samedi 21 octobre 2017

Seule la souveraineté est progressiste

Lors du 25ème sommet des pays membres de l’Organisation de l’unité africaine, le 26 juillet 1987, le président du Conseil national révolutionnaire de Burkina Faso dénonçait en ces termes le nouvel asservissement de l’Afrique : “Les origines de la dette remontent aux origines du colonialisme. Ceux qui nous ont prêté de l’argent, ce sont ceux-là qui nous ont colonisés, ce sont les mêmes qui géraient nos Etats et nos économies, ce sont les colonisateurs qui endettaient l’Afrique auprès des bailleurs de fonds.” La dette du tiers-monde est le symbole du néo-colonialisme. Elle perpétue le déni de souveraineté, pliant les jeunes nations africaines aux desiderata des ex-puissances coloniales.*

ARG AFRIQUE SANKARAMais la dette est aussi l’odieuse martingale dont se repaissent les marchés financiers. Prélèvement parasitaire sur des économies fragiles, elle enrichit les riches des pays développés au détriment des pauvres des pays en voie de développement. “La dette (…) dominée par l’impérialisme est une reconquête savamment organisée pour que l’Afrique, sa croissance, son développement obéisse à des normes qui nous sont totalement étrangères, faisant en sorte que chacun de nous devienne l’esclave financier, c’est-à-dire l’esclave tout court de ceux qui ont eu l’opportunité, la ruse, la fourberie de placer les fonds chez nous avec l’obligation de rembourser.”

Décidément, c’en était trop. Le 15 octobre 1987, Thomas Sankara est tombé sous les balles des conjurés au grand bénéfice de la “Françafrique” et de ses juteuses affaires. Mais le courageux capitaine de cette révolution étouffée avait dit l’essentiel : un pays ne se développe que s’il est souverain et cette souveraineté est incompatible avec la soumission au capital mondialisé. Voisine du Burkina Faso, la Côte d’Ivoire en sait quelque chose : colonie spécialisée dans la monoculture d’exportation du cacao depuis les années 20, elle a été ruinée par la chute des cours et entraînée dans la spirale infernale de la dette.

Le marché du chocolat pèse 100 milliards de dollars et il est contrôlé par trois multinationales (une suisse, une étatsunienne et une indonésienne). Avec la libéralisation du marché exigée par les institutions financières internationales, ces multinationales dictent leurs conditions à l’ensemble de la filière. En 1999, le FMI et la Banque mondiale exigent la suppression du prix garanti au producteur. Le prix payé aux petits planteurs étant divisé par deux, ils emploient pour survivre des centaines de milliers d’enfants-esclaves*. Appauvri par la chute des cours liée à la surproduction, le pays est également contraint de diminuer les taxes sur les entreprises. Privé de ressources, esclave de la dette et jouet des marchés, le pays est à genoux.

La Côte d’Ivoire est un cas d’école. Un petit pays à l’économie extravertie (le cacao représente 20% du PIB et 50% des recettes d’exportation) a été littéralement torpillé par des étrangers qui ne visent qu’à maximiser leurs profits avec la complicité des institutions financières et la collaboration de dirigeants corrompus. Thomas Sankara l’avait compris : s’il est asservi aux marchés, l’indépendance d’un pays en développement est une pure fiction. Faute de rompre les amarres avec la mondialisation capitaliste, il se condamne à la dépendance et à la pauvreté. Dans un livre prophétique paru en 1985, Samir Amin nommait ce processus de rupture “la déconnexion du système mondial”.

Lorsqu’on analyse l’histoire du développement, un fait saute aux yeux : les pays les mieux lotis sont ceux qui ont pleinement conquis leur souveraineté nationale. La République populaire de Chine et les nouveaux pays développés d’Asie orientale, par exemple, ont mené des politiques économiques volontaristes et promu une industrialisation accélérée. Ces politiques reposaient – et reposent encore largement – sur deux piliers : la direction unifiée des efforts publics et privés sous la houlette d’un Etat fort et l’adoption à peu près systématique d’un protectionnisme sélectif.

Un tel constat devrait suffire à balayer les illusions nourries par l’idéologie libérale. Loin de reposer sur le libre jeu des forces du marché, le développement de nombreux pays résulta au XXème siècle d’une combinaison des initiatives dont l’Etat fixait souverainement les règles. Nulle part, on ne vit sortir le développement du chapeau de magicien des économistes libéraux. Partout, il fut l’effet d’une politique nationale et souveraine. Protectionnisme, nationalisations, relance par la demande, éducation pour tous : la liste est longue des hérésies grâce auxquelles ces pays ont conjuré – à des degrés divers et au prix de contradictions multiples – les affres du sous-développement.

N’en déplaise aux économistes de salon, l’histoire enseigne le contraire de ce que prétend la théorie : pour sortir de la pauvreté, mieux vaut la poigne d’un Etat souverain que la main invisible du marché. C’est ainsi que l’entendent les Vénézuéliens qui tentent depuis 1998 de restituer au peuple le bénéfice de la manne pétrolière privatisé par l’oligarchie réactionnaire. C’est ce qu’entendaient faire Mohamed Mossadegh en Iran (1953), Patrice Lumumba au Congo (1961) et Salvador Allende au Chili (1973) avant que la CIA ne les fasse disparaître de la scène. C’est ce que Thomas Sankara réclamait pour une Afrique tombée dans l’esclavage de la dette au lendemain même de la décolonisation.

On objectera que ce diagnostic est inexact, puisque la Chine a précisément connu un développement fulgurant à la suite des réformes libérales de Deng. C’est vrai. Une injection massive de capitalisme marchand sur sa façade côtière lui a procuré des taux de croissance faramineux. Mais ce constat ne doit pas faire oublier qu’en 1949 la Chine était un pays misérable, dévasté par la guerre. Pour sortir du sous-développement, elle a consenti des efforts colossaux. Les mentalités archaïques ont été ébranlées, les femmes émancipées, la population éduquée. Au prix de multiples contradictions, l’équipement du pays, la constitution d’une industrie lourde et le statut de puissance nucléaire ont été acquis sous le maoïsme.

Sous l’étendard d’un communisme repeint aux couleurs de la Chine éternelle, ce dernier créa les conditions matérielles du développement futur. Si l’on construit annuellement en Chine l’équivalent des gratte-ciels de Chicago, ce n’est pas parce que la Chine est devenue capitaliste après avoir connu le communisme, mais parce qu’elle en réalise une sorte de synthèse dialectique. Le communisme a unifié la Chine, il lui a restitué sa souveraineté et l’a débarrassée des couches sociales parasitaires qui entravaient son développement. De nombreux pays du tiers-monde ont tenté d’en faire autant. Beaucoup ont échoué, généralement à cause d’une intervention impérialiste.

En matière de développement, il n’y a aucun modèle. Mais seul un pays souverain qui s’est doté d’une voilure suffisante peut affronter les vents de la mondialisation. Sans la maîtrise de son propre développement, un pays (même riche) s’installe dans la dépendance et se condamne à l’appauvrissement. Les firmes transnationales et les institutions financières internationales ont pris dans leurs filets de nombreux Etats qui n’ont aucun intérêt à leur obéir. Dirigeant l’un de ces petits pays pris à la gorge, Thomas Sankara clamait le droit des peuples africains à l’indépendance et à la dignité. Il renvoyait les colonialistes de tous poils à leur orgueil et à leur cupidité. Il savait surtout que l’exigence de souveraineté n’est pas négociable et que seule la souveraineté est progressiste.

Par Bruno Guigue | 17 octobre 2017

Source: Bruno Guigue

http://arretsurinfo.ch/seule-la-souverainete-est-progressiste/


 

LOGO FL A5*"ils emploient pour survivre des centaines de milliers d’enfants-esclaves" : 

Faisons crédit à l'auteur et considérons que la formulation est maladroite: on a l'impression d'une forme de justification, voire d'une excuse...

Rien ne saurait justifier la mise en esclavage de qui que soit, pas même l'exploitation économique ou "coloniale".

Il est d'autant plus important de le préciser qu'en Afrique, il est parfois de bon ton de s'abriter derrière la colonisation pour justifier des politiques condamnables...

P.G.

 

 

Posté par UPR Creuse à 08:30 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 19 octobre 2017

L’Europe choquée après l’assassinat d’une journaliste à Malte

MALTE (paradis fiscal de l'Union européenne)

ACT MAFIA DELPHINEL’assassinat de Daphne Caruana Galizia, la journaliste d’investigation maltaise notamment à l’origine d’accusations de corruption qui avaient provoqué des élections anticipées en juin, provoque une vague d’indignation en Europe.

Daphne Caruana Galizia était la journaliste la plus engagée dans la lutte contre la corruption à Malte. Elle avait été impliquée dans les révélations des Panama papers. Son blog, Running Commentary, était considéré par de nombreux journalistes comme la meilleure source d’information sur son pays.

Elle a été assassinée juste après avoir posté un dernier article sur son blog, dans lequel elle estimait la situation « désespérée » et reformulait des accusations contre des personnalités importantes du gouvernement, lorsque sa voiture a explosé. La force de l’explosion a projeté hors de la route son véhicule, qui a fini réduit en miettes dans un champ.

Dans la soirée, des milliers de personnes se sont spontanément rassemblées à Sliema, près de La Valette, lors d’une veillée, bougies à la main, pour rendre hommage à la journaliste.

« Tout le monde sait que j’ai été vivement critiqué par Mme Caruana Galizia, à la fois politiquement et personnellement », a rappelé le Premier ministre maltais, Joseph Muscat (centre gauche), lors d’un point de presse durant lequel il a dénoncé un acte « barbare » et ordonné aux forces de l’ordre de concentrer toutes leurs ressources pour que son ou ses auteurs soient traduits en justice.

« Ce qui s’est passé aujourd’hui est inacceptable à de nombreux niveaux. Aujourd’hui est une journée noire pour notre démocratie et notre liberté d’expression », a-t-il déclaré. « Je n’aurai de cesse que justice soit faite. »

Selon Malta Television, la journaliste aurait averti la police qu’elle était visée par des menaces de mort il y a deux semaines, sans donner davantage de précisions.

Début juin, Joseph Muscat avait remporté une large victoire lors d’élections législatives anticipées convoquées à la suite d’une série de scandales impliquant plusieurs de ses proches. La journaliste avait joué un rôle central dans cette affaire.

Michelle Muscat, l’épouse du Premier ministre, a ainsi été accusée d’avoir ouvert un compte au Panama pour y abriter, entre autres, des pots-de-vin versés par l’Azerbaïdjan en échange de l’autorisation donnée à une banque azérie de travailler à Malte. Le chef de cabinet du Premier ministre et son ministre à l’Énergie avaient aussi été accusés de détenir des sociétés-écrans non déclarées au Panama. Ils ont tous deux été défendus par Joseph Muscat.

« Le plus gros mensonge de l’histoire politique maltaise », avait alors réagi Joseph Muscat, tout en promettant de démissionner si les faits étaient avérés à la suite d’une enquête qu’il a lui-même réclamée.

D’autres États européens soupçonnent en outre les services financiers maltais de  faciliter l’évitement fiscal. Les autorités allemandes enquêtent actuellement sur quelque 2 000 firmes maltaises ayant des liens avec des entreprises allemandes.

La sphère politique européenne n’a pas tardé à réagir à l’assassinat de Daphne Caruana Galizia. Le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, s’est ainsi déclaré « choqué et scandalisé » : « si les journalistes sont réduits au silence, notre liberté est perdue », a-t-il tweeté.

Le commissaire européen maltais Karmenu Vella (pêche et environnement) a pour sa part dénoncé « une attaque contre notre démocratie ».

Les drapeaux devant la Commission sont en berne en mémoire de la journaliste.

Joseph Daul, qui dirige le Parti populaire européen (PPE) a salué « une des meilleures journalistes d’investigation» et a encensé son travail sur les Panama papers, qui ont fait du monde « un endroit plus transparent et plus juste ».

Même choc du côté du groupe GUE/NGL. L’eurodéputé allemand Fabio De Masi (Die Linke) s’est souvenu du travail de Daphne Caruana Galizia dans le cadre de la commission PANA sur le blanchiment d’argent, l’évasion fiscale et l’évitement fiscal.

Sven Giegold, du groupe Verts/ALE, également membre de la commission PANA, a estimé que la journaliste « avait joué un rôle d’une importance cruciale avec ses dénonciations sérieuses sur le blanchiment d’argent et la corruption à Malte, qui ciblaient notamment des personnalités importantes du gouvernement ».

« Il est trop tôt pour savoir la cause de l’explosion, mais nous nous attendons à une enquête minutieuse, a-t-il ajouté.

http://www.euractiv.fr/section/medias/news/murder-of-maltas-top-investigative-journalist-provokes-shock-and-outrage/


La belle hypocrisie que voilà! Le premier ministre maltais et la "sphère politique européenne" se disent indignés et choqués. Les larbins de l'oligarchie versent des larmes de crocodiles (et parmi eux, sans doute, les commanditaires de cet assassinat) dans l'indifférence générale, comme d'habitude. D'autres sont sincèrement peinés, sans réaliser sans doute que leur soutien à un édifice conçu pour une oligarchie impitoyable peut avoir ce type de conséquences: on ne s'attaque pas impunément à un paradis fiscal et à des politiciens corrompus.

Elle s'appelait Daphne Caruana Galizia, et on ne l'oubliera pas.

BASE 14 995X225P.G.

Posté par UPR Creuse à 18:37 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

La Fondation Clinton refuserait de rendre les 100 000 euros de dons d'Harvey Weinstein

Alors que le scandale de harcèlement sexuel d’Harvey Weinstein fait rage, les associations caritatives se demandent si elles doivent restituer les dons de l’agresseur présumé. La fondation Clinton aurait confié vouloir conserver les fonds reçus.

59e4b671488c7b20398b4567Que feront les bonnes œuvres ou les fondations des encombrantes sommes qu’a données le producteur hollywoodien Harvey Weinstein, accusé de harcèlement sexuel par une quarantaine d’actrices et de jeunes femmes ? Selon le Daily Mail, la fondation Clinton aurait déjà dépensé la somme que lui avait offert le magnat du cinéma, soit au moins 100 000 dollars, et ne compterait pas les rembourser. 

Depuis le scandale déclenché par les révélations de victimes présumées d'Harvey Weinstein, la décision de la fondation Clinton au sujet des donations du producteur était très attendue. Vice-présidente de la fondation, Chelsea Clinton, la fille de Bill et Hillary Clinton, aurait décliné les questions du reporter du Daily mail qui souhaitait l’interroger alors qu’elle assistait le 15 octobre à une rencontre de la fondation à la Northeastern Université à Boston. 

Le Daily Mail annonce en revanche avoir réussi à interroger un porte-parole de la fondation qui lui aurait confié que l’organisation ne rendrait pas la somme, estimée entre 100 000 et 250 000 dollars. Le dernier don du producteur aurait été fait en 2014. Il aurait servi à financer des programmes de la fondation et autres opérations caritatives, comme sur les traitements contre le virus du Sida ou l’aide aux femmes ou aux petites filles.

Les réactions sur Twitter ne se sont pas fait attendre, évoquant de l'argent sale ou la nécessité de rétrocéder la somme.

La fondation Clinton a été plusieurs fois la cible de controverses en acceptant des sommes de l’étranger.

Durant les élections américaines en 2015, alors qu’elle était encore secrétaire d’Etat, Hillary Clinton avait accepté des donations de gouvernements étrangers comme le Qatar, destinés à sa fondation. En 2006, la fondation avait par ailleurs accepté 25 000 dollars d'une fondation dirigée par Jeffrey Epsteinqui avait été arrêté l'année précédente après un dépôt de plainte concernant un abus sexuel présumé en Floride dont aurait été victime une mineure de 14 ans.

Dans une interview à la chaîne américaine CNN le 11 octobre, Hillary Clinton, qui avait bénéficié pour sa campagne présidentielle de dons du producteur américain, avait déclaré : «Mes collègues [du parti démocrate] ont annoncé qu'il allaient reverser cet argent à des associations, bien sûr je vais faire de même.»

https://francais.rt.com/france/44636-fondation-clinton-refuserait-rendre-250-millions-dollars


 

Bizarre, on n'en a pas trop parlé dans nos médias bien- pensants, soutiens indéfectibles du clan Clinton pendant l'élection présidentielle américaine. Que du beau monde autour de cette femme admirable, qui, elle, savait s'entourer, contrairement à ce rustre de Trump...

BASE 14 995X225P.G.

Posté par UPR Creuse à 09:38 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 15 octobre 2017

Faillite bancaire : une garantie des dépôts européenne a minima

En France, le Fonds de garantie des dépôts et de résolution, créé en 1999, est chargé de l'indemnisation des déposants en cas de faillite bancaire. Les comptes courants et d'épargne sont couverts jusqu'à 100.000 euros par client et par établissement, mais pas l'assurance-vie ou les espèces et objets au coffre.

ACT DEPOTS BANCAIRESBruxelles a présenté un nouveau projet de mécanisme de partage des risques en cas de faillite bancaire, moins ambitieux, face aux réticences de l’Allemagne. Un système européen de garantie des dépôts complèterait les dispositifs nationaux qui couvrent jusqu’à 100.000 euros, une fois réglé le problème des créances douteuses trop élevées.

Revoilà l'idée d'un fonds de garantie des dépôts européen, "un chaînon manquant essentiel de l'union bancaire" selon la Commission européenne. Bruxelles a dévoilé ce mercredi de nouvelles propositions visant à mettre en place un système assurant la même protection à tous les Européens en cas de faillite bancaire, son projet initial étant au point mort depuis novembre 2015.

Face aux réticences de l'Allemagne, qui ne veut surtout pas devoir payer pour les déboires des banques les plus vulnérables (typiquement italiennes, espagnoles ou grecques), la Commission européenne a mis sur la table un mécanisme de partage des risques "plus progressif" et "plus limité", et conditionné au nettoyage du bilan des banques les plus exposées aux créances douteuses.

"Tous les déposants au sein de l'union bancaire devraient bénéficier du même niveau de protection, quelle que soit leur situation géographique", insiste la Commission.

Nettoyer les bilans des créances douteuses

Dans une première phase, le système européen de garantie des dépôts (SEGD, ou EDIS pour European Deposit Insurance Scheme, en anglais) "fournirait uniquement une couverture de liquidité aux systèmes nationaux de garantie des dépôts", de façon temporaire, "si une banque est en crise", une sorte de prêt qui serait remboursé par la suite par le secteur bancaire.

Dans une seconde phase dite de "co-assurance", à partir de 2020, le système européen unique comblerait aussi les pertes si le fonds de garantie national ne peut rembourser tous les déposants. L'accès à ce fonds commun serait conditionné au passage d'un test de qualité des actifs des banques, tenues de réduire dans leur bilan le montant de leurs "prêts non performants" (NPL, en anglais), au plus tard en 2021. Car le niveau de ces créances irrécouvrables a diminué depuis la crise, mais reste élevé en Europe.

NPL et capitaux banques Euro vs US Japon

[Ratios de fonds propres des banques en Europe, au Japon et aux Etats-Unis et pourcentage des prêts non performants sur le total des prêts depuis 2009. Crédit : Commission européenne]

Garantie de 100.000 euros maximum

Actuellement, tous les pays de l'Union sont tenus d'avoir leur propre fonds de garantie des dépôts qui protège à hauteur de 100.000 euros maximum par client et par établissement (un seuil harmonisé par une directive de 2010).

En France, c'est le Fonds de garantie des dépôts et de résolution (FGDR), créé en 1999, qui est chargé de l'indemnisation des déposants en cas de faillite bancaire. Les comptes courants et d'épargne sont couverts, y compris les livrets A ou LDD par une garantie de l'Etat, mais pas l'assurance-vie ou les espèces et objets au coffre, ni les dépôts auprès d'établissements de paiement, de type Compte-Nickel ou PayPal.

Si les dernières faillites bancaires remontent au milieu des années 1990 en France, avec le dépôt de bilan de Pallas Stern en 1995 et la déroute du Crédit Martiniquais en 1998, le FGDR est intervenu à quatre reprises depuis sa création par exemple dans l'affaire de l'Européenne de Gestion Privée (EGP) et dans la faillite du courtier lillois Dubus.

Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a réagi aux annonces de la Commission :

« C'est un projet important pour renforcer notre résilience collective face aux crises et pour créer un marché bancaire plus intégré, plus solide, en capacité de mieux répondre aux attentes de notre économie et de nos concitoyens. Je suis déterminé à faire progresser rapidement cette stratégie de renforcement de l'Union bancaire dont l'aboutissement contribuera aussi à la consolidation de la zone euro défendue par le Président de la République. »

L'Allemagne inflexible ?

Ces derniers mois, les quasi faillites de deux banques vénitiennes et de Banco Popular en Espagne ont laissé de nombreux petits porteurs sur le carreau. Intesa Sanpaolo a annoncé mardi la création d'un fonds de 100 millions d'euros pour ses clients qui auraient perdu tout leur investissement, et donc leurs économies, lors du sauvetage des établissements de Banca Popolare di Vicenza et Veneto Banca (à raison de 15.000 euros par personne maximum).

Les derniers chiffres de la BCE ont montré que les banques italiennes détiennent à elles seules 28% des créances douteuses de toute l'UE, près de 250 milliards d'euros.

Aussi l'Allemagne, par la voix de Wolfgang Schäuble, le ministre des Finances, n'a-t-elle pas caché qu'il n'était pas question que les banques allemandes paient pour les méridionales qui seraient moins vertueuses. La Commission a supprimé la dernière étape prévue dans son projet initial, en 2024, qui revenait à une mutualisation des risques dans toute l'UE. La proposition de la Commission doit être approuvée par le Parlement et les Etats membres.

Berlin semble toujours inflexible. Un porte-parole du ministère allemand des Finances a déclaré à l'AFP que la position du gouvernement d'Angela Merkel "n'a pas bougé. [...] Les propositions de la Commission ne suffisent jusqu'ici absolument pas".

Lors de son discours sur l'état de l'Union, le 13 septembre, le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, avait souligné que :

"L'union bancaire ne peut fonctionner que si la réduction et le partage de ces risques vont de pair. [...] Il ne pourra y avoir de garantie des dépôts commune qu'à partir du moment où chacun se sera mis en ordre sur le plan national."

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/faillite-bancaire-une-garantie-des-depots-europeenne-a-minima-753770.html#xtor=EPR-2-[l-actu-du-jour]-20171012

 

Posté par ddupr à 08:36 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 9 octobre 2017

Brèves d'antipresse

UE | Main basse sur l’épargne

Ce fut pendant longtemps un dada des sites conspirationnistes, mais voici que la rumeur se retrouve confirmée par le petit télégraphe de la finance, le quotidien Le Temps: des lois sont votées en Europe permettant de saisir une partie de l’épargne afin de renflouer les institutions financières.

MC SUISSE FAMILLECertes, on invoque le surendettement irrattrapable des Etats et sa conséquence «ubuesque»: l’apparition des taux d’intérêts négatifs, mais la révolution fondamentale n’est pas nommée: l’abolition de la propriété privée et l’autorisation du pillage.

Autrement dit: la «poire pour la soif» que vous avez minutieusement mise de côté sur vos 30’000 euros annuels hors impôts en rognant sur la moindre dépense pourra désormais légalement être prélevée pour éponger les spéculations erratiques des princes de la finance qui gagnent autant chaque jour

http://log.antipresse.net/post/ue-main-basse-sur-lepargne


 

La Suisse, avec son armée de milice, est l’un des pays les plus armés au monde.

Pratiquement chaque foyer y abrite une arme de guerre. Pourtant, les fusillades de masse y sont rarissimes et la criminalité par armes à feu très contenue. Pourquoi? Contrastant avec le militantisme anti-armes pavlovien à feu de certains médias de service public suite au massacre de Las Vegas, Le Temps publie une analyse équilibrée de la culture des armes en Suisse en interrogeant le criminologue Martin Killias ainsi que le président de la Société suisse des officiers, Denis Froidevaux. Comme aux Etats-Unis, il existe dans ce pays une culture des armes, mais son esprit et diamétralement opposé.

«La culture des armes en Suisse, dont les vecteurs sont l’histoire, la tradition, les sociétés de tir et l’armée de milice, est fondamentalement différente de celle des Etats-Unis. La responsabilité individuelle donnée à un jeune de 20 ans à qui l’on remet une arme de service n’est certainement pas étrangère à ces chiffres.» (Denis Froidevaux)

http://log.antipresse.net/post/armes-pourquoi-les-suisses-tuent-si-peu


 

SUISSE | Sus au whiskyslamisme!

La presse internationale le rapporte avec délices: un habitant de Zurich a été interpellé par ses voisins pour avoir arboré un drapeau de l’Etat Islamique à sa fenêtre, flanqué même d’un drapeau… italien.

d2372ddb-112f-4425-8f3d-f3948328514b

«“Devons nous avoir peur ? D’abord ce drapeau italien, puis ce drapeau noir. Êtes-vous un sympathisant de l’État islamique ?", a-t-il pu lire dans un message signé par “des voisins inquiets".»

La Suisse, on le sait, la vigilance «citoyenne» rend les services de renseignement pratiquement inutiles (ce qu’ils s’attachent à prouver de temps en temps). En l’occurrence, il y a eu un petit bug: c’est un drapeau d’une célèbre marque de bourbon qui a été confondu avec celui des coupeurs de têtes. C’est vrai, quoi: quelle idée a-t-il eu, ce Jack Daniel, de choisir un drapeau noir et blanc comme le fanion islamiste?

http://log.antipresse.net/post/suisse-sus-au-whiskyslamisme

Posté par UPR Creuse à 07:56 - - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 8 octobre 2017

Immobilier : les APL "accession" vont disparaître dès 2018

Les APL accession, qui facilitent l'emprunt immobilier pour les ménages aux revenus modestes, devraient être supprimées dès le 1er janvier 2018.

logement-social-la-cour-des-comptes-suggere-des-economiesC'est un dispositif assez méconnu mais pourtant potentiellement très avantageux pour ses bénéficiaires. L'APL accession permet aux primo-accédants aux revenus modestes de se faire rembourser une partie de leurs mensualités de crédit immobilier. Malheureusement, il vit ses dernières heures...

Passée inaperçu lors de la présentation du budget 2018 mercredi dernier, la suppression de l'APL accession a été repérée par le courtier en crédit Vousfinancer ce lundi 2 octobre, et cette mesure sera regrettée par les futurs accédants. Selon les calculs effectués par le courtier, l'APL accession pouvait presque réduire de moitié le taux d'endettement de certains de ses bénéficiaires.

  • Un parent isolé avec 2 enfants et un revenu net imposable annuel de 15.000 euros en 2015 et une mensualité de 500 euros pouvait toucher 236 euros, et ainsi voir son taux d'endettement passer de 41 à 20%.
  • Pour un couple avec 2 enfants dont le revenu net imposable est de 20.000 euros pour le ménage, les APL font baisser les mensualités de 600 à 462 euros, le taux d'endettement passant ainsi de 36 à 27%.

Ces APL sont versées dans le cadre d'un prêt d'accession sociale ou d'un prêt conventionné, et elles sont donc soumises à des conditions de revenus. Ce dispositif permet l'accès à la propriété de personnes n'ayant pas les revenus suffisants pour le faire, car comme on le voit avec les exemples cités ci-dessus, sans les APL, les ménages passent au dessus du seuil d'endettement maximal, estimé à 33% (un tiers des ressources).

Un dispositif inefficace ?

Et les personnes concernées par les APL accession sont bien plus nombreuses qu'on le croit, car cette année, "45 % des emprunteurs financés par Vousfinancer - et même 68 % des moins de 30 ans - ont des revenus inférieurs à 25.000 nets annuels et sont potentiellement éligibles aux APL", précise le courtier. Et 13% des prêts financés par le courtier en 2017 peuvent donner potentiellement droit à ces APL.

Pour justifier la suppression du dispositif dès le 1er janvier 2018, le gouvernement a parlé d'un effort en faveur de le politique d'accession à la propriété qui serait désormais "prioritairement porté sur le PTZ, qui sera prorogé". Sachant que le prêt à taux zéro, qui existait déjà, a été prolongé mais réduit sur certaines zones, la fin du dispositif des APL accession doit surtout s'expliquer par une logique d'économie budgétaire.

Sandrine Allonier, responsable des relations banques chez Vousfinancer, rejette en tout cas l'idée d'un dispositif moins efficace que les autres: "L'APL accession est l'une des aides les plus efficaces car elle est directement versée à la banque prêteuse par la CAF." Les banques peuvent ainsi les prendre en compte dans leur plan de financement et ainsi accorder plus facilement des prêts à des ménages qui n'auraient pas eu droit à un financement sans ce dispositif.

Voir l'article- source publié le 2 octobre:

Le PLF 2018 prévoit la suppression de l’APL accession : Un coup dur pour les primo-accédants passé inaperçu

Paris, le 2 octobre 2017C’est un coup dur pour les primo-accédants passé quasi-inaperçu… Le projet de loi de finances 2018 prévoit de supprimer l’APL Accession, un dispositif peu connu mais très efficace qui accorde une aide mensuelle sous conditions de ressources aux primo-accédants. Fin 2014, le gouvernement Hollande avait déjà tenté de réformer ces aides avant finalement d’y renoncer compte-tenu de l’impact potentiel. Pour Vousfinancer, courtier en crédit immobilier, la suppression de cette aide va exclure du marché de nombreux emprunteurs modestes qui n’auront plus la possibilité d’acheter sans l’APL, leur taux d’endettement devenant trop important.

Alors que la baisse des APL location de 5 € par mois a fait grand bruit, une autre mesure est passée presque inaperçue, malgré son impact important pour les jeunes ménages : sans que l’on s’y attende, le projet de loi de finances 2018 (article 52) prévoit la suppression de l’APL accession, cette aide personnalisée au logement accordée sous conditions de ressources aux emprunteurs qui deviennent propriétaires via un Prêt conventionné (PC) ou un Prêt Accession Sociale (PAS), des prêt accordés sur des durées allant jusqu’à 30 ans avec des frais de dossiers et de garanties réduits. Motif avancé : « l’article porte extinction du bénéfice de l’APL pour les accédants à la propriété, le Gouvernement assignant un objectif équivalent à des instruments de politique publique plus efficients ». « L’APL accession est l’une des aides les plus efficaces car elle est directement versée à la banque prêteuse par la CAF et vient donc réduire la mensualité de crédit payée par l’emprunteur, jusqu’à 50 % dans certains cas ! Prise en compte par les banques dans le plan de financement, elle permet donc à des ménages dont l’endettement aurait été trop élevé sans cette aide de devenir propriétaire » explique Sandrine Allonier, responsable des relations banques chez Vousfinancer.

Par exemple, un couple avec 2 enfants ayant des revenus nets de 20 000 € par an, achetant un bien ancien en zone A avec un prêt à l’accession sociale pour une mensualité de 600 € peut prétendre actuellement à 145 € d’APL par mois, réduisant sa mensualité à 455 € et son taux d’endettement à 27 %. Sans l’APL, le couple devrait verser une mensualité de 600 € ce qui ferait grimper son taux d’endettement à 36 %, rendant le projet non finançable. Voici quelques autres simulations pour l'un achat d'un logement ancien en zone A.

Revalorisée en 2013 lors de la modification du zonage et de la hausse des plafonds de revenus, l’APL accession avait failli être modifiée en 2015 et n’être accordée qu’en cas de « baisse des revenus de plus de 30 % », avant que le gouvernement ne se ravise finalement et maintienne le dispositif en l’état…  Cette nouvelle volonté de la supprimer tout bonnement cette fois-ci, pourrait exclure de l’accès à la propriété un certain nombre de jeunes emprunteurs. « La suppression de l’APL accession risque d’avoir un impact très négatif sur les primo-accédants qui pâtissent déjà de la hausse des prix dans les zones tendues et bientôt du recentrage du prêt à taux zéro. En outre supprimer l’APL accession pourrait contraindre certains ménages à rester locataires, et donc de continuer à bénéficier des APL locations, annulant de fait les économies potentiellement réalisées… A un moment où les primo-accédants semblaient de retour, ce type de mesure pourrait casser la dynamique enclenchée en pénalisant surtout les ménages les plus modestes » conclut Jérôme Robin, président et fondateur de Vousfinancer.

En 2017, 45 % des emprunteurs financés par Vousfinancer – et même 68 % des moins de 30 ans - ont des revenus inférieurs à 25 000 nets annuels et sont potentiellement éligibles aux APL. En 2017, 13% des prêts financés par le courtier donnent droit aux APL.

A propos de Vousfinancer

Fondé en 2008 par Jérôme Robin, Vousfinancer, réseau de courtiers en crédits immobiliers, accompagne de façon personnalisée, les particuliers dans la recherche de la meilleure solution de financement pour leur projet immobilier.

La stratégie de Vousfinancer se base sur la rencontre avec un seul et unique interlocuteur expert en financement, la transparence (montage du dossier financier réalisé avec le client), et la garantie de trouver rapidement (moins d’une semaine) la solution globale la plus adéquate (assurance de prêt, taux, garanties, mensualités, durées, coût du crédit, frais de dossiers, partenaires bancaires). Vousfinancer propose également des solutions pour les crédits professionnels et le rachat de crédits.

Chiffres clés : 170 agences, 600 collaborateurs, 2 milliard d’euros de crédits financés en 2017

https://www.vousfinancer.com/franchise/presse/communiques/le-plf-2018-prevoit-la-suppression-de-lapl-accession-un-coup-dur-pour-les-primo-accedants-passe-inapercu


 

Commentaire d'une de nos adhérentes en Haute- Vienne:

Macron a décidé dans la loi de finances 2018 de supprimer l'APL pour les primo accédants dès le 1er janvier 2018 !
Et je peux voir la catastrophe de cette mesure puisque mon fils est concerné.
Il vient d'acheter une toute petite maison (63 m2) et son prêt lui a été accordé, compte tenu de l'APL qu'il pouvait obtenir.
Sans cette APL, il dépassait le plafond d'endettement et il n'aurait pas eu son prêt.
La vente ne sera finalisée qu'au mois de novembre et donc sa demande d'APL sera pour le 1er janvier !
C'est une véritable catastrophe et je n'ose lui annoncer !!

 

samedi 7 octobre 2017

La BCE veut plus de rigueur sur les créances douteuses

La Banque centrale européenne demande de provisionner la totalité des prêts au remboursement incertain qui ne sont pas garantis. Cette disposition s’appliquera aux nouvelles créances mais le régulateur dévoilera de nouvelles mesures pour réduire l’encours encore élevé de prêts non performants des banques européennes d’ici au printemps prochain.

 

ARG EURODes centaines de milliards d'euros de prêts irrécouvrables, ou ayant peu de chances de l'être, continuent de plomber les bilans des banques européennes : 865 milliards d'euros à la fin du premier trimestre 2017, selon les derniers chiffres de la Banque centrale européenne (BCE), pour ce qui concerne les établissements importants. Un niveau certes en baisse (5,92% du total des encours de prêts contre 6,17% à fin 2016), mais la résorption de ce stock de créances douteuses s'avère très lente, ce qui maintient un risque pour la stabilité financière de toute l'UE.

La BCE a donc décidé de durcir encore le traitement comptable de ce "trou noir" dans les bilans des banques, sachant que les créances douteuses ne sont provisionnées qu'à hauteur de 60% environ en moyenne en Europe .

"Les banques sont invitées à assurer une couverture intégrale de la fraction non garantie des nouveaux NPL [prêts non performants, ndlr] au plus tard après deux années et au plus tard après sept années en ce qui concerne la part garantie", indique ce mercredi l'institution européenne dans un communiqué.

Quid du stock actuel ?

Les banques devront en outre "justifier aux autorités de surveillance tout écart par rapport aux lignes directrices" en matière de pratiques de provision comptable en temps utile et de passage en pertes. Le texte est soumis à consultation publique jusqu'au 8 décembre.

Ce nouveau dispositif renforçant les attentes prudentielles du superviseur pour éviter une sous-estimation du risque de défaut ne porte que sur les nouveaux prêts, pas sur le stock de créances douteuses, qui peut atteindre des proportions inquiétantes dans certains pays. Derrière la moyenne européenne de 5,92% (en France le taux est de 3,52%), la part des créances pourries dans les bilans des banques peut grimper à 46% en Grèce, 20% au Portugal, 14% en Italie ou 13% en Irlande. Les banques italiennes détiennent à elles seules 28% des NPL en Europe.

La BCE prévient qu'elle dévoilera "d'ici à la fin du premier trimestre 2018" de nouvelles mesures pour réduire l'encours de "prêts non performants", à travers des "dispositifs transitoires appropriés". Plusieurs pistes circulent depuis plusieurs mois, telles que la création de "bad banks", des structures de défaisance, ou de sociétés de gestion d'actifs (AMC) dédiées par pays, qui rachèteraient les NPL à leur valeur économique, ou en passant par la titrisation de certaines créances, avec le soutien des Etats.

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/la-bce-veut-plus-de-rigueur-sur-les-creances-douteuses-752802.html

La BCE veut plus de rigueur sur les créances douteuses

Comme vous le savez, depuis quelques années, environ 10 ans même, les banques ne vont pas très bien, et quand les banques ne vont pas bien, cela est lié généralement aux crédits qui sont peu ou mal remboursés par les emprunteurs. Les crédits qui sont peu ou mal remboursés s’appellent, comptablement parlant, “des créances dites…douteuses”, puisque l’on “doute” de leur bon remboursement.

Quand c’est douteux, il faut “provisionner”, ce qui veut dire concrètement se préparer à les considérer comme perdues.

Cela signifie que l’on vient déduire des bénéfices le montant de ces créances douteuses. Si on a trop de “provisions” à passer, la banque se retrouve en pertes. Si les pertes sont trop importantes, alors la banque n’est plus assez capitalisée.

Et la BCE a décidé de pousser les banques à provisionner plus.

Des taux de créances douteuses carrément “flippants” !!

Derrière la moyenne européenne de 5,92 % se cache d’immense disparités.

Si en France le taux est de 3,52 %, on peut atteindre un taux de 46 % en Grèce, de 20 % au Portugal, de 14 % en Italie ou encore de 13 % en Irlande.

Alors concrètement, cela signifie qu’il faudrait recapitaliser encore et encore le système bancaire européen, et que comme toutes les banques sont interconnectées entre elles, votre argent n’est pas en sécurité…

Charles SANNAT

https://insolentiae.com/la-bce-veut-plus-de-rigueur-sur-les-creances-douteuses/

Posté par ddupr à 08:36 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 5 octobre 2017

Poutine et Russie bashing – Les Inrocks en pointe

Encore un média et des journalistes sans éthique financés par le milliardaire Matthieu Pigasse (également actionnaire à titre personnel du Monde). A noter que les Inrockuptibles n’ont pas été mis par les décodeurs du Monde sur la liste des sites non fiables.

ARG INROCKS POUTINE


Un homme blond légèrement dégarni et au regard bleu acier vous dévisage. Il dirige deux doigts vers ses yeux, l’air de dire « Fais bien attention je t’ai à l ‘œil ». S’agit il du directeur de la CIA, dont un ancien agent fait main basse sur la presse dans les Balkans ? Ou bien du directeur de la NSA, l’agence américaine aux grands yeux et aux grandes oreilles, employant plus de 20 000 personnes et dont le budget dépasse largement les dix milliards de dollars ? Non, c’est Vladimir Poutine qui jette ce regard inquiétant sur la couverture du numéro du 20 septembre 2017 de l’hebdomadaire du charmant milliardaire Pigasse. Poutine dont la stratégie d’influence est détaillée dans un papier involontairement comique du numéro. Florilège.

Sachez- le: « Vladimir Poutine s’invitera bientôt dans votre salon », il vient d’arriver en parachute, vous le voyez déjà là, mâchoires serrées, l’air pas commode. Le même Poutine qui en 2013 annonçait (le fourbe) ses sombres desseins dans une salle rappelant « la war room bondée du Docteur Folamour de Stanley Kubrick ». La war room, ce sont les studios de Russia Today (RT) à Moscou. Puisqu’il y une war room, ces russes doivent bien préparer la guerre… Et puis ces gens là « insistent en permanence sur des sujets qui ont pour but de susciter l’anxiété », ânonne une obscure professeur d’études russes de Rennes. Car ils veulent « déstabiliser la société, créer de l’insatisfaction et instrumentaliser la droite dure et le FN », rien que ça. Et même « préparer le terrain pour la future élection présidentielle » (de 2022 note de la rédaction). On reconnaît là les fantasmes thérapeutiques qui ont suivi l’élection de Trump et le complotisme autorisé : Clinton ne pouvait pas perdre, Clinton ne devait pas perdre, si elle a perdu c’est que le Kremlin a manipulé l’élection et ils vont faire la même chose en France. Fermez le ban ? Oh non car le CSA veille !

Le CSA qui a autorisé RT France en décembre 2015 à émettre non sur le réseau hertzien mais sur le réseau numérique « a placé le site sous surveillance » car « nos homologues en Europe nous ont alertés sur des contenus qui pouvaient être potentiellement problématiques ». Un traitement particulier dont sera exonéré Arte la chaine franco-allemande, véritable instrument de propagande.

Et puis certains journalistes auraient animé « deux sites jugés conspirationnistes et proches de la mouvance Dieudonné/Alain Soral », une réputation bien « sulfureuse ». Pour mémoire le soufre signale l’odeur du diable. Malheureuse Amélie qui signe cet amoncellement de poncifs. Donnons lui une chance de se rattraper avec au choix un reportage sur les médias financés directement ou indirectement par le département d’État américain ou bien une enquête sur la French American Foundation et son programme Young Leaders dont Emmanuel Macron et Édouard Philippe font partie. Pas sur les Inrocks bien entendu. Sur RT ?

Source: Ojim.fr
http://arretsurinfo.ch/poutine-et-russie-bashing-les-inrocks-en-pointe/

Posté par UPR Creuse à 08:27 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Ouverture à la concurrence ! Les salariés SNCF seront transférés de force…

La réalité de l’ouverture à la concurrence sera évidemment une casse sociale importante à la SNCF, mais pas uniquement sociale.

Tout le monde sait très bien que le rail nécessite des investissements tels qu’en gros, un système ferroviaire n’est jamais rentable ! JAMAIS.

ARG SNCF MACRON LUTTEIl est nécessairement financé et subventionné par de l’argent public.

D’ailleurs, l’exemple anglais récent est assez saisissant.

Le rail anglais était privé. Privé depuis en gros Thatcher. Et après 30 ans de sous-investissements chroniques, les gens mourraient tout simplement dans des accidents de train.

Alors l’État anglais a nationalisé le rail pour qu’à nouveau, les “con-tribuables” paient la remise à niveau des infrastructures.

Comme nous sommes dirigés par des vendus et des escrocs, qui habillent leur malhonnêteté sous les atours de l’idéologie libérale et du libre marché, nous redonnerons pour une bouchée de pain ce que les impôts du peuple ont mis des siècles à bâtir.

La concurrence à tout prix et le “privé” sont une idéologie aussi mortifère que de croire que le public ou l’État sont la réponse à tout.

L’économie est chose nécessitant raison et équilibre.

L’économie est chose nécessitant un grand pragmatisme.

En attendant, les gus de la SNCF qui seront transférés à la société X, Y ou Z n’auront pas leur mot à dire.

C’est “en marche” ou crève.

Charles SANNAT

Source AFP via Boursorama.com ici

https://insolentiae.com/ouverture-a-la-concurrence-les-salaries-sncf-seront-transferes-de-force/

Posté par ddupr à 07:36 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 3 octobre 2017

Europe: une partie de l’épargne bientôt saisie en banque

Les politiciens votent des lois stipulant que l’épargnant sera désormais saisi d’une partie de son patrimoine en banque afin de renflouer les institutions financières. L'opinion de Didier Maurin, le directeur de Katleya Gestion

ARG SAPIN BAIGNOIREDe nombreux Etats sont aujourd’hui tellement endettés qu’ils ne sont même plus en mesure d’assurer le remboursement des intérêts de leurs dettes. La conséquence ubuesque de cette situation en est l’apparition de taux d’intérêt négatifs, qui impliquent qu’en leur prêtant de l’argent, les banques centrales leur versent des intérêts dans le même temps! Une nouveauté historique en somme!

Imaginez! Votre banque vous prête 100 000 francs à –0,5%. Cela signifie que vous toucherez 500 francs d’intérêts par an pour avoir eu la gentillesse de contracter ce prêt. Ne riez pas! C’est exactement ce qui arrive à de nombreux Etats surendettés dans le monde, car leur banquier, les banques centrales, leur octroie des taux d’intérêt négatifs afin qu’ils ne fassent pas faillite.

Une crise financière grave

Naturellement, en cas de crise financière grave, un tel Etat n’est absolument pas en mesure de renflouer des banques ou des compagnies d’assurances en difficulté étant donné qu’il a déjà du mal à rembourser ses dettes lui-même. Or, de nombreux Etats européens sont dans cette situation, ce qui a amené les politiciens à voter des lois stipulant que l’épargnant sera désormais saisi d’une partie de son épargne en banque afin de renflouer les institutions financières.

Après tout, il faut bien prendre l’argent où il est. Deux réglementations ont d’ores et déjà été votées. La BRRD, tout d’abord, est la directive relative au redressement des banques et à la résolution de leurs défaillances, adoptée en décembre 2013 par le Parlement européen, transposée désormais dans le droit de tous les pays membres de l’Union européenne. Elle privilégie la procédure de bail-in (renflouement interne) au bail-out (renflouement externe par l’Etat), ce qui signifie que l’épargnant est désormais garant de sa banque et qu’une partie de ses avoirs pourra être saisie pour la renflouer, avec un mécanisme de solidarité envers toutes les banques. De l’explosif en quelque sorte!

Blocage des contrats d’assurance vie en France

La loi Sapin 2, ensuite, votée le 9 décembre dernier par le gouvernement français et qui donne toute latitude au ministre des Finances pour bloquer les contrats d’assurance vie et ne pas procéder au remboursement de tout ou partie de l’épargne, soi-disant pour une période limitée.

Ne perdons pas de vue que dans le prolongement de ces deux réglementations, une troisième serait en préparation pour octroyer tout pouvoir à des ministres de bloquer les comptes bancaires dans le cas d’une crise grave, afin d’éviter le bank-run, comme disent les Anglo-Saxons, cette situation dans laquelle tout le monde se précipite à sa banque pour retirer ses économies.

Au regard de toutes ces réglementations, il est clair que nombre de politiciens se préparent à la prochaine crise financière internationale, car ils ne comptent pas, comme ce fut le cas lors de la crise des «subprime» en 2007, appeler les Etats en comblement de passifs. Or, pour bien protéger les banques et les compagnies d’assurances, ils doivent donner un cadre légal à ces futures saisies, car ils s’attendent à ce qu’elles soient attaquées juridiquement par nombre d’épargnants et autres associations de consommateurs. En effet, il faut pouvoir leur répondre: «C’est la loi!»

La menace «Donald Trump»

Par ailleurs, nous n’aurons peut-être pas à attendre si longtemps pour connaître une nouvelle crise, puisque Donald Trump vient d’abroger de nombreuses règles qui prévalaient jusqu’alors pour empêcher les banques de faire tout et n’importe quoi. C’est pourtant l’annulation de la réglementation instaurée après la crise de 1929 qui généra plus tard la crise des «subprime» aux Etats-Unis.

Pour conclure, même si certaines banques centrales, telle la Réserve fédérale américaine ou la Banque centrale européenne (BCE), laissent entrevoir que les taux d’intérêt vont remonter afin de donner le sentiment que la situation s’améliore, je fais partie de ces financiers qui n’en croient rien. En effet, le monde entier est aujourd’hui trop endetté pour que les banques centrales remontent leur taux, car elles nous mèneraient alors vers une forme de suicide économique.

La protection apportée par l’or et l’immobilier international

Aujourd’hui, l’immobilier international et l’or sont sans doute les meilleurs vecteurs du moment pour bien protéger l’épargnant face à ces risques. En effet, dans tous les cas, c’est la valeur des actifs qui compte aujourd’hui en matière de sécurité, le reste n’étant que du papier, à l’image de ces obligations d’Etat dont on ne sait jamais si elles seront remboursées un jour.

https://www.letemps.ch/economie/2017/09/25/europe-une-partie-lepargne-bientot-saisie-banque

Posté par UPR Creuse à 09:04 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,