lundi 13 novembre 2017

"Paradise Papers": Bernard Arnault dit avoir agi "de manière parfaitement légale"

Bernard Arnault, première fortune française et patron de LVMH, affirme mercredi que les actifs cités par Le Monde dans le cadre des "Paradise Papers" ont été "constitués de manière parfaitement légale", dans une déclaration transmise à l'AFP.

ACT BERNARD ARNAUD

Le quotidien français - qui fait partie du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) dévoilant depuis dimanche des enquêtes basées sur une fuite de millions de documents financiers - affirme que Bernard Arnault aurait "fait appel à au moins huit cabinets de conseil différents pour localiser ses actifs dans six paradis fiscaux différents".

"Tous les actifs évoqués dans cet article ont été constitués de manière parfaitement légale et sont naturellement connus des autorités fiscales", a affirmé M. Arnault dans sa déclaration.

Le milliardaire dénonce "une opération journalistique de ce média pour créer une sensation en utilisant [son] patrimoine", et dénonce le fait que certains de ses investissements ont été "présentés comme des biens cachés et non déclarés, fiscalement répréhensibles, ou à la limite de la légalité".

Dans son article, Le Monde cite notamment une propriété au nord de Londres de 4.300 m2, dont le propriétaire apparaissait jusqu'à présent dans le cadastre britannique comme "une simple société enregistrée à Jersey": mais "les investigations du Monde dans les +Paradise Papers+ révèlent" qu'"il s'agit de Bernard Arnault", écrit le quotidien.

Cette propriété "est déclarée depuis l'origine aux autorités fiscales françaises comme anglaises, et a fait l'objet, depuis son acquisition, du paiement de l'ISF", affirme pour sa part Bernard Arnault.

Il assure en outre que le "mode de détention" du bien ne l'a "fait bénéficier d'aucun avantage fiscal, de même que les autres actifs évoqués".

"A aucun moment, tout cela n'est mentionné dans le journal alors que cela a été expliqué au rédacteur de l'article; seule la recherche d'un effet journalistique était visée", affirme le milliardaire.

Dans son article, Le Monde affirme de son côté avoir "sollicité" l'homme d'affaires "sur la légalité de ce montage et pour savoir s'il était déclaré au fisc", mais que M. Arnault "s'est refusé à tout commentaire".

Le milliardaire conclut sa déclaration en soulignant qu'il "figure parmi les premiers contribuables français" et que le groupe LVMH, dont il est le principal actionnaire, "verse plus d'un milliard d'euros d'impôts en France annuellement".

Dans son article, Le Monde a cité également un "luxueux yacht de 101 mètres réputé appartenir" à Bernard Arnault, "détenu par une société maltaise" avec "des prête-noms qui dirigent et possèdent officiellement les parts" de cette société, "mais qui appartient en réalité à LVMH, comme le révèle une petite ligne dans le rapport annuel du groupe".

"Les empreintes du champion du luxe" ont aussi été relevées au Luxembourg, affirme le quotidien, où une holding du milliardaire aurait été utilisée pour des investissements dans des fonds luxembourgeois, selon son enquête.

08/11/2017 14:40:49 -          Paris (AFP) -          © 2017 AFP

http://www.lepoint.fr/economie/paradise-papers-bernard-arnault-et-son-groupe-lvmh-cites-a-leur-tour-08-11-2017-2170727_28.php#xtor=CS2-239

Posté par UPR Creuse à 05:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

lundi 30 octobre 2017

Vignobles: plus de 150 châteaux français sont devenus chinois

Dans le monde du vin, le chiffre est symbolique, 150 châteaux français sont désormais détenus par des intérêts chinois.

ACT VID CHINOIS VIN

 

Et ça continue puisqu’un château sur deux mis en vente aujourd’hui est acheté par un chinois. Nous avons eu la chance de rencontrer le tout dernier d’entre eux: un homme d’affaires qui a décidé d’investir, mais aussi de s’investir, personnellement, dans la production de son vin.

Voir la vidéo:

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/vignobles-plus-de-150-chateaux-francais-sont-devenus-chinois-994745.html

1.27 mn

Quand l'UE et ses traités (Art 63 du TFUE) permet de "brader" à des intérêts étrangers le patrimoine des nations sous "tutelle" ! FREXIT VITE

 

Screen-Shot-10-28-17-at-10

Posté par UPR Creuse à 07:17 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 21 septembre 2017

Caterpillar va fermer son usine près d'Arras pour délocaliser

L'usine, qui emploie 70 personnes, va être délocalisée en Irlande du Nord et au Brésil. 

Caterpillar-va-fermer-son-usine-pres-d-Arras-pour-delocaliserLe groupe américain Caterpillar va fermer son usine de Monchy-le-Preux, dans le Pas-de-Calais. Le site, qui emploie 70 personnes près d'Arras, va délocaliser la production en Irlande du Nord et au Brésil, a-t-on appris lundi de source syndicale et auprès de la direction. Annoncée aux salariés jeudi en CE, selon son secrétaire Jean-François Pierrot (CGT), cette décision devrait entrer en vigueur "au quatrième trimestre 2017 pour s'achever vers la fin de 2018", d'après un communiqué de la direction du fabricant d'engins de chantier.

Un site américain également menacé. Le groupe, qui prévoit également la fermeture de son site de Dyersburg (Etats-Unis, 85 salariés), où sont également fabriqués des éléments de transmission et des boîtes de vitesse, assure que cette décision lui permettra de gagner "sur le plan des coûts pour ces composants, d'améliorer les temps de réaction, de réduire les surfaces de production excédentaires et de mieux utiliser ses outils industriels".

Un résultat net de l'ordre de 10%. Caterpillar ne nie pas cependant les "performances du personnel". De fait, souligne Jean-François Pierrot auprès de l'AFP, le site de Monchy-le-Preux a toujours dégagé un résultat net de l'ordre de 10%, pour un chiffre d'affaires oscillant entre 80 et 90 millions d'euros "ces dernières années". La production serait regroupée en Irlande du Nord et au Brésil, d'après le syndicaliste. 

"Cette annonce ne m'a pas surpris, car nous fournissions le site de Charleroi (Belgique), qui a fermé en juillet. On savait qu'on était sur la sellette. Mais l'entreprise se porte très bien et il s'agit de délocaliser uniquement pour gagner plus d'argent", dénonce Jean-François Pierrot. "Il y a beaucoup de colère, car cela va laisser sur le carreau des salariés à la seule fin de satisfaire Wall Street et la finance".

vendredi 25 août 2017

Défaite du « made in France » : un produit acheté sur trois vient de l’étranger

14724565_10205942633963624_8580457542216290092_n

Jamais les Français n’ont eu autant recours aux importations.
Le chiffre est frappant : en France, un produit acheté sur trois vient désormais de l’étranger. Les Français ont beau se déclarer dans les sondages de plus en plus sensibles à l’argument du « made in France », se dire prêts à payer davantage pour un article bleu-blanc-rouge, la réalité est tout autre. Jamais ils n’ont autant acheté de produits importés, qu’il s’agisse de chaussures, de fours à micro-ondes, d’ordinateurs ou encore de machines-outils. C’est ce qui ressort des données fournies au Monde par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
De l’après-guerre jusqu’en 1968, la part des importations dans le marché intérieur est restée stable, autour de 13 %. Elle n’a, ensuite, pratiquement pas cessé de grimper. Lentement mais très sûrement, elle a franchi le cap des 20 % en 1977, celui des 25 % en 2004, pour monter à 30 % en 2014. L’activisme d’Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif puis de l’économie entre 2012 et 2014 et chantre des produits tricolores, n’y a rien changé. Les importations ont poursuivi leur ascension, avec un sommet à 33 % de la consommation nationale au premier semestre 2017.

Les Français se fournissent ailleurs

Une poussée directement liée à la reprise économique. L’appareil productif industriel se révèle si dégradé qu’« il est incapable de répondre normalement à la hausse de la demande intérieure », comme l’expliquait l’économiste Patrick Artus (Natixis) dans une note publiée mi-juillet. Faute de trouver des produits « made in France » qui les satisfont, les Français se fournissent ailleurs. Les particuliers s’offrent une voiture Dacia importée de Tanger, un téléphone coréen, des jouets chinois pour les enfants. Les entreprises incitées à investir achètent une machine-outil allemande ou un robot japonais. Les importations ont ainsi bondi de 4,4 % en un an, selon les données du commerce extérieur publiées mercredi 8 août.


Résultat : « La reprise est là, les sociétés sont reparties dans un cycle d’investissement et d’expansion, mais ce sont nos partenaires qui en profitent le plus », constate Olivier Chemla, économiste à l’Association française des entreprises privées.

François Mitterrand s’était déjà heurté au problème en 1981. La relance keynésienne du président de la République avait fait le bonheur de l’Allemagne et du Japon. Le gouvernement d’alors avait tenté d’endiguer l’afflux de produits étrangers, notamment en mettant en place à Poitiers un improbable blocus contre les magnétoscopes japonais. Sans succès.

Depuis, la situation ne s’est guère améliorée. Des années de désindustrialisation galopante sont passées par là. Des centaines et des centaines d’usines fermées. Peu d’ouvertes. Des pans entiers de l’industrie ont disparu. Dans le textile, l’habillement, le cuir et la chaussure, la production tricolore a fondu de 87 % en vingt ans ! L’industrie du meuble, celle du papier ont été mises à mal. Dans l’automobile, Renault et PSA ont transféré hors des frontières l’assemblage d’une bonne part de leurs véhicules, surtout pour le bas et le milieu de gamme.


L’économiste Sylvain Broyer, de Natixis, a fait ses calculs. Depuis vingt ans, quand la consommation française croît de 1 %, les importations s’emballent, elles, de 1,8 %. Il en va différemment en Allemagne. Une hausse de 1 % du marché intérieur y entraîne une progression de seulement 0,8 % des achats à l’étranger. Conclusion : « En France, la consommation fabrique du déficit commercial ; en Allemagne, elle donne de la production et des emplois. »

http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/08/09/defaite-du-made-in-france-un-produit-achete-sur-trois-vient-de-l-etranger_5170523_3234.html#GMwkYHbYCrJXZrRi.99

Posté par UPR Creuse à 08:31 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 29 mai 2017

Revue de presse (sélection semaine du 22 au 28 mai 2017) 1° partie

TRUMP SAOUD

Incroyable mais vrai: Trump vient d'annoncer une alliance contre le terrorisme, qui sera basée à Riyad, avec 55 pays musulmans, forte de 34000 soldats et ouvertement anti-iranienne. C'est le même Trump qui dénonçait pendant la campagne aux Etats-Unis, le financement de Daech par l'Arabie Saoudite et le Qatar. Cette alliance va renforcer des risques de déflagration car elle est fortement axée contre l'Iran, et donc par ricochet, contre la Syrie et la Russie.

France

Macron veut prolonger l'état d'urgence jusqu'au 1er novembre
L'attentat de Manchester fournit à Macron l'occasion de prolonger encore l'état d'urgence sur validation du parlement. L'état d'urgence permanent est une menace réelle sur les libertés publiques et sur la République: il est par exemple possible de perquisitionner n'importe qui sans décision de juge.
Les GOPE publiées pour la France pour 2017-18
Les Grandes Orientations des Politiques Economiques, ou GOPE, viennent d'être publiées par la Commission européenne, et sont dans la droite ligne de la version 2016-17. Décryptage par Charles-Henri Gallois de ce programme que devra appliquer Macron:
Baroin envisage un "partage de responsabilités" avec Macron
Bon à savoir: à quelques accommodements près, voter pour les Républicains ou la République en Marche, c'est du pareil au même. Cette déclaration n'est qu'une traduction dans les faits d'une réalité profonde: quel que soit le parti majoritaire à l'Assemblée, il devra appliquer le même programme des GOPE... sauf si c'est l'UPR, qui fera en sorte de sortir au plus vite de l'UE.
Des soldats français s'entraînent dans le cadre de l'OTAN en Estonie
300 soldats français s'entraînent avec l'OTAN aux portes de la Russie... sortons vite de l'OTAN avec l'UPR pour préserver la paix.
Rachat des cristalleries Baccarat
L'article 63 du TFUE permet le libre rachat par tous les investisseurs de notre patrimoine industriel. Qui peut garantir en l'occurrence que l'emploi à Baccarat sera préservé par un futur racheteur chinois?
Relèvement du seuil de financement public des partis
Bien caché dans le projet de moralisation de la vie politique: Macron veut passer le seuil de financement public des partis de 1% dans 30 circonscriptions à 2,5% dans 100 circonscriptions - ou comment verrouiller un peu plus la démocratie.
La justice européenne invalide la taxe française sur les dividendes des grandes entreprises
Et encore deux milliards de recettes perdues à cause d'une directive que nous n'avons pas décidée!

15253616_1173893309358368_7493637312044905414_n

La tombe du général de Gaulle vandalisée
Après avoir eu ses idées vandalisées tout au long de la campagne présidentielle, par des candidats prétendant se prévaloir de lui tout en bradant à l'UE la souveraineté de la France.

France - campagne de l'UPR

L'UPR, le parti avec le plus de candidats
C'est un bouleversement politique: l'UPR présente plus de candidats que le FN, la FI, LR, le PCF, le PS, la REM, etc.
Mieux comprendre le vote à venir du 11 juin
L'UPR est le seul parti d'opposition car le seul parti aux législatives pour la sortie de l'UE. Rien ne vaut une image...

DAbCXwUXYAAunzP

 

Qui sont les 574 candidats de l'UPR?
Société civile, diversité de profils, parité, casiers judiciaires vierges, la niak pour sauver la France: zoom du journal 20minutes sur les 574 candidats de l'UPR.
La Montagne présente les candidats de l'UPR en Limousin

Posté par ddupr à 07:37 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

vendredi 12 mai 2017

Creuse : des salariés de GM&S, sous-traitant de PSA et Renault, disent avoir piégé leur usine

960x614_bonbonnes-gaz-disseminees-usine-illustration

Creuse : des salariés de GM&S, sous-traitant de PSA et Renault, disent avoir piégé leur usine

http://www.leparisien.fr/economie/creuse-des-salaries-de-gm-s-sous-traitant-de-psa-et-renault-disent-avoir-piege-leur-usine-11-05-2017-6938700.php

Ils auraient installé des bonbonnes de gaz sur tout le site.

Ils sont prêts à tout faire exploser. Des salariés de l'usine GM&S, un sous-traitant de PSA et de Renault, affirment avoir piégé ce jeudi leur usine avec des bonbonnes de gaz, relate franceinfo. Les salariés ont déjà détruit ce jeudi matin une presse, qu'ils ont découpée en deux au chalumeau, et vont écraser une autre machine-outil dans l'après-midi. Située à La Souterraine, dans la Creuse, l'usine est menacée de liquidation. L'objectif des salariés est d'exercer une pression sur les principaux clients du site.

«On ne voulait pas en arriver là, mais on ne nous laisse pas le choix : la moyenne d'âge est de 49 ans, qu'est-ce qu'on va faire ? On a des familles !» déclare le délégué CGT Vincent Labrousse, qui se dit cependant «toujours ouvert à la discussion». «Ce qu'on veut, ce sont des réunions sérieuses (...) On continue à livrer un certain nombre de productions, mais derrière, on occupe l'usine. Puisu'ils veulent nous liquider, on ne va pas laisser l'usine en l'état. C'est triste à dire, mais on en est là »

La liquidation pourrait être prononcée le 23 mai par le tribunal de commerce de Poitiers, selon l'intersyndicale (CGT/FO) de GM&S.

 Voir également:

VIDEO. Creuse: Ils affirment avoir piégé leur usine menacée de liquidation avec des bonbonnes de gaz

 http://www.20minutes.fr/bordeaux/2066151-20170511-video-creuse-affirment-avoir-piege-usine-menacee-liquidation-bonbonnes-gaz

Ou encore:

 https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/les-salaries-de-gms-bloquent-le-site-et-detruisent-des-machines-1494498073

L'Union populaire républicaine comprend le désespoir de ces salariés et soutient leur lutte, mais rappelle que les Français, en élisant Emmanuel Macron, ont choisi de rester dans le cadre des traités européens, et notamment l'article 63 du TFUE qui interdit toute restriction aux mouvements de capitaux, et donc qui empêche la France de s'opposer aux délocalisations...Par ailleurs, nous rappelons que la CGT, comme FO, sont membres de la Confédération européenne des syndicats (CES) et à ce titre, soutiennent la construction européenne. On se demande donc quelle est la tactique poursuivie par l'intersyndicale qui semble s'engager dans une démarche radicale qui pourrait mettre les salariés en danger sur le plan juridique. A suivre.

Posté par ddupr à 06:13 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,