jeudi 4 mai 2017

Actualités européennes (3)

montage philippot euro

Faute de vouloir sortir clairement de l'Euro, Philippot plaide pour le retour de l'ECU!

Ce projet fumeux n'a aucun sens, puisque l'ECU avait été mis en place...pour préparer l'euro! Et comme le fait perfidement et justement remarquer Mme Goulard, le nouveau franc ne serait pas une monnaie souveraine dans ce système, puisqu'il faudrait passer son temps à négocier les taux de change, notamment avec l'Allemagne.

https://www.youtube.com/watch?v=Uglbwnt6ER8

turquierepression-945x445

Les dirigeants européens dénoncent le supposé « danger fasciste » en France, mais ménagent le président turc

Alors que les dirigeants européens soutiennent ouvertement Emmanuel Macron pour « faire barrage au fascisme » en France, les mêmes veulent laisser ouverte la perspective d’adhésion à l’UE de la Turquie, où sévit une répression féroce et où se profile un régime autocratique.

Le 1er mai, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a une nouvelle fois évoqué l’éventualité d’une consultation populaire portant sur l’adhésion de son pays à l’Union européenne. Il n’en a pas précisé la date, mais il a en revanche indiqué que ce pourrait être une « référendum à la manière de celui sur le Brexit ».

La comparaison peut paraître étrange. Le Royaume-Uni est membre de l’UE depuis 44 ans, alors que la Turquie a longtemps réclamé – sans succès – d’y entrer. La première candidature date de 1961. Les négociations formelles entre Bruxelles et Ankara ont été officiellement lancées en 2005.

Mais elles sont depuis un certain temps au point mort. Notamment depuis que le président Erdogan nourrit des ambitions néo-ottomanes : renouer avec l’empire déchu à la fin de la Première guerre mondiale, en liquidant les fondements laïques de la Turquie moderne créée par Mustapha Kemal en 1923.

https://ruptures-presse.fr/actu/erdogan-turquie-ue-macron-fascisme/

(...)

La réalité turque ressemble fort au « danger fasciste »

Bref, un tableau dont la réalité ressemble fort au « danger fasciste » et à « la menace sur la République » qui s’abattraient sur l’Hexagone au cas où Marine Le Pen serait élue – c’est en tout cas la thèse des partisans et des ralliés d’Emmanuel Macron…

Les appels en faveur de ce dernier fleurissent donc au sein de la classe politique et de la « société civile » françaises (et bien sûr du Medef), mais aussi de la part des élites de l’UE. Pour la première fois, le président de la Commission européenne, de même que la chancelière allemande (et tant d’autres, notamment Alexis Tsipras), s’immiscent ouvertement dans la politique intérieure d’un Etat membre.

Or, surprise, ce sont les mêmes qui font assaut d’indulgence vis-à-vis de Recep Tayyip Erdogan. Lors d’un Conseil des ministres européens, le 28 avril, seul le chef de la diplomatie autrichienne a plaidé en faveur de l’arrêt formel du processus d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. Ses collègues ont marqué une position inverse.

Ainsi, le social-démocrate allemand Sigmar Gabriel a rappelé que son pays était « totalement opposé » à stopper formellement les négociations. Pour la France, Jean-Marc Ayrault a martelé que la Turquie était « trop importante » pour que l’UE rompe les discussions : « personne ne veut de rupture avec Ankara ». La chef de la diplomatie de l’UE, Federica Mogherini, est allée dans le même sens. Il est vrai qu’à Bruxelles et à Berlin, on veut à tout prix préserver l’accord signé avec Ankara concernant les migrants que la Turquie s’est engagée à retenir chez elle.

Bref, il faut « faire barrage » au (supposé) danger fasciste en France ; mais ménager le président turc qui est en passe d’installer ouvertement dans son pays un autoritarisme répressif (réel) qui pourrait bien s’en rapprocher…

Jeroen-Dijsselbloem-2-945x445

Selon le président de l’Eurogroupe, les Grecs ont dépensé « tout leur argent dans l’alcool et les femmes »

Président de l’Eurogroupe et ministre des Finances des Pays-Bas, Jeroen Dijsselbloem a fustigé les pays du sud de l’Europe qui, selon lui, ont eu le culot de « dépenser tout leur argent dans l’alcool et les femmes, pour ensuite demander de l’aide ». Cette sortie amène devrait être particulièrement appréciée en Grèce, surtout au sein des classes populaires et précaires, qui se sont quelque peu élargies depuis le début de la crise. La perle d’euro-comptoir provient d’une interview accordée par le responsable social-démocrate néerlandais au quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung (20 mars).

https://ruptures-presse.fr/perles/selon-le-president-de-leurogroupe-les-grecs-ont-depense-tout-leur-argent-dans-lalcool-et-les-femmes/

Tsipras_Mélenchon_Laurent-945x445

Syriza plaide pour un fédéralisme européen : une réaction, M. Mélenchon ?

Un ministre du gouvernement Syriza proche d’Alexis Tsipras a déclaré au journal grec Avgi (9 avril) qu’afficher une vision pro-européenne sans soutenir un authentique fédéralisme « n’a pas de sens ». Selon lui, il faudrait donc que tous ceux qui veulent rester dans le cadre de l’UE mettent leurs actes en conformité avec leurs paroles et plaident en faveur des États-Unis d’Europe (qui évidemment devraient être « sociaux » dans son esprit). Une recommandation à transmettre au leader de la « France insoumise »…

Dans l’interview dont EurActiv a rendu compte, Nikos Pappas, ministre de la la Politique numérique, des Médias et des Télécommunications, allié fidèle du Premier ministre Alexis Tsipras, estime que tous les pro-UE – cela inclut donc Syriza – devraient renforcer leur rhétorique fédéraliste et plaider ouvertement pour une véritable intégration.

https://ruptures-presse.fr/actu/nikos-pappas-tsipras-syriza-federalisme-europeen-jean-luc-melenchon/

Cet appel aux États-Unis d’Europe constitue une utile clarification, a fortiori quand il vient d’un représentant de la « gauche radicale » (on remarque que les observateurs emploient moins souvent cette expression pour qualifier le gouvernement mené par Syriza – il n’est jamais trop tard pour trouver les mots justes…). Bien sûr, M. Pappas souhaite pour sa part une « Europe sociale », une idée neuve et originale dont chacun peut voir qu’elle est sur le point de s’imposer.

Jean-Luc Mélenchon, le Tsipras français autoproclamé

Cette profession de foi euro-fédéraliste d’un haut responsable de Syriza constitue une bonne occasion de rappeler la teneur du message que Jean-Luc Mélenchon avait adressé au peuple hellène – qui ne lui avait rien demandé – avant les élections législatives grecques du 25 janvier 2015 :

« Je ne vais pas vous dire ce qui est bon pour la Grèce, vous le savez mieux que moi. Et c’est d’ailleurs pourquoi vous allez voter Syriza. […] Et si je vous appelle à voter pour Syriza, c’est d’abord dans l’intérêt du peuple français. »

Une chose était correcte dans cette prédiction audacieuse : les Grecs ont en effet privilégié Syriza lors du vote, Alexis Tsipras devenant Premier ministre le lendemain de l’élection. Pour le reste…

Et quand Jean-Jacques Bourdin, le 20 janvier 2015 (sur BFM TV), demande à Jean-Luc Mélenchon – qui travaille alors à une alliance Front de gauche-EELV-frondeurs du PS –, « Vous êtes le Syriza de France, quoi, si j’ai bien compris ? », le futur « insoumis » en chef répond : « Ah bah depuis longtemps, puisque ça fait des années que nous travaillons ensemble. »

« L’Europe, pour être sauvée, a besoin de solutions européennes » – Nikos Pappas, ministre Syriza proche d’Alexis Tsipras

Le 5 juillet 2015, les Grecs rejettent par référendum (à 61 %) les conditions imposées par la troïka pour un 3e « plan de sauvetage ». Alexis Tsipras, pourtant à l’initiative de la consultation, s’empresse de s’asseoir sur le résultat et cède tout aux créanciers.

Comment Jean-Luc Mélenchon réagit-il à cette trahison manifeste du peuple grec et de la démocratie ? Ainsi : « on peut considérer qu’il y a là une erreur dans le combat qui a été faite. Mais, à partir de là ça ne le disqualifie pas lui. Donc moi je reste solidaire de Tsipras » (propos recueillis par Télé Bocal et l’Agence Info Libre, le 16 juillet 2015 à Paris, dans une manifestation pour dire « non » aux politiques d’austérité mais… « oui » à Syriza).

Dans son interview, Nikos Pappas a également déclaré, exprimant la vision du gouvernement grec : « L’Europe, pour être sauvée, a besoin de solutions européennes ». Voilà qui ferait un beau slogan pour tous les Tsipras décomplexés d’Europe. Mais, dans le cadre d’une campagne électorale, le marketing politique et la « com’ » excluent une telle franchise. N’est-ce pas, M. Mélenchon ?

Laurent Dauré

JOVA PY ASSELINEAU

BONUS

Jovanovic et Rougeyron “débriefent” la campagne de François Asselineau + petite note d'espoir

https://www.youtube.com/watch?v=RzuFe1R9PiU

hannah-arendt-moindre-mal

Voter Macron pour la République, sans illusions – Par “Une cinquantaine de personnalités”

Plusieurs personnalités politiques, intellectuelles et associatives alertent avant ce second tour : partout des remparts qui protégeaient la démocratie et semblaient intangibles sont déjà tombés, par exemple en Hongrie, en Turquie, aux Etats-Unis

Les commentaires d'Olivier Berruyer...

https://www.les-crises.fr/tribune-voter-macron-pour-la-republique-sans-illusions/

Posté par ddupr à 07:10 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

mercredi 3 mai 2017

Revue de presse (sélection semaine du 23 avril au 2 mai 2017) 2° partie

8461118lpw-8462139-article-jpg_4262070_660x281

France - macronades

Bond des actions bancaires françaises
Elles ont augmenté de 8% lundi, galvanisées par l'anticipation d'une victoire de Macron... rassurant?
Macron menace la Pologne et la Hongrie
Macron menace la Pologne alors que la délocalisation de Whirpool est non-contrôlable et non-blocable avec l'article 63 du TFUE. Il a également attaqué la Hongrie - bref encore un grand moment d'amitié entre les peuples européens en perspective.
Obama a téléphoné à Macron avant le 1er tour
Cela sonne comme si Obama, représentant de l'oligarchie, laquelle a subi un lourd revers avec l'élection imprévue de Trump, voyait en Macron un digne successeur. Ce favoritisme est assez hallucinant, à l'heure où il y avait encore 11 candidats: Macron se revendique de de Gaulle, mais imaginons le président américain appelant de Gaulle en 1965 pour le soutenir!?
Valls veut gouverner avec Macron
Voilà voilà pour le mouvement de renouveau... le choix du 1er tour a-t-il été mûrement réfléchi?
Laurence Parisot disponible pour être Premier ministre
"Dans les conversations, son nom revient très souvent", confirme un proche de Macron. Qui a toujours rêvé d'un gouvernement MEDEF?
Macron à la Rotonde: un air de déjà-vu?
Sarkozy avait attendu le 2e tour pour sa soirée bling-bling!
Estrosi demande l'exclusion de LR de tous ceux n'appelant pas à faire barrage à le Pen
Il y a donc obligation à suivre le candidat de la grande finance à marche forcée: quel parti est une secte?
Jacques Attali, soutien de Macron, qualifie le sort des salariés de Whirlpool d'anecdote
Les 300 salariés menacés ont dû apprécier...
Royal: "notre candidat était en tête"
Pourtant toujours affiliée au PS, Ségolène Royal ne devait pas penser au défait Hamon avec cette phrase...
Mieux vaut une France bloquée qu'une France vendue à la finance?
Sans me prononcer sur quel sera mon propre vote, dans un esprit d'équité démocratique, et comme un contre-poids aux injonctions des médias allant toutes dans le même sens, je vous propose cette réflexion intéressante sur le choix cornélien que nous avons à faire dimanche prochain.

France - lepenneries

Grosse reculade du FN sur la sortie de l'euro
La sortie de l'euro sera analysée seulement après 2018, après un grand débat qui pourra prendre des années, et des négociations qui pourront prendre des années: bref, la sortie de l'euro est repoussée aux calendes grecques. L'UPR avait prévenu: le FN reste un parti-leurre qui ne veut pas sortir de l'UE.
Confirmation: le Pen ne mentionne pas la sortie de l'euro sur sa profession de foi
La candidate évoque une renégociation des traités européens: cela devient lassant à répéter, mais un aboutissement des négociations est rendu statistiquement impossible à cause de l'article 48 du TUE qui requiert l'unanimité des 27 chefs d'Etat et des 27 assemblées pour changer les traités.
Dérapage de Jean-Marie le Pen sur l'homosexualité
Revenons encore une fois sur ces dérapages répétés du FN, tous membres de la famille confondus. Le FN a deux rôles essentiels: 1) associer l'euroscepticisme à de l'extrême-droite pour que la sortie de l'UE devienne une idée-repoussoir dans les esprits des gens, 2) accaparer 15-16% de l'électorat pour le neutraliser et mieux faire élire l'adversaire du FN au 2e tour. Le FN est donc nécessaire au système politique actuel, afin de perpétuer encore et toujours les mêmes au pouvoir (en l'occurrence En Marche! qui n'est autre qu'un recyclage du PS).
Procédure de levée de l'immunité parlementaire de le Pen
Le Pen a certes des comptes à rendre sur l'emploi de ses assistants parlementaires européens... mais cette procédure de levée d'immunité juste après le 1er tour, c'est gros! Stratégie habituelle: l'oligarchie politico-médiatique protège et promeut la SARL Le Pen aux 1ers tours, puis la détruit au 2e tour afin de faire élire son adversaire. Combien de temps les Français vont-ils encore voter pour ce parti-leurre qui est le meilleur paratonnerre du système actuel?
Dupont-Aignan rallie le Pen
Et négocie une place de premier ministre. L'ancien slogan de DLF "ni système, ni extrêmes" n'est apparemment plus d'actualité. Ceci a le mérite de grandement clarifier les choses, et nous avons maintenant deux partis sur le terrain de l'extrême-droite, refusant tous les deux le Frexit.

Corée du nord

Risque de guerre nucléaire avec les Etats-Unis
Ce risque fait suite à l'installation de missiles étatsuniens THAAD en Corée du sud (bouclier anti-missiles), et le risque d'escalade a été officiellement levé par les autorités nord-coréennes.

Arabie Saoudite

L'Arabie Saoudite élue à la Commission des droits des femmes de l'ONU
Les ravages du pétrole, ou encore le deux poids deux mesures de la diplomatie occidentale vis-à-vis des pays du Proche-Orient.

Posté par ddupr à 08:50 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

mardi 2 mai 2017

Revue de presse (sélection semaine du 23 avril au 2 mai 2017) 1° partie

un-aveu-terrible-du-figaro-en-7-ans-le-chomage-na-pas-baisse-une-seule-fois

Augmentation record du chômage en mars
Le maquillage des gouvernements Hollande n'aura cette fois-ci pas réussi à cacher une hausse du chômage de 1,3% en mars. Sortir de l'euro et établir un nouveau franc, c'est 1,5 à 2 millions de chômeurs en moins grâce à une compétitivité retrouvée. Macron ne le propose pas, le Pen ne le propose plus: à la place, c'est l'excuse parfaite pour continuer de démanteler le droit du travail.
La justice européenne rend illégale le redressement d'une société de croisière allemande
L'URSSAF avait obtenu 2 millions d'euros de redressement, au motif que des emplois réalisés en France étaient rattachés à l'Allemagne. La CJUE a cassé la décision, ce qui crée un précédent qui va nuire à la lutte contre la fausse sous-traitance, le trafic de main d'oeuvre, etc.
Assurance chômage: la grande liquidation
Les indemnités chômage vont fortement baisser, et toucher en particulier les chômeurs femmes, seniors et ceux sous contrats précaires. Le projet est dans les cartons depuis un moment et va être mis en oeuvre la semaine prochaine, indifféremment du président élu. Pourquoi? La réforme de l'assurance des chômage fait partie des GOPE... renseignez-vous! ("UPR GOPE")
Qu'est-il arrivé à nos services de renseignement?
Une spécialiste du milieu revient sur ce qui est arrivé aux RG: mieux comprendre comment nous avons réussi à casser une expertise professionnelle redoutablement efficace dans le renseignement intérieur.
20 prédictions de François Asselineau et de l'UPR pour le prochain quinquennat
Une moitié d'entre elles sont à relier aux GOPE, c'est-à-dire le programme économique et social imposé par Bruxelles, et que devra suivre n'importe lequel des deux finalistes. Chercher "UPR GOPE" pour plus d'infos.

18057739_1462821307092548_5534797364142993783_n

 

La charte de Munich des droits et devoirs des journalistes
Souvent citée par François Asselineau, imaginons un pays où elle serait respectée! Regarder en particulier les articles 8 et 9.

 

Posté par ddupr à 07:46 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

lundi 1 mai 2017

Actualités européennes (2)

Brexit_Royaume-Uni_chomage-945x445

L’apocalypse continue au Royaume-Uni : le taux de chômage au plus bas depuis 1975

Contrairement aux prévisions apocalyptiques des commentateurs anti-Brexit, le marché du travail britannique se porte bien. Loin de se dégrader, la situation de l’emploi s’est même améliorée, le Royaume-Uni ayant enregistré des créations d’emplois au cours des derniers mois.

Selon les données du Bureau britannique des statistiques (ONS) rendues publiques le 12 avril dernier, entre les périodes septembre-novembre 2016 et décembre 2016- février 2017, le nombre de personnes ayant un emploi a augmenté de 39 000. Et si l’on remonte un an en arrière, le différentiel est de 312 000.

Le taux de chômage n’a jamais été aussi bas depuis la période… juin-août 1975.

Quant au nombre de chômeurs, il a baissé de 45 000 entre les deux périodes considérées et de 310 000 par rapport à la fin de l’année 2015.

Le taux de chômage s’établit à 4,7 %. Il était de 5,1 % un an avant. Il n’a jamais été aussi bas depuis la période… juin-août 1975.

Après les bons résultats de l’industrie britannique, ces données sur le marché du travail montrent une fois encore qu’il n’était pas avisé de se fier aux prophéties des euroracles (qui sont généralement des boussoles à indiquer le sud). On notera au passage que les médias français rendent peu compte de la situation économique favorable du Royaume-Uni.

https://ruptures-presse.fr/actu/royaume-uni-brexit-chomage-marche-travail/

pulse2-945x445

La confidentielle association euro-enthousiaste « Pulse of Europe » a un bien curieux président

« Pulse of Europe », vous connaissez ? Non, probablement – hélas. Car il s’agit d’une « initiative citoyenne » visant à vanter les mérites de l’intégration européenne. Elle a été lancée à Francfort (comme son nom ne l’indique pas) fin 2016. Mais que les mauvais esprits se taisent : elle n’est pas pour autant le bébé de la Banque centrale européenne (enfin, que l’on sache).

« Le projet ne peut pas échouer »

Sur le site du mouvement, les amoureux de l’UE ont mis en avant quelques principes, à commencer par cette mâle affirmation : « Le projet ne peut pas échouer »… La suite montre que les rédacteurs pensent exactement le contraire, et c’est précisément pour cela qu’ils se mobilisent.

Suivent des assertions aussi originales qu’incontestables… Par exemple : « L’Union européenne, c’est la paix entre les peuples »… De même,  "l’Union européenne nous unit dans notre diversité ".

Si l’on suit l’actualité et qu’on y réfléchit bien, cette dernière affirmation n’est peut-être pas si fausse, de Londres à Athènes, pour peu qu’on la complète légèrement : « l’Union européenne nous unit… contre elle … dans notre diversité ».

Les politiciens nationaux doivent enfin comprendre qu’il faut s’investir tous ensemble dans le projet européen pour le faire avancer

Enfin, le manifeste nous rassure : les initiateurs sont partisans d’une autre Europe. Il y a déjà du monde dans le club, mais plus il y a de fous… Plus précisément, on peut lire, non sans émotion : « Nous ne sommes pas des europhiles naïfs. Il y a beaucoup de choses à réformer (…) Les politiciens nationaux doivent enfin comprendre qu’il faut s’investir tous ensemble dans le projet européen pour le faire avancer ». On dirait du Emmanuel dans le texte.

En février et mars, des rassemblements ont eu lieu dans plusieurs villes européennes. Outre Francfort, Paris était du nombre. Il serait très légèrement exagéré d’affirmer que la capitale française a été bloquée par les millions de manifestants. Même les bobos pro-euro des arrondissements centraux n’étaient représentés que par quelques dizaines de francs-tireurs…

Représentant légal

Bref, pas de quoi imprimer des éditions spéciales, sauf que. Sauf que l’hebdomadaire allemand Freitag a eu la curiosité de chercher qui était à l’initiative de cette belle aventure (en devenir). Et le journal a noté que le représentant légal et président avait pour nom Daniel Röder.

Dans le civil, le Dr Röder est avocat d’affaires, précisément au cabinet Greenfort. Et comme la curiosité de nos confrères ne s’est pas arrêtée là, ces derniers ont trouvé que ledit cabinet a pour spécialités : le conseil en réduction d’effectifs (« plans sociaux, négociations, licenciements collectifs »); en acquisitions et cessions d’entreprises, et vente aux enchères de celles-ci ; et en privatisations. Le cabinet du bon docteur Röder a ainsi été maître d’œuvre dans le rachat par des Chinois de l’aéroport de Francfort-Hahn.

Donc, un président de Pulse of Europe dont la spécialité est la cession d’entreprises, les plans sociaux et les privatisations…  Tout d’un coup, les motivations de cette émouvante passion pro-européenne s’éclairent…

https://ruptures-presse.fr/perles/pulse-of-europe-roeder-francfort/

Autriche_transport-routier_dumping-social_travailleurs-détachés-945x445

La Commission européenne engage une procédure d’infraction contre l’Autriche pour des mesures anti-dumping social

Dans un communiqué de presse daté du 27 avril, la Commission européenne a annoncé qu’elle engageait le même jour « une procédure d’infraction contre l’Autriche concernant l’application de la loi autrichienne visant à lutter contre le dumping social et salarial dans le secteur du transport routier ».

Vous avez bien lu, Vienne est poursuivi pour avoir mis en place des mesures protectrices, la Commission estimant que « cette pratique limite le marché intérieur de l’UE de manière disproportionnée ».

Voici comment l’institution suprême de l’UE justifie la procédure d’infraction :  "Tout en soutenant pleinement le principe du salaire minimum national, la Commission estime que l’application de la législation autrichienne à toutes les opérations de transport international comportant un chargement et/ou déchargement effectué sur le territoire autrichien constitue une restriction disproportionnée à la libre prestation de services ainsi qu’à la libre circulation des marchandises".

Le 31 janvier dernier, les ministres des Transports de neuf pays de l’UE (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, France, Italie, Luxembourg, Norvège et Suède) avaient signé une « alliance du routier » pour tenter de lutter contre la concurrence déloyale dans le secteur. Dans le viseur, des États comme la Pologne, la Bulgarie ou la Lituanie, dont les normes sociales et salariales basses font pression sur la rémunération et les conditions de travail des conducteurs de l’Ouest (notamment en ce qui concerne les temps de conduite et de repos). Varsovie, soutenu par dix autres pays, avait protesté contre les « règles disproportionnées » imposées par la France et l’Allemagne en matière de salaire minimum. La Commission leur avait donné raison.

Alain Vidalies, le secrétaire d’État aux Transports, avait motivé ainsi l’initiative commune anti-dumping : « Si nous ne faisons rien, les réactions seront nationales et nous n’en voulons pas. L’Europe ne se construit pas sur la loi de la jungle et le dumping social. Cela nourrit le populisme. » Toujours l’argument de la montée du « populisme » et des risques que celle-ci fait peser sur la précieuse construction européenne…

En juin 2016, la Commission avait ouvert une procédure d’infraction contre la France, comme elle l’avait fait contre l’Allemagne en 2015. Les procédures sont toujours en cours. Les professions de foi européenne ne paient décidément pas. Le ministre allemand des Transports, Alexander Dobrindt, avait plaidé : « On nous a reproché le protectionnisme. Ce n’est pas fondé. » C’est aujourd’hui au tour de l’Autriche de goûter au bâton bruxellois.

https://ruptures-presse.fr/actu/commission-europeenne-autriche-transport-routier-dumping-social/

logo_ruptures2

Posté par ddupr à 08:51 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

vendredi 28 avril 2017

Actualités européennes

12350662

Fermeture de l'usine Whirlpool d'Amiens : que proposent Marine Le Pen et Emmanuel Macron ?

Les deux candidats se sont rendus à Amiens, mercredi 26 avril, séparément, pour répondre aux interrogations des salariés concernés par un projet de délocalisation.

Le Pen promet de "sauver" l'usine

Dans un communiqué publié mercredi en fin de journée, Marine Le Pen se montre déterminée : "Je m'engage à sauver ce site. Whirlpool Amiens ne fermera pas. Je l'ai dit, je le répète, je l'assume et j'en prends l'engagement ferme." La candidate promet, dans un premier temps, d'engager "un bras de fer" avec le groupe américain pour le convaincre de maintenir son site picard.

En cas d'échec, elle exigera que Whirlpool rembourse les sommes versées par l'Etat au titre du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), qu'elle chiffre à 40 millions d'euros. Elle partira à la recherche de "repreneurs industriels sérieux" qui s'engageraient "à préserver les emplois""En attendant, l'usine sera mise sous protection temporaire, via une prise de participation de l'Etat si nécessaire", indique-t-elle.

Macron défend un plan social "à la hauteur"

Lors de sa rencontre avec les salariés de Whirlpool, mercredi, Emmanuel Macron s'est refusé à toute promesse de sauvegarde des emplois, "parce que personne ne peut le faire dignement". "Je serai là pour protéger un plan social qui défend vos intérêts", a-t-il assuré, indiquant qu'il refuserait d'homologuer un plan de sauvegarde de l'emploi "pas à la hauteur".

Il promet de "mettre la pression" sur Whirlpool, avec un "vrai rapport de forces""Le premier point, c'est de se battre pour un repreneur", a ajouté le candidat d'En marche !, estimant qu'il faut miser sur "le reclassement, la formation", qui "ne sont pas des paroles en l'air".

Chez Whirlpool, Macron et Le Pen se sont bien gardés de dire aux salariés que l’article 63 du TFUE organise les délocalisations.

François Asselineau avait expliqué lors d’une interview (extrait) sur Cnews du 14/04/2017 ce qui se passera pour les salariés de Whirlpool.

François Asselineau: « 293 familles vont être plongées dans le désarroi, peut-être dans la précarité. La France n’est plus dirigée par des français mais par des traités européens et c’est une oligarchie financière et industrielle qui dirige le tout. »

http://www.businessbourse.com/2017/04/26/chez-whirlpool-macron-se-gardera-bien-de-dire-aux-salaries-que-larticle-63-du-tfue-organise-les-delocalisations/

12332022

Présidentielle : en Italie, le succès d'Emmanuel Macron laisse rêveur

Comme ailleurs en Europe, l'Italie s'interroge lundi sur la dimension inédite des votes anti-européens en France. "Enjeu : l’Europe", titrait lundi matin La Repubblica. Mais l'enseignement que tirent les Italiens du premier tour de l’élection présidentielle en France c’est d’abord l'échec des partis traditionnels.

http://www.francetvinfo.fr/monde/italie/presindentielle-en-italie-le-succes-d-emmanuel-macron-laisse-reveur_2159824.html?xtor=SEC-766-%5Bpost_sponso%5D-%5Bpresidentielle_macron_rever_Italie

Voilà "le duel qui transforme la France". A l’instar de La Stampa, la presse italienne, comme les partis politiques d’ailleurs, constate au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle en France l’échec clair des partis traditionnels. C’est comme si, en Italie, Renzi et Berlusconi étaient hors-jeu finalement, s’exclame le leader de la Ligue du Nord, qui a déjà encouragé d’un texto la candidate du Front national.

Hormis les critiques acerbes de Matteo Selvini contre Emmanuel Macron, une "marionnette proprette aux mains de Bruxelles" qui propose "du vieux avec du neuf", la droite comme la gauche italienne se prennent, elles, à rêver. Forza Italia se retrouve totalement en Emmanuel Macron, un libéral-démocrate qui comme eux aime l’Europe mais attention, pas celle de l’austérité pilotée par l’Allemagne.

A gauche, à quelques jours des primaires du Parti démocrate, on constate l’échec de Benoît Hamon et chaque candidat ambitionne maintenant le succès d’Emmanuel Macron. Et en particulier le jeune Matteo Renzi, lui qui a cherché en vain à relever le PD, a même anticipé. Mi-février, l’ancien président du Conseil a enregistré le nom de domaine, qui sait, d’un nouveau parti. Son nom : "Incammino.it". Traduction en français : "En marche".

La Commission européenne lance une « procédure d’infraction » contre la Hongrie

Le premier ministre hongrois, participait, mercredi 26 avril, à une séance plénière du Parlement européen. Un peu plus tôt, la Commission européenne avait annoncé l’ouverture d’une « procédure d’infraction » contre son pays au sujet de la nouvelle loi sur l’enseignement supérieur qu’il a adoptée. Il s’agit d’une première étape qui peut conduire la Hongrie devant la Cour de justice de l’Union européenne.

Censée mettre fin à « des privilèges » et s’appliquer à tous les instituts étrangers d’enseignement, elle vise en fait directement l’Université d’Europe centrale (CEU), créée en 1991 à Budapest par le milliardaire américain George Soros, d’origine hongroise.

http://mobile.lemonde.fr/europe/article/2017/04/27/la-commission-europeenne-lance-une-procedure-d-infraction-contre-la-hongrie_5118377_3214.html?xtref=acc_dir&xtor=RSS-3208

Posté par ddupr à 04:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 26 avril 2017

Analyses diverses

Idiots-vs-aveugles-300x225

Asselineau sur la présidentielle : «La France est en train de foncer vers le désastre»

https://www.youtube.com/watch?v=iCHMzasw5NY

Jean Bricmont : avec Macron, Hollande mériterait «le prix Nobel de manipulation politique»

https://www.youtube.com/watch?v=LSA0MHFJ6So

Michel Onfray : "Nous sommes gouvernés par des crétins" - 21/4

https://www.youtube.com/watch?v=6arYISL136U

PIERRE YVES 25 AVR17

FRANÇOIS ASSELINEAU, PAR PIERRE YVES ROUGEYRON

https://www.youtube.com/watch?v=A-vrMUc4nOo

Asselineau présidentielle 2017 on se releve

https://www.youtube.com/watch?v=Nr89oaf1lYc

Pour connaître les résultats détaillés par départements et communes,

http://elections.interieur.gouv.fr/presidentielle-2017/index.html

DIRECT 26AVR17

Posté par ddupr à 08:24 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 25 avril 2017

L’Union européenne salue la victoire de Macron

tour ue

L’Union européenne salue la victoire de Macron

http://www.ouest-france.fr/elections/presidentielle/duel-macron-le-pen-les-reactions-contrastees-des-responsables-europeens-4947778

 

« Hier soir, il n’y avait qu’un seul choix, il s’agissait simplement de choisir entre la défense de ce que l’Europe incarne et l’option qui vise la destruction de l’Europe », a indiqué Margaritis Schinas qui était interrogé par la presse sur les félicitations adressées dimanche à Emmanuel Macron par le chef de l’exécutif européen, Jean-Claude Juncker.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, avait félicité Emmanuel Macron dans un tweet « pour son résultat au premier tour » en lui souhaitant « bon courage pour la suite ».

La chef de la diplomatie de l’UE Federica Mogherini s’est, elle, réjouie en français de la victoire du candidat d’En Marche ! 

Le négociateur en chef du Brexit pour l’UE, le Français Michel Barnier, s’est lui aussi réjoui sur Twitter : « Patriote et européen, je ferai confiance le 7 mai à Emmanuel Macron. La France doit rester européenne ! ». Selon le Français Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques et financières, « nous avons un deuxième tour qui est très clair et l’Europe est au milieu ».

Le gouvernement allemand mise sur Macron

Le gouvernement allemand a annoncé son soutien à M. Macron. « C’est bien que Emmanuel Macron ait eu du succès avec sa position pour une UE forte une économie sociale de marché. Bonne chance pour les deux prochaines semaines », a écrit Steffen Seibert, porte-parole de la chancelière Angela Merkel, sur son compte Twitter.

Allant plus loin encore dans son soutien, le ministre allemand des Affaires étrangères, le social-démocrate Sigmar Gabriel, s’est dit

« sûr » que le centriste serait élu président.

(...)

Le Danemark encourage Macron

Le Premier ministre Lars Lokke Rasmussen s’est montré prudemment optimiste sur les chances de M. Macron dans un tweet : « Félicitations à Emmanuel Macron. Il faut encore attendre le scrutin final, mais l’Europe a besoin d’une France ouverte d’esprit et allant vers la réforme = > Bonne chance ! ».

Juncker estime que l’UE survivrait à l’élection de Le Pen

http://www.euractiv.fr/section/elections/news/juncker-trusts-eu-could-survive-president-le-pen/

Le président de la Commission ne voit pas la nécessité de prévoir un « plan d’urgence » pour l’élection présidentielle française, estimant que l’UE était assez  forte pour survivre à une victoire de Marine Le Pen.

À deux jours du premier tour de l’élection présidentielle française, la Commission a affiché un calme olympien face au scénario d’une élection de Marine le Pen.

Interrogée sur la préparation de l’exécutif européen au « Frexit » défendu par la candidate d’extrême-droite (!!), une porte-parole de la Commission a déclaré qu’il n’était pas nécessaire d’établir un « plan d’urgence ».

 

A l'intention des électeurs de la France Insoumise, pour qu'ils n'aient pas trop de regrets:

MOSCOVICI avant le 1° tour:

« L’idée d’une renégociation globale et unilatérale des traités n’est pas inscrite dans l’ADN de l’Europe. »

https://ruptures-presse.fr/perles/trois-citations-pierre-moscovici-commissaire-europeen-ps/

 

Voilà qui est instructif, surtout pour les nombreux partisans d’une « autre Europe », impliquant un « bras de fer avec Bruxelles ». Pierre Moscovici répondait là à une question sur les plans A et B de Jean-Luc Mélenchon vis-à-vis de l’Union européenne. Le commissaire européen, qui connaît bien le candidat de la France insoumise pour l’avoir longtemps côtoyé au sein du Parti socialiste, pense que « Jean-Luc Mélenchon a vraiment le souhait de changer l’UE, mais [que] sa méthode risque d’aboutir à une impasse. » Entre réformistes issus du rocardisme, on se comprend encore un peu malgré les voies partisanes divergentes prises récemment.

Pierre-Moscovici_Jean-Luc-Mélenchon

 

Posté par ddupr à 07:30 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 18 avril 2017

Pourquoi le FREXIT ? Réunion publique à Limoges ce soir.

POURQUOI LE FREXIT 1

Pourquoi un Frexit est urgent

Intuitivement, vous sentez que l’Union européenne et l’euro ne fonctionnent pas et qu’ils nous entraînent vers le désastre. Pourtant, vous craignez d’en sortir, car des « experts » — qui se sont toujours trompés sur tout — tentent constamment de vous en dissuader en prophétisant l’apocalypse.

Contrat de prêt, contrat d’embauche, contrat de location…Vous le savez très bien : si vous ne voulez pas vous faire escroquer, vous devez toujours lire très attentivement chacun des articles qu’on veut vous faire signer.
Pour un pays, c’est la même chose !
Le problème no 1 de la France actuelle, c’est que nos dirigeants, de droite ou de gauche, ont signé des traités européens, qui sont en fait des contrats contraignants, que les Français n’ont pas lus attentivement.

Pour comprendre la catastrophe en cours, il faut commencer par lire minutieusement certains articles clés :

Santé subordonnée au profit : Article 168 et 169 du TFUE

Les articles 168 et 169 du TFUE donnent la priorité à la loi de l’argent sur les impératifs de la santé humaine.
Rappelons-nous les scandales des farines animales, de l’huile de moteur dans les aliments, de l’Agence européenne des médicaments financée à 80 % par les laboratoires pharmaceutiques, etc.

Désindustrialisation accélérée : Article 32 et 63 du TFUE

Savez-vous que les délocalisations industrielles dont souffre tellement la France trouvent leurs origines dans les traités européens ?
Inexistantes avant le traité de Maastricht en 1992, les délocalisations ont explosé sous l’effet de la libre circulation des capitaux, des marchandises et des services, inscrite aujourd’hui dans les articles 32 et 63 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE). Cette politique libérale, avalisée par la gauche et la droite, est l’une des causes directes du chômage. Prétendre vouloir lutter contre les délocalisations tout en acceptant les traités européens relève de l’escroquerie politique.

Services publics démantelés : Article 106 du TFUE

Si nos élites bradent le patrimoine public national, ce n’est pas parce que la France est trop endettée.
Non, si les services publics sont démantelés, c’est parce que nous y sommes contraints par l’article 106 du TFUE, qui sert les intérêts des grands groupes privés.

Protection sociale attaquée : Article 121 du TFUE

Savez-vous que notre politique économique et sociale est décidée par Bruxelles, et que les élections en France ne
peuvent plus la modifier ?
L’article 121 du TFUE donne le pouvoir au Conseil de l’Union européenne, sur proposition exclusive de la Commission européenne, de fixer les «grandes orientations des politiques économiques» (GOPÉ) de chaque État. La « loi Macron » ou la « loi El Khomri » — qui démantèlent notre droit du travail et précarisent toute la société —sont tout bonnement dictées par Bruxelles. Nos soi-disant « dirigeants » ne sont en fait que les exécutants des politiques imposées par l’Union européenne !

Agriculteurs et pêcheurs condamnés : Article 38 et 39 du TFUE

Savez-vous que les traités européens ont fait le choix de détruire notre agriculture familiale et notre pêche artisanale au profit des grands groupes de l’agroalimentaire et de la distribution ?
Les articles 38 et 39 du TFUE placent nos agriculteurs dans une concurrence insupportable avec des pays à très bas coût de salaire et les contraignent à une course folle à la productivité, au détriment de la santé, de l’environnement, de l’identité des terroirs et de la qualité gustative des aliments. C’est l’UE qui a introduit les OGM et qui veut nous imposer le « traité de libre-échange transatlantique » (souvent nommé TTIP ou TAFTA) !.

Grâce à la sortie de l’Union européenne (Frexit) :

Nous réaliserons des économies considérables

Le Frexit nous permettra d’économiser chaque année 34 milliards d’euros, soit 170 milliards sur le quinquennat :

  • 9 milliards d’euros (différentiel entre notre versement de 23 milliards d’euros et les fonds rétrocédés de 14 milliards) ;

  • 5 milliards d’euros de dépenses liées à l’UE hors budget, dont les cofinancements et les condamnations pécuniaires ;

  • 20 milliards d’euros récupérés sur la fraude et l’évasion fiscales des grandes entreprises, en rétablissant le contrôle des mouvements de capitaux actuellement interdit par les traités européens, et en modifiant la législation sur l’optimisation fiscale. À cela s’ajouteront des économies tout aussi monumentales (estimées à 39 milliards par an) découlant de l’allégement des réglementations issues de l’UE — et donc des coûts de gestion — qui pèsent sur les administrations publiques, les entreprises, les agriculteurs, les artisans, les TPE et les PME.

Nous empêcherons la disparition de la pêche artisanale et de l’agriculture familiale

Les articles 38 et 39 du traité sur le fonctionnement de l’UE (TFUE) imposent une vision ultra-productiviste de l’agriculture et de la pêche, tout en plaçant nos producteurs dans une concurrence perdue d’avance avec des pays où il n’existe pas de SMIC horaire dans ces secteurs. Le Frexit permettra de protéger les productions qui le nécessitent, d’assurer des prix rémunérateurs et d’établir d’autres politiques que la seule loi du profit maximal. Nous donnerons la priorité à la qualité gustative, au respect de l’environnement et des cycles naturels (agriculture biologique ou raisonnée, libération des semences anciennes, permaculture…), ainsi qu’à l’aménagement du territoire et à la préservation des terroirs.

Nous pourrons sérieusement défendre l’environnement

La mondialisation et le libre-échange total — imposés par les traités européens — reviennent à faire fabriquer des biens à 15 000 km, alors que l’on pourrait les produire à côté de chez soi. Ce système permet aux grands groupes occidentaux de maximiser leurs profits en bénéficiant de salaires, de normes sociales et environnementales très inférieurs à ce qu’ils seraient en France. Mais ce système est l’un des principaux responsables de la montée du chômage en Europe et de la détérioration de l’environnement planétaire ! Le Frexit ne mènera pas à l’autarcie, mais à un libre-échange ciblé, avec la priorité donnée aux circuits courts, ce qui est une première étape nécessaire vers une société plus écologique.

 

Nous mettrons un terme aux réformes territoriales et préserverons l’unité nationale

La politique des euro-régions pousse le gouvernement à fusionner de force les communes, à donner de plus en plus de pouvoir aux régions, et à préparer la suppression des départements, le tout sans jamais prévenir ni consulter les Français. Le Frexit nous permettra de mettre un terme immédiat à cette politique de démembrement de l’État-nation qui risque de faire éclater la France, comme elle risque de faire éclater l’Espagne, le Royaume-Uni ou la Belgique.

Nous empêcherons les délocalisations et la vente de notre patrimoine public et privé à des fonds d’investissement venus du monde entier

L’article 63 du TFUE impose la libre circulation des mouvements de capitaux — sans contrôle ni restriction — avec la planète
entière. C’est cet article qui a engendré le torrent de délocalisations industrielles, tout en facilitant scandaleusement l’évasion fiscale des grandes sociétés et des grandes fortunes. Le Frexit permettra de réinstaurer le contrôle des mouvements de capitaux, tel qu’il existait avant le traité de Maastricht et tel qu’il existe aujourd’hui dans la grande majorité des États de la planète, à commencer par ceux qui sont en plus fort développement (Chine, Inde, Asie du Sud-Est…). La situation actuelle, totalement asymétrique, permet à des fonds d’investissement venus de Chine ou du Qatar d’acheter terrains, sociétés ou biens immobiliers en France, alors que l’inverse n’est pas autorisé. Le Frexit nous permettra d’imposer le principe de réciprocité et d’interdire, en tant que de besoin, la vente des plus grands fleurons de notre patrimoine public et privé.

Nous ferons baisser le nombre de chômeurs de 1 à 2 millions

Une étude approfondie, publiée en septembre 2013 par la fondation Res Publica, a montré que la sortie de l’euro, jumelée à l’instauration d’un contrôle des changes et à la dépréciation de 10 % du nouveau franc, permettra de faire baisser de façon spectaculaire le nombre de chômeurs de catégorie A, de 1 à 2 millions en deux ans. Sans le Frexit, la montée du chômage et de la pauvreté va continuer inexorablement.

Nous préserverons et renforcerons nos services publics

L’article 106 du TFUE impose une mise en concurrence et pousse à la privatisation de nos services publics. Il en résulte généralement une forte augmentation des tarifs et une inégalité entre les territoires, pour le plus grand profit des actionnaires privés. Le Frexit nous permettra de mettre un terme à la privatisation rampante de nos services publics (EDF, GDF, SNCF, La Poste) et de renationaliser certains (gestion des sociétés d’autoroutes et d’adduction d’eau, Orange, TF1).

Nous défendrons nos acquis sociaux et nous rétablirons notre démocratie

Sans que les Français en aient conscience, l’article 121 du TFUE impose chaque année de « Grandes orientations de politique économique » (GOPÉ) à la France. C’est la véritable feuille de route économique et sociale que la Commission européenne fixe au gouvernement, peu importe sa couleur politique et les promesses de campagne. Pour 2017, Bruxelles impose au prochain président et à son gouvernement qu’ils augmentent la TVA et baissent l’impôt sur les grandes sociétés, qu’ils démantèlent le droit du travail et les professions réglementées (avocats, notaires, médecins, pharmaciens, artisans taxis, experts comptables…), qu’ils baissent le SMIC et les prestations chômage, qu’ils aggravent encore la politique de rigueur et qu’ils asphyxient financièrement les communes. Le Frexit permettra de rétablir la démocratie en mettant fin aux injonctions de la Commission européenne, qui rendent les programmes inapplicables et vident de sens le vote des Français.

Nous retrouverons notre indépendance nationale et nous pourrons œuvrer pour la paix mondiale

La sortie de l’OTAN et celle de l’UE (en particulier sa Politique étrangère de sécurité et de défense) nous libéreront de la soumission militaire à Washington. Le Frexit nous permettra de ne plus être impliqués dans des guerres illégales et criminelles de nature néocoloniale. Cela contribuera à la fois à notre sécurité intérieure (par la baisse des risques terroristes) et à la paix mondiale.

Nous renouerons avec la francophonie et tous les pays du monde

L’UE oblige la France à fusionner dans un espace artificiel avec 27 autres États — et bientôt 30 — au seul motif qu’ils sont sur le continent géographique européen. Pourtant, nous n’avons ni histoire, ni langue, ni culture, ni échanges commerciaux et familiaux, ni intérêts communs avec beaucoup d’entre eux, alors que nous en avons bien davantage avec les pays de la Francophonie. Le Frexit nous permettra de rouvrir la France sur l’ensemble du monde et de coopérer entre nations, sans distinction d’appartenance continentale, raciale ou religieuse. Le Frexit permettra à la France de se tourner de nouveau vers l’universel, comme les peuples de tous les continents l’espèrent et l’attendent.

Le programme de François ASSELINEAU et de l’UPR ne se limite pas au Frexit.

Prenez connaissance du programme complet en vous rendant sur : www.asselineau2017.fr

lundi 17 avril 2017

Qu’est ce c’est que les GOPE ?

GOPE

Les « grandes orientations des politiques économiques » (GOPÉ) sont des « recommandations » de politique économique et sociale émises par la Commission européenne — non élue — à chacun des États membres, en vertu de l’article 121 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE).

C’est en fait la véritable feuille de route de la politique économique et sociale du gouvernement français, quel qu’il soit, qui est contraint de s’y plier dès lors que nous restons dans l’UE. Ces « recommandations » sont de facto des obligations, notamment depuis le pacte de stabilité et de croissance (PSC) de 2011, et avec le « six-pack », la Commission peut sanctionner financièrement les pays en cas de manquement ou de retard dans l’application des mesures préconisées. En cas d’« écarts importants », la Commission adresse à l’État membre un avertissement, et sa situation est suivie tout au long de l’année. Si elle n’est pas redressée, la Commission peut proposer la constitution d’un dépôt correspondant à 0,1 % du PIB. Pour la France, il s’agirait donc d’un dépôt de 4,3 milliards d’euros.

Découvrez quelles sont ces fameuses GOPÉ pour 2016-2017.

GOPE [ Grandes Orientations de Politique Économique ][ 2016 / 2017 ]

https://www.youtube.com/watch?v=oakEEwBFeJ4

Ajoutée le 16 avr. 2017

Grandes Orientations de Politique Économique imposées à la France pour 2016 et 2017, ou comment nos gouvernements sont subordonnés à la Commission européenne.
https://goo.gl/JTdZ7L

Comprendre ce qu'est le système "Target" [ V2 ENRICHIE ][ Économie internationale ]

https://www.youtube.com/watch?v=1O2CG41weCE

Top 10 des raisons de voter pour François Asselineau - Vulgos Kratos

https://www.youtube.com/watch?v=A7YkDIWk9kw

FA CHOIX 1

mardi 11 avril 2017

Vidéos de campagne

MONTAGE FRANCE INTER

Retour sur le passage de François Asselineau sur France Inter.

François ASSELINEAU sur France Inter 10 avril 2017

https://www.youtube.com/watch?v=WQas-2T2JYo

On appréciera au passage la petite chronique pseudo- humoristique introduite avec délectation par Patrick Cohen qui suit l'interview et qui prend les militants UPR pour des complotistes, abrutis de surcroît...

 https://www.franceinter.fr/emissions/le-billet-de-charline-vanhoenacker/le-billet-de-charline-vanhoenacker-10-avril-2017

France Inter est une radio militante aux antipodes de ce qu'on peut attendre d'un service public, financé par des contribuables de différentes opinions politiques.

 Une illustration, la chronique suivante:

Intox : Delphine Simon fait des amalgames dans la renégociation des traités ! (FRANCE INTER)

https://www.youtube.com/watch?v=Uqk7iAF2Ouw

Changeons de chaînes....

Asselineau Interviewé chez France Bleu (10/04/17)

https://www.youtube.com/watch?v=PeiirGq9i7I

Asselineau - Bretagne 5 [ 10/04/2017 à 8H30 ]

https://www.youtube.com/watch?v=mwkMc59sW1g

Marine Le Pen, coincée et malmenée dans ses contradictions - UE (Le Grand Jury ,09/04/2017)

https://www.youtube.com/watch?v=jZI1XhpWf0E

ASSELINEAU EXCELLENT SUR BFM TV 10/04/2017

https://www.youtube.com/watch?v=9uS7cD_lZZM

ASSELINEAU SUR RADIO ORIENT 10/04/2017

https://www.youtube.com/watch?v=BxuemQjjqBM

Posté par ddupr à 07:53 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,