jeudi 2 août 2018

Droits d’auteur : l’étrange campagne « citoyenne » contre « l’impitoyable » article 13 qui fait enrager les lobbies

L’europarlement a voté jeudi 5 juillet sur un projet de directive réglementant « le droit d’auteur dans le marché unique numérique ». C’est peu dire que cette perspective a mobilisé les géants mondiaux de l’Internet qui redoutent d’être soumis à quelques contraintes.

TL RUPTURE CENSURE

La proposition émanant de la Commission européenne est pourtant fort prudente, et ne menace guère les Facebook et autres Google de la guillotine immédiate. Mais, pour les firmes, surtout américaines, c’est déjà trop.

Google n’a ainsi pas hésité à dépenser 31 millions d’euros pour des offensives de lobbying direct. A cela s’ajoutent les pressions de 24 groupes et faux-nez divers dont la firme de Montain View est partie prenante.

Contacté pour « sauver internet », un youtubeur démasque (entre autres) la campagne d’un lobby basé à Bruxelles

Un Youtubeur, Trouble Fait, vient ainsi de dévoiler une sympathique « sollicitation » dont il a récemment fait l’objet. Le 8 juin 2018, il est approché par un interlocuteur qui l’incite à rejoindre le projet « #SaveYourInternet » (« sauvez votre Internet »). La cause semble noble : défendre « un internet ouvert face à la censure ». Qui pourrait être contre ?

VID TF LOBBY DROIT AUTEUR

Mais Trouble Fait (1), en creusant un peu, découvre qu’un lobby basé à Bruxelles est à la manœuvre : le financement et l’organisation de la campagne sont en partie gérés par le groupe de pression « N-Square » à travers le projet « Copyright for Creativity – a Declaration for Europe ».

Voir la vidéo:

Vers un ContentID à l’échelle d’Internet ?

https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=qOn1M3H0dCw

Ledit projet entend combattre en particulier l’article 13 (consultable ici à la page 31) du projet de directive européenne. Un combat qui semble rejoindre sur certains points la défense de la liberté revendiquée par les créateurs du Web. Trouble Fait note cependant que cette initiative est notamment subventionnée par la Computer and Communications Industry Association (CCIA, mais avec deux C, pas de panique, quoique…), le syndicat patronal représentant les intérêts des géants du net.

36539679_10216392087738622_5230496926385831936_n2233-945x445

Mais que prescrit au juste le malheureux article 13 ? Il prévoit que « les prestataires de services de la société de l’information » prennent des dispositions « appropriées » permettant de signaler eux-mêmes aux titulaires de droits (auteurs, sites, journaux…) que vous avez utilisé un de leurs contenus. Pas d’interdiction donc, mais juste des outils techniques permettant d’avertir les auteurs, et de stocker ces informations au cas où ceux-ci souhaiteraient faire valoir leurs droits. Du reste, YouTube a déjà mis en place un tel dispositif (baptisé « Content ID »).

Les géants du Net mobilisés pour  la défense des « citoyens européens »… Vraiment ?

59f3109f09fac2c3058b4568

Bref, Bruxelles n’a pas prévu de livrer Mark Zuckerberg aux mains de sanguinaires révolutionnaires, ni même de contraindre Facebook à verser des droits d’auteur. Mais les obligations techniques prévues coûteraient un peu de sous aux géants du Net – un pognon de dingue, peut-être ? – dont on connaît la misère financière.

Il n’en a donc pas fallu plus pour que ces derniers partent à l’assaut des barricades, se revendiquant de la défense des « citoyens européens » et en n’hésitant pas à affirmer que « les créateurs à travers l’Europe se réunissent pour combattre l’Article 13 et les machines à censurer ».

6eeb0ed3df6b47a0e25a5ada7294eeab7258bb76

Autrement dit, ces multinationales ont réussi, avec le soutien de certains militants de la liberté totale du Net – qui revendiquent l’absence totale de contraintes et le dogme de la gratuité – à doubler la Commission européenne en matière d’ultralibéralisme.

Car, pour paraphraser Lacordaire, « entre Google et le créateur de contenu, c’est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit ». On pourrait préciser : la loi nationale, pas la réglementation européenne. La première est la seule légitime, la seconde ne vise jamais qu’à enfermer tous les pays dans des cadres uniformes.

(1) Contacté par Ruptures, le youtubeur Trouble Fait a souhaité préciser qu’au delà de la société de lobbying N-Square, des associations soucieuses de la défense des internautes ont également pris part à la lutte contre l’article 13 de la directive.

https://ruptures-presse.fr/actu/droits-d-auteur-etrange-campagne-citoyenne-contre-l-impitoyable-article-13-enrager-lobbies/

Voir aussi : Ruptures, le zapping n°3 : UE contre Démocratie… On a testé pour vous ! (VIDÉO)

Posté par UPR Creuse à 04:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 26 juillet 2018

Inversion de la situation 28 ans après la chute du mur de Berlin : un journaliste polonais interdit en Grande-Bretagne

ACT FREE SPEECH UK 1

Rafał Ziemkiewicz est un journaliste de renom en Pologne. Il a ses pages chaque semaine dans le prestigieux hebdomadaire conservateur Do Rzeczy et a travaillé pour plusieurs autres titres de presse respectés au cours de ses vingt ans de carrière. Il est invité pour s’exprimer à la télévision. Il a eu dans le passé son émission à la télévision publique, et il en a une aujourd’hui à la télévision privée TV Republika.

C’est aussi un écrivain plusieurs fois récompensé dans son pays, auteur de quelques best-sellers. La Pologne étant un pays où le pluralisme est réel dans les médias, Rafał Ziemkiewicz a beau afficher sans complexe des opinions à la droite du PiS, plus proches des milieux nationalistes chrétiens que démocrates-chrétiens, il fait clairement partie du mainstream polonais.

Appel à la censure du Guardian et d’une députée travailliste

Rafal_Ziemkiewicz_Sejm_2016-1

Le journaliste polonais Rafał Ziemkiewicz avait été invité par une organisation d’émigrés polonais en Grande-Bretagne pour animer en février des rencontres d’auteur prévues dans les villes de Cambridge, Bristol et Londres. Cela a déplu à la députée travailliste Rupa Huq, une ancienne journaliste du journal de gauche The Guardian. La députée née dans une famille musulmane originaire du Bengladesh a écrit au Home Office pour demander une interdiction de séjour pour ce journaliste polonais qu’elle juge « d’extrême droite ». Le Guardian a orchestré la campagne pour soutenir la demande de Rupa Huq également relayée par l’ONG « antiraciste » Faith Matters. Dans le passé, la même députée avait demandé que le président américain Donald Trump – qu’elle qualifie d’homophobe, d’islamophobe et de raciste – ne puisse pas non plus poser les pieds sur le sol britannique.

21530002c40e66914908d163bcf3f5f2

Les organisateurs polonais de ces rencontres d’auteur n’ont eu d’autre choix que d’annuler. Dans la « libérale » Albion, les propriétaires des locaux avaient eu des pressions de la police de Sa Majesté. C’est ainsi qu’un des pubs réservés pour une discussion des Polonais du coin avec Ziemkiewicz a été prévenu qu’il pourrait perdre sa licence en cas de troubles, et que des troubles étaient à prévoir. D’après le journaliste polonais, même le restaurant où un simple dîner avait été prévu en sa présence aurait préféré annuler la réservation !

Du communisme polonais au libéralisme à l’anglaise, même combat

speakers_corner_hyde_park_london

On s’en doute, Rupa Huq avait été prévenue par des Polonais de gauche qui n’aiment pas le discours d’un Ziemkiewicz de droite. Le sectarisme de gauche existe aussi chez les Polonais, sauf qu’en Pologne-même ils n’arrivent pas à empêcher un journaliste d’exprimer ses opinions de droite (ce n’est pas faute d’essayer parfois). En Grande-Bretagne, s’est plaint Ziemkiewicz dans les colonnes de Do Rzeczy, « pour qu’un rassemblement soit interdit, pour qu’il soit censuré, il suffit d’être ‘controversé’ ». Ce qui a joué, selon Ziemkiewicz, c’est aussi cette alliance entre islam et extrême gauche que l’on observe au Royaume-Uni. Car il est vrai que Ziemkiewicz est très critique par rapport à l’immigration-islamisation observée en Europe occidentale.

free-speech-poynter-ynews

Se réjouissant de l’annulation de la venue du journaliste polonais, l’ancienne journaliste du Guardian devenue députée travailliste a déclaré que sa commune d’Ealing avait montré qu’elle « ne tolérerait pas la haine et l’extrémisme d’intervenants néo-nazis venant de Pologne », ce pour quoi Ziemkiewicz lui promet des poursuites devant la justice britannique. « Extrémistes », « fascistes », « néo-nazis » : la rhétorique utilisée aujourd’hui en Europe de l’Ouest pour faire taire les voix dissidentes ressemble fort à celle des régimes communistes d’Europe de l’Est avant la chute du mur de Berlin en 1989.

https://www.ojim.fr/rafal-ziemkiewicz-journaliste-polonais-interdit-grande-bretagne/?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=observatoire_du_journalisme_les_dernieres_publications&utm_term=2018-07-25

Posté par UPR Creuse à 04:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 26 juin 2018

Voulez-vous être espionné par Google ou Amazon pour 140 euros ?

Attention, vous ne recevez pas 140 euros, vous payez 140 euros (prix moyen) pour être l’heureux propriétaire d’une enceinte connectée, celle de Google (Home) ou celle d’Amazon (Echo).

tl enceintes connectees

Les méfaits des GAFAM sont innombrables : ils ne paient pas d’impôts en Europe ou très peu (tous), ils détruisent le commerce de proximité (tous, avec une mention spéciale pour Amazon), ils trustent la publicité (tous) sur internet et assèchent les revenus des médias, il font régner la censure comme Google qui vient de supprimer la chaine YouTube de TV Libertés (TVL) pour une peccadille. Enfin ils menacent les libertés numériques en général, c’est l’objet des plaintes de la Quadrature du Net. Et maintenant ils vous espionnent dans votre salon et votre chambre. À vos frais.

Des enceintes intelligentes

ENCEINTES CONNECTEES 1

Trois concurrents sur le marché pour le moment : Google, Amazon et Apple (avec son HomePod). Mettons ce dernier de côté car l’enceinte d’Apple ne transmet pas d’informations à son constructeur. Qu’allez vous faire avec les deux autres ? Leur poser des questions de manière vocale, c’est là le but, pouvoir faire autre chose et poser une question à votre enceinte qui vous répondra ou bien exécutera/transmettra un ordre.

Tout ceci via l’intelligence artificielle, reine des batailles des enceintes connectées. Vous faites la cuisine, les mains dans la farine, on sonne à la porte, vous dites « ouvre la porte » et la porte s’ouvre si elle est connectée. Vous caressez votre compagnon/compagne/neutre/LGTB (cette liste pour ne pas être accusé de « porter un discours extrémiste, discriminant ou de haine ») et votre chien aboie car il a faim. Vous prononcez « donne les croquettes au chien » et le robot connecté obéit à votre ordre donné à l’enceinte connectée. Merveilleux, n’est ce pas ?

Petite contrepartie

ENCEINTES CONNECTEES 2

Vous allez donc pouvoir demander à écouter l’andante du concerto 21 pour piano et orchestre de Mozart, vous aurez choisi la version historique Karajan/Lipatti de l’orchestre de Lucerne en 1950. Google ou Amazon le sauront. Vous allez pouvoir aussi demander une information sur un rassemblement politique de LR/PS/EnMarche/RN/FranceInsoumise (rayer les mentions inutiles), Google ou Amazon le sauront aussi. Ils vont ainsi amasser des quantités de données personnelles qu’ils pourront exploiter via la publicité ciblée que vous n’allez pas manquer de recevoir. Plus joli, aux États-Unis, l’enceinte d’Amazon a enregistré la conversation d’un couple et l’a envoyé par erreur à un tiers. Alors, toujours tenté par cet achat ?

https://www.ojim.fr/voulez-vous-etre-espionne-par-google-ou-amazon-pour-140-euros/?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=observatoire_du_journalisme_les_dernieres_publications&utm_term=2018-06-25

ENCEINTES CONNECTEES 3

dimanche 17 juin 2018

Loi sur les « fake news » : du monopole de la vérité au règne du mensonge [réédition]

COMMUNICATION REEDITION

TRIBUNE LIBRE / Bruno Guigue

TL BG LOI FAKE

Cette histoire commence comme un conte de fées. Dans notre merveilleuse démocratie, tout allait pour le mieux. La presse était libre, le citoyen informé et le pouvoir impartial. Mais c’était trop beau. Imprudente, la démocratie n’a pas senti venir l’ennemi. Tapi dans l’ombre, il était prêt à fondre sur sa proie. Qui ? Le Russe, bien sûr. Il a fallu que ce barbare vienne gâcher la fête en propageant ses odieux mensonges. Heureusement, montant son blanc destrier, notre héroïque ministre de la culture a donné l’alerte : “La manipulation de l’information, dit-elle, est un poison lent qui abîme notre vie démocratique. L’attitude liberticide, face aux dangers actuels, c’est la passivité”.

Réagir, oui, mais comment ? Présentant le projet de loi “contre les fake news”, rebaptisé projet de loi “contre la manipulation de l’information”, Françoise Nyssen a employé un argument de poids : “La capacité de discernement des citoyens ne suffit plus”. On avait pourtant pris toutes les précautions possibles, dans les hautes sphères, pour inciter les gueux à se comporter comme des moutons. Contrôle de 95 % de la presse traditionnelle par une dizaine de milliardaires, ligne éditoriale uniforme calquée sur l’agenda libéral-atlantiste, subventions publiques réservées à des médias orthodoxes ou inoffensifs : au paradis des droits de l’homme, tout était verrouillé. Manifestement cela n’a pas suffi. Pour ramener le troupeau, il va falloir trouver autre chose. On va les aider à penser comme il faut, ces manants, car ils ont la fâcheuse manie de s’égarer sur la Toile pour entendre un autre son de cloche.

Interview véridique du chien du Président par la presse autorisée

Dans un vibrant hommage aux officines chargées de diffamer toute pensée dissidente (le “Décodex” du Monde et le “Check News” de Libération), la ministre de la culture révèle alors le fond de sa pensée : puisque “leur capacité de discernement ne suffit plus”, il importe absolument de “former les citoyens”. D’habitude, cette formation commençait et finissait avec l’école. Mais il est clair que c’est insuffisant ! Les citoyens ayant vraiment tendance à mal voter (référendum de 2005, Brexit, Italie), il va falloir les rééduquer. Comment ? En les orientant vers les bons médias, ceux qui ne mentent jamais. On pensait jusqu’à présent que les citoyens étaient assez grands pour faire leur choix parmi les organes d’information. C’est fini. Le gouvernement, dans son infinie bonté, les exonère de cette lourde tâche. Il va désormais leur signifier qui il faut lire, écouter à la radio ou regarder à la télévision.

 

TOUS LES JOURS

Pour clarifier les choses, Françoise Nyssen a précisé que la future loi contre la manipulation de l’information, évidemment, ne concernait pas “les journalistes de la presse professionnelle”. Ne mélangeons pas les torchons et les serviettes ! Il n’est pas question de mettre en cause le “professionnalisme” de ceux qui ont affirmé, par exemple, que le régime de Bachar Al-Assad allait s’écrouler sous quinze jours, ou que la Russie avait assassiné le journaliste Arkadi Babchenko, qui ressuscita au deuxième jour d’une mare de sang de cochon. Sans parler du “charnier de Timisoara”, des “couveuses de Koweit City”, de la “fiole de Colin Powell” et des innombrables bobards colportés avec zèle par des médias pour qui professionnel est synonyme de mercenaire. Bref. Si cette presse était passionnément attachée à la distinction entre le vrai et le faux, cela se saurait.

Mais peu importe. Pour nos dirigeants, c’est comme un théorème : les médias qui ont la confiance du ministre de la propagande ne mentent jamais. Puisqu’on vous le dit, c’est que c’est vrai. D’ailleurs, cette presse que le monde nous envie a deux caractéristiques qui en garantissent l’indépendance : elle appartient à la bourgeoisie d’affaires et elle reçoit des subventions du gouvernement. Double certificat de vertu ! Ce n’est pas comme si elle était animée par des bénévoles qui prennent des risques et ne gagnent pas un sou. On peut toujours rêver d’un monde meilleur sous d’autres latitudes, mais le système médiatique des “démocraties” repose à la fois sur la concentration capitaliste et la faveur du pouvoir. Un “bon journal” est un journal qui dit ce qu’il faut dire, et à qui l’État donne les moyens d’éliminer la concurrence.

 

ob_e1bc57_dieu-medias2015-550x400-c

Le projet de loi contre les “fake news” ne déroge pas à cette règle, qui est de l’ordre de la structure. Il a pour seul objectif de garantir l’homogénéité de la sphère médiatique, indispensable à la promotion de l’idéologie libérale, européiste et atlantiste. En incriminant les médias russes, l’exécutif français fait coup double : il sanctionne la Russie tout en diffamant la concurrence. Mais tous les médias citoyens sont dans la ligne de mire, car ils échappent à la double emprise du capital et du pouvoir. Ajoutée au déclin des médias classiques, la liberté conquise sur Internet effraie des élites qui voient le contrôle de l’opinion leur échapper. La propagation de fausses nouvelles nuit gravement à la démocratie, certes. Mais quand on prétend exercer le monopole de la vérité, c’est que le règne du mensonge n’est pas loin. Et ces médias “professionnels” qui ne cessent de mentir au profit des puissances d’argent en savent quelque chose.

Bruno Guigue

http://www.librairie-tropiques.fr/2018/06/verite-et-mensonge.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Posté par UPR Creuse à 04:45 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

mardi 5 juin 2018

Les censeurs Potier et Stasi frappent encore et veulent aller plus loin

TRIBUNE LIBRE / OJIM

tl censure defend europe

Il y a des noms qu’il faut retenir pour l’histoire. Par exemple ceux qui veulent imposer la censure pour tous et partout. Au moment où le livre prophétique de George Orwell 1984 ressort chez Gallimard dans une nouvelle traduction, il n’est pas indifférent de se pencher sur le cas de deux partisans de la novlangue. La novlangue dont Syme, cadre administratif travaillant dans le roman d’Orwell à la nouvelle (et dernière) édition du dictionnaire de la novlangue, en proclame l’objectif « Ne voyez vous pas que le véritable but de la novlangue est de réduire les limites de la pensée ? À la fin nous rendrons littéralement impossible le crime par la pensée car il n’y aura plus de mots pour l’exprimer ».

Deux artisans de la novlangue, Mario Stasi et Frédéric Potier

Mario Stasi porte le même nom que son père Mario Stasi, avocat comme lui. Il a remplacé fin 2017 Alain Jacubowicz démissionnaire à la tête de la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA)

Frédéric Potier est énarque, il a travaillé notamment aux cabinets de Claude Bartolone (PS) lorsque ce dernier présidait l’Assemblée Nationale et de Manuel Valls lorsqu’il était premier ministre. Il a remplacé à la tête de la Dilcrah, la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (marchez, soufflez) le préfet Gilles Clavreul en mai 2017.

La Dilcrah a été créée par Nicolas Sarkozy et ses pouvoirs ont été élargis par François Hollande. Potier s’est notamment illustré par son action au moment de l’affaire Defend Europe. Rappelons les faits : un groupe de militants du groupe Génération Identitaire bloque symboliquement une frontière dans les Alpes en posant une banderole et appellent au contrôle des clandestins, il n’y a ni violence ni intervention de la police.

 

5adb1e7d488c7bd7588b4567

Quelques jours plus tard la page Facebook de Defend Europe est supprimée par Facebook, puis ensuite celle de Génération Identitaire. Le sous-préfet Potier se vante d’être à l’initiative de cette interdiction, découvrant ainsi la nouvelle alliance d’une censure d’État avec la censure privée d’une multinationale américaine.(...) Cette démarche a provoqué la surprise chez le politologue Dominique Reynié dans un article remarqué du Figaro.

Stasi et Potier s’acharnent contre la liberté d’expression

Un peu plus tard nos deux comparses ont cosigné une tribune dans le Figaro du 21 mai 2018. Un véritable florilège, nous citons « Facebook a fait application de ses propres règles d’utilisation contre un groupuscule d’extrême droite véhiculant un discours xénophobe. Nulle censure d’État. Nul complot. Nulle violation d’une liberté fondamentale ».

la-guerre-c-est-la-paix

Une analyse sémantique simple et de bon sens permet de dévoiler, de dévoiler quoi ? Le mensonge tout simplement. Le sous-préfet Potier s’est vanté d’être à l’origine de la suppression des pages Facebook concernées. Quand il dit Nulle censure d’État, il ment tout simplement. Et quand le couple Anastasie (la figure de la censure avec ses grands ciseaux) dit tranquillement Nulle violation d’une liberté fondamentale, il illustre les valeurs de Big Brother dans 1984 :

LA GUERRE C’EST LA PAIX

LA LIBERTÉ C’EST L’ESCLAVAGE

Mario Stasi a un nom prédestiné, nous ignorons s’il est originaire de Corse, d’Italie, d’Allemagne de l’est ou d’ailleurs mais son patronyme évoque irrésistiblement la police politique de la partie orientale de l’Allemagne, alors communiste. Nous lui recommandons chaudement de voir (ou revoir) le superbe film consacré à cette charmante institution en 2006 par Florian Henckel von Donnersmark, La Vie des autres. Hélas la Stasi ne recrute plus, mais on dit que les services secrets cubains…

https://www.ojim.fr/les-censeurs-potier-et-stasi-frappent-encore-et-veulent-aller-plus-loin/?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=observatoire_du_journalisme_les_dernieres_publications&utm_term=2018-06-01

BASE 14 995X225

Quoiqu'on pense de Génération identitaire ou de l'opération "Defend Europe" (en langue bruxelloise s'il vous plaît), ce qui est dérangeant ici, c'est la collusion entre censure d'Etat et censure d'une multinationale américaine, comme le souligne très bien cet article, mais aussi le "deux poids deux mesures": d'autres pages FB comme celle du mouvement "black blocs" n'ont pas été inquiétées, à ma connaissance.   P.G.

BLACK BLOC PAGE FB

10931350_588909187922346_9137874935226152520_n

Posté par UPR Creuse à 07:11 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 2 juin 2018

Loi contre les fausses informations

Une loi qui ne nous protégera pas des « fake news » répandues essentiellement par l’appareil médiatique du « bloc occidental »; comme on l’a vu dans toutes les guerres d’ingérence récentes: en Yougoslavie, en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Ukraine, en Palestine, en Syrie… Cette loi servira uniquement à museler les journalistes indépendants [hors système] et les blogs alternatifs qui ont une autre manière de voir les choses et qui s’attachent justement à dévoiler les mensonges des médias intitutionnels.

TL MACRON LOI FAKE NEWS

TRIBUNE LIBRE / p

Source: 

Les pièges de la définition :

Le projet de loi sur les « fake news » change d’intitulé. Ce mauvais anglicisme est remplacé dans l’intitulé de la loi sur la « manipulation de l’information » et dans le corps du texte, la fausse information, celle à combattre, est décrite comme « toute allégation ou imputation d’un fait dépourvu d’élément vérifiable de nature à le rendre vraisemblable ». Pour mémoire, la loi de 1881 punissait déjà la publication, la diffusion ou la reproduction, par quelque moyen que ce soit, de nouvelles fausses, de pièces fabriquées, falsifiées ou mensongèrement attribuées à des tiers lorsque, faite de mauvaise foi, elle aura troublé la paix publique, ou aura été susceptible de la troubler… .

1033625035

Ce pinaillage sémantique est-il vraiment important ? Oui, car dès qu’il s’agit de définir le vrai, le faux et l’interdit, les mots comptent. Accordons que « fake news » est un mauvais anglicisme qui souffre de deux défauts principaux :

– la confusion avec des notions comme désinformation, intoxication, rumeur sans oublier le canular, la parodie, le sensationnel des pièges à clics, etc.

– son usage devenu totalement polémique et dont témoigne  la situation américaine : les démocrates accusent les trumpistes d’avoir gagné les élections sur de fausses nouvelles et les seconds accusent les premiers de tenter de déstabiliser le président et de défendre le pouvoir idéologique de la bien-pensance à grands coups de "fakes".

Donc il est bien d’avoir traduit en français en se référant à la notion de fausses informations, sous réserve qu’il s’agisse bien d’informations au sens des nouvelles, c’est-à-dire le récit ou la représentation d’événements passés qui se sont ou pas déroulés comme on le prétend.

En revanche, la définition du « faux » montre un singulier glissement. La loi de 1881 parle bien de fabriquer, de falsifier ou d’attribuer mensongèrement, trois actes délibérés, trois choses qui ne peuvent se faire innocemment (au moins chez le premier falsificateur qui lance une nouvelle destinée à être reprise). À l’origine des fausses nouvelles, il y a toujours forcément un initiateur qui a inventé une fait, ou qui a imité ou truqué un document, éventuellement photographique ou numérique. Le mot ancien de forgerie traduit bien cette idée de fabriquer : c’est un acte dont il faut prouver l’effectivité. Un fait qui peut être ou pas établi.

aliens-et

En revanche, la nouvelle définition proposée par la loi commence bien (allégation ou imputation d’un fait) mais se termine dans le flou. Est-ce une loi anti-crétins destinée à punir les gens qui croient des choses invraisemblables ? Ou contre les paresseux qui reprennent une information sans avoir pris la peine de la vérifier ?

Surtout comment le juge des référés fera-t-il pour évaluer le dégré de vraisemblance d’une information venue de l’étranger, comme un crime de guerre en Syrie, l’existence d’un compte au Bahamas ou l’assassinat du journaliste Babchenko ?

Pour reprendre des exemples récents et bien français : comment juger de la vraisemblance d’un cas d’étudiant matraqué dans le coma ou d’un faux tweet anti-immigré de Dupont-Aignan en toute objectivité politique ? De la démonstration d’un acte on passe à l’évaluation d’une autorité ou d’une cohérence – choses éminemment subjectives voire idéologiques. Car il n’y a rien de plus idéologique que de décider ce qui doit être tenu pour vraisemblable et énonçable.

ob_f07afc_fake-news-2

À l’évidence la loi servira moins à protéger l’opinion, en démontrant des manœuvres ou des maquillages (la probabilité qu’une fausse nouvelle grossière ne soit pas très vite repérée par les internautes et les nombreux dispositifs de fact-checking est faible) qu’à creuser le fossé idéologique entre médias classiques et contestation sur les réseaux sociaux. Ce qui est peut-être l’effet rhétorique recherché.

François-Bernard Huyghe  | 30 mai 2018

Source: https://www.huyghe.fr/actu_1537.htm

https://arretsurinfo.ch/loi-contre-les-fausses-informations/

Posté par UPR Creuse à 04:15 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

lundi 28 mai 2018

Vidéos du jour

L’entretien libre : Alain Deneault, par Aude Lancelin

VID LANCELIN DENAULT

Source : Le Média, Aude Lancelin, 30-04-2018

Aude Lancelin reçoit Alain Deneault, philosophe québécois, auteur de “La Médiocratie” et “Le totalitarisme pervers”.

L'ENTRETIEN LIBRE #11 : AUDE LANCELIN / ALAIN DENEAULT

https://www.youtube.com/watch?time_continue=18&v=Zq9cqddCm24

Commentaire recommandé

ZX // 27.05.2018 à 08h41

Les cinq caractéristiques de l’extrême centre de Macron, selon Alain Deneault :
1) Favoriser les multinationales
2) Favoriser les dividendes pour les actionnaires
3) Donner accès aux paradis fiscaux
4) Réduire les services publics
5) Réduire les droits des travailleurs.

Autrement dit si “Macron varie, bien fol est qui s’y fie” (dixit Olivier Berruyer dans une interview sur RT), ce n’est que dans sa communication, pensant, peut-être, qu’il faut toujours dire ce que l’autre veut entendre pour mieux le manipuler. Mais son idéologie, et les actes qui la trahissent, est aussi fixe et immobile que la pierre : tout pour ceux qui ont, ou qui sont, tout, rien pour ceux qui n’ont, ou ne sont, rien. Car pour le “philosophe de l’Élysée” être et avoir c’est la même chose.

https://www.les-crises.fr/video-lentretien-libre-alain-deneault-par-aude-lancelin/

OUTIL GOPE SILENCE

BASE 14 995X225

"Si la République en Marche s'appelait "le Capital en marche", les Républicains "les Capitalistes", les socialistes "les sociaux- capitalistes"..."

Des réflexions intéressantes sur la manipulation des idées, sur le rôle de l'affect contre la Raison.

Malheureusement, il y a toujours un débat absent à gauche, celui qui porte sur le rôle de la "construction européenne" et la possibilité de s'en émanciper. Ce serait pourtant une bonne première étape pour ceux qui aspirent à changer la société...

 

Voir aussi:

Natacha Polony réfléchit sur la violence et la politique (avant sa revue de presse début mai): ça tombe bien, à l'UPR, nous n'avons aucune complaisance envers la violence politique, et nous ne proposons pas d'imposer une autre Europe par la force, ou de "désobéir aux traités", mais d'en sortir pacifiquement et légalement, par l'article 50 du TUE (FREXIT).   P.G.

NATACHA VIDEO

"Mélenchon est Piégé" N. Polony Analyse Parfaitement la Situation entre Macron et Mélenchon

https://www.youtube.com/watch?v=lXglaPiI8Yo

samedi 5 mai 2018

Déclaration des devoirs et des droits des journalistes, dite « Charte de déontologie de Munich » de 1971

Déclaration des devoirs et des droits des journalistes, dite « Charte de déontologie de Munich » de 1971 : « TOUT JOURNALISTE DIGNE DE CE NOM… ».

Charte-de-Munich-1971-extrait

Le scandale médiatique et démocratique qu’a constitué l’occultation totale, par tous les grands médias, de notre grande manifestation parisienne du 1er mai nous conduit à publier ci-dessous la Charte de déontologie du journalisme, telle qu’elle fut adoptée à Munich en 1971.

Selon les termes même du texte, « tout journaliste digne de ce nom se fait un devoir d’observer strictement » cette Charte internationale de déontologie.

En particulier, « tout journaliste digne de ce nom se fait un devoir » de « ne pas supprimer les informations essentielles » et « doit s’interdire » la « suppression d’une information ». 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les grands médias français bafouent ce principe éthique fondamental.

Cette brève et limpide « Charte de Munich » est aujourd’hui largement méconnue des journalistes eux-mêmes, comme je l’avais découvert non sans surprise, en mars 2017, lors de ma première conférence de presse en tant que candidat à l’élection présidentielle (vidéo: https://www.upr.fr/actualite/france/declaration-des-devoirs-et-des-droits-des-journalistes-dite-charte-de-deontologie-de-munich-de-1971-tout-journaliste-digne-de-ce-nom).

La lecture de cette Charte prouve à quel point le monde occidental en général, et la France tout particulièrement, ont subi une effrayante régression de la liberté de la presse depuis 47 ans. 

Sa lecture et sa diffusion permettra à nos adhérents, sympathisants et lecteurs, de le démontrer au plus grand nombre possible de personnes de leur entourage familial, amical et professionnel.

François Asselineau
4 mai 2018
———————————————–

RAPPELS HISTORIQUES

La Charte de déontologie de Munich (ou Déclaration des devoirs et des droits des journalistes), signée le 24 novembre 1971 à Munich et adoptée par la Fédération européenne des journalistes, est une référence européenne concernant la déontologie du journalisme, en distinguant dix devoirs et cinq droits. Le texte reprend les principes de la Charte des devoirs professionnels des journalistes français écrite en 1918 et remaniée en 1938, pour y préciser les droits permettant de les respecter. Il reprend le principe du secret professionnel (article 7), en y ajoutant un devoir jugé essentiel, celui de la protection des sources d’information des journalistes.

La Charte de Munich a été rédigée avec le concours de Paul Parisot, président du Syndicat des journalistes français (CFDT), devenu Union syndicale des journalistes CFDT, journaliste à Franc-Tireur, embauché au début des années 1960 à la rédaction du quotidien France-Soir de Pierre Lazareff, où il a tenté d’empêcher l’arrivée de Robert Hersant, avec la société des rédacteurs du journal. Paul Parisot obtient la création de l’Union nationale des syndicats de journalistes (UNSJ) en 1966. Lors du congrès de la FIJ (Fédération Internationale des Journalistes) à Dublin en avril 1968, les syndicats de journalistes français, belges et allemands demandent que des garanties soient recherchées en Europe, pour l’indépendance des journalistes, face aux pressions du patronat et des États.

Ensuite, lors d’une conférence organisée en 1971 à Munich à l’invitation du Deutscher Journalisten-Verband, Paul Parisot rédige la déclaration des droits et des devoirs des journalistes. Rédigés dans un style direct et concis, pour être accessibles à tous, les 15 articles de la charte tiennent sur une page. La rédaction est précise, pour être facile à interpréter, en cas de recours en droit. Concret et pratique, le texte se veut un guide utile à l’exercice du journalisme au quotidien.

Cette Charte de déontologie a été adoptée par les syndicats de journalistes des 6 pays du Marché commun réunis à Munich, le 24 novembre 1971, qui ont voté à l’unanimité cette « Déclaration des devoirs et des droits des journalistes ». Les syndicats de journalistes de Suisse et d’Autriche, ont participé à la réunion et voté également la charte.

Elle a ensuite été adoptée par la Fédération internationale des journalistes (FIJ), puis plus tard par l’Organisation internationale des journalistes (OIJ) qui était son pendant soviétique durant la Guerre froide.

L’Union nationale des syndicats de journalistes français a ensuite demandé aux organisations d’employeurs que ce texte figure en préambule de la convention collective des journalistes, afin d’imposer à tous « les principes éthiques de la profession et les clauses nécessaires à son extension », selon Bernard Voyenne, dans Les journalistes français. Cette demande n’a pas abouti, et une partie des directeurs de journaux français indiquaient, dans une enquête effectuée en 2000, ne pas connaître la Charte de Munich.

 

BANDEAU CHARTE DE MUNICH

Préambule

Le droit à l’information, à la libre expression et à la critique est une des libertés fondamentales de tout être humain.
Ce droit du public de connaître les faits et les opinions précède l’ensemble des devoirs et des droits des journalistes.
La responsabilité des journalistes vis-à-vis du public prime toute autre responsabilité, en particulier à l’égard de leurs employeurs et des pouvoirs publics.
La mission d’information comporte nécessairement des limites que les journalistes eux-mêmes s’imposent spontanément. Tel est l’objet de la déclaration des devoirs formulés ici.
Mais ces devoirs ne peuvent être effectivement respectés dans l’exercice de la profession de journaliste que si les conditions concrètes de l’indépendance et de la dignité professionnelle sont réalisées. Tel est l’objet de la déclaration des droits qui suit.

Déclaration des devoirs

 Les devoirs essentiels du journaliste, dans la recherche, la rédaction et le commentaire des événements, sont :
  • 1) respecter la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître ;
  • 2) défendre la liberté de l’information, du commentaire et de la critique ;
  • 3) publier seulement les informations dont l’origine est connue ou les accompagner, si c’est nécessaire, des réserves qui s’imposent ; ne pas supprimer les informations essentielles et ne pas altérer les textes et les documents ;
  • 4) ne pas user de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents ;
  • 5) s’obliger à respecter la vie privée des personnes ;
  • 6) rectifier toute information publiée qui se révèle inexacte ;
  • 7) garder le secret professionnel et ne pas divulguer la source des informations obtenues confidentiellement ;
  • 8) s’interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation, les accusations sans fondement ainsi que de recevoir un quelconque avantage en raison de la publication ou de la suppression d’une information ;
  • 9) ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste ; n’accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs ;
  • 10) refuser toute pression et n’accepter de directives rédactionnelles que des responsables de la rédaction.
Tout journaliste digne de ce nom se fait un devoir d’observer strictement les principes énoncés ci-dessus ; reconnaissant le droit en vigueur dans chaque pays, le journaliste n’accepte, en matière d’honneur professionnel, que la juridiction de ses pairs, à l’exclusion de toute ingérence gouvernementale ou autre.

Déclaration des droits

  • 1) Les journalistes revendiquent le libre accès à toutes les sources d’information et le droit d’enquêter librement sur tous les faits qui conditionnent la vie publique. Le secret des affaires publiques ou privées ne peut en ce cas être opposé au journaliste que par exception en vertu de motifs clairement exprimés.
  • 2) Le journaliste a le droit de refuser toute subordination qui serait contraire à la ligne générale de son entreprise, telle qu’elle est déterminée par écrit dans son contrat d’engagement, de même que toute subordination qui ne serait pas clairement impliquée par cette ligne générale.
  • 3) Le journaliste ne peut être contraint à accomplir un acte professionnel ou à exprimer une opinion qui serait contraire à sa conviction ou sa conscience.
  • 4) L’équipe rédactionnelle doit être obligatoirement informée de toute décision importante de nature à affecter la vie de l’entreprise. Elle doit être au moins consultée, avant décision définitive, sur toute mesure intéressant la composition de la rédaction : embauche, licenciement, mutation et promotion de journaliste.
  • 5) En considération de sa fonction et de ses responsabilités, le journaliste a droit non seulement au bénéfice des conventions collectives, mais aussi à un contrat personnel assurant sa sécurité matérielle et morale ainsi qu’une rémunération correspondant au rôle social qui est le sien et suffisante pour garantir son indépendance économique.
Munich, 1971

François Asselineau, Président de l’Union populaire républicaine. La France doit sortir de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan.

Posté par UPR Creuse à 07:28 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

TOUS LES MÉDIAS DU PAYS ONT GARDÉ LE SILENCE LE PLUS TOTAL SUR NOTRE MANIFESTATION

Screen-Shot-05-04-18-at-03

BANDEAU MANIF

Selon un décompte minutieux réalisé à partir d’une vidéo, la manifestation du 1er mai 2018 de l’UPR à Paris a rassemblé 3450 participants, soit 3 fois plus que le nombre de « casseurs » du défilé syndical.

Pourtant, TOUS LES MÉDIAS DU PAYS ONT GARDÉ LE SILENCE LE PLUS TOTAL SUR NOTRE MANIFESTATION (à part 30 secondes sur BFMTV, donnant une grave sous-estimation du nombre de nos manifestants).


Décidément, l’UPR ne fait pas comme les autres partis politiques puisque la première estimation que nous avons donnée de la participation à notre manifestation (environ 3 000) doit être révisée… à la hausse !

Rappels :

– 14 h : BFM-TV estime à 1 500 le nombre de nos manifestants rassemblés place de la République à 14 h, soit une demi-heure avant que la manifestation ne démarre et alors que des groupes continuaient d’arriver !

– 16 h 30 : du haut du char où il prononce son discours final, François Asselineau estime entre 2 500 et 3 000 le nombre de nos manifestants.

– 17 h : la préfecture de police estime à 2 000 le nombre de manifestants de l’UPR.

– en fin de soirée : nous diffusons un communiqué assorti d’une petite vidéo estimant ce nombre à « environ 3000 ».

– Aujourd’hui : un décompte minutieux des manifestants, réalisé par l’un de nos adhérents à partir de l’examen au ralenti d’une vidéo présentant de façon exhaustive l’ensemble du cortège, aboutit à la conclusion qu’il y a eu environ 3 453 manifestants.

 

 

Ce comptage des manifestants a été effectué sur la base de cette vidéo du cortège, filmée à un passage piéton rue Beaubourg, qui donne un très bon point de repère : https://www.youtube.com/watch?v=jFy7FdValiY

Détail du comptage : ( début comptage -> fin comptage ; total période ; note de comptage)
0′ 00 » -> 0′ 47 » ; 40 personnes
0′ 47″ -> 1′ 00 » ; 46 personnes
1′ 00 » -> 2′ 02″ ; 950 personnes (sur la base de 46 personnes toutes les 3 secondes)
2′ 02 » -> 3′ 01 » ; 20 personnes
3′ 01 » -> 3′ 20 » ; 52 personnes
3′ 20 » -> 3′ 42 » ; 40 personnes
3′ 42 » -> 4′ 40 » ; 734 personnes (sur la base de 38 personnes toutes les 3 secondes)
4′ 54 » -> 6′ 33 » ; 942 personnes (avec un trou de 14 secondes sans manifestant puis sur la base de 28 personnes toutes les 3 secondes)
6′ 33 » -> 8′ 04 » ; 629 personnes (sur la base de 17personnes toutes les 3 secondes, avec 20 s de défilé non filmé en restant compté).

Total estimé : 3 453 personnes

LA CENSURE FÉROCE DE L’UPR

Le défilé syndical du 1er mai (réalisé sur un autre parcours que le nôtre), perturbé par de violents heurts, a rassemblé 55 000 personnes à Paris, selon les chiffres communiqués par la CGT (contre 80 000 l’année dernière), et 20 000 personnes selon la police [ source : http://www.leparisien.fr/…/suivez-en-direct-les-manifestati… ]

Si l’on postule que le nombre annoncé par la police pour cette manifestation (10 fois supérieur à celui annoncé par l’UPR) doit faire l’objet du même correctif que le nôtre, on peut estimer que le nombre de personnes rassemblées dans le défilé syndical était de l’ordre de 34 à 35 000, dont 1 200 « casseurs » et « black blocs ».

Les adhérents et sympathisants de l’UPR noteront ainsi :

a) que l’UPR a rassemblé un nombre de manifestants égal à 10 % de ceux du défilé syndical et près de 3 fois plus nombreux que les mystérieux « casseurs »;

b) qu’à part une misérable trentaine de secondes accordée par BFM-TV à notre manifestation (annonçant un nombre d’ailleurs inférieur de 57 % à la réalité), les grands médias français ont accordé 0 % à la manifestation parisienne de l’UPR et 100 % à la manifestation syndicale et à ses « casseurs »;

c) que l’UPR a réussi cet exploit d’organiser, pour la première fois depuis 61 ans, une manifestation de masse pour réclamer que la France sorte de la construction européenne en révoquant tous les traités européens depuis le traité de Rome du 25 mars 1957.

Rappelons qu’aucun autre parti politique (à part peut-être France insoumise) n’a fait défiler autant de manifestants à Paris sous sa propre bannière à l’occasion de ce 1er mai.

Force est ainsi de constater que cet événement historique a été purement et simplement censuré par tous les grands médias du pays.

De telle sorte que seuls les Français consultant Internet et les réseaux sociaux en ont eu connaissance.

Nous avions pourtant dûment prévenu tous les grands médias par un communiqué de presse plusieurs jours auparavant et par une relance téléphonique personnalisée la veille ou le matin même.

 

CONCLUSION : NE LAISSONS PAS LA DICTATURE S’INSTALLER !

Nous saisissons aujourd’hui même le Conseil supérieur de l’audiovisuel, l’ensemble des directions des chaînes de radio et de télévision pour dénoncer cette censure inouïe et demander une nouvelle fois qu’il y soit porté remède.

Nous demandons également une audience au directeur général de l’Agence France Presse, qui n’a consacré aucune dépêche à l’existence même de notre manifestation.

Nous appelons tous les adhérents et sympathisants de l’UPR à relayer au maximum la présente analyse sur tous les réseaux sociaux, à tous leurs amis et connaissances, et à faire part poliment mais fermement de leur indignation à tous les médias.

Nous appelons tous les journalistes qui entendent continuer à faire leur métier, tous les artistes, acteurs de théâtre ou de cinéma, musiciens, essayistes, romanciers, philosophes, responsables d’associations de défense des droits de l’homme et des libertés publiques, à mettre à profit les ouvertures médiatiques dont ils peuvent bénéficier pour faire part de leur indignation face au sort réservé en France à l’UPR.

Ceux qui ne bougent pas pour l’UPR aujourd’hui seront responsables devant leurs enfants et petits-enfants de ce que sera devenue la France dans vingt ans.

3 mai 2018

François Asselineau, Président de l’Union populaire républicaine. La France doit sortir de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan.

Posté par UPR Creuse à 07:07 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 26 avril 2018

Le CSA songe à assouplir les règles de temps de parole en campagne électorale

Dans son rapport sur les élections qui se sont tenues en France en 2017, le CSA plaide pour une réduction de la période d'égalité stricte de temps de parole et s'interroge sur les cas exceptionnels lors de la réserve. [?]

ACT CSA CENSURE

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel a rendu ce mardi son rapport sur les campagnes électorales des élections présidentielle et législatives de 2017.

"Jamais le CSA n'a été autant mis à contribution pour assurer sa mission de garant de l'expression pluraliste des courants de pensée et d'opinion, avec indépendance et impartialité", souligne le Conseil à cette occasion. "Jamais l'institution n'a reçu aussi peu de réclamations", note-t-il également.

la-guerre-c-est-la-paix

En complément du rapport, plusieurs propositions sont formulées en réponse à "certaines difficultés rencontrées par les éditeurs (...) dans le cadre des règles en vigueur".


Notamment celle de réduire à une semaine la période d'égalité stricte de temps de parole entre les prétendants à l'Elysée avant le premier tour. Le Conseil fait en effet remarquer que les "petits" candidats ont ainsi bénéficié de près de la moitié du temps de parole, pour un score relativement faible à l'issue du premier tour.

http://www.bfmtv.com/politique/le-csa-songe-a-assouplir-les-regles-de-temps-de-parole-en-campagne-electorale-1429489.html

BASE 14 995X225

La "moitié du temps de parole" dont il est question ne concernait que les 15 jours précédant le premier tour; pendant plusieurs mois auparavant, certains candidats n'avaient pratiquement aucune couverture médiatique tandis que d'autres (suivez mon regard) étaient omniprésents dans les médias, non seulement par leur présence physique, mais aussi à travers de multiples commentaires "d'experts", de reportages... Quant à François Asselineau, c'est encore plus simple: 0 minute, 0 seconde. Avec ce nouveau projet, il aura droit au même traitement (il n'est invité pratiquement nulle part depuis l'élection de Macron) et il ne lui restera plus qu'une semaine pour...répondre aux accusations de complotisme et autres calomnies des journalistes. La démocratie selon le CSA...     P.G.

CSA UPR 1

CSA UPR 4

Posté par UPR Creuse à 08:22 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,