Jeremy Corbyn, lui même en rupture avec la doxa traditionnelle du parti travailliste. Ce point mérite ici une explicitation.

Un certain nombre d’intervenants (en particuliers les collègues brésiliens) ont insisté sur la « nature globale » du capitalisme et de la société capitaliste. Mais, les débats auxquels ont donné naissance leurs interventions ont montré qu’au-delà des différences politiques il y avait des incompréhensions naissant de la différence des cultures politiques. Les mots n’ont pas le même sens dans ces différentes cultures. Or, ces cultures politiques reflètent les différences dans l’histoire institutionnelle des différends Etats, c’est à dire, en fin de compte les différents chemins historiques pris par ces Etats. Cela fut sensible non seulement dans le rapport au phénomène soviétique (avec une différence nette entre collègues européens et collègues des deux Amériques), mais aussi dans le rapport aux structures de l’Etat ou dans l’interprétation des évolutions particulières du capitalisme. Non que l’on ne puis se comprendre. Et un important travail de « traduction » (au-delà de la traduction du portugais-brésilien à l’anglais) a été fait, permettant aux discussions d’être fructueuses. Mais, les différences souvent se sot muées en divergences. On peut constater que les ordres de priorités diffèrent, ce qui pouvait être prévu, mais aussi, et ceci est essentiel, que la formulation de ces priorités diffère, parfois de manière marginale mais parfois aussi de manière très sensible, d’une culture politique à l’autre. Il convient alors de revenir sur cette notion de culture politique nationale mais aussi sur la notion de médiation qui découle de ces différences.

L’importance de la notion de médiation

Ainsi, avons nous eu une démonstration de la pertinence de la notion de spécificité nationale. Reconnaître cette spécificité ne conduit nullement à tomber dans le piège de l’hypothèse saturante du « génie national » des peuples. Par contre, elle invite à prendre au sérieux la notion de culture politique nationale, une culture politique qui nait des luttes passées et des institutions auxquelles elles ont donné naissance, mais aussi une culture politique qui permet de comprendre pourquoi les formes spécifiques prises par les luttes sont elles-mêmes aussi différentes.

Cette spécificité des cultures politiques nationales conduit à penser l’internationalisme dans son sens initial – un mouvement qui unit des Nations différentes – mais conduit aussi à rejeter sa lecture actuelle qui tend à le présenter comme un a-nationalisme qui serait fondé sur une « nature » unique des êtres humains. Il convient donc de penser constamment les médiations par lesquelles des unités de lutte peuvent se constituer entre des cultures politiques nationales différentes mais aussi de refuser l’utopie dangereuse que ces médiations ne seraient pas nécessaires car le « capitalisme » aurait une telle transcendance qu’il rendrait « évident » et impératif (au sens de l’impératif catégorique kantien) l’existence de cet a-nationalisme.

La question des médiations apparaît alors comme l’autre face de la question de la souveraineté. Car,i le développement initial des luttes se fait toujours dans le cadre national, que ce cadre soit celui des représentations induites par la culture politique nationale ou que ce cadre soit directement celui des institutions nationales particulières. Mais, ce développement des luttes pose alors le problème de la coordination avec d’autres luttes, menées dans d’autres cadres nationaux. Et ce problème ne saurait être résolu sans que ne soient inventées des formes de médiations assurant la traduction des idées et des concepts d’une société à une autre.

Jacques Sapir

https://www.les-crises.fr/russeurope-en-exil-culture-nationale-souverainete-et-mediations/

BASE 14 995X225

Un commentaire trouvé sur le site d'Olivier Berruyer:

La question nationale, c’est la question de la démocratie.
Même avec les meilleures intentions du monde, les socialismes ne peuvent pas faire l’impasse sur les conditions réelles d’exercice de la démocratie : la souveraineté populaire qui s’exprime à travers des lois communes pour tous s’exerce nécessairement sur un territoire donné et limité. En outre ce territoire doit être à échelle humaine, correspondre à des réalités culturelles et civilisationnelles, au risque sinon de dissoudre l’humain dans un ensemble inhumain.  

P.G.

jeudi 14 décembre 2017

L’UPR SOUTIENT LA MOBILISATION DES SALARIÉS DE FRANCE TÉLÉVISIONS

Communiqué de presse de l’UPR du 12 décembre 2017.
——————————————————-
L’UPR SOUTIENT LA MOBILISATION DES SALARIÉS DE FRANCE TÉLÉVISIONS ET LES ENCOURAGE À LANCER SUR LEURS ANTENNES UN GRAND DÉBAT NATIONAL SUR LE FREXIT.
———————

Screen-Shot-12-12-17-at-04

L’Union populaire républicaine (UPR) apporte son soutien à la mobilisation des salariés de France Télévisions le mercredi 13 décembre 2017 pour dénoncer le démantèlement progressif et subreptice de l’audiovisuel public par M. Macron et son gouvernement.
 
Sous le sempiternel prétexte de « réformes indispensables » et de « modernisation », l’exécutif a programmé des réductions de postes et de moyens financiers substantiels, au sein de France Télévisions, qui affaibliront encore la qualité du service rendu au public.
 
En particulier, les fonds alloués à certains magazines d’investigation, qui font honneur à la profession de journaliste, sont menacés ; les éditions locales de plusieurs médias risquent de disparaitre ou d’être regroupées, ce qui en appauvrira le contenu ; le nombre de correspondants régionaux de chaines nationales est susceptible d’être diminué, de même que le recours aux pigistes dont l’utilisation permet de multiplier les contenus sur des sujets variés.
 
L’UPR rappelle que le programme présidentiel de François Asselineau comportait un volet important concernant la protection de l’indépendance des journalistes et le développement de l’audiovisuel public. François Asselineau prévoyait notamment de donner pleinement à la télévision et aux radios publiques un rôle d’éducation, d’élévation culturelle et de formation du sens critique de la population française.
 
Il prévoyait aussi la mise en place d’une autorité indépendante, composée de magistrats, dont le rôle aurait été de veiller à ce que toutes les tendances politiques soient réellement représentées à la télévision et à la radio.
 
L’UPR rappelle par ailleurs que, depuis le vendredi 21 avril 2017, aucun de ses dirigeants n’a plus été invité sur aucun média audiovisuel national, privé ou public, alors que François Asselineau a obtenu près de 1% des suffrages exprimés à l’élection présidentielle, ce qui devrait justifier 3 à 4 invitations par an à des interviews politiques sur chaque chaine de télévision et sur chaque station de radio. Des candidats ayant obtenu un moins bon score que lui à l’élection présidentielle ont d’ailleurs, eux, bénéficié d’invitations dans plusieurs médias audiovisuels nationaux depuis le scrutin.
 
L’UPR rappelle également que l’origine des restrictions budgétaires imposées à France Télévisions – comme à de nombreux autres services publics – réside d’abord dans l’appartenance de la France à l’Union européenne et à l’euro. Notre appartenance à une monnaie surévaluée par rapport à la compétitivité de l’économie française, dans un environnement économique ultra-libéral qui nous met en choc frontal avec des pays à bas salaires et à faibles normes sociales et fiscales, contraint en effet la France à une rigueur budgétaire sans fin.
 
Il est urgent que les Français prennent conscience de la destruction en cours de l’État, et qu’ils se rassemblent pour y mettre un terme en empruntant le seul chemin viable, serein et raisonnable : le Frexit. Cette sortie de l’Union européenne et de l’euro que François Asselineau fut le seul candidat à proposer aux Français lors de l’élection présidentielle, malgré l’hostilité ouverte et la partialité éhontée des grands médias du pays.
 
L’UPR invite tout particulièrement les salariés de l’audiovisuel public à faire preuve de courage en imposant dans leurs médias, enfin, un vrai débat national, sérieux et approfondi, sur la sortie de la France de l’Union européenne et de l’euro, et en donnant à l’UPR la couverture médiatique à laquelle elle a droit, conformément à la loi.
 
Car il existe une relation de cause à effet entre la censure de facto qui sévit en France sur la question du Frexit et le démantèlement des services publics. C’est en se montrant déterminés à faire respecter la déontologie de la Charte de Munich de 1971 et le principe de la liberté d’opinion – tout spécialement sur l’appartenance à l’UE et à l’euro – que les journalistes assureront le mieux la survie de l’audiovisuel public.
https://www.upr.fr/actualite/communique-de-presse-12-decembre-2017-lupr-soutient-mobilisation-salaries-defrance-televisions-encourage-a-lancer-leurs-antennes-grand-debat-national-frexi

Posté par UPR Creuse à 05:51 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Robespierre [un livre de Jean Massin aux Editions Agone]

Cinquième édition, préfacée par Jean Luc Chappey, membre de l’Institut d’ de la française et enseignant à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

PUB ROBESPIERRE

A commander en ligne sur :
https://agone.org/elements/robespierre/

“Le 5 novembre 1792, se présente de nouveau à la tribune. C’est toute l’action de la Commune de Paris qu’il défend :
“Citoyens, vouliez-vous une Révolution sans révolution ? Les insurgés doivent être regardés comme fondés de procuration pour la société toute entière. Si vous désavouez les moyens que nous avons employés pour vaincre, laissez-nous les fruits de la victoire ; reprenez votre Constitution et toutes vos lois anciennes, mais rendez-nous nos concitoyens qui sont morts pour la cause commune ! La sensibilité qui gémit presque exclusivement pour les ennemis de la liberté m’est suspecte. Cessez d’agiter sous mes yeux la robe sanglante du tyran, ou je croirai que vous voulez remettre Rome dans les fers.”
Les applaudissements de la tribune et de la majeure partie de la Convention saluent Robespierre. En vain certains s’efforcent de se faire entendre, de limiter l’effet produit. Une foule immense l’acclame et lui fait cortège. C’est la réponse de la canaille aux honnêtes gens de la Gironde.”

Cette réédition est préfacée par Jean-Luc Chappey, membre de l’Institut d’histoire de la et enseignant à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Écrivain et musicologue, (1917-1986) publie la première édition de cette biographie en 1956. À la croisée des recherches universitaires et du souci de construire un récit accessible au plus grand nombre, ce s’impose très vite comme une référence, qui donne l’exacte mesure de la place occupée par Robespierre dans le processus révolutionnaire : celle, comme dit Massin, de “sentinelle de la Révolution”.

Vient de paraître le 24 novembre
556 pages – 11 x 18 – 14 €
ISBN : 978-2-7489-0347-8

https://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/robespierre-livre-de-jean-massin-aux-editions-agone/?ct=t(RSS_EMAIL_CAMPAIGN)

Posté par UPR Creuse à 05:37 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 13 décembre 2017

Vidéos du jour

Voir/Diffuser/Partager...

VIDS 13DEC17 TF NATACHA

 

NATACHA POLONY : LE BOYCOTT UNE ARME CITOYENNE 👊 ?

"Le libre- échange n'est pas une fatalité"!
https://www.youtube.com/watch?v=psKBgK2EQg8
Ajoutée le 6 déc. 2017

Comment Macron nous entube : ISF, Flat Taxe, APL…

https://www.youtube.com/watch?v=DdMqSj1Gilw
Ajoutée le 11 déc. 2017

Posté par UPR Creuse à 08:47 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,