jeudi 14 décembre 2017

NON À LA PRIVATISATION DES RADARS MOBILES EMBARQUÉS !

 

PV : fini les gendarmes, en route pour la privatisation des voitures radars

 

ACT RADARS

 

Les gendarmes ne piloteront bientôt plus les automobiles avec des radars embarqués. Cette activité va tomber dans l'escarcelle du privé. La sécurité sur les routes est devenue un marché qui attire les entreprises.

Toujours plus de surveillance, donc toujours plus de PV et d'amendes à régler, c'est bien ce qui est aussi prévu avec la privatisation prochaine de la conduite des voitures radars. Pour l'instant, seuls les gendarmes ou les policiers sont habilités à faire fonctionner ces véhicules banalisés, capables de flasher les excès de vitesse dans le flot de la circulation. Ces « mobiles mobiles », comme on les surnomme, seraient sous-utilisés, de l'avis du ministère de l'Intérieur qui veut confier leur gestion à des sociétés privées, ce qui permettrait par ailleurs d'affecter 400 fonctionnaires à d'autres tâches. A compter de la rentrée de septembre, officiellement, un simple chauffeur pourrait donc se retrouver derrière le volant de ces appareils de contrôle automatiques. D'abord en Normandie, puis progressivement dans les autres régions du pays.(...)

https://www.marianne.net/societe/pv-fini-les-gendarmes-en-route-pour-la-privatisation-des-voitures-radars

La privatisation des radars routiers va être expérimentée en Normandie

"C'est une expérimentation que nous allons d'abord réaliser » en « Normandie, puis que nous allons étendre », a déclaré le ministre de l'Intérieur sur Public Sénat. Le gouvernement va d'abord expérimenter l'externalisation des contrôles de vitesse routiers en Normandie avant de l'étendre. M. Collomb, qui souhaite ainsi recentrer policiers et gendarmes sur leurs missions de sécurité, n'a pas précisé quand il comptait lancer cette expérimentation ni le territoire concerné (département ou région).

Pas de politique du chiffre

« Il n'y aura pas une poussée » pour qu'« on mette le plus d'amendes possible », a promis le ministre, en réponse aux craintes que les sociétés concernées ne multiplient les P.-V. pour doper leurs chiffres d'affaires. La société ne sera « pas rémunérée au nombre de P.-V. » mais il y aura « un forfait fixé d'avance », a-t-il expliqué. Les Français « devraient se réjouir parce que ça veut dire autant de policiers qui seront demain devant chez eux pour les protéger », selon lui.

26,3 % de flash en plus en 2016 qu'en 2015

Dans un entretien publié samedi par plusieurs quotidiens régionaux, M. Collomb avait précisé que la verbalisation des automobilistes en excès de vitesse resterait, elle, « de la compétence des policiers ». Alors que la mortalité routière a augmenté en 2016 pour la troisième année consécutive après douze ans de baisse, « il faut absolument empêcher qu'il y ait des morts sur les routes, en particulier des jeunes », a souligné le ministre, en rappelant que les excès de vitesse restent l'une des trois causes principales de la mortalité routière, avec l'alcool et les stupéfiants. Fin juillet, la Sécurité routière avait annoncé que les radars automatiques avaient flashé 25,6 millions de fois en 2016, soit 26,3 % de plus qu'en 2015.

http://www.lepoint.fr/automobile/securite/la-privatisation-des-radars-routiers-va-etre-experimentee-en-normandie-04-09-2017-2154395_657.php

 

 

 

Pétition au ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb

NON À LA PRIVATISATION 
DES RADARS MOBILES EMBARQUÉS !

Monsieur le Ministre,

Attendu que le déploiement de voitures-radars banalisées conduites par des chauffeurs privés, sillonnant les routes 8 heures par jour pour flasher les véhicules dans les deux sens de la circulation est imminent ;

Attendu que depuis l'installation du 1er radar fin 2003, la répression routière a pris des proportions tellement excessives que 38.000 PV sont dressés chaque jour pour excès de vitesse, 12,5 millions de points de permis sont retirés chaque année, et que sur les 218.000 personnes qui ont vu leur permis invalidé faute de points l'année dernière, 72.000 ont perdu leur emploi instantanément ;

Attendu que le déploiement de cet arsenal répressif à la capacité de verbalisation exceptionnelle (9 PV par minute !) ne va faire qu'amplifier jusqu'à l'insoutenable, la répression injuste, incohérente et démesurée que subissent chaque jour des millions de Français qui ont besoin de leur voiture pour se déplacer ;

Attendu que les conditions de ce marché proposé par le précédent gouvernement à des sociétés privées sont tellement contestables que l'appel d'offre a été classé "confidentiel" ;

Je vous demande de mettre un terme immédiat à ce projet de déploiement de voitures-radars conduites par des chauffeurs privés, et de réorienter la politique de sécurité routière pour qu'elle ne se fasse plus contre les conducteurs, mais avec eux.

 Dans cette attente, je vous prie d'agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de ma considération.

JE SIGNE LA PÉTITION >>>

* obligatoire

Déjà 369 065 signataires, objectif 500 000 !

https://mobilisezvous.liguedesconducteurs.org/non-privatisation-radars-mobiles-embarques-p/

 


 

Voir aussi:

La privatisation de la police est une dérive grave que tous les Républicains doivent condamner indépendamment de leur opinion sur les contrôles de vitesse.

C’est une diversion et un impôt déguisé que d’en rajouter sans cesse sur les contrôles-radars quand, dans le même temps, pour satisfaire aux critères de Maastricht, les gouvernements successifs ne cessent de désosser l’ex-ministère de l’Équipement en lui retirant les moyens pour entretenir et éclairer convenablement la voirie.

De fait, faut-il rappeler que la mission de – sous prétexte d’une politique tout répressif dans une course effrénée au PV – a été retirée des prérogatives du ministère des pour être confiée à l’Intérieur. Permettant ainsi au gouvernement de réduire les effectifs consacrés à cette mission  – et notamment le travail fait sur l’infrastructure et tout particulièrement les routes nationales – et de justifier ensuite de la privatisation des contrôles. Le résultat en a été un coup d’arrêt net à la baisse du nombre de morts sur les routes. Mais il y a bel et bien un bénéfice à cette politique inefficace : celui pour les sociétés privées gérant et exploitant les parcs gigantesques de . Qui sont bien les premières bénéficiaires de la pluies d’ qu’elles font tomber sur les automobilistes. Autant de profits privés qui ne seront pas réinvestis dans la sécurité routière alors que le gouvernement Macron vient d’annoncer de nouveaux gels des crédits d’investissements dans les infrastructures de transport.

https://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/petition-contre-privatisation-radars-stop-a-privatisation-de-police-nationale/?ct=t(RSS_EMAIL_CAMPAIGN)

Posté par UPR Creuse à 05:39 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 6 décembre 2017

80 km/h sur les routes à deux voies, c'est fait !

Le gouvernement va confirmer en 2018 le passage des routes sans séparation physique à 80 km/h. La baisse du taux d'alcoolémie a, en revanche, été ajournée.

ACT ROUTE

La Sécurité routière est l'un des exercices favoris des gouvernements. Celui d'Édouard Philippe, dont dépend directement le dossier, n'y échappera pas pour cette nouvelle mandature. Le consistant train de mesures (22 qualifiées de « fortes » et 33 complémentaires) prises le 2 octobre 2015 est resté vivace dans les esprits, semant parfois une forme de rébellion comme celle des motards, toujours prompts à se mobiliser. Précisément, c'est d'eux ou des chauffeurs routiers que le gouvernement redoute le plus les réactions lors du Conseil interministériel de sécurité routière. Celui-ci devait se tenir cette semaine, il a été reporté à janvier prochain. Mais les décisions viennent d'être arbitrées par Matignon qui avancera sur la pointe des pieds pour les annoncer début 2018 avec une mesure phare et une autre reportée par crainte d'un rejet global de l'opinion. Sans attendre, les voici :

 

80 km/h sur route, adopté : selon nos informations, et parmi les quelques pistes de travail qui restent à ce Comité interministériel de sécurité routière (CISR) qui ne fait qu'entériner les travaux réalisés en amont, le 80 km/h sur route sera adopté en 2018 et présenté comme la décision capitale. Cette limitation abaissée de 10 km/h sera circonscrite aux seules routes bilatérales, c'est-à-dire celles ne présentant pas de séparation centrale (rail ou muret) entre les deux voies. Autant dire l'essentiel du réseau hors voies rapides et autoroutes.

Longtemps, les membres et experts du CNSR, qui ont planché sur le train de mesures à soumettre au CISR qui les entérinera, ont hésité entre étendre la mesure à l'ensemble du territoire ou la circonscrire aux seules zones dangereuses. Dans ce second cas, la décision d'abaisser les limitations aurait relevé des départements. Une mesure « de compensation », qui aurait consisté à relever à 100 km/h des tronçons jugés plus sûrs, a également été abandonnée. Le comité craignait une confusion des messages et Matignon a tranché en faveur de la mesure généralisée. Autre avantage, elle ne nécessitera ainsi qu'un changement limité des panneaux de rappel de limitation qu'il faudra actualiser, un délai qui permettra aussi aux éditeurs de cartes GPS de mettre à jour leurs données.

L'Allemagne fait exception avec son 100 km/h sur routes alors que la majorité des pays européens ont choisi le 90. © DR

 

L'idée du 80 km/h sur route, qui se pratique déjà dans certains pays (Suisse, Norvège, Finlande, Pays-Bas, Danemark et même… en France par temps de pluie ou pour les permis probatoires) se justifie, selon ses promoteurs, par la baisse induite de la gravité des accidents et de la pollution, et un trafic estimé plus fluide. Toutes choses qui sont contestées fermement par d'autres spécialistes avec des arguments étayés comme ceux de l'association 40 Millions d'automobilistes qui constate qu'en Angleterre il y a moitié moins d'accidents avec une vitesse limitée à 97 km/h sur route. Les services du Premier ministre, qui ont longtemps tergiversé sur cette mesure, l'ont choisie, car ils pensent que l'opinion est déjà préparée à cette éventualité.

« C'est une mesure qui devrait passer avec les explications nécessaires, dit un proche du dossier, car, dans les faits, de nombreux endroits du réseau ne permettent pas de rouler à cette allure. ».

L'avis du Point Auto : apparemment de bon sens, cette mesure consiste tout de même à ramener l'ensemble des vitesses pratiquées par les différents types d'engins motorisés à une seule et même allure. Ainsi, bus, camions, motos et voitures évolueront en paquets, ce qui est une cause de baisse de vigilance et une source d'augmentation du risque.

Corréler baisse de vitesse avec baisse d'accidents relève d'un pseudo-dogme jamais vérifié, mais pris pour argent comptant par le gouvernement selon lequel : 1 % de vitesse en moins = 4 % de morts en moins. « Si elle était exacte, assène la Ligue de défense des conducteurs, il suffirait de réduire la vitesse de 25 km/h pour qu'il n'y ait plus aucun mort sur les routes de France… La preuve du contraire : en 2012, la vitesse moyenne a augmenté en France, et pourtant, le nombre de tués sur la route a diminué de presque 8 %. C'était déjà le cas entre 1998 et 2002. »

Deterioration panneaux vitesse 80 km/h RN 151 © Jrmie FULLERINGER Jrmie FULLERINGER / MAXPPP / PHOTOPQR/L'YONNE REPUBLICAINEDétérioration d'un panneau de vitesse limitée à 80 km/h par des usagers mécontents de l'expérimentation sur la RN 151 à Auxerre. © Jrmie FULLERINGER Jrmie FULLERINGER / MAXPPP / PHOTOPQR/L'YONNE REPUBLICAINE

 

La baisse de la vitesse à 80 km/h sera génératrice de bouchons et donc de pollution, car, avec des différentiels de vitesse annulés, l'engorgement sur les axes fréquentés ou aux heures de plus fort trafic guette. Pour conforter son raisonnement pro-80 km/h, une expérience dans ce sens avait été lancée il y a deux ans à l'été 2015 par Manuel Vals, Premier ministre à l'époque, afin d'évaluer la pertinence de cette mesure. Les tronçons concernés se trouvent sur la RN 7 (18 km dans la Drôme), la RN 151 (17 km dans la Nièvre et 32 km dans l'Yonne) et la RN 57 (14 km en Haute-Saône).

Le problème est que, contrairement à ce qui avait été promis, aucun bilan n'a jamais été présenté aux membres du CNSR qui ont donc arrêté la décision sans savoir les résultats de l'expérimentation. Nul doute que ce dernier détail va hérisser les « motards en colère » qui avaient déjà manifesté en 2015 au lancement de l'expérience 80 km/h sur route, d'abord imaginée au stade national, puis ramenée après les manifestations à 81 km de routes-tests.

 

Alcoolémie à 0,2 g, repoussé : le fléau des différentes addictions (drogues, médicaments, smartphone, alcool) nécessite de l'avis général un traitement adéquat. La plus visible et aussi la plus ancienne est l'alcool dont le seuil de dépassement est actuellement à 0,5 g/l, le seuil du délit étant fixé à 0,8 g/l. Le CNSR a longtemps hésité à proposer d'abaisser le seuil à 0,2 g, ce qui revient à dire que le conducteur d'une soirée est celui qui ne boit plus du tout. Et pour les autres, les 0,2 g peuvent correspondre à l'alcoolémie résiduelle après une nuit de repos. Un moment envisagé pour les seuls conducteurs de poids lourds, bus et motos, le projet de mesure a été élargi à toute la population, car il est rapidement apparu impossible de la réserver à une certaine catégorie d'usagers. L'impopularité de cette mesure a, pour cette fois, fait reculer le gouvernement qui a estimé que le 80 km/h sur route représente à lui seul déjà une grosse pilule à avaler.

 

L'avis du Point Auto : l'alcool au volant est un serpent de mer bien français. Pèse sur ce dossier toute la filière viticole, mais aussi l'hôtellerie-restauration qui n'est pas en situation très favorable en ce moment et qu'il s'agit de ménager. Descendu de 0,8 à 0,5 g/l, le taux limite correspond à la recommandation européenne en la matière qui a déjà rallié 18 pays de la communauté. Mais quelques-uns estiment que c'est insuffisant et retiennent un taux de 0,2 g où il n'y a plus de droit à l'erreur. Avec lui, c'est un « no alcohol » absolu, un seul verre consommé la veille pouvant affecter, selon la taille, le sexe et le poids de l'individu, le résultat. Ces variables physiques nuisent d'ailleurs à la compréhension d'une mesure à demi-permissive.

ETHYLOTEST-JUSTICE-PERMIS © BONNIERE PASCAL BONNIERE PASCAL / MAXPPP / PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPPL'un des premiers garages agréés pour l'installation d'un éthylotest d'antidémarrage pour les conducteurs mis à l'épreuve après une condamnation.   © BONNIERE PASCAL BONNIERE PASCAL / MAXPPP / PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP

 

Le gouvernement estime également que la mesure de l'éthylotest obligatoire à bord des véhicules est un échec. Les Français n'ont retenu que l'obligation d'en posséder un, mais pas sa dimension pédagogique qui consiste à souffler dedans avant de prendre le volant après une soirée arrosée. Les appareils prennent la poussière dans les boîtes à gants, sans effet sur les comportements. Le 0,2 g/l pourrait le sortir de l'oubli, mais ce n'est pas acquis, car les jeunes permis, qui doivent déjà se plier en France à ce taux réduit dans le cadre de leur période probatoire, ne l'utilisent pas plus que leurs aînés. La Grèce, l'Irlande, la Lettonie, le Luxembourg, les Pays-Bas font de même pour leurs jeunes conducteurs (0,2 g/l) tandis que l'Autriche retient 0,1 g/l.

Fondamentalement peu populaire, cette mesure prise à la veille des fêtes aurait été une bombe potentielle de mécontentement. Il est pourtant évident qu'il faut peser sur les comportements liés à l'alcool au volant, même si la loi n'a aucune prise sur les délinquants de la bouteille, aussi multirécidivistes qu'irresponsables. Frapper le bon citoyen pour tenter d'atteindre les plus inconséquents ne rallie pas encore une majorité d'avis positifs au CNSR et les divergences sont nombreuses en Europe. Quelques pays comme la République tchèque, la Hongrie, la Slovaquie et la Roumanie ont décrété le degré zéro d'alcool dans le sang. Pour tout le monde.

À l'opposé, selon une sorte de Brexit routier, la Grande-Bretagne, à l'exception notable de l'Irlande, soutient ses pubs et tolère jusqu'à 0,8 g/l. La France tentera à coup sûr à un moment plus favorable les 0,2 g/l et accompagnera la mesure d'un aménagement original. Le droit à l'erreur sera en effet toléré une fois, selon le projet, et la conduite rendue encore possible avec une mise à l'épreuve d'un an au travers d'un éthylomètre d'antidémarrage. Pour le moment, les politiques y ont renoncé, mais ce n'est que partie remise.

http://www.lepoint.fr/automobile/securite/80-km-h-sur-les-routes-a-deux-voies-c-est-fait-01-12-2017-2176480_657.php

Posté par UPR Creuse à 08:50 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,