mardi 24 octobre 2017

Malte : «Un gang criminel a pris le contrôle de l’Etat»

Une semaine après l’assassinat de la journaliste Daphne Caruana Galizia, qui dénonçait la corruption, la société civile est sous le choc. Les soupçons pèsent tantôt sur le gouvernement, tantôt sur le parti d’opposition. Une marche lui a rendu hommage dimanche à La Valette.

1066492-candles-burn-to-commemorate-the-killed-investigative-journalist-daphne-caruana-galizia-in-berlin«J’ai pleuré.»Manuel Delia raconte avec émotion le moment où il a appris la mort de Daphne Caruana Galizia. «Elle a longtemps été une héroïne pour moi. Depuis quelques mois, elle était devenue un mentor», confie le blogueur, venu jeudi à La Valette, la capitale de Malte, prendre part à une manifestation de plusieurs dizaines de journalistes pour le respect de la liberté d’expression. A côté de lui, face aux hautes colonnes du tribunal de Malte, un parterre de bouquets et de bougies rend hommage à Daphne Caruana Galizia, morte dans l’explosion de sa voiture dans l’après-midi du 16 octobre. Vers 15 heures, la journaliste maltaise de 54 ans, mère de quatre enfants, n’a le temps de faire que quelques mètres sur la route depuis son domicile, dans le village de Bidnija, avant qu’une bombe placée sous la voiture, très sûrement commandée par un téléphone portable, ne mette feu à son réservoir d’essence. Son fils, Matthew, arrive peu après la police sur les lieux. «Je n’oublierai jamais quand, courant autour de ce brasier infernal, […] j’ai essayé de trouver un moyen d’ouvrir la portière, le klaxon de la voiture hurlant toujours, criant à deux policiers, venus avec un seul extincteur, de l’utiliser, raconte le jeune homme sur Facebook. J’ai regardé au sol et il y avait des morceaux de ma mère partout autour de moi.»

«Mafieux»

Daphne Caruana Galizia était une personnalité à part dans le pays. Issue de la haute société et mariée à un avocat de renom, elle devient l’une des premières éditorialistes politiques à Malte dans les années 90. En 2008, frustrée par les limites imposées par les médias conventionnels, elle crée son blog, Running Commentary. Avec 400 000 pages vues par jour, son audience atteint celle des sites des plus grands journaux de l’île. Libre dans le ton comme dans la forme, la blogueuse alterne enquêtes fouillées sur la corruption, le trafic d’êtres humains ou de pétrole, et commentaires mondains sur la tenue d’un tel ou la liaison extraconjugale d’un autre. Elle disait s’appuyer sur un «réseau d’espions». Une de ses cibles préférées : le Premier ministre, Joseph Muscat, et son Parti travailliste (centre gauche), à la tête du pays depuis 2013.

En 2016, dans le cadre des Panama Papers, Daphne Caruana Galizia révèle l’existence de sociétés offshore détenues par Keith Schembri, le chef de cabinet du Premier ministre, et par Konrad Mizzi, le ministre de l’Energie. En avril 2017, elle accuse cette fois la femme de Muscat d’être la bénéficiaire d’une société-écran domiciliée au Panamá, sur les comptes de laquelle un million de dollars aurait été versé par la fille du président du régime ultra-autoritaire azerbaïdjanais, Ilham Aliyev.

Le couple Muscat dément, accusant la journaliste d’avoir été manipulée par une lanceuse d’alerte russe travaillant dans la banque par où aurait transité l’argent. La justice ouvre alors une enquête, et Muscat convoque des législatives anticipées, qu’il remporte de nouveau en juin. Entre-temps, la lanceuse d’alerte a quitté le pays après avoir témoigné devant la justice. Et lundi, Daphne Caruana Galizia a été tuée…

Aujourd’hui, alors que les fourgons et les hommes en combinaison blanche de la police scientifique ont quitté les lieux, le cratère provoqué par la violence de l’explosion est toujours visible sur le sol de cette région aride du nord de Malte. Malgré ce drame, les manifestations populaires en hommage à la blogueuse ont été rares dans ce pays de 450 000 habitants. Le sujet a rapidement été récupéré dans des joutes politiques entre les partisans des deux principales formations politiques : le Parti nationaliste (NP, de centre droit et membre du Parti populaire européen) et le Parti travailliste. Daphne Caruana Galizia étant ouvertement une supportrice du premier*, les leaders du NP n’ont pas hésité à reprendre les propos de la famille de la journaliste et accusé le gouvernement d’être un «Etat mafieux», responsable, selon eux, et au moins indirectement, de l’assassinat de la quinquagénaire. «La corruption est largement répandue dans les plus hautes sphères de l’Etat, confie Michael Briguglio, sociologue, conseiller local NP et tête de proue du Réseau société civile. A Malte, nous ne sommes pas habitués à ce genre de violence. Mais l’an dernier, nous avons eu cinq explosions de voiture de ce type. Le gouvernement actuel ne protège pas les citoyens, mais seulement un gang de politiciens au pouvoir.»

«Sorcière»

En riposte, l’exécutif accuse ses opposants d’accentuer les divisions dans la société, que beaucoup caractérisent déjà de «tribale», à un moment où l’unité devrait sinon primer, du moins s’afficher. Dans les magnifiques bâtiments de l’auberge des chevaliers de Castille, qui abrite les bureaux du Premier ministre, Kurt Farrugia, son directeur de la communication n’hésite pas à avancer : «Depuis quelques mois, Daphne Caruana Galizia avait commencé à publier des articles à charge contre le nouveau leader du Parti nationaliste (NP), Adrian Delia, l’accusant d’être mêlé à des réseaux de prostitution à l’étranger ainsi qu’à du blanchiment d’argent.» Il y a quelques semaines, la journaliste a déclaré recevoir des menaces de membres du NP et a demandé une protection policière. Sans succès.

«Nous savions que Daphne Caruana Galizia pouvait être attaquée à cause de ce qu’elle écrivait, nous recevons tous des menaces. Mais je n’aurais jamais pensé que ça pourrait aller aussi loin», soupire Saviour Balzan, journaliste et cofondateur du média Malta Today, qui se décrit lui-même comme un des plus anciens critiques de la blogueuse. «Elle s’est fait beaucoup d’ennemis car elle n’hésitait pas à attaquer personnellement les gens, moi y compris, raconte-t-il. Elle lançait parfois des rumeurs sans fondement. La dernière fois que je l’ai vue, l’an dernier, elle est venue à mon bureau pour s’excuser de ce qu’elle avait écrit sur ma famille et moi.» Sa mort brutale stupéfie autant que la personnalité de la blogueuse, sous le coup de 42 procès pour diffamation, divise. «Personne n’aimait tout ce qu’elle écrivait, mais beaucoup de gens reconnaissent le rôle important qu’elle jouait, dit à Libération Justin Borg-Barthet, professeur maltais de droit européen à l’université d’Aberdeen en Ecosse, qui a travaillé à plusieurs reprises avec Daphne Caruana Galizia. Elle se voyait comme au service de la population et n’hésitait pas à révéler la corruption autour du gang criminel qui a pris le contrôle de l’Etat

Corruption. Le mot arrive toujours très rapidement dans les conversations sur l’île. Selon un sondage Eurobarometer de 2013, 83 % des répondants maltais considèrent la corruption largement répandue dans le pays, et 29 % assurent que cela les touche dans leur vie quotidienne. Marco, accoudé au bar de son restaurant dans le centre de La Valette, le reconnaît, à sa manière : «Bien sûr qu’il y a de la corruption, mais dans les deux partis et on ne peut rien y faire. En tant que citoyen maltais, que le Premier ministre reçoive des pots-de-vin de dirigeants étrangers ne me concerne pas. Ce n’est pas l’argent public qui est gaspillé.» En 2014, un rapport de la Commission européenne a laissé entendre l’ampleur du phénomène. Entre 1995 et 2014, Malte aurait ainsi perdu, tous les ans, au moins 11,67 % de son PIB, soit 1,25 milliard de dollars à cause de la corruption. Et l’économie parallèle représenterait un cinquième du PIB.

Ce sont ce type de fraudes qui ont poussé Marlene Farrugia à quitter en 2015 le Parti travailliste, pour lequel elle avait pourtant été candidate. «Le gouvernement de Muscat utilise tous les moyens possibles pour obtenir des votes, comme délivrer des permis de construire et des emplois publics juste avant les élections, assure la députée, qui a fondé, en 2016, le Parti démocratique. Leur machine de propagande est très puissante. J’ai été violemment attaquée personnellement, par un membre du cabinet du Premier ministre sur son site web. Comme Daphne, j’ai été traitée de sorcière La femme politique, par ailleurs dentiste, a aussi reçu de nombreuses menaces. «Vous avez peut-être en face de vous une femme bientôt morte, mais cela ne me fait pas flancher, lance Marlene Farrugia, assise dans le hall du Parlement maltais. Le gouvernement a démantelé les institutions de notre pays. Depuis 2013, cinq commissaires de police ont démissionné ou été renvoyés. Les contre-pouvoirs sont anesthésiés Au début du mois, le plus haut magistrat de Malte, Silvio Camilleri, a justement accusé le ministre de la Justice et la police de ne pas faire respecter l’Etat de droit. Le Premier ministre a répondu n’être «pas d’accord avec son interprétation».

Récompense

Une semaine après le meurtre de Daphne Caruana Galizia, les fleurs s’accumulent toujours devant le tribunal de La Valette. L’enquête n’a pas apporté d’indices à ceux qui dénoncent un crime politique. Avec l’aide d’agents du FBI, de Scotland Yard, de la police danoise, et bientôt d’Europol, les enquêteurs maltais tentent de reconstituer les dernières minutes avant que la journaliste ne monte dans sa voiture de location.

Pour prouver sa volonté de faire avancer cette «affaire d’une extraordinaire importance», le Premier ministre a promis une récompense d’un million d’euros à qui apporterait des informations significatives aux enquêteurs. De son côté, David Thake, un journaliste proche de Daphne Caruana Galizia, a lancé une campagne de crowdfunding pour tenter de rémunérer des gens susceptibles de lui donner des informations sur l’assassinat de son amie. Après quatre jours de collecte, il avait réuni 26 500 dollars (environ 22 500 euros). Dimanche, à l’appel de la société civile, des médias et des différents partis qui promettent de ne pas politiser l’occasion, une grande marche a rassemblé des milliers de Maltais dans les rues de La Valette. Avec ce slogan, brandi sur les pancartes et à la une des journaux : «Daphne, ta plume a été réduite au silence mais ta voix survivra.»

Aude Massiot Envoyée spéciale à Malte

http://www.liberation.fr/planete/2017/10/22/malte-un-gang-criminel-a-pris-le-controle-de-l-etat_1604971


 

*Donc, contrairement à ce qu'affirme Libé, Daphne Caruana Galizia n'était pas si favorable au NP que ça puisqu'elle craignait des représailles de ce côté également. Elle agissait tout simplement en femme libre et en vraie journaliste...P.G.

FREXIT CLAVIER

Posté par UPR Creuse à 09:06 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

La frontière, le Système et le porno

Article suggéré par S.R. (UPR 87)


«...Il y a 420 millions de pages porno sur internet,
4.2 millions de sites Web porno (12% du total),
et 68 millions de requêtes porno dans les moteurs de recherches chaque jour.»

ARG FRONTIERES CELLULESDans cette grande entreprise d’abolition de l’Homme qui définit notre contre-civilisation, la frontière est l’ennemi.
Pas seulement la frontière qui dessine les contours de la Nation,mais la frontière au sens large, qui différencie le beau du laid, le bon du mauvais, le bien du mal. La frontière aussi quand elle se fait membrane autour des cellules, où se niche le plus intime de la Vie.
La frontière encore entre la chair et la technologie, entre l’homme et la machine. Toutes ces frontières subissent les assauts haineux du Système néolibéral dans sa volonté de tout niveler, de tout soumettre. Mais c’est probablement la frontière entre les genres, en tant qu’ultime verrou à l’atomisation complète de la société, qui subit l’attaque la plus massive, la plus dévastatrice, la plus prometteuse en matière de désintégration du corps social. Libération détournée de la femme, théorie du genre, culture porno : ou comment il ne sera bientôt plus possible aux hommes et aux femmes de s’aimer, pour le plus grand profit du Marché.
Petit essai.

 

 D’une frontière à l’autre

 

Régis Debray a dit quelque chose de magnifique sur la frontière: «La frontière n’est pas du tout la fermeture angoissante. La frontière est une marque de modestie. Je ne suis pas partout chez moi. Il y a une ligne au-delà de laquelle il y a d’autres personnes que je reconnais comme autres.»

La sagesse de ces paroles nous semble faire sens pour la frontière sous toutes ses formes. Car la frontière au sens large, loin d’être la «fermeture angoissante» donc, permet la richesse des cultures, permet de préserver la vie et l’humanité dans leur diversité, permet la radicale et sublime séparation des genres, et donc leur bouleversante conjugaison.

 
Mais vu du Marché, il est clair que 
toutes ces frontières sont surtout des freins.
 

La frontière entre les nations d’abord, qui préserve les cultures, les identités, le lien à la terre, le sentiment d’appartenance, freine l’expansion du Marché, l’avènement de son gouvernement mondial des 1% ; ralentit les flux migratoires destinés à tout niveler, à commencer par les revenus, et empêche l’avènement de cet homme nomade globalisé sans racines ni histoire, tout occupé à consommer, à dé-penser.

La membrane des cellules aussi, comme frontière protectrice du patrimoine génétique 
des espèces,

freine l’invasion du Marché à l’intérieur du Vivant,
l’empêche de le manipuler et de le privatiser.
 

La frontière entre l’Homme et la Machine encore, freine l’ultime infestation de la technologie dans la chair humaine qui doit permettre aux apôtres hallucinés du transhumanisme 1 de devenir Dieu, de vaincre la mort elle-même et de donner naissance à leur Surhomme, googelisé et connecté jusqu’au trognon, mais enfin libéré de sa pesante humanité.

 

Quant à la destruction de toutes frontières entre le bien et le mal, le bon et le mauvais, le beau et le laid, elle dit l’essence profondément malsaine du Système néolibéral, son amoralisme absolu, sa volonté d’abolir toute référence, toute possibilité de jugement par un relativisme radical qui vise à formater le corps social pour le reconfigurer en un agglomérat de dociles consommateurs débarrassés de toutes volontés autres que celle de jouir d’eux-mêmes, pour eux-mêmes.

 

Séparer l’homme de la femme

 

Après ce préambule un peu bavard, venons-en donc au cœur du sujet, c’est-à-dire à l’assaut du système dirigé contre la frontière qui se fait différence entre les genres, dualité des sexes, qui est peut-être la plus importante de toutes.
La plus importante car c’est de cette frontière, de cette différence que vient cette irrésistible attirance qui fait naître dans le cœur de l’Homme l’amour, la bravoure, la grandeur d’âme, la générosité, l’envie de beau et de bon, le désintéressement, le désir authentique et fécond, le désir d’enfant et donc nécessairement le désir de Foi, à cause de l’enfant justement dont on peut éventuellement se résoudre à concevoir la fin, mais jamais la disparition.
C’est le noyau de la première Patrie, celle de la famille, à la fois refuge et tremplin, sur laquelle s’appuie tout l’édifice d’une construction sociale structurante.

 

Autant de vertus donc qui élèvent, fortifient, enracinent l’Homme dans cette Tradition honnie qui contrarie tant le projet d’une société néolibérale réduite à la gestion juridico-marchande d’une addition d’égoïsmes concurrents. Autant de vertus qui freinent bien sûr accessoirement l’accès du Marché au très juteux monopole de la procréation.

 

Détachez l’homme de la femme, abattez la frontière, non qui les sépare mais qui les pousse dans les bras l’un de l’autre, nourrissez la rivalité et la discorde entre eux, la corrosion, et c’est alors tout l’ordre ancien qui bascule, laissant le champ absolument libre à l’avènement d’une société monstrueuse et glacée faite d’individus détachés de leur réalité, obsédés par eux-mêmes et donc livrés pieds et poings liés au Marché.

 

La libération par le cul

 

La postmodernité aura donné un coup d’accélérateur phénoménal à cette entreprise de séparation des hommes et des femmes.
Sous le masque habituel de la vertu progressiste si chère à la pègre néolibérale dirigeante, la femme a ainsi été poussée à conduire une guerre de conquête sans merci à une gent masculine trop heureuse de se soumettre dans un premier temps. Il faut dire que la stratégie choisie au tournant de la révolution bourgeoise de mai ’68, la libération par le cul donc, avait de quoi susciter la curiosité d’un regard masculin jusque-là habilement frustré.

 

Dans l’effervescence d’une époque qui s’était faite religion d’interdire d’interdire et de jouir de tout sans entraves, la femme a ainsi été instrumentalisée et trompée pour servir les intérêts du Marché désormais aux commandes.

 

Sous couvert de progrès social, elle fut donc rapidement amenée à s’exposer, à s’exhiber, sommée de tout montrer, de tout dé-voiler 2 sous l’impératif post-moderne et marchand de la surenchère transgressive, impératif nécessaire à la stimulation sans fin du désir.

 

Une société crypto-pédophile

 

En quelques décennies, l’industrie de la mode a ainsi affublé les femmes des accoutrements les plus provocants, les plus courts, fins, collants, moulant jusqu’à leurs plis et fentes les plus intimes ainsi exposés au regard de tous, déclinant cette vulgarité y compris pour les âges les plus tendres.

 

On notera au passage que cette surenchère a donc rapidement conduit à sexualiser les enfants comme elle a conduit à infantiliser le corps de la femme, notamment par une épilation intégrale devenue une autre marque obligatoire d’émancipation (pratique désormais quasi généralisée chez les hommes également). Prétendument rétive à la pédophilie, la société occidentale en multiplie pourtant les signes d’apologie avec une intensité qui devrait la questionner, si le questionnement y était encore possible.

 

Et puis à l’exhibition forcée de cette femme 2.0 − pour faire moderne − s’est conjugué un autre impératif post-soixante-huitard que permettait alors la contraception : la libération de ses mœurs avec affirmation obligatoire de ses appétits sexuels les plus débridés, appétits assortis d’une exigence de jouissance sans appel. Une révolution accompagnée et soutenue depuis dans un même élan par toute la caste dirigeante et sa merdia-sphère. Quel titre de la presse dite féminine se risquerait par exemple aujourd’hui à faire la moindre une sans un sujet sur le sexe, sujet nécessairement abordé sous un angle transgressif : adultère, pratiques déviantes, gadgets sexuels, culture porno etc…

 

Le porno, marqueur du progrès social

 

Grâce à l’avènement d’internet, la culture porno est d’ailleurs venue porter l’estocade dans les esprits déjà largement fragilisés par cette mutation. Par ordinateurs, tablettes et smartphones interposés, elle propage désormais y compris chez les enfants l’image d’une sexualité réduite à un sport de combat sur le ring duquel l’homme ne peut sortir que vidé, perdant, perdu, la queue entre les jambes donc, renvoyé à sa naturelle faiblesse face à un adversaire anatomiquement imbattable 3.

 

Le porno occupe ainsi une place de plus en plus importante dans l’entreprise de destruction des rapports hommes-femmes. De marché de niche, il est devenu produit de masse 4, grappillant ses parts de marché aux heures de grande écoute, s’imposant dans la mode, le cinéma et même les séries télévisées où se multiplient les scènes les plus osées, encore hypocritement «déconseillées au moins de dix ans» aux travers de logos dont on ne sait pas très bien s’ils sont dissuasifs ou incitatifs.

 

Faisant écho aux chaînes musicales adolescentes où le porno-soft est devenu la norme (voir les clips de rap notamment), les radios jeunes y vont bien sûr aussi de leur contribution sous prétexte d’éduquer, en proposant un discours de plus en plus trash sur la sexualité, banalisant les pratiques les plus extrêmes comme fun, et relevant bien entendu de la seule liberté et des goûts de chacun.
En réalité, tout est fait pour favoriser l’expansion d’une culture porno devenue une sorte de marqueur du progrès social occidental.

 

Le porno, trash, soft, chic ou à tendance crypto-pédophile (top-modèles de plus en plus jeunes et dénudés), est désormais imposé partout dans la Cité par la publicité ou les modes, inonde les foyers à travers le petit écran et/ou internet, et s’est aussi rendu accessible aux plus jeunes grâce aux smartphones. Au point que certains auteurs parlent désormais de pornocratie, la forme de gouvernement finalement «la mieux adaptée à l’ère ultralibérale en tant qu’elle utilise l’État résiduel [et ses merdias] pour dispenser et propager le commandement [ultime] : Jouis !» 5

 

Sauf que dans sa tentative d’érotiser le sadisme jusqu’à la nausée, 
la culture porno est d’abord une culture de mort.
Comme le dit si justement Chris Hedges, «le porno, comme le capitalisme mondial,
c’est là où les êtres humains sont envoyés pour mourir»
.

 

Le porno fonctionne en effet sur l’exact modèle des drogues dures, qui imposent l’augmentation des doses et de la force du produit pour produire l’excitation initiale toujours recherchée par le consommateur, avec comme corollaire la banalisation de pratiques toujours plus déviantes et dégradantes, toujours plus spectaculaires, toujours plus violentes (surtout pour les femmes d’ailleurs), là encore sous l’impératif de la surenchère transgressive inhérente à la gestion marketing du désir 6

 

En deux décennies, la culture porno a fait remonter ses codes, ses comportements et banalisé son sadisme dans le grand-public. La totale liberté voulue par les pouvoirs publics pour l’industrie porno, conjuguée aux progrès technologiques, a aussi permis aux pratiques les plus délirantes de faire désormais partie du paysage mental normal des jeunes d’aujourd’hui, au moment où ils construisent leur modèle sexuel.

L’âge du premier baiser est ainsi devenu celui de la première fellation 7, et des psychologues sont maintenant appelés à la rescousse dans des écoles pour des cas de fellations collectives 8. Les viols d’enfants par d’autres enfants font même leur apparition 9

Malgré tout, le porno reste «cool» dans nos sociétés occidentales libérées, et tout politicien qui prétend vouloir en questionner les nuisances est dénoncé comme un puritain coincé ou un dangereux censeur par les merdias pornocrates de la gauche libérale dominante.

Pour clore ce chapitre, on soulignera enfin que cette culture porno s’inscrit désormais dans un phénomène d’obscénité généralisée qui touche d’autres supports que le sexe. On peut ainsi parler de pornographie pour la musique lorsqu’elle se résume, comme dans les rave party d’Ibiza ou d’ailleurs, à une simple pulsation dont la seule fonction est de permettre de «jouir en tas», selon la formule de Philippe Muray. De même, cette culture porno fait également écho à la montée en puissance de cette pornographie de la mort à laquelle on assiste dans nos sociétés où les cadavres, les décapitations et autres boucheries de masse sont montrés désormais en boucle sur tous les écrans possibles, ce qui conduit l’auteur de La Cité perverse à noter ingénument qu’il a dû «se passer quelque chose dans le monde», car ce qu’on cachait hier, le sexe et les cadavres, aujourd’hui «on les montre. Cela s’exhibe».

On pourrait même conjecturer qu’il existe finalement une forme de continuité entre l’industrie porno, Daesh et ses snuff-movies.

Le sexe est partout, mais il n’y a plus de genre

Au milieu de toute cette poisse, la promotion de la théorie du genre, de même que la surreprésentation 10 des lobbies LGBTQ dans l’espace public et les écoles 11 (sous prétexte de lutte contre les discriminations évidemment), achève de brouiller les derniers ou plutôt les premiers repères des nouvelles générations.

L’hétérosexualité est ainsi en train de devenir un concept conservateur, has been, voire rétrograde, qui n’est au mieux qu’une orientation parmi d’autres forcément cool dont on ne manque pas d’assurer en permanence la visibilité et la promotion tapageuses, y compris et même surtout auprès des enfants désormais.

En Allemagne, sous la pression des associations LGBTQ, des collégiens pourraient ainsi être invités à simuler des sodomies en cours 12

De la demi-molle à l’impuissance

En toute logique, après des décennies d’exhibition, vingt ans de culture porno à hautes doses, d’impératifs de performances et de brouillage des identités sexuelles, la lassitude et la crainte se sont progressivement insinuées dans le regard d’un homme 2.0 plus que jamais désorienté.

À l’érection primesautière d’une époque de nudité vaguement joyeuse à ses débuts a donc tranquillement succédé la demi-molle d’une usure teintée de crainte, préfigurant l’impuissance généralisée en marche.
Les consultations pour les problèmes de couples ont ainsi explosé, comme le pourcentage de divorcés et de célibataires.

Aujourd’hui, au lieu de la découverte touchante et hésitante des corps lors des premiers émois, des études montrent que l’usage du Viagra s’est banalisé chez les jeunes mâles tétanisés par les exploits auxquels ils se sentent contraints pour satisfaire les exigences supposées de leur partenaire 13. Avec pour conséquence que, de plus en plus, la femme postmoderne libérée devra en réalité sa jouissance davantage à l’industrie pharmaceutique qu’au réel désir de partenaires pour lesquels l’acte sexuel est peu à peu ressenti comme une épreuve.

Cette pornocratie occidentale aura ainsi réussi à tout voler, à tout violer de la femme sans coup férir, à lui imposer que la généreuse visibilité et la disponibilité de son cul représentent de facto les seules preuves recevables de son émancipation, lui volant jusqu’à l’authenticité du désir qu’elle pense susciter, la renvoyant ainsi probablement à la condition la plus dégradante qu’elle ait jamais connue depuis l’aube des temps, et tout cela à l’insu de son plein gré.

Quant aux hommes, à qui l’on demande de surcroît d’être aujourd’hui des femmes comme les autres 14. De plus en plus nombreux sont ceux qui cherchent leur salut dans l’industrie pharmaceutique voire dans la poudre d’escampette, ou qui se contentent désormais de pornographie en rêvant des progrès forcément prometteurs de la robotique du plaisir.

L’objectif est donc en vue pour le Système.

Les rapports hommes-femmes deviennent de plus en compliqués, corrosifs, et s’acheminent graduellement vers l’impossibilité, laissant la voie libre au Marché pour s’intercaler définitivement entre eux, gérer leur misère sexuelle et affective en leurs proposant comme palliatifs l’excitation permanente, tournante et virevoltante de leur Ego, excitation ponctuée comme il se doit d’actes − orgasmiques ? − d’achat répétés.

Conclusion

La guerre totale du Système contre la frontière sous toutes ses formes vise à l’oblitération du monde ancien, à permettre l’infestation du Vivant par le Marché et la technologie, à créer cette Grande Société Unique composée de consommateurs nomadisés, atomisés et maladivement égocentriques.

Dans cette immense entreprise de nivellement et d’anéantissement, abattre la frontière entre les hommes et les femmes, les rendre semblables et donc concurrents «au point qu’il ne leur sera plus possible de s’aimer», vise l’éclatement du corps social en brisant le lien premier, originel, traditionnel, qui cimente encore la société.

Une fois ce lien brisé, tout aura alors été aboli de l’ordre ancien, de l’ordre naturel, et nous pourrons alors entrer dans cette ère de glaciation − façon Gattaca −les rapports humains seront exclusivement fondés sur la gestion juridico-marchande d’égoïsmes concurrents, y compris entre des genres alors standardisés.

Il ne restera plus à l’Homme, comme choix, que de s’en remettre à la pharma et à la Silicon Valley − c’est-à-dire au Marché − pour lui greffer la sonde anale ultime qui lui permettra de devenir enfin ce Surhomme photoshopé et hyper-connecté, capable de surperformer dans une réalité forcément augmentée, mais définitivement déshumanisée.

Entrefilets

  1. «En 2050, les gens avec moins de 150 de QI ne serviront à rien»
  2. Risquons-nous à proposer d’éclairer sous cet angle l’hystérie anti-burkini qui agite les promoteurs de la laïcité, qui se trouvent être aussi souvent ceux de la pornocratie. Car c’est un lieu commun de dire que l’exhibition permanente tue le désir de l’objet exhibé. Et que peut-être, confusément, inconsciemment, la pudeur d’un burkini leur fait peut-être craindre moins une régression comme ils disent, qu’une concurrence pour ainsi dire déloyale vis-à-vis de la femme moderne exhibée en ce qu’il, le burkini, rallumerait soudain quelque chose d’oublié dans le regard éteint de l’homme blasé, quelque chose qui aurait à voir avec l’envie de mystère, l’envie de respect, la dignité, bref, le désir, allez savoir…
  3. La pornographie c’est ce à quoi ressemble la fin du monde (Chris Hedges)
  4. Comme le souligne Dany-Robert Dufour dans La Cité perverse, l’industrie du porno et du para-porno génère aujourd’hui plus de 1 000 milliards de dollars de revenus annuel dans le monde, soit plus que l’armement et la pharma réunis. Il y a 420 millions de pages porno sur internet, 4 2 millions de sites Web porno (12% du total), et 68 millions de requêtes porno dans les moteurs de recherches chaque jour
  5. La Cité perverse, Dany-Robert Dufour
  6. Le porno postmoderne n’a plus rien à voir avec le porno de papa. Surenchère transgressive oblige, ce sont les coups, étouffements, dilatations, strangulations, triple-pénétrations, viols collectifs, vomi, simulations de meurtres et autres délires que les actrices ne peuvent parfois affronter que gavée de tranquillisants et/ou d’analgésiques. C’est cela qui fleurit sur les smartphones de nos enfants aujourd’hui.
  7. L’âge du premier baiser devenu celui de la première fellation
  8. Quand le porno éduque nos enfants
  9. Il serait d’ailleurs intéressant qu’une étude évalue les effets de cette culture porno généralisée sur cette frange d’individus qui, dans toutes sociétés, sont affectés d’une disposition à l’extrême perversion (comme les pédophiles par exemple), et chez qui cette stimulation permanente doit certainement favoriser le passage à l’acte. Combien d’enlèvements, de viols, de meurtres?
  10. En France par exemple, la proportion d’homosexuels est ultra-minoritaire avec environ 1% des hommes et femmes (0,6% des couples), alors que la question de l’homosexualité (et par extension LGBTQ) occupe une place inversement proportionnelle dans le débat sociétal, au cinéma, dans les médias, etc…
  11.  Quand le mouvement LGBT s’invite à l’école !
  12. Allemagne : les collégiens devront-ils bientôt simuler des sodomies en cours ?
  13. Génération Viagra : 20 ou 30 ans et déjà addicts à la petite pilule bleue
  14.  La féminisation de la société a certainement atteint l’un de ses sommets comiques lorsque, pour protester contre les agressions sexuelles de Cologne, les mâles allemands ont pris le taureau par les cornes et défilé…. en mini-jupes.

lundi 23 octobre 2017

Italie : très large victoire pour les autonomistes, ternie par un piratage informatique

Avec respectivement 95% et 98% de «oui», les habitants de Lombardie et de Vénétie ont approuvé lors d'un référendum une autonomie accrue pour leurs régions. Une attaque de hackers a toutefois ralenti la publication des résultats.

ACT ITALIE LOMBARDIELes riches régions italiennes de la Vénétie et de la Lombardie ont voté le 22 octobre à une écrasante majorité en faveur d'une plus grande autonomie, avec une participation suffisamment importante pour leur donner un pouvoir de négociation face à Rome.

Selon les chiffres quasi définitifs, les électeurs ont voté à 95% en faveur du «oui» en Lombardie et à 98% en Vénétie. La participation était elle estimée à respectivement quelque 40% et 57%. Le président de la Lombardie, Roberto Maroni, avait indiqué qu'une participation supérieure à 34% serait un succès. En Vénétie, le scrutin n'était valide que si un quorum de 50% était dépassé.

Le président de la Vénétie, Luca Zaia, a évoqué un «big bang» institutionnel, soulignant que la volonté d'autonomie était partagée «par une population entière» et non portée par un seul parti. Il a toutefois vu la victoire de son camp quelque peu ternie par une attaque informatique. «Nous avons trois niveaux de sécurité, les hackers en ont atteint deux», a-t-il déclaré en annonçant les résultats, expliquant ainsi le retard de leur publication intégrale : «Pour le moment, nous sommes un peu bloqués, nous téléphonons à chaque commune.»

Une victoire attendue du «oui»

Les électeurs devaient dire s'ils souhaitaient que leur région dispose de «formes supplémentaires et conditions particulières d'autonomie», selon la formule inscrite dans la Constitution. La nature et l'ampleur de cette autonomie doit désormais être négociée avec Rome puis validée par le Parlement.

Matteo Salvini, le leader de la Ligue du Nord, ancien parti indépendantiste désormais promoteur de réformes autonomistes, s'est félicité que des millions d'électeurs aient demandé «une politique plus proche, plus concrète et efficace, moins de bureaucratie et de gâchis».

Le «oui» avait aussi le soutien de Forza Italia de Silvio Berlusconi (droite), du Mouvement Cinq étoiles (eurosceptique et anti-système) et de plusieurs syndicats et organisations patronales. Le Parti démocrate (centre gauche, au pouvoir au niveau national) n'avait pas donné de consigne, mais nombreux étaient les ténors dans ses rangs à avoir soutenu le «oui».

https://francais.rt.com/international/44865-italie-tres-large-victoire-pour-autonomistes-ternie-attaque-informatique


 

Voir aussi cet article paru juste avant le scrutin, et qui éclaire la situation:


 

Référendums en Lombardie et en Vénétie : vers une vague séparatiste en Italie ?

Deux riches régions italiennes organisent le 22 octobre un référendum pour une autonomie accrue. Alors que tous les regards sont tournés vers la Catalogne, à quoi faut-il s'attendre et que révèle cette tendance européenne ?

Alors que les remous causés par les velléités indépendantistes de la Catalogne sont au centre de l'actualité, deux référendums d'autonomie sont organisés le 22 octobre prochain en Italie. Le premier concerne la Lombardie, le second la Vénétie. Si le parallèle avec la situation en Espagne est tentant, le contexte, les modalités et les enjeux de ces deux consultations offrent en réalité le parfait contre-exemple du référendum catalan.

Le président de la région Vénétie, Luca Zaia, membre de la Ligue du Nord, un parti qui revendiqua longtemps l'indépendance de la partie septentrionale du pays, est l'un des plus ardents promoteurs de la consultation. Autonomiste convaincu, il a trouvé un soutien de poids en la personne de Roberto Maroni, président de la Lombardie et membre du même parti. Dans une démarche conjointe, les deux hommes sont ainsi parvenus à obtenir que soit organisé le même jour dans leurs régions respectives un référendum pour obtenir davantage d'autonomie, notamment en matière fiscale. Pour ce parti créé à la fin des années 1980 et ayant longtemps peiné à s'implanter dans le paysage politique transalpin, le succès de cette démarche revêt les apparences d'une victoire symbolique.

En apparence, tout porterait donc à croire que la Ligue du Nord, perçue par la majorité de ses opposants politiques comme appartenant à l'extrême droite, trouverait dans l'épisode catalan une inspiration roborative – et une occasion d'inscrire son combat politique dans une dynamique plus large. Et pourtant, Luca Zaia s'est montré on ne peut plus formel : «Tout parallèle avec la Catalogne est une tentative fourbe de décourager le vote en faveur du oui.» 

«Les similarités avec la Catalogne sont minimes, le sentiment indépendantiste n'est pas très diffusé» dans ces deux régions, explique Nicola Lupo, professeur de droit constitutionnel à l'université Luiss de Rome interrogé à ce sujet par l'AFP. Au-delà de la simple différence de sentiment entre les deux pays, c'est avant tout l'impression de désordre et la violence suscitées par l'épisode catalan qui fait craindre à la Ligue du Nord qu'un parallèle entre les deux mouvements ne desserve leur cause.

Face à une quasi-unanimité, quels enjeux concrets ?

Dans les faits, les référendums du 22 octobre, organisés dans le respect de la constitution italienne, ne poursuivent pas les mêmes objectifs que la consultation interdite par la justice espagnole du 1er octobre en Catalogne. Loin des profondes dissensions entre Madrid et Barcelone, Milan et Venise veulent afficher leur bonne entente avec Rome et souligner le sérieux de leurs aspirations.

Les partisans du «oui» ne veulent d'ailleurs pas apparaître comme marginaux et tiennent à souligner l'existence d'un relatif consensus pour soutenir l'autonomie accrue : outre la Ligue du Nord, Forza Italia, le parti de Silvio Berlusconi (classé à droite), le Mouvement Cinq étoiles de Bepe Grillo, qui se revendique anti-système et eurosceptique, des syndicats et organisations patronales ainsi que de nombreux ténors du Parti démocrate (classé au centre-gauche), comme le maire de Milan, pourtant farouche opposant du président lombard Roberto Maroni, se sont prononcés en faveur d'une autonomie élargie.

Si le Parti communiste italien a certes appelé à l'abstention afin de protester contre «un gaspillage d'argent public pour un référendum farce», une quasi-unanimité semble donc bien se dégager. La victoire du «oui» paraît d'autant plus probable que l'intégralité des sondages réalisés jusqu'ici le donnent largement vainqueur. Reste toutefois la question de la participation, qui sera cruciale au moins en Vénétie, où elle doit dépasser les 50% d'électeurs inscrits pour que le scrutin soit valide. S'il n'y a pas de quorum en Lombardie, une participation minimale de «40%» est régulièrement avancée par la presse italienne comme étant le seuil en-dessous duquel le résultat du référendum apparaîtrait comme un échec pour ses partisans, même en cas de victoire du «oui».

Dans un tel contexte, chaque parti tente de convaincre de l'utilité de la consultation. La Ligue du Nord avance qu'elle permettrait à la Lombardie et à la Vénétie d'acquérir des pouvoirs ordinairement réservés à l'Etat en matière de sécurité et d'immigration, thèmes auxquels sont sensibles ses électeurs – une telle délégation de compétences nécessiterait toutefois une révision constitutionnelle, laquelle pourrait d'ailleurs être envisagée sans référendum préalable.

Pour la majeure partie des Lombards et des habitants de la Vénétie, c'est toutefois l'argument fiscal qui serait le plus à même de mobiliser. Les deux régions représentent à elles seules 30% du PIB italien, pour un quart de sa population et leur endettement par habitant est faible (73 euros pour la Lombardie, 219 euros pour la Vénétie, contre 407 pour la moyenne nationale). Avec des économies en meilleur état que dans le reste du pays et incomparablement plus dynamiques que celles des régions du Sud, le calcul est donc simple. L'autonomie permettrait à chaque habitant de récupérer environ la moitié du solde fiscal actuel (différence entre ce que les habitants versent comme taxes et impôts et ce qu'ils «reçoivent» sous la forme de dépenses publiques). Luca Zaia en a d'ailleurs fait un slogan : «Récompenser les régions vertueuses.»

La fracture Nord-Sud : une poudrière attendant l'étincelle séparatiste ?

Les différences entre les régions méridionales et septentrionales de l'Italie sont bien connues, et si la Ligue du Nord en a fait un véritable leitmotiv électoral, même les mouvements politiques traditionnels comme le Parti démocrate accusent régulièrement cette économie à double vitesse de se faire au détriment du Nord.

«Ce référendum se déroule dans un contexte de fracture traditionnelle Nord/Sud avec l'idée de Rome comme un lieu de pouvoir corrompu et centralisateur», précise le professeur Nicola Lupo. Ce sentiment est sans doute renforcé par le fait que Vénétie et Lombardie sont frontalières et proches du Trentin-Haut-Adige, du Frioul-Vénétie julienne et de la Vallée d'Aoste, trois régions à statut spécial et jouissant d'une très forte autonomie.

Ce terreau a longtemps semblé fertile pour permettre aux revendications indépendantistes de croître. Dans ses jeunes années, la Ligue du Nord n'hésitait d'ailleurs pas à évoquer la Padanie, cette région non-administrative de la plaine du Pô censée être unifiée par un passé commun distinct de l'identité italienne, elle même forgée au terme du long processus d'unification du pays tout au long du XIXe siècle. En 1997, les Sérénissimes, groupuscule nationaliste de vénétie, avait occupé la place Saint-Marc à Venise. Retranchés dans le Campanile, ils avaient dû être délogés par les carabiniers. Le régionalisme indépendantiste connaissait alors ses heures les plus fastes depuis l'instauration de la République, après la Seconde Guerre mondiale.

Depuis, beaucoup d'eau a coulé sous le pont du Rialto. Le Lombard Roberto Maroni, qui milita jadis pour «se libérer de Rome», prône désormais «une réforme dans le cadre de l'unité nationale afin de modifier les rapports entre le gouvernement central et les gouvernements régionaux». La Ligue du Nord a connu une lente transformation idéologique, à la fois cause et conséquence de son abandon de toute revendication séparatiste. Jadis opposée à l'euro et à l'Union européenne, la voilà désormais qui vante «une autonomie accrue dans l'Europe des régions», préférant mettre en avant la question de l'identité culturelle et de l'immigration. Et alors que Bruxelles à d'ores et déjà prévenu la Catalogne qu'elle ne ferait pas partie de l'UE si elle proclamait son indépendance, les autonomistes italiens, bien loin de prendre Barcelone en modèle, se tournent volontiers vers Vienne ou Budapest. Quelques jours avant les élections fédérales autrichiennes, la Ligue du Nord annonçait en effet une «entente absolue» avec le Parti de la Liberté (FPÖ) de Heinz-Christian Strache, réputé pour ses positions anti-immigration. Matteo Salvini, chef du parti et eurodéputé, ne manque pas de saluer régulièrement les mesures adoptées par le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, contre les quotas de migrants de l'Union européenne.

A la recherche solitaire d'une indépendance peu porteuse politiquement, les autonomistes italiens préfèrent désormais s'inscrire dans un mouvement qu'ils espèrent collectif et européen, quitte à reléguer loin à l'arrière plan la question territoriale qui fut pourtant leur matrice idéologique initiale.*

https://francais.rt.com/international/44786-referendums-lombardie-venetie-vers-vague-separatiste-italie


 

Voilà qui confirme les analyses de l'UPR sur le développement des "euro- régions" et le ralliement désormais sans complexes des partis "d'extrême droite" dits "eurosceptiques" à l'Union européenne sous la forme de fédéralisation de régions identitaires, dotées d'une large autonomie. P.G.

BASE 14 995X225

Posté par UPR Creuse à 09:08 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 18 octobre 2017

Trop cool la nouvelle matinale d’Europe 1 de Patrick Cohen !

Un changement de Matinale, ce n’est jamais anodin pour l’une des principales radios de France. Europe 1 a fait un gros coup lors du mercato médiatique d’été en faisant venir la voix idéologisée de France Inter en la personne de Patrick Cohen. Alors ? Le changement, c’est maintenant ? Coup gagnant pour Europe Matin ?

ARG OJIM EUROPE1Pas de tromperie sur la marchandise avec cette matinale nouvelle formule. L’accroche dit vrai : « Chaque matin, deux heures d’informations solides avec Patrick Cohen : des journaux complets avec la rédaction d’Europe 1, l’actualité politique française avec Hélène Jouan ou internationale avec Vincent Hervouet, l’économie avec Axel de Tarlé et la revue de presse de Marion Lagardère. Débats, réflexions et des invités qui font l’actualité. Mais aussi deux heures d’humeur et d’humour avec Philippe Vandel et Matthieu Noël, sans oublier le réveil de Julie et les facéties de Nicolas Canteloup ». En effet, ce cahier des charges est respecté. Ou presque. L’auditeur reçoit son quota d’informations, les différents chroniqueurs sont expérimentés, les invités ont le temps de s’exprimer (...), Patrick Cohen s’est libéré (de France Inter), la bonne humeur et l’humour règnent. Alors ? (...)


 

Rien, ou presque, de mon point de vue. Je vous laisse lire la suite ici:

LOGO FL A5

https://www.ojim.fr/cool-nouvelle-matinale-deurope-1-de-patrick-cohen/?utm_source=Newsletter&utm_campaign=d4e148bdf8-mailchimp&utm_medium=email&utm_term=0_ca15a58a97-d4e148bdf8-71509009

Personnellement, lorsque j'écoute Europe 1, il me prend en général une envie irrésistible de jeter mon poste par la fenêtre dès les premières minutes. Je n'ai pas retrouvé ce sentiment en lisant l'article. Peut- être sont- ils moins sensibles à la manière dont est traitée la question européenne sur cette antenne (comme sur les autres d'ailleurs). Pourtant l'Observatoire du Journalisme fournit en général, outre des critiques souvent pertinentes,  des informations précieuses pour tous ceux qui veulent comprendre l'asservissement des médias en France. Comme en témoigne cette infographie sur Europe 1, riche d'enseignements que voici, en images ci-dessous:

P.G.


 

infographie-europe-1-2-1024


 

infographie-europe-1-3-1024


 

infographie-europe-1-4-1024


 

Posté par UPR Creuse à 07:27 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Suppressions de postes à GE : les salariés et la direction attendus à Bercy

Alstom et les fragiles promesses de GE

C'était en 2014. Lors du rachat des activités énergie d'Alstom, GE s'était engagé par accord écrit à créer 1.000 emplois nets en France d'ici à 2018.

 

LOGO FL A5Il fallait bien amadouer l'opinion publique française et le président de l'époque, François Hollande.Trois ans plus tard, le compte n'y est pas... et n'y sera peut-être jamais.
Car entre-temps, le groupe a déclenché un premier plan social en 2016 et projette maintenant de supprimer 350 postes supplémentaires à Grenoble.
Au total, les effectifs industriels de GE en France ont même baissé, passant de 14. 628 postes en novembre 2015  à 14.228 un an plus tard, soit 400 postes de moins.
Conclusion : il faudrait créer 1.400 postes nets d'ici 2018 pour respecter la parole donnée. Mission impossible?

Bercy veut encore y croire. Nous, pas trop...S.R. (UPR87)


 

 

 

Lors du rachat des activités Energie d’Alstom, General Electric s’est engagé à créer 1.000 emplois nets supplémentaires en France. Une promesse mise en doute par les plans sociaux.

ARG GE« Il n'est pas question de laisser tomber General Electric Grenoble. Au contraire, nous aiderons, nous soutiendrons, nous trouverons des solutions ». Alors que les salariés du site de Grenoble (GE Hydro) ainsi que des représentants de la direction étaient reçus à Bercy ce lundi, le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a martelé sur franceinfo ce lundi que « General Electric devra tenir ses engagements » pris auprès de l'Etat français. Pourtant le doute s'installe.

Il y a trois ans, pour calmer les critiques autour du rachat des activités Energie d'Alstom par General Electric (GE), François Hollande avait, au nom de l'Etat, paraphé un accord avec GE, par lequel ce dernier s'engageait notamment à créer 1.000 emplois nets dans les activités industrielles de GE en France d'ici fin 2018.

Deux ans après la clôture de l'opération, l'opération semble de plus en plus compromise« C'était déjà difficilement tenable avec le premier plan social de GE début 2016, et maintenant il faut rajouter les 350 postes de l'hydraulique à Grenoble ... », résume un élu CFDT.

Annonces multiples et objectifs ambitieux

Selon le syndicat, les effectifs industriels de GE et Alstom en France étaient de 14.628 postes en novembre 2015, et ils n'étaient plus que 14.228 un an plus tard. Ce qui supposerait, pour respecter l'accord, de réaliser 1.400 créations nettes d'emplois d'ici fin 2018.

« Notre plan se déroule comme prévu et aujourd'hui, nous pouvons dire que nous sommes à mi-chemin. Nous continuons de mettre tout en oeuvre pour atteindre cet objectif », assure de son côté GE, indiquant que le plan social de début 2016 a freiné un temps les possibilités de nouvelles embauches. Le gouvernement a en tout cas indiqué mercredi qu'il serait « extrêmement attentif à ce que General Electric respecte tous ses engagements, et notamment la création nette de 1.000 emplois. »

Début 2016, GE avait annoncé 765 départs en France, finalement ramenés à moins de 590 salariés, indique la direction. Pour faire croître ses effectifs, le conglomérat a multiplié les annonces avec des objectifs ambitieux à fin 2018 : lancement d'une « fonderie digitale » (250 postes), centre de services partagés à Belfort (250 postes), vivier de jeunes talents (240 postes), création de 310 postes industriels.

Mais il reste du chemin à parcourir : à Belfort, les services partagés (en partie rapatriés de Hongrie) occupent « 130 à 140 personnes », selon un élu. GE a aussi réinternalisé une centaine de postes jusqu'alors sous-traités sur le site. « Ils ont juste changé de bleu de travail », poursuit cet élu. Quant à l'activité d'impression 3D annoncée dans la région, « on n'en entend plus parler ». Et à Paris, la fonderie digitale occupait une cinquantaine de personnes fin 2016, selon un élu.

Usine de pales d'éoliennes à Cherbourg

GE estime que le « plan de transformation » de l'activité hydraulique à Grenoble sera quant à lui « compensé » par la construction d'une usine de pales d'éoliennes à Cherbourg, avec « l'embauche de 550 personnes à terme (à pleine charge) ». Le projet, lié au rachat du danois LM Wind cette année, table sur une ouverture « au second semestre 2018 », et succède à un projet d'Alstom non abouti. Or, l'accord signé entre l'Etat et GE prévoyait que les projets d'usines liés aux parcs d'éoliennes en mer attribués à Alstom n'entraient pas dans le décompte des engagements de GE.

Dans ce jeu de bonneteau, le cabinet Vigeo a été désigné comme juge de paix, mais ses audits annuels ne sont pas publics. Un « comité de pilotage » des engagements a par ailleurs été créé entre l'Etat et GE, mais les représentants du personnel n'en font pas partie.

Réputation

A l'échelle d'un groupe comme GE, les promesses valent davantage pour la réputation que pour leur montant. Car en cas de non-respect, les sanctions financières seront modestes : 50.000 euros par emploi non créé, pour un montant plafonné à 50 millions d'euros, précise l'accord de 2014 entre l'Etat et GE. Un montant qui serait alloué « à un fonds de revitalisation ».

Après fin 2018, les engagements de GE sur l'emploi tomberont, et ceux sur les sites aussi. L'accord avec l'Etat stipulait ainsi que GE s'engageait « à ne fermer aucun des sites de fabrication actuels d'Alstom en France avant le troisième anniversaire de la clôture de l'opération ».


https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/030695550452-le-doute-sinstalle-sur-le-respect-des-promesses-de-ge-2121780.php

Posté par UPR Creuse à 07:24 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

dimanche 15 octobre 2017

Les services publics, un modèle de société

Auteur: Jacques Cotta

Alors que le ministre de « l’Action et des comptes publics » va lancer les « états généraux de la fonction publique » dans les semaines qui viennent, dans le but de « consulter les syndicats » pour revoir « le statut des fonctionnaires », « les salaires » et « l’externalisation des missions », Emmanuel Macron a personnellement donné le ton.

ARG SERVICES PUBLICS

En plein débat sur les ordonnances destinées à détruire le code du travail, le président de la république et le gouvernement mettait sur l’ouvrage le dossier de la SNCF et des cheminots. Les termes ne sont pas nouveaux. « Implication », « politique du résultat », « évaluation », « reconnaissance du mérite contre les avantages acquis », « individualisation du revenu », « privilèges » ... Derrière la façade « réformatrice », c’est la liquidation qui est à l’ordre du jour, liquidation du statut, de la fonction, des postes. Dans les quinquennats précédents, les présidents Sarkozy et Hollande ont respectivement mis en œuvre la RGPP et la LOLF censées diminuer le nombre de fonctionnaires et imposer au détriment du service rendu une politique du chiffre et du rendement. Avec les dernières primaires, leurs adeptes se sont lâchés. François Fillon préconisait la suppression de 800 000 postes, puis 500 000, nombre auquel se ralliait Bruno Le Maire. Et Macron 120 000. Mais la question n’est pas comptable.

Il s’agit d’abord de la possibilité pour l’état d’assurer un minimum de liens, de vie aux citoyens en tous lieux du territoire. Il s’agit de respecter les principes qui nous fondent d’égalité, de solidarité, de liberté, de fraternité et de laïcité.

Moins d’écoles, moins d’hôpitaux, moins de postes, moins de trains, moins de… représentent autant de difficultés insurmontables pour ceux qui en ont le plus besoin. Mais il y a plus grave. Derrière cette politique constante alignée sur les diktats de l’union européenne, c’est une conception de la vie qui s’affirme, celle du chacun pour soi et du tous contre tous, celle qui ne peut profiter qu’aux fortunés au détriment du plus grand nombre. Dans deux de mes livres « Qui veut la peau des services publics[1] » et « Un CDD sinon rien[2] », je reviens sur ces enjeux qui tracent une frontière indépassable et qui donnent l’importance des mobilisations pour la défense et l’extension des services publics. Un peu d’histoire notamment pour venir au secours du bien commun. En voici ici quelques extraits.

*

*     *

 

L’origine du statut est éclairante à deux titres au moins. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, le statut des fonctionnaires se veut un garde-fou démocratique contre les dérives inscrites dans l’histoire de France. Il est en effet issu d’une volonté politique du conseil national de la résistance contre l’attitude d’une partie de la haute fonction publique, notamment du conseil d’état et de la magistrature, qui durant la période d’occupation s’est soumise aux ordres collaborationnistes de Vichy[3]. Ensuite, contrairement à l’idée reçue, les syndicats[4] sont alors opposés au statut au profit de conventions collectives, car ils craignent d’être mis sous domination de l’état. La spécificité du statut impose en effet par voie législative et réglementaire les conditions de rémunération, d’emploi et de promotion des fonctionnaires. Le fonctionnaire, contrairement au fonctionnement théorique du privé, n’est pas dans le cadre d’un contrat révisable, négociable, mais soumis aux aléas du politique qui peut changer la loi. Les avantages de la fonction ne constituent pas pour le fonctionnaire des droits acquis. Le statut des fonctionnaires n’accorde par définition aucun des privilèges si chers au monde de l’entreprise. Derrière les condamnations qui visent les fonctionnaires et leur statut, c’est la fonction publique en tant que telle, les services publics, qui sont visés, c’est en définitive l’Etat comme outil collectif incarnant la défense du Bien commun susceptible d’imposer des contraintes, même de façon mesurée, aux intérêts privés.

La remise en cause du statut des fonctionnaires est aussi une remise en cause directe de nos principes républicains d’où sont issus les fameux « privilèges » si souvent dénoncés. D’abord le principe d’égalité fondé sur la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789[5] qui indique que « tous les citoyens étant égaux… sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leurs capacités, et sans autre distinction que celles de leurs vertus et de leurs talents ».

C’est le concours qui permet à chaque citoyen d’accéder à la fonction publique, et non les accointances, le « piston », le favoritisme, ou tout simplement la « tête du client ».

Ensuite le principe d’indépendance du fonctionnaire qui signifie que les fonctionnaires ne sont pas tenus de faire acte d’allégeance au pouvoir en place, mais de « servir avec loyauté ».

Ils doivent être protégés des pressions du pouvoir politique, comme des pressions des administrés. C’est pourquoi ils ont la sécurité de l’emploi, les garanties statutaires, le principe de la carrière, la séparation du grade et de l’emploi qui permettent d’assurer cette indépendance. Là encore, point de privilège, mais seulement les conditions indispensables à la fonction. Enfin le principe de responsabilité, lui aussi issu de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen[6] qui indique que « la société a droit de demander des comptes à tout agent public de son administration ».

(….)

Ainsi, c’est la force potentielle des six millions de fonctionnaires et travailleurs sous statut des entreprises publiques qui inquiète. Ils représentent plus du quart de la population active et constituent un môle de résistance à la logique dévastatrice d’une économie de marché ouverte régie par la loi de « la concurrence libre et non faussée ». C’est en cela que le statut de fonctionnaire qui unifie encore des millions de salariés au service de l’intérêt général et non des intérêts particuliers est insupportable aux « libéraux » qui font de la concurrence et de la sélection leur obsession.

Le statut de la fonction publique doit d’autant plus disparaitre aux yeux des partisans de la déréglementation tous azimuts qu’il constitue un verrou sur la voie du démantèlement de la « république sociale[7] » inscrite dans l’article 1 de notre constitution[8]

En en faisant une cible, ils cherchent en fait une « revanche » sur l’histoire, un retour en arrière qui tire un trait sur les périodes de grandes conquêtes sociales, 1936, les années d’après-guerre, et aussi la période des années 1980 durant lesquelles sous l’impulsion d’Anicet Le Pors, la fonction publique a trouvé un nouveau souffle.

Au lendemain de la victoire de l’union de la Gauche et de l’élection de François Mitterrand à la présidence de la république, les lois de décentralisation dites « lois Deferre » donnent aux collectivités territoriales une série de missions relevant de l’état et entrainent donc un transfert important de fonctionnaires vers les départements[9]. C’est ainsi qu’en réponse à cette situation nouvelle, le statut de 1946 est conforté, étendu, renforcé, en couvrant l’ensemble des agents publics que l’on pouvait considérer comme des fonctionnaires, c'est-à-dire les personnels de l’état, des collectivités territoriales, et des services hospitaliers. La mobilité entre la fonction publique d’état et la fonction publique territoriale est posée comme une garantie fondamentale. Le droit de grève est inscrit explicitement. Les organisations syndicales sont désignées comme négociatrices auprès des pouvoirs publics et des droits syndicaux sont étendus[10]. C’est aussi cela que les opposants au statut veulent remettre en cause.*

(…)

Concernant la rémunération des fonctionnaires, le gouvernement veut en accentuer « l’individualisation », afin de tenir compte « du mérite, de l’implication, de l’expérience, des résultats », ce qui nécessite une « évaluation » des fonctionnaires sur des critères imposés qui ne correspondent souvent plus à l’intérêt général mais à des impératifs politiques ou économiques qui lui sont étrangers. Comment évaluer le mérite d’un policier ? D’un juge ? D’un enseignant ? Par des statistiques ? Par le nombre de PV ? le nombre d’incarcération ou au contraire de mises en liberté ? Par le pourcentage de reçus au baccalauréat ?  Mais que dire de la mission, des contenus, de l’éthique qui préside normalement à la fonction ?

(…)

De façon générale, la remise en cause du statut à travers « l’individualisation des rémunérations » conduit à transformer les fonctionnaires en « auto-entrepreneurs » obnubilés par le chiffre, par l’obtention de résultats individuels. D’ailleurs, tout logiquement, le chef de l’état préconise la possibilité pour les « nouveaux entrants » dans la fonction publique « de choisir entre le statut de fonctionnaire ou un contrat de droit privé négocié de gré à gré ». La « culture du concours » et « la notation » sont critiquées. Enfin il est proposé de donner la possibilité à tous les fonctionnaires de « quitter la fonction publique contre un pécule » et de faciliter « la mobilité dans le secteur privé ». Les notions d’impartialité et d’imperméabilité aux intérêts privés garanties normalement par le statut disparaissent. Le signal est donné avec l’accord de la CFDT, de la CFTC et de l’UNSA d’un déroulement de carrière dans la fonction publique qui s’apparente plus à la gestion de l’emploi qui existe dans le secteur privé qu’à celle qui est régi par l’existence du statut.

Ouvertement, le chef de l’état demande que « les corps » de la fonction publique soient relativisés[11]. Derrière les termes administratifs qui semblent compliqués, il s’agit là d’une attaque directe, explicite, contre le statut des fonctionnaires. En France en effet, la fonction publique d'État, c'est-à-dire l'ensemble des fonctionnaires travaillant dans les administrations et organismes publics à caractère administratif de l'État, est divisée en corps correspondant à des statuts, attributions et grilles de paie précis. Ces corps sont eux-mêmes divisés en grades ou classes. S’il existe de nombreux corps, souvent mis en avant pour expliquer les difficultés de moderniser la fonction publique, seuls quelques dizaines concernent la grande majorité des fonctionnaires[12].  Chaque corps possède un statut particulier qui permet son fonctionnement, chaque statut particulier étant rattaché au statut général de la fonction publique. La relativisation d’abord, la suppression ensuite des différents statuts particuliers aboutirait à l’explosion du statut général et de la fonction publique telle que nous la connaissons et en bénéficions.

(...)

Evidemment, toutes les atteintes au statut détruisent les valeurs intrinsèques de l’engagement des agents publics, leur fonctionnement en réseau et en équipe, et diminuent la confiance dans les fondements de la République.

(…) Avec la diminution des moyens, les citoyens dans leur ensemble sont les premières victimes de l’atteinte au statut de la fonction publique qui en dénature ou en impuissante les missions.

(…)

Ainsi, la remise en cause du statut général de la fonction publique, la fusion des corps et la destruction des statuts particuliers, la réforme générale des politiques publiques annoncent des temps difficiles pour les fonctionnaires bien sûr, mais aussi et surtout pour la collectivité. D’autant que dans cette voie, l’imagination est sans limite… 

 

Jacques Cotta

Le 8 octobre 2017

 


[1] Editions Gawsewitch- 2011

[2] Idem - 2012.

[3] Lorsque les hauts fonctionnaires du conseil d’état travaillaient sur « les lois juives » ceux de la magistrature prêtaient serment au maréchal Pétain.

[4] Les syndicats ne sont reconnus qu’à partir de 1946.

[5] Article 6 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

[6] Article 15 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

[7] La République sociale peut être définie par la couverture des salariés à travers des accords d’entreprises ou de branches dans le privé, les conventions collectives, le statut dans le public, par l’existence des trois versants de la fonction publique, la fonction publique d’état, territoriale et hospitalière, et la protection sociale collective.

[8] La France est une république indivisible, laïque, démocratique et sociale.

[9] Les premiers services impactés par ces transferts sont les préfectures et les directions départementales des affaires sanitaires et sociales. Suivront ensuite d’autres directions, dont les directions départementales de l’équipement.

[10] Notamment il s’agit des décharges d’activité de service, d’attribution de locaux syndicaux, de tenue de réunions syndicales.

[11] A Nantes, le chef de l’état exprime le souhait de voir « organiser davantage le dialogue social dans l’administration autour du service plutôt que des corps ». En d’autre terme il s’agit d’une remise en cause explicite du statut.

[12] Par exemple il existe le corps des instituteurs, ou encore le corps des professeurs des universités, ou encore le corps des ingénieurs de travaux de l’équipement, etc…

http://la-sociale.viabloga.com/news/les-services-publics-un-modele-de-societe


 

*Le seul passage sur lequel je suis personnellement en désaccord: pour moi, la "réforme Deferre", s'il est parfaitement exact qu'elle étend le statut de 1946, est le premier pas vers un démantèlement généralisé du système issu du CNR. C'est aussi le début de la "régionalisation", engrenage qui nous conduira progressivement au démantèlement de l'Etat- Nation, voulu par les intérêts euro- atlantistes. Mais le débat est ouvert, bien sûr.

OUTIL LOGO FREXIT LIMOUSINPour le reste,je ne peux que saluer cet article hautement pédagogique en ces temps de triomphe idéologique d'une vision "anglo- saxonne" de la société, sous l'impulsion de la la logique des traités européens: compétition, concurrence, individualisme, déconstruction, narcissisme, performance, profitabilité, management, j'en passe...

La fonction publique "à la française" est l'anomalie à abattre pour tous ceux qui défendent en priorité des intérêts privés ou catégoriels, au détriment de l'intérêt général. L'inversion des normes et des valeurs fait passer le statut de la fonction publique pour un "privilège", grâce à une propagande médiatique sans précédent, alors que c'est exactement l'inverse, car contrairement aux vrais privilèges du moment (les féodalités financières, par exemple), il implique un devoir pour chaque agent de sercice de toute la société.

Si des réformes doivent être réalisées, c'est bien dans le sens d'une amélioration de ce service rendu, et non dans sa destruction.

P.G.

samedi 14 octobre 2017

GM&S : Retrouver du travail à 150km ? Gérard Collomb ne voit «pas le problème» grâce au TGV

Venu sur le plateau de BFMTV en TGV, le ministre de l'Intérieur a estimé que les longues distances ne sont pas problématiques. Si les salariés de GM&S ne peuvent parcourir 150km pour un nouvel emploi, ce serait avant tout une question de «liaison».

ACT COLLOMB GMSCela partait sans doute d'une bonne intention : afin d'amortir le choc qu'avait pu susciter la sortie d'Emmanuel Macron le 5 octobre dernier au sujet du «bordel» causé par des manifestants de GM&S, Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, a voulu livrer son analyse de la situation dans laquelle se trouvent les salariés du groupe sur le plateau de BFMTV le 8 octobre. Quelque peu maladroit, son commentaire a réamorcé une polémique qui était en train de s'estomper.

«Il y a des endroits où on ferme les usines, mais des endroits où on crée des emplois, et ces emplois ne sont pas pourvus. Pourquoi ils ne sont pas pourvus ?», s'est interrogé le ministre en évoquant le sort des salariés de GM&S à La Souterraine (Creuse), qui devront retrouver du travail, quand la fonderie Constellum d'Ussel (Corrèze) peine à recruter. «Pour plusieurs raisons [...] ici, c'est vraisemblablement un manque de liaison», a-t-il poursuivi.

Derrière le terme un peu vague de «liaison», le ministre de l'Intérieur voulait en réalité évoquer la question de la mobilité. Le département de la Creuse, où se trouve le site de GM&S, est en effet mal connecté aux autres régions françaises par le réseau de transports publics. C'est là qu'il faudrait, selon Gérard Collomb, chercher l'une des racines du problème du chômage. 

Pour étayer son propos, l'ancien maire de Lyon ajoute : «Ce n'est pas le problème de 180 kilomètres. Si vous êtes reliés par une autoroute ou une voie ferrée qui vous permet d'y aller... Je viens de Lyon, je n'ai pas de problème pour venir chez vous parce qu'effectivement, il y a des liaisons.»

Le ministre ne précise cependant pas que les billets de TGV comme les péages d'autoroutes coûtent parfois cher et que, s'il est venu donner une interview un dimanche à Paris en sa qualité de ministre, les salariés de GM&S devront faire au moins dix trajets par semaine pour aller travailler quotidiennement. Son analyse ne prend pas non plus en compte le fait que, même performant, un réseau de transport ne résout pas le problème de l'extrême concentration des activités économiques et particulièrement industrielles dans certaines villes.

Une réaction jugée «déconnectée des réalités»

Pour de nombreux internautes, la solution proposée par Gérard Collomb tendrait à prouver que ce dernier serait «déconnecté des réalités».

Pour d'autres, c'est surtout la question du coût de la solution proposée par le ministre qui interroge sur ses propres pratiques.

L'indignation est partagée par plusieurs internautes qui soulignent les conditions avantageuses dont jouit Gérard Collomb en tant que ministre pour se déplacer.

Pour ironiser sur la sortie du ministre, d'autres feignent de le prendre au pied de la lettre et se prennent à rêver d'une ligne de TGV entre Creuse et Corrèze.

La ville d'Ussel, où se trouve la fonderie Constellium, est distante de 150 kilomètres de La Souterraine, comme le rappellent d'autres internautes irrités par la déclaration de Gérard Collomb.

Retrouver du travail à 150km : un sacrifice nécessaire?

Le commentaire de Gérard Collomb s'inscrit dans la droite ligne de la remarque faite par Emmanuel Macron qui, au-delà de la polémique qu'elle a provoquée, révélait surtout une vision du monde du travail que le président de la République s'emploie à défendre. Selon celle-ci, le fait que la fonderie Constellium, située en haute Corrèze, peine à pourvoir quelques 18 postes vacants rend difficilement compréhensibles les plaintes des salariés de GM&S qui, dans le département voisin, se retrouvent au chômage.

«Il reste 18 postes à pourvoir à Ussel. Nous sommes prêts à examiner tous les CV, y compris ceux qui viendraient de GM&S», confirme à La Montagne Jean-Baptiste Foisel, responsable de la fonderie corrézienne Constellium. Son carnet de commandes tourne pourtant à plein régime et un plan d'investissement de 3,5 millions d'euros, qui devrait permettre d'augmenter les capacités de production, a déjà été annoncé. Constatant une inadéquation entre offre et demande au sein d'une même région, Gérard Collomb comme Emmanuel Macron en conclut donc logiquement que l'absence de mobilité des salariés est un frein au développement économique et un facteur du chômage.

Cette question de fond semble éludée par la polémique à laquelle se livrent Emmanuel Macron et Gérard Collomb d'un côté, et de l'autre, ceux que leurs propos ont choqué. Pour ces derniers, la mobilité a ses limites et refuser de faire 300 kilomètres de trajet par jour n'est pas un caprice. D'autant que le problème est loin de se limiter à la seule question du transport. «On peut proposer des choses à des gens qui sont à 140 km d’Ussel, mais pour eux, c’est souvent très difficile d’envisager un déménagement... Il faut se pencher sur leur mobilité : l’hébergement, la scolarisation des enfants, le travail du conjoint... », concède Jean-Baptiste Foisel.

Néanmoins, Constellium a d'ores et déjà entamé des discussions avec les collectivités locales et la région, afin de permettre à des salariés de travailler sur le site, même s'ils devaient venir d'un autre département. La mise à disposition par la commune d'Ussel, hors saison touristique, de logements situés à proximité de l'usine est même à l'étude. De telles solutions résoudraient le problème du transport : reste à savoir si les salariés de GM&S consentiront à concevoir leur lieu de résidence comme une contingence pouvant s'adapter aux nécessités de la production ou s'ils préféreront encourager une meilleure répartition de l'activité économique dans leur région.

https://francais.rt.com/economie/44357-gms-retrouver-travail-150km-gerard-collomb-voit-probleme-tgv

 

Posté par ddupr à 09:36 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 11 octobre 2017

Après la Catalogne, un référendum en Italie pour l'autonomie de la Lombardie et de la Vénitie

Si le référendum en Catalogne demandait son indépendance totale, la consultation organisée le 22 octobre prochain en Lombardie et en Vénétie réclame une plus grande autonomie pour ces deux régions, notamment sur le plan fiscal.

Qualifiées d’essentielles pour les moteurs de l’économie italienne puisqu’elles participent à hauteur d’un quart du PIB transalpin, la Lombardie et la Vénétie versent l’équivalent d'environ 75 milliards d’euros par an à l’Etat. Une participation excessive pour la plupart des institutions régionales, toutes tendances confondues, qui souhaitent que la majeure partie de cette contribution reste dans les caisses lombardes et vénitiennes afin de financer l’économie régionale. Utilisée auparavant comme un slogan politique par la Ligue du Nord, parti régionaliste, eurosceptique et populiste de droite, l’idée d’un nord « saigné par les régions moins riches » n’est plus aussi répandue aujourd’hui. Mais avec ce référendum prévu pour le 22 octobre, le concept a été récupéré à des fins électorales.

FL LOMBARDIE

Une forte participation à cette consultation, autorisée par la Cour
constitutionnelle, permettrait aux organisateurs d’entamer des
discussions avec le pouvoir central. Selon un sondage publié ce lundi 2
octobre au matin, 51% des Italiens estiment que les régions devraient
négocier directement avec l’Etat une nouvelle répartition des rôles,
ressources et pouvoir. Toujours selon cette enquête, quatre électeurs
sur dix de la Ligue du nord seraient plutôt sceptiques quant au
bien-fondé de cette consultation notamment en raison de son coût, estimé
à 50 millions d’euros. Un mauvais signal pour les dirigeants du parti
qui considèrent ce référendum comme une sorte de test politique à six
mois des législatives.

https://www.marianne.net/monde/apres-la-catalogne-un-referendum-en-italie-pour-l-autonomie-de-la-lombardie-et-de-la-venitie


 

Mêmes causes, mêmes effets... Le démantèlement des états- nations se poursuit inexorablement, petit à petit, sous l'effet conjugué de l'euro, des politiques d'austérité imposées par Bruxelles (GOPE), et de la compétition des territoires. Les réformes territoriales s'enchaînent, l'objectif étant, en France comme ailleurs en Europe, d'obtenir une "souveraineté" fiscale pour les euro- régions, qui pourront progressivement négocier directement avec la Commission européenne, sans passer par l'échelon national. Une politique bien plus habile que les déclarations unilatérales d'indépendance de certains.

P.G.

Posté par UPR Creuse à 08:59 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

dimanche 8 octobre 2017

Immobilier : les APL "accession" vont disparaître dès 2018

Les APL accession, qui facilitent l'emprunt immobilier pour les ménages aux revenus modestes, devraient être supprimées dès le 1er janvier 2018.

logement-social-la-cour-des-comptes-suggere-des-economiesC'est un dispositif assez méconnu mais pourtant potentiellement très avantageux pour ses bénéficiaires. L'APL accession permet aux primo-accédants aux revenus modestes de se faire rembourser une partie de leurs mensualités de crédit immobilier. Malheureusement, il vit ses dernières heures...

Passée inaperçu lors de la présentation du budget 2018 mercredi dernier, la suppression de l'APL accession a été repérée par le courtier en crédit Vousfinancer ce lundi 2 octobre, et cette mesure sera regrettée par les futurs accédants. Selon les calculs effectués par le courtier, l'APL accession pouvait presque réduire de moitié le taux d'endettement de certains de ses bénéficiaires.

  • Un parent isolé avec 2 enfants et un revenu net imposable annuel de 15.000 euros en 2015 et une mensualité de 500 euros pouvait toucher 236 euros, et ainsi voir son taux d'endettement passer de 41 à 20%.
  • Pour un couple avec 2 enfants dont le revenu net imposable est de 20.000 euros pour le ménage, les APL font baisser les mensualités de 600 à 462 euros, le taux d'endettement passant ainsi de 36 à 27%.

Ces APL sont versées dans le cadre d'un prêt d'accession sociale ou d'un prêt conventionné, et elles sont donc soumises à des conditions de revenus. Ce dispositif permet l'accès à la propriété de personnes n'ayant pas les revenus suffisants pour le faire, car comme on le voit avec les exemples cités ci-dessus, sans les APL, les ménages passent au dessus du seuil d'endettement maximal, estimé à 33% (un tiers des ressources).

Un dispositif inefficace ?

Et les personnes concernées par les APL accession sont bien plus nombreuses qu'on le croit, car cette année, "45 % des emprunteurs financés par Vousfinancer - et même 68 % des moins de 30 ans - ont des revenus inférieurs à 25.000 nets annuels et sont potentiellement éligibles aux APL", précise le courtier. Et 13% des prêts financés par le courtier en 2017 peuvent donner potentiellement droit à ces APL.

Pour justifier la suppression du dispositif dès le 1er janvier 2018, le gouvernement a parlé d'un effort en faveur de le politique d'accession à la propriété qui serait désormais "prioritairement porté sur le PTZ, qui sera prorogé". Sachant que le prêt à taux zéro, qui existait déjà, a été prolongé mais réduit sur certaines zones, la fin du dispositif des APL accession doit surtout s'expliquer par une logique d'économie budgétaire.

Sandrine Allonier, responsable des relations banques chez Vousfinancer, rejette en tout cas l'idée d'un dispositif moins efficace que les autres: "L'APL accession est l'une des aides les plus efficaces car elle est directement versée à la banque prêteuse par la CAF." Les banques peuvent ainsi les prendre en compte dans leur plan de financement et ainsi accorder plus facilement des prêts à des ménages qui n'auraient pas eu droit à un financement sans ce dispositif.

Voir l'article- source publié le 2 octobre:

Le PLF 2018 prévoit la suppression de l’APL accession : Un coup dur pour les primo-accédants passé inaperçu

Paris, le 2 octobre 2017C’est un coup dur pour les primo-accédants passé quasi-inaperçu… Le projet de loi de finances 2018 prévoit de supprimer l’APL Accession, un dispositif peu connu mais très efficace qui accorde une aide mensuelle sous conditions de ressources aux primo-accédants. Fin 2014, le gouvernement Hollande avait déjà tenté de réformer ces aides avant finalement d’y renoncer compte-tenu de l’impact potentiel. Pour Vousfinancer, courtier en crédit immobilier, la suppression de cette aide va exclure du marché de nombreux emprunteurs modestes qui n’auront plus la possibilité d’acheter sans l’APL, leur taux d’endettement devenant trop important.

Alors que la baisse des APL location de 5 € par mois a fait grand bruit, une autre mesure est passée presque inaperçue, malgré son impact important pour les jeunes ménages : sans que l’on s’y attende, le projet de loi de finances 2018 (article 52) prévoit la suppression de l’APL accession, cette aide personnalisée au logement accordée sous conditions de ressources aux emprunteurs qui deviennent propriétaires via un Prêt conventionné (PC) ou un Prêt Accession Sociale (PAS), des prêt accordés sur des durées allant jusqu’à 30 ans avec des frais de dossiers et de garanties réduits. Motif avancé : « l’article porte extinction du bénéfice de l’APL pour les accédants à la propriété, le Gouvernement assignant un objectif équivalent à des instruments de politique publique plus efficients ». « L’APL accession est l’une des aides les plus efficaces car elle est directement versée à la banque prêteuse par la CAF et vient donc réduire la mensualité de crédit payée par l’emprunteur, jusqu’à 50 % dans certains cas ! Prise en compte par les banques dans le plan de financement, elle permet donc à des ménages dont l’endettement aurait été trop élevé sans cette aide de devenir propriétaire » explique Sandrine Allonier, responsable des relations banques chez Vousfinancer.

Par exemple, un couple avec 2 enfants ayant des revenus nets de 20 000 € par an, achetant un bien ancien en zone A avec un prêt à l’accession sociale pour une mensualité de 600 € peut prétendre actuellement à 145 € d’APL par mois, réduisant sa mensualité à 455 € et son taux d’endettement à 27 %. Sans l’APL, le couple devrait verser une mensualité de 600 € ce qui ferait grimper son taux d’endettement à 36 %, rendant le projet non finançable. Voici quelques autres simulations pour l'un achat d'un logement ancien en zone A.

Revalorisée en 2013 lors de la modification du zonage et de la hausse des plafonds de revenus, l’APL accession avait failli être modifiée en 2015 et n’être accordée qu’en cas de « baisse des revenus de plus de 30 % », avant que le gouvernement ne se ravise finalement et maintienne le dispositif en l’état…  Cette nouvelle volonté de la supprimer tout bonnement cette fois-ci, pourrait exclure de l’accès à la propriété un certain nombre de jeunes emprunteurs. « La suppression de l’APL accession risque d’avoir un impact très négatif sur les primo-accédants qui pâtissent déjà de la hausse des prix dans les zones tendues et bientôt du recentrage du prêt à taux zéro. En outre supprimer l’APL accession pourrait contraindre certains ménages à rester locataires, et donc de continuer à bénéficier des APL locations, annulant de fait les économies potentiellement réalisées… A un moment où les primo-accédants semblaient de retour, ce type de mesure pourrait casser la dynamique enclenchée en pénalisant surtout les ménages les plus modestes » conclut Jérôme Robin, président et fondateur de Vousfinancer.

En 2017, 45 % des emprunteurs financés par Vousfinancer – et même 68 % des moins de 30 ans - ont des revenus inférieurs à 25 000 nets annuels et sont potentiellement éligibles aux APL. En 2017, 13% des prêts financés par le courtier donnent droit aux APL.

A propos de Vousfinancer

Fondé en 2008 par Jérôme Robin, Vousfinancer, réseau de courtiers en crédits immobiliers, accompagne de façon personnalisée, les particuliers dans la recherche de la meilleure solution de financement pour leur projet immobilier.

La stratégie de Vousfinancer se base sur la rencontre avec un seul et unique interlocuteur expert en financement, la transparence (montage du dossier financier réalisé avec le client), et la garantie de trouver rapidement (moins d’une semaine) la solution globale la plus adéquate (assurance de prêt, taux, garanties, mensualités, durées, coût du crédit, frais de dossiers, partenaires bancaires). Vousfinancer propose également des solutions pour les crédits professionnels et le rachat de crédits.

Chiffres clés : 170 agences, 600 collaborateurs, 2 milliard d’euros de crédits financés en 2017

https://www.vousfinancer.com/franchise/presse/communiques/le-plf-2018-prevoit-la-suppression-de-lapl-accession-un-coup-dur-pour-les-primo-accedants-passe-inapercu


 

Commentaire d'une de nos adhérentes en Haute- Vienne:

Macron a décidé dans la loi de finances 2018 de supprimer l'APL pour les primo accédants dès le 1er janvier 2018 !
Et je peux voir la catastrophe de cette mesure puisque mon fils est concerné.
Il vient d'acheter une toute petite maison (63 m2) et son prêt lui a été accordé, compte tenu de l'APL qu'il pouvait obtenir.
Sans cette APL, il dépassait le plafond d'endettement et il n'aurait pas eu son prêt.
La vente ne sera finalisée qu'au mois de novembre et donc sa demande d'APL sera pour le 1er janvier !
C'est une véritable catastrophe et je n'ose lui annoncer !!

 

samedi 7 octobre 2017

Comité Valmy – Construire un front de libération nationale

Depuis des décennies, le Comité Valmy, issu du combat contre la ratification du traité de Maastricht, œuvre pour le rassemblement de tous les citoyens ayant au cœur l’indépendance de la France et la souveraineté pleine et entière de son peuple.

ARG COMITE VALMYDans le même temps, notre Comité milite pour une République sociale et laïque, fidèle dans le domaine économique et social à l’esprit du Conseil National de la Résistance et de son programme.

Cette recherche d’un rassemblement le plus large possible est symbolisée par notre mot d’ordre d’ *Union du peuple de France*. Elle est en contradiction avec la pratique de ceux qui estiment que toute stratégie unitaire reste conditionnée par le clivage gauche-droite, clivage qui selon nous ne représente pas la ligne de fracture actuelle.

Ainsi, une vision dogmatique conduit certains à proposer de sortir de l’Union européenne « par la porte de gauche ». Cet objectif nous semble caractéristique d’une stratégie étriquée et ambiguë d’union de forces de gauche véritablement patriotes, ou jouant occasionnellement et selon les circonstances, la carte d’un souverainisme de façade.

Sur l’autre rive, Dupont-Aignan et son mouvement « Debout la France » prônent aujourd’hui « l’union de toutes les droites », de Laurent Wauquiez à Marine Le Pen.

Ces stratégies vont à l’encontre de l’objectif du vaste rassemblement anti oligarchique, dépassant le clivage gauche-droite et capable d’unir l’immense majorité de notre peuple victime de l’UE, que propose le Comité Valmy.

En effet, limiter le rassemblement des citoyens partisans de la sortie de la France de l’Union européenne à un seul segment de l’arc-en-ciel politique exclut ceux correspondant à d’autres sensibilités.*

Promouvoir le rassemblement de toute la droite, c’est inclure dans cette perspective les politiciens de la mouvance qui a mené au pouvoir une politique fédéraliste sur le plan européen – orientation qu’ils revendiquent toujours aujourd’hui.

Il s’agit là d’un abandon des valeurs dont se prévalaient il y a encore peu de temps Dupont-Aignan et ses amis, ainsi que les soutiens de Philippot au Front National.

Le Comité Valmy rassemble des citoyens représentant des sensibilités diverses. Certaines se revendiquent du marxisme, d’autres de valeurs gaullistes, ou simplement relèvent d’un choix républicain, au sens laïc et social.

Tous les membres de notre Comité sont patriotes, quel que soit leur choix de société.

Aujourd’hui, l’accentuation de la politique supranationale et fédéraliste du président de la République, son souci de substituer à ce qui reste de souveraineté française, le concept de « souveraineté européenne », sa volonté d’en finir avec le « modèle social français », celle de réduire au minimum les règles parlementaires au profit d’un comportement bonapartiste, son alignement sur une Allemagne dominatrice, caractérisent une politique de négation de la nation française qui doit conduire à un sursaut national.

C’est la volonté du Comité Valmy d’en être un artisan déterminé.

union peuple de France

C’est pourquoi notre organisation souhaite coopérer avec tous mouvements et personnalités fondamentalement attachés aux valeurs démocratiques et de progrès social, et qui veulent que la France recouvre son indépendance et sa pleine souveraineté.

C’est en réaffirmant notre volonté unitaire de rassemblement des forces souverainistes et notre démarche d’union du peuple de France que le Comité Valmy lance un appel solennel à tous les Français, à tous les mouvements et organisations qui se reconnaissent dans cette perspective, à construire le rassemblement le plus large possible – comme la Résistance l’incarnait, du temps où la France était asservie par le joug étranger et nazi.

L’extrême gravité de la situation actuelle, conséquence de la politique de trahison nationale de l’oligarchie européiste, rend aujourd’hui nécessaire la constitution d’un front de libération nationale pour rétablir la souveraineté de notre peuple-nation.

 

Le Bureau national du Comité Valmy
Paris le 22 septembre 2017

Source :

https://www.soverain.fr/comite-valmy-construire-front-de-liberation-nationale/


 

*N.B. Certaines personnalités mentionnées dans ce communiqué ont déclaré à plusieurs reprises qu'elles ne souhaitaient pas sortir de l'Union européenne.

NDA FREXIT

dupont-aignan-philippotNous souhaitons nous aussi le plus large rassemblement, c'est déjà le cas à l'intérieur de l'UPR, mais sur des bases claires. Il n'y a qu'un moyen pour obtenir l'indépendance de la France: le FREXIT, en utilisant l'article 50 du Traité de fonctionnement de l'Union européenne, comme le font en ce moment les Britanniques. P.G.

Posté par UPR Creuse à 08:44 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,