jeudi 12 octobre 2017

« Haïr les riches ne rend pas moins pauvre »

L’édito de Charles SANNAT

Je vais ici tordre le cou à toutes les inepties économiques bien-pensantes aussi bien à l’égard des riches… que des pauvres !

Je tiens à préciser que je ne suis pas “riche” et que je m’en porte fort bien. Je ne suis pas franchement vénal, ni particulièrement ostentatoire, préférant la discrète sobriété et la simplicité volontaire dans un monde où beaucoup souffrent. Ceci étant posé…

ARG RICHESCommençons par les « riches ».

Dans ce bas monde, il est de bon ton de vomir les riches et de les taxer encore plus. Si cela peut être techniquement possible à défaut de l’être éthiquement dans un monde fermé, c’est totalement stupide et contre-productif dans un monde ouvert où le méchant riche peut aller se faire tondre où bon lui semble pour moins cher.

Évidemment, c’est exactement ce qu’il se passe et nos « riches » compatriotes partent par milliers se faire plumer vers des cieux au moins plus ensoleillés car quand on est légèrement vêtu, mieux vaut une bonne température ambiante.

 

Alors, nos riches votent avec leurs pieds. Certes, ce n’est pas très patriote, mais franchement, maintenant tout le monde s’en fiche de la patrie, d’ailleurs tout le monde veut que vous vous en foutiez, vous devez être un citoyen du « monde », un « européen », alors soyons cohérents. Vous ne voulez plus d’appartenance nationale. Dont acte, allons payer nos impôts là où ils sont le moins chers. Je ne dis pas que c’est bien. Je dis que cette attitude est la conséquence logique de la destruction des nations, du patriotisme dans ce qu’il a de positif et donc du pacte social où au sein des pays les gens tentent de prendre soin les uns des autres.

On vous dit aussi que plus il y a de riches mieux c’est car, selon la théorie du ruissellement, plus il y aura de riches plus les miettes seront grosses pour ceux d’en bas. C’est en partie vrai, mais en partie seulement. Soyons honnêtes, si on laisse les gens décider de ce qui va ruisseler, il y aura quelques gouttes, mais parfois, il faut aussi évidemment savoir imposer.

Sauf que tout est question de proportion !

Non les pauvres et les riches ne sont pas plus gentils les uns que les autres

Lorsque je regarde les débats, je vois surtout des pauvres qui cherchent sans vergogne à faire la poche de ceux qu’ils considèrent comme plus riches qu’eux, ce qui est très relatif, en essayant d’avoir le maximum pour le minimum d’effort, tandis qu’objectivement nos riches sont plutôt punis avec constance pour créer de la richesse en subissant des taux d’imposition hallucinants dont les « pauvres » n’ont aucune conscience et de surcroît, leur indifférence est totale.

Être pauvre ne fait pas de vous systématiquement un être sympathique. Être riche ne fait de vous le diable, et inversement ! Chaque catégorie ayant son lot de sombres imbéciles.

Et l’idée et la conclusion de tout cela c’est qu’il est impératif de trouver des solutions fiscales équilibrées et pragmatiques.

Nous avons besoin de nos riches et de nos petits bourgeois. Le débat sur les « yachts » de 30 mètres de long est un débat économiquement crétin et stupide pour la simple et bonne raison que ce n’est tout au plus que quelques centaines de personnes qui achètent ce genre de navire. Leur mettre une taxe ne permettra jamais de financer le RSA de tous nos pauvres. C’est aussi illusoire que bête.

La seule façon de redistribuer c’est de pouvoir collecter suffisamment. Tout le reste, c’est de la littérature. 

Pour collecter suffisamment, il faut qu’il y ait beaucoup de moutons à tondre pour avoir beaucoup de laine.

Si vous tondez trop vos moutons et qu’ils meurent tous de froid, vous serez bien avancés.

De la même façon, si vous les laissez choisir le paysan qui les tondra, ils iront chez celui qui leur laissera le plus de laine sur le dos.

Tout cela est d’une logique évidente, et nul n’est besoin d’être un prix Nobel d’économie pour le comprendre.

C’est dans cette optique que l’ISF est un impôt d’une crétinerie insondable dans un monde ouvert et dans un pays où les taxes atteignent déjà 80 % d’une création de richesse réalisée par un entrepreneur.

De surcroît, si l’ISF à 1,8 % peut être supportable avec des taux d’intérêt à 5 % quand les taux sont négatifs ou égaux à zéro, l’ISF est une taxe sur votre patrimoine de 2 % chaque année… c’est sûr qu’en 20 ans vous serez à peu près ruinés.

Alors oui, il faut tordre le coup à l’ISF qui est un impôt injustifié éthiquement parlant, stupide économiquement parlant et contre-productif dans un monde ouvert, et qui est une terrible punition dans un contexte de taux zéro.

Alors oui, il faut dire que les pauvres ne sont pas « que » des braves types, et que les riches ne seront pas forcément plus vertueux si on les laisse choisir le montant de leurs impôts.

Alors oui, il faut dire que l’un et l’autre, le riche et le pauvre, ne doivent pas être opposés car ils font tous partie d’une même communauté de destin, à ceci près que techniquement parlant, ce n’est pas le riche qui a besoin du pauvre, mais bien le pauvre qui a besoin des sous du riche !

Alors les pauvres de tous les pays, et du nôtre en particulier, seraient bien inspirés de se calmer un peu dans leur haine antiriches car il faut dire la réalité.

La réalité est que la France est un pays dans lequel il fait nettement moins bon vivre d’année en année, et je parle de tous nos problèmes sociaux qui s’empilent et qui vont des zones de non-droit, dirons-nous pudiquement, aux actes terroristes quasi quotidiens et réalisés par des « déséquilibrés isolés » mais de plus en plus nombreux…

Alors rajoutez en plus des impôts énormes, et les gens partent, les riches partent, et les pauvres, sans riches, finiront par se rendre compte qu’ils ont tué la poule aux œufs d’or.

Que personne ne veuille le comprendre et le dire me laisse pantois.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

https://insolentiae.com/hair-les-riches-ne-rend-pas-moins-pauvre-ledito-de-charles-sannat/


Ce qui est bien avec Charles sannat, c'est qu'il sait mettre les "pieds dans le plat", même si on ne partage pas toujours son point de vue: les débats sur riches/pauvres n'ont aucun sens si on ne réfléchit pas aux notions de "monde ouvert/monde fermé", de "patriotisme" et donc de valeurs des uns et des autres, de frontières et de contrôle des mouvements de capitaux...  P.G.

Quelques commentaires d'internautes:

OUTIL COMMENTAIRES D INTERNAUTES*Bien sûr,si personne n’achète de yacht,ce sera la fermeture de quelques chantiers et des ouvriers sans travail. Idem pour l’entretien et le personnel à bord .
Et les exemples sont multiples .La haute couture,les voitures de luxe,les stylos et montres hors de prix ,les résidences haut de gamme et leurs piscines,etc, etc. Il faut bien des “riches” pour consommer tout cela et par voie de conséquence faire vivre des “pauvres”.

*Haïr les riches ne rend pas moins pauvre mais qu’est-ce que ça fait du bien ! et puis… qui sait ?

“ce n’est pas le riche qui a besoin du pauvre, mais bien le pauvre qui a besoin des sous du riche”.
Oui, bien sûr, et les sous du riche viennent d’où ? Du travail des presque pauvres.
Alors nous faire croire que le riche est riche parce que c’est une sorte de droit divin, c’est aussi oublier de préciser que s’il y a tant de pauvres dans les pays industrialisés, c’est aussi à cause de la vénalité des riches qui veulent toujours plus de profits et ne se gênent pas pour licencier en masse même quand leur bénéfices sont records.
Il est loin le temps où Ford augmentait ses employés pour qu’ils puissent acheter ce qu’ils produisaient.

Ensuite, les 1,8% sortent de nulle part, c’est 1,5% pour 10 millions, une décote est appliquée en dessous allant jusqu’à 0,8%, donc on est loin des 100% même en 20 ans.

*Je serais d’accord avec vous si la redistribution était “pure”, c’est à dire gagnant gagnant. Les riches s’enrichissant et enrichissant les pauvres. Or ce n’est actuellement pas ce qui se passe, les riches s’enrichissent à une vitesse exponentielle, les pauvres sont de plus en plus nombreux et la petite classe moyenne s’appauvrit. J’oserais dire que plus on est riche plus on a de facilités à s’évader sinon de s’exonérer de la redistribution. C’est ce qui semble se passer en France, point besoin de s’expatrier hors de nos frontières, “l’évasion” fiscale légale est uns sport français. N’étant pas économiste je ne peux certifier l’exactitude de mon opinion, aussi j’aimerais connaître la votre sur cet aspect des choses.
Bien cordialement

*Bonjour Mr Sannat, je suis assidûment vos chroniques, et la dernière sur “les riches” provoque ma réaction. En effet, votre éloge du riche est une insulte à ces millions de travailleurs qui s’éreintent chaque jour et qui ne profitent que bien peu du fruit de leur labeur( je vis en Bretagne, “el dorado” de l’agroalimentaire, et je vous assure que les milliers de personnes qui y travaillent méritent mieux qu’un “smic”..).Vous savez fort bien que notre “modèle” économique accroît les inégalités! Je ne souhaite pas ruiner celui qui entreprend et qui réussit ( je parle des petites entreprises, y compris l’artisanat, même si cette activité est plutôt bien pénalisée fiscalement). Par contre les inégalités vont devenir insoutenables, cet écart qui ne cesse de se creuser entre une “minorité” très riche et la majorité atteindra un seuil de rupture. Les états ( ce qu’il en reste en effet..) ont aligné leurs exigences fiscales vers le bas, la “théorie” du ruissellement est mise en avant, la concurrence mondialisée achève l’édifice. Vous n’ignorez pas les mécanismes qui permettent aux riches d’échapper à l’impôt, et là, les états sont soudain impuissants! Le budget de notre état est alimenté en priorité par la TVA, c’est un vrai scandale! cette imposition par la taxe sur la consommation est une honte … cela est d’autant plus révoltant que les “riches” vont être exonérés de leur part à la solidarité. Quant à ceux qui quitteraient notre pays pour des cieux plus propices à leur patrimoine, un état vraiment souverain devrait pouvoir leur appliquer des sanctions à la hauteur de leur manque de respect de notre devise républicaine, gravée encore au fronton de nos bâtiments publics, mais pour encore combien de temps ?

*Les pauvres ont plus besoin des riches que les riches n’ont besoin des pauvres ?

Ce n’est vrai qu’en partie.
Tout homme a des besoins vitaux primaires : se nourrir, se vêtir, s’abriter des intempéries. Quand il n’y aura plus de pauvres ouvriers agricoles et de pauvres petits agriculteurs, ni non plus de petits artisans acculés à la faillite, le riche, à moins d’une reconversion complète, pourra se nourrir de ses pièces d’or et se vêtir de ses billets dans son manoir au toit percé. Le couvreur exerçant encore dans sa région préfèrera aller réparer le toit du seul paysan encore en activité, qui lui le paiera en grain ou en pommes de terre.

 

Posté par ddupr à 07:37 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 11 octobre 2017

Après la Catalogne, un référendum en Italie pour l'autonomie de la Lombardie et de la Vénitie

Si le référendum en Catalogne demandait son indépendance totale, la consultation organisée le 22 octobre prochain en Lombardie et en Vénétie réclame une plus grande autonomie pour ces deux régions, notamment sur le plan fiscal.

Qualifiées d’essentielles pour les moteurs de l’économie italienne puisqu’elles participent à hauteur d’un quart du PIB transalpin, la Lombardie et la Vénétie versent l’équivalent d'environ 75 milliards d’euros par an à l’Etat. Une participation excessive pour la plupart des institutions régionales, toutes tendances confondues, qui souhaitent que la majeure partie de cette contribution reste dans les caisses lombardes et vénitiennes afin de financer l’économie régionale. Utilisée auparavant comme un slogan politique par la Ligue du Nord, parti régionaliste, eurosceptique et populiste de droite, l’idée d’un nord « saigné par les régions moins riches » n’est plus aussi répandue aujourd’hui. Mais avec ce référendum prévu pour le 22 octobre, le concept a été récupéré à des fins électorales.

FL LOMBARDIE

Une forte participation à cette consultation, autorisée par la Cour
constitutionnelle, permettrait aux organisateurs d’entamer des
discussions avec le pouvoir central. Selon un sondage publié ce lundi 2
octobre au matin, 51% des Italiens estiment que les régions devraient
négocier directement avec l’Etat une nouvelle répartition des rôles,
ressources et pouvoir. Toujours selon cette enquête, quatre électeurs
sur dix de la Ligue du nord seraient plutôt sceptiques quant au
bien-fondé de cette consultation notamment en raison de son coût, estimé
à 50 millions d’euros. Un mauvais signal pour les dirigeants du parti
qui considèrent ce référendum comme une sorte de test politique à six
mois des législatives.

https://www.marianne.net/monde/apres-la-catalogne-un-referendum-en-italie-pour-l-autonomie-de-la-lombardie-et-de-la-venitie


 

Mêmes causes, mêmes effets... Le démantèlement des états- nations se poursuit inexorablement, petit à petit, sous l'effet conjugué de l'euro, des politiques d'austérité imposées par Bruxelles (GOPE), et de la compétition des territoires. Les réformes territoriales s'enchaînent, l'objectif étant, en France comme ailleurs en Europe, d'obtenir une "souveraineté" fiscale pour les euro- régions, qui pourront progressivement négocier directement avec la Commission européenne, sans passer par l'échelon national. Une politique bien plus habile que les déclarations unilatérales d'indépendance de certains.

P.G.

Posté par UPR Creuse à 08:59 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 3 octobre 2017

4 pays s'opposent à l'initiative proposée par la France pour taxer davantage les GAFA en Europe

Les dirigeants de l'Union européenne se sont réunis vendredi 29 septembre 2017 à Tallinn (Estonie) à l'occasion du premier sommet européen dédié à l'économie numérique.

drapeau-europeen-2_4525960L'un des sujets au menu des discussions était une nouvelle taxation des géants de l'Internet initiée par la France et soutenue par 19 pays de l'UE dont l'Allemagne, l'Italie, la Grèce ou encore l'Espagne.

Cette nouvelle taxation, qui concernerait les "GAFA" (Google, Apple, Facebook et Amazon), régulièrement accusés de faire de l'optimisation fiscale en Europe, se ferait sur la base de leur chiffre d'affaires réalisé dans chaque pays et non plus sur les bénéfices logés dans les filiales installées dans les Etats à faible fiscalité comme cela se fait actuellement. 

Alors que le président français Emmanuel Macron a réaffirmé la nécessité d'une "régulation ambitieuse" qui "doit faire partie du marché unique du numérique", quatre pays de l'UE se sont opposés à cette nouvelle taxation des GAFA: l'Irlande, le Luxembourg, Malte et Chypre.

Ces pays abritent pour certains les sièges européens des géants tech, qui y bénéficient de faibles taux d'imposition

Voici ce qu'a déclaré le Premier ministre irlandais Leo Varadkar, lors du sommet de Tallinn:

"Si nous voulons que l'Europe devienne numérique, la solution ne passe pas par plus de taxes et de règles. Les gens se plaignent qu'il n'y ait pas de Google européen, de Facebook européen mais personnellement je pense que si vous voulez que cela arrive en Europe (...) vous n'y parviendrez pas" avec une plus forte régulation.

Même opposition de la part du Luxembourg. Son Premier ministre Xavier Bettel, cité par le journal Les Echos, a ainsi affirmé:

"Je suis d'accord avec 90% des propositions d'Emmanuel Macron pour l'Europe, mais celle sur la taxation du numérique est problématique. Ce n'est pas un sujet européen, mais un sujet mondial, sans quoi on va juste rendre l'Europe moins compétitive. Le Luxembourg est ouvert à la discussion sur la fiscalité numérique, mais dans le cadre de l'OCDE, et en taxant alors les profits plutôt que le chiffre d'affaires."

L'idée d'une réforme dans le cadre de l'OCDE — rendue difficile en raison des réticences des Etats-Unis — est aussi soutenue par les Pays-Bas, qui estiment que la proposition d'Emmanuel Macron semble juridiquement bancale et inadaptée aux modèles économiques des géants tech, rapportent Les Echos. 

Les décisions de l'Union européenne en matière fiscale requièrent l'unanimité de tous les États membres, mais la Commission européenne a récemment évoqué la possibilité de priver les Etats membres de leur droit de veto en se basant sur un article des traités européens permettant de telles exceptions en cas de distorsion des marchés.

A l'issue de ce premier sommet européen consacré à l'économie numérique, la Commission européenne a annoncé qu'elle proposerait dès 2018 de nouvelles règles afin de mieux taxer les géants du numérique opérant sur le sol européen.

"Nous sommes d'avis que, dans le secteur du numérique, les taxes doivent être payées là où elles sont dues", a souligné le président de la Commission, Jean-Claude Juncker.

Selon le rapport d'un député européen favorable à une réforme de la taxation, l'UE aurait ainsi perdu 5,4 milliards d'euros en impôts de Google et Facebook entre 2013 et 2015 à cause de leurs mesures d'optimisation fiscale.

https://fr.finance.yahoo.com/actualites/4-pays-s-apos-opposent-081949253.html

Posté par UPR Creuse à 08:44 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 16 mai 2017

Revue de presse (sélection semaine du 7 au 14 mai 2017) 1° partie

REVUE PRESSE GENERIQUE

France

Création de la commission de refondation du code du travail
In extremis, le 7 mai, Myriam El Khomri a mis en application cet aspect de la loi du travail précédemment votée. La commission en question doit analyser la refondation totale du code du travail, et le président Macron pourra s'appuyer sur ses conclusions en été pour la la loi travail V2. Ceci est bien sûr tout à fait dans l'esprit des GOPE.
Débattre d'une nouvelle loi travail au Parlement, ce serait du "tatillonnage"
Pour l'équipe Macron qui souhaite gouverner par ordonnances, débattre de la suite de la loi travail à l'Assemblée, ce n'est pas la démocratie, c'est du tatillonage! En tous cas, pour protéger votre code du travail en oeuvrant au Frexit, c'est UPR qu'il faut voter aux législatives!
Les renseignements français cèdent la surveillance du web à l'entreprise étatsunienne Palantir
La sécurité intérieure française, compétence régalienne, va donc être en partie gérée par une entreprise financée par la CIA à son lancement. Dans la continuité de Hollande, la France va continuer pendant ce quinquennat à abandonner sa souveraineté, et à s'affirmer comme la vassale de Washington.
Veolia a pris la plage de la Baule en concession
Une première en France, et un avant-goût de la privatisation à outrance subie en Grèce. Bref, 5,4 kilomètres de plages à la Baule sont privatisés pour une période de 12 ans.
Gel des salaires pour 3 ans dans le cadre du plan franco-allemand pour la croissance
C'est parti pour l'application des GOPE. Mettre de l'austérité sous prétexte de croissance, ça reste fort de café!
Le programme fiscal injuste de Macron
Baisse de l'impôt sur les sociétés, augmentation de la CSG: comme demandé par les GOPE, la charge de l'impôt est un peu plus transférée des entreprises vers les ménages.
Le flop de l'investiture
Les Champs Elysées quasi vides pour l'investiture d'un président déjà mal aimé: y aura-t-il le moindre état de grâce?
Hollande demande des fonds à Macron pour sa fondation
Un appel du pied marqué pour récupérer de l'argent public vers sa nouvelle fondation: Hollande-Macron, un sacrée continuité!
Gilbert Collard: "Marine le Pen gagnera en 2022"
Plus c'est gros plus ça passe? Avec 65% des exprimés qui ont refusé de donner leur voix à le Pen, et des abstentions, blancs et nuls en pagaille, les Français ont encore une fois démontré qu'il y a bien un plafond de verre pour le FN et que celui-ci est voué à perdre. Pour autant, susciter les espoirs pour 2022, c'est commencer à prévoir la reproduction du scénario de 2017, afin de faire élire le candidat de l'oligarchie dès le 1er tour.

Posté par ddupr à 07:57 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,