vendredi 20 octobre 2017

UN DÉPUTÉ "EN MARCHE" RECONNAÎT IMPLICITEMENT LA PERCÉE DES ANALYSES D'ASSELINEAU ET DE L'UPR SUR LA SCÈNE POLITIQUE FRANÇAISE.

UPR - Union Populaire Républicaine

OUTIL COMMUNICATION UPREN S'INDIGNANT QUE MÉLENCHON PLAGIE ASSELINEAU, UN DÉPUTÉ "EN MARCHE" RECONNAÎT IMPLICITEMENT LA PERCÉE DES ANALYSES D'ASSELINEAU ET DE L'UPR SUR LA SCÈNE POLITIQUE FRANÇAISE.
---------------------
À en croire tous les grands médias, la scène politique française aurait explosé après l'élection présidentielle :
- d'un côté le parti « En Marche », qui aurait vocation à devenir un mouvement durablement majoritaire, rassemblant tous les prétendus « experts » et tous les politiciens « raisonnables » de droite et de gauche, afin de diriger le pays dans le sens du « toujours plus d’Europe » et « toujours plus de mondialisation ».

- de l'autre côté, une opposition fragmentée entre un Front national en plein déclin après le départ de Florian Philippot et une « France insoumise » dirigée par un Jean-Luc Mélenchon qui attirerait à lui tous les Français « incompétents » et « ignorants » des réalités du monde…

Pour tous les grands médias français, l'avenir serait ainsi tout tracé : d'une part En Marche comme parti quasi-unique de gouvernement, d'autre part France insoumise comme opposition « officielle ».

Tous les grands médias semblent s'être d'ailleurs entendus sur une chose : François Asselineau, ses 332 000 électeurs de la présidentielle (près de 1% quand même) et les 29 000 adhérents de l'UPR n'existent tout simplement pas. Pas une minute de temps de parole ne leur a été consentie depuis le vendredi précédant le 1er tour de la présidentielle.

Seulement voilà : il y a ce que disent les médias ; et il y a ce qui se dit et ce qui se pense dans les têtes.

Or la place de l’UPR ne cesse de grossir parmi les préoccupations des politiciens français de tous les horizons.

C'est ainsi que l'on a vu successivement, au cours des semaines écoulées :

- Florian Philippot claquer la porte du Front national parce qu'il s'est soudain rendu compte, après 7 ans de présence, que le parti dont il voulait prendre la tête n'a jamais eu la volonté de sortir de l'Union européenne de l'euro et de l'OTAN.

Refusant de reconnaître son erreur stratégique, et peu soucieux de nouer des rapprochements, il a décidé de créer son propre parti pour plagier à 98 % de ce que l’UPR et François Asselineau expliquent et proposent aux Français depuis 10 ans et demi…

Comme si les Français de plus en plus nombreux qui font confiance à François Asselineau parce qu’il ne s’est jamais trompé depuis 10 ans, ni sur les analyses, ni sur les propositions, ni sur le positionnement politique, allaient soudain rallier quelqu'un qui reconnaît qu’il s’est trompé de crémerie, dont l’art principal est de plagier, et qui porte la trace indélébile de son passage à l’extrême droite…

- de son côté, Jean-Luc Mélenchon s'est mis à reprendre à son compte lui aussi un nombre de plus en plus important d'éléments d'analyse de l'UPR.

Un jour, il part en guerre contre le drapeau européen ; le lendemain il souligne la responsabilité de l'Union européenne dans les problèmes de la France ; et voilà qu'il s'est attaqué récemment, à l'Assemblée nationale, au coût énorme qu’occasionne notre appartenance à l'Union européenne.

Ce discours sur le coût de notre appartenance à l'UE est tout-à-fait nouveau dans sa bouche et n'est une reprise copiée-collée de nos analyses.

---

Ce plagiat de Mélenchon sur les analyses de François Asselineau n’a pas échappé au microcosme politicien.

En particulier, il n'a pas échappé à Ludovic Mendes, député En Marche de la 2e circonscription de Moselle et membre de la commission des Affaires étrangères et européennes de l'Assemblée nationale.

Ce 19 octobre 2017, ce député En marche a envoyé un message Twitter ainsi rédigé : « LA MÉTAMORPHOSE : MÉLENCHON ASSISTE, IMPUISSANT, À SON IRRÉVERSIBLE TRANSFORMATION EN FRANÇOIS ASSELINEAU (OU NIGEL FARAGE). » (cf. notre photo et ce lien : https://twitter.com/ludovicMDS/status/920997475665764352 )

Le propos de ce député En Marche, pris en photo devant une nuée de drapeaux européens où ne figure pas un seul drapeau français, se veut probablement narquois ?

Il n'est pourtant qu’un pathétique aveu.

Cet aveu révèle que les partis politiques mis en avant par les médias - En Marche comme parti unique de gouvernement officiel – et France Insoumise et Front National comme partis d'oppositions officiels - sont en fait rongés de l'intérieur par la montée en puissance inexorable des analyses de François Asselineau et de l'UPR.

Le tweet du député Mendès est un hommage du vice politique, intellectuel et moral de la formation qu’il représente, à la vertu de la clarté et de l’exemplarité des analyses de l'UPR.

----

Nous adressons tous nos remerciements à MM. Mélenchon, Mendes et Philippot pour prouver chaque jour un peu plus que les analyses de François Asselineau et de l'UPR sont en train de s'imposer comme élément décisif et structurant de la scène politique française.

Équipe de rédaction de l’UPR
19 octobre 2017

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, texte
 

 

Posté par UPR Creuse à 08:48 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

lundi 16 octobre 2017

Un événement : l’université d’automne de l’UPR les 18 et 19 novembre 2017 à Vallères, en Indre-et-Loire – INSCRIVEZ-VOUS !

 Cliquez-ici pour réserver votre place !

Comme la tradition s’en est solidement installée depuis plusieurs années maintenant, nous convions tous nos adhérents, tous nos sympathisants, et plus généralement toutes les personnes intéressées, à venir participer à l’Université d’automne de l’UPR.

upr-1024x576

Comme chaque année, les sujets que nous y aborderons s’annoncent intéressants à de nombreux égards, avec des invités inédits pour nos tables-rondes.

Cette année, nous avons choisi de tenir notre Université à Vallères, en Indre-et-Loire.

Ceci est justifié par une volonté de changer de lieu, puisque cela faisait deux fois de suite que nous organisions notre Université d’automne dans l’Abbaye de Reigny, très beau lieu mais qui avait montré l’année dernière les limites de sa capacité.

Le programme ne peut pas être encore annoncé dans sa forme définitive, car nous sommes en attente de réponses d’un certain nombre d’intervenants que nous avons sollicités.

Néanmoins, le programme prévisionnel se présente ainsi :

  • Le VENDREDI 17 NOVEMBRE après-midi sera consacré à la tenue d’un Conseil National de l’UPR et donc réservé aux membres de cette instance collégiale

(Membres du Bureau national, Responsables nationaux, Délégués régionaux, Délégués départementaux, Délégués de l’étranger), auquel nous convierons aussi les représentants temporaires dans les départements n’ayant pas encore de délégué.


SAMEDI 18 NOVEMBRE

  • Ouverture des portes à 08H30 :

Véritable petit déjeuner à partir de 8h30, avec café et viennoiseries, au prix de 4 euros pour les adhérents de l’UPR.

  • Vers 10h : 1ère Table ronde :

La table ronde, dont le sujet est en train d’être arrêté, accueillera des personnalités qui seront dévoilées dans les toutes prochaines semaines. Un peu de patience !

vers 12h30 : déjeuner

Le menu exhaustif sera mis en ligne ultérieurement.

Une belle occasion pour rencontrer le responsable ou d’autres adhérents et sympathisants de l’UPR de votre département !

—————————————————————–

14h30 : 2ème Table ronde :

Comme pour la table ronde de la matinée, tous les détails et la liste définitive des invités sera mise en ligne très prochainement.

18h30 : Questions-réponses avec François Asselineau

Le Président de l’UPR répondra aux questions du public durant une heure sur le programme, les analyses de l’UPR et l’avenir du mouvement.

19h30 : dîner

Le menu exhaustif sera mis en ligne ultérieurement.

vers 22h00 : Grande Tombola

(avec des lots instructifs, savoureux, historiques, etc., dont quelques  lots remarquables)

Cette tombola, désormais traditionnelle dans nos universités, permet à la fois de créer un moment de détente, de rire et de convivialité avec le public et de contribuer à l’équilibre financier de l’université. Les lots sont généralement choisis pour illustrer les analyses de l’UPR, notamment les analyses historiques. Plusieurs lots ont une valeur réellement importante.

Les locaux resteront à la disposition du public jusque plus tard dans la nuit pour échanger autour d’une dernière consommation.

 


=== NOTA ===
Des rencontres individuelles – en particulier avec les responsables nationaux, régionaux ou départementaux de l’UPR – pourront naturellement se tenir en marge des événements de la journée, à l’initiative des participants.

Participer à l’université de l’UPR, c’est notamment l’occasion parfaite pour rencontrer – et parfois pour faire connaissance – avec le Délégué départemental et les autres adhérents du département où l’on réside !


DIMANCHE 19 NOVEMBRE

  • Ouverture des portes à 08H30 :

Véritable petit déjeuner à partir de 8h30, avec café et viennoiseries, au prix de 4 euros pour les adhérents de l’UPR.

de 10h00 : Congrès de l’Union populaire républicaine

Les modalités d’organisation du Congrès seront dévoilées dans les tout prochains jours dans un article spécifique.

Le Président de la liste élue par les adhérents présentera son projet pour les trois ans à venir.

vers 12h30 : déjeuner

Le menu sera publié très prochainement.

14h30 – 18h30: Visite et Dégustation

Cette année, l’UPR innove pour son université d’automne propose à tous ceux qui le souhaitent la visite du Château d’Azay-le-Rideau !

Celui-ci  est bâti sur une île au milieu de l’Indre sous le règne de François Ier. Subtile alliance de traditions françaises et de décors innovants venus d’Italie, il est une icône du nouvel art de bâtir du Val-de-Loire au XVIème siècle.  Son parc paysager, conçu dans la seconde moitié du XIXe siècle, lui offre un véritable écrin naturel.
En 1905, l’Etat devient propriétaire du château d’Azay-le-Rideau. Ses propriétaires successifs ont contribué à en faire le joyau architectural le plus harmonieux du Val-de-Loire.

De janvier 2015 à juin 2017, le monument a bénéficié d’un important programme de restauration, entrepris par le Centre des monuments nationaux.

(...)


TARIFS D’ENTRÉE À L’UNIVERSITÉ

Comme les années précédentes, l’entrée à notre université d’automne est payante. Compte tenu de la modicité de nos finances – qui ont été particulièrement mobilisées pour les campagnes électorales de 2017 -, et par souci de bonne gestion, nous devons absolument faire en sorte que l’organisation de cette université 2017 soit financièrement à peu près équilibrée (il faut payer la location de l’endroit pendant le week-end, les installations diverses, etc.).

Les tarifs d’entrée sont différenciés en fonction :

  • de la situation sociale de chacun
  • de son appartenance ou non à l’UPR (seuls les adhérents à jour de cotisation peuvent bénéficier des tarifs très réduits que nous accordons à nos adhérents).

Ces tarifs comprennent l’entrée dans les lieux et la participation à toutes les activités proposées. Ils ne comprennent pas la participation aux repas, qui est vivement recommandée mais qui reste facultative.


TARIFS SPÉCIAUX POUR LES ADHÉRENTS DE L’UPR (applicable seulement aux adhérents à jour de cotisation au 18 novembre 2017)

  • Adhérent de l’UPR à jour de cotisation : 20 € / personne
  • Couple d’adhérents de l’UPR (chacun des deux étant adhérent et à jour de cotisation) : 30 € pour le couple
  • Adhérent de l’UPR à jour de cotisation et à faibles ressources : étudiants, chômeurs, RSA, adhérents au minimum vieillesse ou en grande précarité financière (sur présentation obligatoire des pièces justificatives) : 10 € / personne
  • Moins de 18 ans : gratuit

TARIF NORMAL

  • 30 € / personne
  • 45 € pour un couple
  • Personnes à faibles ressources : étudiants, chômeurs, RSA, adhérents au minimum vieillesse ou en grande précarité financière (sur présentation obligatoire des pièces justificatives) : 15 € / personne
  • Moins de 18 ans : gratuit

TARIFS DES REPAS À L’UNIVERSITÉ

  • Petit-déjeuner le samedi matin : 4 € / personne
  • Déjeuner le samedi midi : 15 € / personne
  • Dîner le samedi soir : 20 € / personne
  • Petit-déjeuner le dimanche matin : 4 € / personne
  • Déjeuner le dimanche midi : 15€ / personne

Un surcoût de 1 € par repas est à prévoir pour les personnes non adhérentes de l’UPR.

NB : Il s’agit de véritables repas 

Des boissons ainsi que des clubs-sandwichs pourront également être achetés sur place.


RÉSERVATIONS

La réservation à l’université doit s’effectuer en complétant le formulaire situé ici :

https://www.upr.fr/actualite/france/inscription-universite-2017

Même si la réservation préalable n’est pas obligatoire, nous insistons sur le fait qu’elle nous est extrêmement utile pour calibrer au mieux les besoins en repas et boissons.

En outre, et en cas d’extrême affluence, les personnes ayant réservé auraient la priorité d’accès. Nous ne pourrions alors pas garantir à des personnes n’ayant pas réservé qu’elles puissent entrer.

Une fois l’inscription effectuée, vous recevrez par courriel votre billet d’entrée avec code-barres. Celui-ci sera nécessaire à votre accès au lieu de l’Université.

(...)

VOUS VOULEZ BÉNÉFICIER DES TARIFS SPÉCIAUX D’ENTRÉE À L’UNIVERSITÉ, QUI SONT RÉSERVÉS À NOS ADHÉRENTS À JOUR DE COTISATION ?

==> C’EST LE MOMENT D’ADHÉRER (ou de renouveler votre cotisation) !

Nous rappelons que les adhésions à l’UPR, les renouvellements de cotisations et les dons bénéficient d’une RÉDUCTION FISCALE TRÈS IMPORTANTE : les 2/3 de la somme versée au cours de l’année N sont directement déductibles du montant de l’impôt sur le revenu à payer l’année N+1.

BESOIN D’AIDE ? L’Équipe UPR vous répond !

  • Des questions relatives à l’Université et à son organisation ? Contactez universite@upr.fr
  • Des questions relatives au Congrès triennal et à ses modalités ? Contactez congres@upr.fr

https://www.upr.fr/actualite/france/evenement-luniversite-dautomne-de-lupr-18-19-novembre-2017-a-valleres-indre-loire-inscrivez

Posté par UPR Creuse à 08:11 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

dimanche 15 octobre 2017

Les services publics, un modèle de société

Auteur: Jacques Cotta

Alors que le ministre de « l’Action et des comptes publics » va lancer les « états généraux de la fonction publique » dans les semaines qui viennent, dans le but de « consulter les syndicats » pour revoir « le statut des fonctionnaires », « les salaires » et « l’externalisation des missions », Emmanuel Macron a personnellement donné le ton.

ARG SERVICES PUBLICS

En plein débat sur les ordonnances destinées à détruire le code du travail, le président de la république et le gouvernement mettait sur l’ouvrage le dossier de la SNCF et des cheminots. Les termes ne sont pas nouveaux. « Implication », « politique du résultat », « évaluation », « reconnaissance du mérite contre les avantages acquis », « individualisation du revenu », « privilèges » ... Derrière la façade « réformatrice », c’est la liquidation qui est à l’ordre du jour, liquidation du statut, de la fonction, des postes. Dans les quinquennats précédents, les présidents Sarkozy et Hollande ont respectivement mis en œuvre la RGPP et la LOLF censées diminuer le nombre de fonctionnaires et imposer au détriment du service rendu une politique du chiffre et du rendement. Avec les dernières primaires, leurs adeptes se sont lâchés. François Fillon préconisait la suppression de 800 000 postes, puis 500 000, nombre auquel se ralliait Bruno Le Maire. Et Macron 120 000. Mais la question n’est pas comptable.

Il s’agit d’abord de la possibilité pour l’état d’assurer un minimum de liens, de vie aux citoyens en tous lieux du territoire. Il s’agit de respecter les principes qui nous fondent d’égalité, de solidarité, de liberté, de fraternité et de laïcité.

Moins d’écoles, moins d’hôpitaux, moins de postes, moins de trains, moins de… représentent autant de difficultés insurmontables pour ceux qui en ont le plus besoin. Mais il y a plus grave. Derrière cette politique constante alignée sur les diktats de l’union européenne, c’est une conception de la vie qui s’affirme, celle du chacun pour soi et du tous contre tous, celle qui ne peut profiter qu’aux fortunés au détriment du plus grand nombre. Dans deux de mes livres « Qui veut la peau des services publics[1] » et « Un CDD sinon rien[2] », je reviens sur ces enjeux qui tracent une frontière indépassable et qui donnent l’importance des mobilisations pour la défense et l’extension des services publics. Un peu d’histoire notamment pour venir au secours du bien commun. En voici ici quelques extraits.

*

*     *

 

L’origine du statut est éclairante à deux titres au moins. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, le statut des fonctionnaires se veut un garde-fou démocratique contre les dérives inscrites dans l’histoire de France. Il est en effet issu d’une volonté politique du conseil national de la résistance contre l’attitude d’une partie de la haute fonction publique, notamment du conseil d’état et de la magistrature, qui durant la période d’occupation s’est soumise aux ordres collaborationnistes de Vichy[3]. Ensuite, contrairement à l’idée reçue, les syndicats[4] sont alors opposés au statut au profit de conventions collectives, car ils craignent d’être mis sous domination de l’état. La spécificité du statut impose en effet par voie législative et réglementaire les conditions de rémunération, d’emploi et de promotion des fonctionnaires. Le fonctionnaire, contrairement au fonctionnement théorique du privé, n’est pas dans le cadre d’un contrat révisable, négociable, mais soumis aux aléas du politique qui peut changer la loi. Les avantages de la fonction ne constituent pas pour le fonctionnaire des droits acquis. Le statut des fonctionnaires n’accorde par définition aucun des privilèges si chers au monde de l’entreprise. Derrière les condamnations qui visent les fonctionnaires et leur statut, c’est la fonction publique en tant que telle, les services publics, qui sont visés, c’est en définitive l’Etat comme outil collectif incarnant la défense du Bien commun susceptible d’imposer des contraintes, même de façon mesurée, aux intérêts privés.

La remise en cause du statut des fonctionnaires est aussi une remise en cause directe de nos principes républicains d’où sont issus les fameux « privilèges » si souvent dénoncés. D’abord le principe d’égalité fondé sur la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789[5] qui indique que « tous les citoyens étant égaux… sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leurs capacités, et sans autre distinction que celles de leurs vertus et de leurs talents ».

C’est le concours qui permet à chaque citoyen d’accéder à la fonction publique, et non les accointances, le « piston », le favoritisme, ou tout simplement la « tête du client ».

Ensuite le principe d’indépendance du fonctionnaire qui signifie que les fonctionnaires ne sont pas tenus de faire acte d’allégeance au pouvoir en place, mais de « servir avec loyauté ».

Ils doivent être protégés des pressions du pouvoir politique, comme des pressions des administrés. C’est pourquoi ils ont la sécurité de l’emploi, les garanties statutaires, le principe de la carrière, la séparation du grade et de l’emploi qui permettent d’assurer cette indépendance. Là encore, point de privilège, mais seulement les conditions indispensables à la fonction. Enfin le principe de responsabilité, lui aussi issu de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen[6] qui indique que « la société a droit de demander des comptes à tout agent public de son administration ».

(….)

Ainsi, c’est la force potentielle des six millions de fonctionnaires et travailleurs sous statut des entreprises publiques qui inquiète. Ils représentent plus du quart de la population active et constituent un môle de résistance à la logique dévastatrice d’une économie de marché ouverte régie par la loi de « la concurrence libre et non faussée ». C’est en cela que le statut de fonctionnaire qui unifie encore des millions de salariés au service de l’intérêt général et non des intérêts particuliers est insupportable aux « libéraux » qui font de la concurrence et de la sélection leur obsession.

Le statut de la fonction publique doit d’autant plus disparaitre aux yeux des partisans de la déréglementation tous azimuts qu’il constitue un verrou sur la voie du démantèlement de la « république sociale[7] » inscrite dans l’article 1 de notre constitution[8]

En en faisant une cible, ils cherchent en fait une « revanche » sur l’histoire, un retour en arrière qui tire un trait sur les périodes de grandes conquêtes sociales, 1936, les années d’après-guerre, et aussi la période des années 1980 durant lesquelles sous l’impulsion d’Anicet Le Pors, la fonction publique a trouvé un nouveau souffle.

Au lendemain de la victoire de l’union de la Gauche et de l’élection de François Mitterrand à la présidence de la république, les lois de décentralisation dites « lois Deferre » donnent aux collectivités territoriales une série de missions relevant de l’état et entrainent donc un transfert important de fonctionnaires vers les départements[9]. C’est ainsi qu’en réponse à cette situation nouvelle, le statut de 1946 est conforté, étendu, renforcé, en couvrant l’ensemble des agents publics que l’on pouvait considérer comme des fonctionnaires, c'est-à-dire les personnels de l’état, des collectivités territoriales, et des services hospitaliers. La mobilité entre la fonction publique d’état et la fonction publique territoriale est posée comme une garantie fondamentale. Le droit de grève est inscrit explicitement. Les organisations syndicales sont désignées comme négociatrices auprès des pouvoirs publics et des droits syndicaux sont étendus[10]. C’est aussi cela que les opposants au statut veulent remettre en cause.*

(…)

Concernant la rémunération des fonctionnaires, le gouvernement veut en accentuer « l’individualisation », afin de tenir compte « du mérite, de l’implication, de l’expérience, des résultats », ce qui nécessite une « évaluation » des fonctionnaires sur des critères imposés qui ne correspondent souvent plus à l’intérêt général mais à des impératifs politiques ou économiques qui lui sont étrangers. Comment évaluer le mérite d’un policier ? D’un juge ? D’un enseignant ? Par des statistiques ? Par le nombre de PV ? le nombre d’incarcération ou au contraire de mises en liberté ? Par le pourcentage de reçus au baccalauréat ?  Mais que dire de la mission, des contenus, de l’éthique qui préside normalement à la fonction ?

(…)

De façon générale, la remise en cause du statut à travers « l’individualisation des rémunérations » conduit à transformer les fonctionnaires en « auto-entrepreneurs » obnubilés par le chiffre, par l’obtention de résultats individuels. D’ailleurs, tout logiquement, le chef de l’état préconise la possibilité pour les « nouveaux entrants » dans la fonction publique « de choisir entre le statut de fonctionnaire ou un contrat de droit privé négocié de gré à gré ». La « culture du concours » et « la notation » sont critiquées. Enfin il est proposé de donner la possibilité à tous les fonctionnaires de « quitter la fonction publique contre un pécule » et de faciliter « la mobilité dans le secteur privé ». Les notions d’impartialité et d’imperméabilité aux intérêts privés garanties normalement par le statut disparaissent. Le signal est donné avec l’accord de la CFDT, de la CFTC et de l’UNSA d’un déroulement de carrière dans la fonction publique qui s’apparente plus à la gestion de l’emploi qui existe dans le secteur privé qu’à celle qui est régi par l’existence du statut.

Ouvertement, le chef de l’état demande que « les corps » de la fonction publique soient relativisés[11]. Derrière les termes administratifs qui semblent compliqués, il s’agit là d’une attaque directe, explicite, contre le statut des fonctionnaires. En France en effet, la fonction publique d'État, c'est-à-dire l'ensemble des fonctionnaires travaillant dans les administrations et organismes publics à caractère administratif de l'État, est divisée en corps correspondant à des statuts, attributions et grilles de paie précis. Ces corps sont eux-mêmes divisés en grades ou classes. S’il existe de nombreux corps, souvent mis en avant pour expliquer les difficultés de moderniser la fonction publique, seuls quelques dizaines concernent la grande majorité des fonctionnaires[12].  Chaque corps possède un statut particulier qui permet son fonctionnement, chaque statut particulier étant rattaché au statut général de la fonction publique. La relativisation d’abord, la suppression ensuite des différents statuts particuliers aboutirait à l’explosion du statut général et de la fonction publique telle que nous la connaissons et en bénéficions.

(...)

Evidemment, toutes les atteintes au statut détruisent les valeurs intrinsèques de l’engagement des agents publics, leur fonctionnement en réseau et en équipe, et diminuent la confiance dans les fondements de la République.

(…) Avec la diminution des moyens, les citoyens dans leur ensemble sont les premières victimes de l’atteinte au statut de la fonction publique qui en dénature ou en impuissante les missions.

(…)

Ainsi, la remise en cause du statut général de la fonction publique, la fusion des corps et la destruction des statuts particuliers, la réforme générale des politiques publiques annoncent des temps difficiles pour les fonctionnaires bien sûr, mais aussi et surtout pour la collectivité. D’autant que dans cette voie, l’imagination est sans limite… 

 

Jacques Cotta

Le 8 octobre 2017

 


[1] Editions Gawsewitch- 2011

[2] Idem - 2012.

[3] Lorsque les hauts fonctionnaires du conseil d’état travaillaient sur « les lois juives » ceux de la magistrature prêtaient serment au maréchal Pétain.

[4] Les syndicats ne sont reconnus qu’à partir de 1946.

[5] Article 6 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

[6] Article 15 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

[7] La République sociale peut être définie par la couverture des salariés à travers des accords d’entreprises ou de branches dans le privé, les conventions collectives, le statut dans le public, par l’existence des trois versants de la fonction publique, la fonction publique d’état, territoriale et hospitalière, et la protection sociale collective.

[8] La France est une république indivisible, laïque, démocratique et sociale.

[9] Les premiers services impactés par ces transferts sont les préfectures et les directions départementales des affaires sanitaires et sociales. Suivront ensuite d’autres directions, dont les directions départementales de l’équipement.

[10] Notamment il s’agit des décharges d’activité de service, d’attribution de locaux syndicaux, de tenue de réunions syndicales.

[11] A Nantes, le chef de l’état exprime le souhait de voir « organiser davantage le dialogue social dans l’administration autour du service plutôt que des corps ». En d’autre terme il s’agit d’une remise en cause explicite du statut.

[12] Par exemple il existe le corps des instituteurs, ou encore le corps des professeurs des universités, ou encore le corps des ingénieurs de travaux de l’équipement, etc…

http://la-sociale.viabloga.com/news/les-services-publics-un-modele-de-societe


 

*Le seul passage sur lequel je suis personnellement en désaccord: pour moi, la "réforme Deferre", s'il est parfaitement exact qu'elle étend le statut de 1946, est le premier pas vers un démantèlement généralisé du système issu du CNR. C'est aussi le début de la "régionalisation", engrenage qui nous conduira progressivement au démantèlement de l'Etat- Nation, voulu par les intérêts euro- atlantistes. Mais le débat est ouvert, bien sûr.

OUTIL LOGO FREXIT LIMOUSINPour le reste,je ne peux que saluer cet article hautement pédagogique en ces temps de triomphe idéologique d'une vision "anglo- saxonne" de la société, sous l'impulsion de la la logique des traités européens: compétition, concurrence, individualisme, déconstruction, narcissisme, performance, profitabilité, management, j'en passe...

La fonction publique "à la française" est l'anomalie à abattre pour tous ceux qui défendent en priorité des intérêts privés ou catégoriels, au détriment de l'intérêt général. L'inversion des normes et des valeurs fait passer le statut de la fonction publique pour un "privilège", grâce à une propagande médiatique sans précédent, alors que c'est exactement l'inverse, car contrairement aux vrais privilèges du moment (les féodalités financières, par exemple), il implique un devoir pour chaque agent de sercice de toute la société.

Si des réformes doivent être réalisées, c'est bien dans le sens d'une amélioration de ce service rendu, et non dans sa destruction.

P.G.

samedi 14 octobre 2017

Le syndrome séparatiste

Carles Puigdemont vient de proclamer “le droit de la Catalogne à l’indépendance” sous les applaudissements des élus régionaux. L’expérience historique enseigne pourtant que ce genre d’aventure se termine rarement dans l’allégresse. Arraché à la Serbie à coups de B52, le Kosovo a proclamé son indépendance en 2009. Sous perfusion de l’UE et de l’OTAN, cet Etat-fantoche a été livré par l’émissaire onusien Bernard Kouchner à une clique mafieuse, l’UCK, qui doit son impunité à cette rente géopolitique. En attendant, la Serbie a été bombardée et dépecée. Quant à la population du Kosovo, elle ne tire aucun avantage d’une indépendance qui a fait de nombreuses victimes.

ARG KOSOVO CATALOGNE KURDVoilà pour l’Europe. Mais en Afrique, c’est pire. La sécession du Sud-Soudan parrainée par Washington a provoqué un désastre sans précédent. D’une pauvreté inouïe, dévasté par la guerre civile, ce nouvel Etat n’a plus que ses yeux pour pleurer. Les multinationales convoitaient ses richesses minières et pétrolières, le Département d’Etat voulait affaiblir le gouvernement de Khartoum, les dirigeants des ethnies méridionales rêvaient d’indépendance, c’était l’équation gagnante ! Hélas le rêve est devenu cauchemar, et les morts se comptent par dizaines de milliers. Kosovo, Sud-Soudan : décidément le séparatisme, lorsqu’il parvient à ses fins, peine à offrir des lendemains qui chantent.

On répliquera sans doute que l’indépendance du Kurdistan irakien pourrait faire la démonstration inverse. Ce peuple sans Etat, floué par l’inique traité de Lausanne (1923), prendrait alors une revanche historique ! C’est bien le projet du PDK dirigé par le clan Barzani, mais il y a loin de la coupe aux lèvres. Ni l’Irak, ni l’Iran, ni la Turquie n’accepteront ce démembrement d’un Etat souverain, fût-il appuyé en sous-main par le puissant protecteur US. Quant à l’alliance avec Israël, on se demande si les Kurdes réalisent que Tel Aviv les soutient comme la corde soutient le pendu. Prudents, les Kurdes syriens dialoguent de leur côté avec Damas, qui s’est dit prêt à négocier une fois scellé le sort de Daech.

Véritable cas d’école, la situation des Kurdes syriens illustre l’impasse du séparatisme. Car si d’aventure ils décidaient de proclamer leur indépendance, ils ouvriraient les portes de l’enfer. Pris en tenailles entre les forces turques et syriennes, cet Etat non viable d’1,5 million de Kurdes serait rapidement rayé de la carte. Sans doute ont-ils fini par comprendre que l’autonomie kurde n’est négociable qu’à condition de renoncer au séparatisme et que leur avenir est d’appartenir à une Syrie souveraine et réconciliée. Mais comme au Kosovo et au Sud-Soudan, les velléités séparatistes sont manipulées par des puissances qui ont intérêt à déstabiliser les Etats souverains. Le sort des Kurdes dans la région est entre leurs mains, et ils auraient tort de le confier à leurs faux amis impérialistes.

Le séparatisme, au fond, est un syndrome qui atteint des populations blessées par l’histoire à qui de faux médecins inoculent de faux remèdes. Les Catalans qui rêvent d’indépendance ont sans doute de bonnes raisons d’en vouloir au gouvernement central espagnol. Ils ont légitimement conservé la mémoire des années noires de la répression franquiste. Mais l’Espagne de 2017 n’est pas franquiste, et la sécession de la Catalogne la déstabiliserait, la blesserait. Violer la loi de l’Etat espagnol, qui est un Etat souverain, n’est pas un acte anodin. Le séparatisme catalan porterait un coup redoutable à la souveraineté nationale en Europe du Sud, et ce sont les “peuples d’Espagne” qui en feraient indistinctement les frais.

Région développée qui pèse 19% du PIB espagnol, la Catalogne n’est pas le Kosovo. Nourri par la mémoire historique et l’irrédentisme culturel, son séparatisme ne manque pas de panache. Mais il ne faut pas se raconter d’histoires, c’est aussi un égoïsme de riches. Les dirigeants de la Catalogne s’imaginent que sa puissance économique irriguera sa souveraineté politique. Une fois libéré du fardeau espagnol, soulagé du poids de la solidarité nationale, le dynamisme catalan fera des prodiges ! C’est un secret de polichinelle, que même l’extrême-gauche ne peut ignorer  : la bourgeoisie locale entend tirer profit de l’indépendance pour instaurer un modèle néo-libéral. Il n’est pas sûr que les jeunes et les ouvriers partagent ce projet, et on compte sans doute sur l’illusion lyrique du 10 octobre pour résoudre toutes ces contradictions.

Mais ce n’est pas tout. Les dirigeants de Barcelone veulent quitter l’Espagne sans quitter l’UE, ils veulent fonder une “nouvelle nation en Europe”, mais ce projet n’a pas de sens. Car si l’UE acceptait l’adhésion d’un Etat sécessionniste, elle signerait son arrêt de mort. Il est vrai que les européistes ont plus d’un tour dans leur sac, et que certains rêvent d’un démembrement des Etats-nations au profit des Euro-régions. Mais ce serait faire l’aveu que l’UE est une machine à broyer les Etats souverains, tandis qu’elle survit péniblement en accréditant la fiction inverse. Le jour où une région sécessionniste est admise dans l’UE, qui pourra encore nier que l’UE sert à évider la souveraineté nationale par le haut tout en la faisant imploser par le bas ? Le syndrome séparatiste, en frappant l’Europe, aura-t-il pour vertu de faire tomber les masques ?

Article original sur la page Facebook de Bruno Guigue

https://www.levilainpetitcanard.be/articles/actu/le-syndrome-separatiste_186888390


 

Comme je l'ai déjà souligné, beaucoup d'européistes préfèrent la "technique Monnet": un séparatisme de fait, culturel, fiscal, économique...Une transformation lente du droit des Etats et l'installation progressive d'une souveraineté européenne. P.G.

Posté par ddupr à 08:24 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 12 octobre 2017

Agenda UPR Limousin

Philippe Gombert, délégué UPR du Limousin:

OUTIL COMMUNIQUE DRChers adhérents et sympathisants de l'UPR en Limousin,

Nous avons deux réunions importantes ce weekend. Vendredi soir, en Creuse (Boussac) à l'nitiative de la délégation départementale de la Creuse, et samedi après- midi à Limoges, à l'initiative de la délégation départementale de la Haute- Vienne. Une réunion en Corrèze est en préparation.

Il s'agit rien de moins que de préparer notre IV° congrès et d'organiser la présence de nos militants à l'université d'automne de l'UPR des 18 et 19 novembre 2017 à  Vallères, 37190.

Il s'agit également de faire un point d'étape entre nous après une période difficile pour notre parti. Ce n'est un secret pour personne, notre score aux dernières élections -présidentielle & législatives- a été un coup dur pour beaucoup de nos militants.

En Limousin, comme dans toute la France, notre engagement dans cette campagne a été intense, dans un environnement souvent hostile et dans des conditions difficiles, avec peu de moyens. Nous avons réussi l'exploit de présenter des candidats dans presque toutes les circonscriptions, à la différence des autres partis politiques, et nous avons doublé le nombre de nos adhérents, y compris dans nos 3 départements.

Pour la première fois depuis la signature du Traité de Rome, un parti politique français de taille significative a porté l'espoir d'une véritable libération de la France: la sortie unilatérale et sans équivoque de l'Union européenne, de l'euro et de l'OTAN, et ceci sans aucune aide politique ou financière, grâce à l'engagement désintéressé de ses militants, provoquant la stupeur dans le monde politique et médiatique.

Notre faible score (moins de 1%) à l'élection présidentielle a découragé certains de nos militants, ce qui est compréhensible quand on a fourni des efforts considérables, et je tiens à remercier chacun pour ce travail admirable.

Pourtant, ces résultats étaient prévisibles: qui pouvait croire qu'un parti politique inconnu du grand public, après une censure médiatique de près de 10 ans, sans moyens et face à l'hostilité d'une oligarchie qui détient tous les pouvoirs, et une opinion publique façonnée par une propagande sans précédent,  pourrait d'un coup de baguette magique renverser le système?

C'est donc moins notre défaite que notre pourcentage qui a découragé. Avons- nous commis des erreurs? Certainement. Des questions sont apparues sur notre communication, notre organisation interne, la formation de nos cadres, notre degré de "professionnalisation", etc. C'est bien légitime. Ce qui l'est moins, à mon avis, c'est de mettre en cause la sincérité ou la compétence de ceux qui ont conduit la campagne. Il est facile de critiquer ceux qui se sont impliqués comme des dingues à une époque où les volontaires pour prendre les responsabilités n'étaient pas nombreux.

L'actualité ne cesse de nous donner raison, je suis convaincu que la France a besoin de l'UPR, plus que jamais. Je compte sur votre présence.

 

P.G.

 

Posté par UPR Creuse à 08:02 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

« Haïr les riches ne rend pas moins pauvre »

L’édito de Charles SANNAT

Je vais ici tordre le cou à toutes les inepties économiques bien-pensantes aussi bien à l’égard des riches… que des pauvres !

Je tiens à préciser que je ne suis pas “riche” et que je m’en porte fort bien. Je ne suis pas franchement vénal, ni particulièrement ostentatoire, préférant la discrète sobriété et la simplicité volontaire dans un monde où beaucoup souffrent. Ceci étant posé…

ARG RICHESCommençons par les « riches ».

Dans ce bas monde, il est de bon ton de vomir les riches et de les taxer encore plus. Si cela peut être techniquement possible à défaut de l’être éthiquement dans un monde fermé, c’est totalement stupide et contre-productif dans un monde ouvert où le méchant riche peut aller se faire tondre où bon lui semble pour moins cher.

Évidemment, c’est exactement ce qu’il se passe et nos « riches » compatriotes partent par milliers se faire plumer vers des cieux au moins plus ensoleillés car quand on est légèrement vêtu, mieux vaut une bonne température ambiante.

 

Alors, nos riches votent avec leurs pieds. Certes, ce n’est pas très patriote, mais franchement, maintenant tout le monde s’en fiche de la patrie, d’ailleurs tout le monde veut que vous vous en foutiez, vous devez être un citoyen du « monde », un « européen », alors soyons cohérents. Vous ne voulez plus d’appartenance nationale. Dont acte, allons payer nos impôts là où ils sont le moins chers. Je ne dis pas que c’est bien. Je dis que cette attitude est la conséquence logique de la destruction des nations, du patriotisme dans ce qu’il a de positif et donc du pacte social où au sein des pays les gens tentent de prendre soin les uns des autres.

On vous dit aussi que plus il y a de riches mieux c’est car, selon la théorie du ruissellement, plus il y aura de riches plus les miettes seront grosses pour ceux d’en bas. C’est en partie vrai, mais en partie seulement. Soyons honnêtes, si on laisse les gens décider de ce qui va ruisseler, il y aura quelques gouttes, mais parfois, il faut aussi évidemment savoir imposer.

Sauf que tout est question de proportion !

Non les pauvres et les riches ne sont pas plus gentils les uns que les autres

Lorsque je regarde les débats, je vois surtout des pauvres qui cherchent sans vergogne à faire la poche de ceux qu’ils considèrent comme plus riches qu’eux, ce qui est très relatif, en essayant d’avoir le maximum pour le minimum d’effort, tandis qu’objectivement nos riches sont plutôt punis avec constance pour créer de la richesse en subissant des taux d’imposition hallucinants dont les « pauvres » n’ont aucune conscience et de surcroît, leur indifférence est totale.

Être pauvre ne fait pas de vous systématiquement un être sympathique. Être riche ne fait de vous le diable, et inversement ! Chaque catégorie ayant son lot de sombres imbéciles.

Et l’idée et la conclusion de tout cela c’est qu’il est impératif de trouver des solutions fiscales équilibrées et pragmatiques.

Nous avons besoin de nos riches et de nos petits bourgeois. Le débat sur les « yachts » de 30 mètres de long est un débat économiquement crétin et stupide pour la simple et bonne raison que ce n’est tout au plus que quelques centaines de personnes qui achètent ce genre de navire. Leur mettre une taxe ne permettra jamais de financer le RSA de tous nos pauvres. C’est aussi illusoire que bête.

La seule façon de redistribuer c’est de pouvoir collecter suffisamment. Tout le reste, c’est de la littérature. 

Pour collecter suffisamment, il faut qu’il y ait beaucoup de moutons à tondre pour avoir beaucoup de laine.

Si vous tondez trop vos moutons et qu’ils meurent tous de froid, vous serez bien avancés.

De la même façon, si vous les laissez choisir le paysan qui les tondra, ils iront chez celui qui leur laissera le plus de laine sur le dos.

Tout cela est d’une logique évidente, et nul n’est besoin d’être un prix Nobel d’économie pour le comprendre.

C’est dans cette optique que l’ISF est un impôt d’une crétinerie insondable dans un monde ouvert et dans un pays où les taxes atteignent déjà 80 % d’une création de richesse réalisée par un entrepreneur.

De surcroît, si l’ISF à 1,8 % peut être supportable avec des taux d’intérêt à 5 % quand les taux sont négatifs ou égaux à zéro, l’ISF est une taxe sur votre patrimoine de 2 % chaque année… c’est sûr qu’en 20 ans vous serez à peu près ruinés.

Alors oui, il faut tordre le coup à l’ISF qui est un impôt injustifié éthiquement parlant, stupide économiquement parlant et contre-productif dans un monde ouvert, et qui est une terrible punition dans un contexte de taux zéro.

Alors oui, il faut dire que les pauvres ne sont pas « que » des braves types, et que les riches ne seront pas forcément plus vertueux si on les laisse choisir le montant de leurs impôts.

Alors oui, il faut dire que l’un et l’autre, le riche et le pauvre, ne doivent pas être opposés car ils font tous partie d’une même communauté de destin, à ceci près que techniquement parlant, ce n’est pas le riche qui a besoin du pauvre, mais bien le pauvre qui a besoin des sous du riche !

Alors les pauvres de tous les pays, et du nôtre en particulier, seraient bien inspirés de se calmer un peu dans leur haine antiriches car il faut dire la réalité.

La réalité est que la France est un pays dans lequel il fait nettement moins bon vivre d’année en année, et je parle de tous nos problèmes sociaux qui s’empilent et qui vont des zones de non-droit, dirons-nous pudiquement, aux actes terroristes quasi quotidiens et réalisés par des « déséquilibrés isolés » mais de plus en plus nombreux…

Alors rajoutez en plus des impôts énormes, et les gens partent, les riches partent, et les pauvres, sans riches, finiront par se rendre compte qu’ils ont tué la poule aux œufs d’or.

Que personne ne veuille le comprendre et le dire me laisse pantois.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

https://insolentiae.com/hair-les-riches-ne-rend-pas-moins-pauvre-ledito-de-charles-sannat/


Ce qui est bien avec Charles sannat, c'est qu'il sait mettre les "pieds dans le plat", même si on ne partage pas toujours son point de vue: les débats sur riches/pauvres n'ont aucun sens si on ne réfléchit pas aux notions de "monde ouvert/monde fermé", de "patriotisme" et donc de valeurs des uns et des autres, de frontières et de contrôle des mouvements de capitaux...  P.G.

Quelques commentaires d'internautes:

OUTIL COMMENTAIRES D INTERNAUTES*Bien sûr,si personne n’achète de yacht,ce sera la fermeture de quelques chantiers et des ouvriers sans travail. Idem pour l’entretien et le personnel à bord .
Et les exemples sont multiples .La haute couture,les voitures de luxe,les stylos et montres hors de prix ,les résidences haut de gamme et leurs piscines,etc, etc. Il faut bien des “riches” pour consommer tout cela et par voie de conséquence faire vivre des “pauvres”.

*Haïr les riches ne rend pas moins pauvre mais qu’est-ce que ça fait du bien ! et puis… qui sait ?

“ce n’est pas le riche qui a besoin du pauvre, mais bien le pauvre qui a besoin des sous du riche”.
Oui, bien sûr, et les sous du riche viennent d’où ? Du travail des presque pauvres.
Alors nous faire croire que le riche est riche parce que c’est une sorte de droit divin, c’est aussi oublier de préciser que s’il y a tant de pauvres dans les pays industrialisés, c’est aussi à cause de la vénalité des riches qui veulent toujours plus de profits et ne se gênent pas pour licencier en masse même quand leur bénéfices sont records.
Il est loin le temps où Ford augmentait ses employés pour qu’ils puissent acheter ce qu’ils produisaient.

Ensuite, les 1,8% sortent de nulle part, c’est 1,5% pour 10 millions, une décote est appliquée en dessous allant jusqu’à 0,8%, donc on est loin des 100% même en 20 ans.

*Je serais d’accord avec vous si la redistribution était “pure”, c’est à dire gagnant gagnant. Les riches s’enrichissant et enrichissant les pauvres. Or ce n’est actuellement pas ce qui se passe, les riches s’enrichissent à une vitesse exponentielle, les pauvres sont de plus en plus nombreux et la petite classe moyenne s’appauvrit. J’oserais dire que plus on est riche plus on a de facilités à s’évader sinon de s’exonérer de la redistribution. C’est ce qui semble se passer en France, point besoin de s’expatrier hors de nos frontières, “l’évasion” fiscale légale est uns sport français. N’étant pas économiste je ne peux certifier l’exactitude de mon opinion, aussi j’aimerais connaître la votre sur cet aspect des choses.
Bien cordialement

*Bonjour Mr Sannat, je suis assidûment vos chroniques, et la dernière sur “les riches” provoque ma réaction. En effet, votre éloge du riche est une insulte à ces millions de travailleurs qui s’éreintent chaque jour et qui ne profitent que bien peu du fruit de leur labeur( je vis en Bretagne, “el dorado” de l’agroalimentaire, et je vous assure que les milliers de personnes qui y travaillent méritent mieux qu’un “smic”..).Vous savez fort bien que notre “modèle” économique accroît les inégalités! Je ne souhaite pas ruiner celui qui entreprend et qui réussit ( je parle des petites entreprises, y compris l’artisanat, même si cette activité est plutôt bien pénalisée fiscalement). Par contre les inégalités vont devenir insoutenables, cet écart qui ne cesse de se creuser entre une “minorité” très riche et la majorité atteindra un seuil de rupture. Les états ( ce qu’il en reste en effet..) ont aligné leurs exigences fiscales vers le bas, la “théorie” du ruissellement est mise en avant, la concurrence mondialisée achève l’édifice. Vous n’ignorez pas les mécanismes qui permettent aux riches d’échapper à l’impôt, et là, les états sont soudain impuissants! Le budget de notre état est alimenté en priorité par la TVA, c’est un vrai scandale! cette imposition par la taxe sur la consommation est une honte … cela est d’autant plus révoltant que les “riches” vont être exonérés de leur part à la solidarité. Quant à ceux qui quitteraient notre pays pour des cieux plus propices à leur patrimoine, un état vraiment souverain devrait pouvoir leur appliquer des sanctions à la hauteur de leur manque de respect de notre devise républicaine, gravée encore au fronton de nos bâtiments publics, mais pour encore combien de temps ?

*Les pauvres ont plus besoin des riches que les riches n’ont besoin des pauvres ?

Ce n’est vrai qu’en partie.
Tout homme a des besoins vitaux primaires : se nourrir, se vêtir, s’abriter des intempéries. Quand il n’y aura plus de pauvres ouvriers agricoles et de pauvres petits agriculteurs, ni non plus de petits artisans acculés à la faillite, le riche, à moins d’une reconversion complète, pourra se nourrir de ses pièces d’or et se vêtir de ses billets dans son manoir au toit percé. Le couvreur exerçant encore dans sa région préfèrera aller réparer le toit du seul paysan encore en activité, qui lui le paiera en grain ou en pommes de terre.

 

Posté par ddupr à 07:37 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 11 octobre 2017

Macron veut reconnaître le statut du drapeau européen

En réponse aux critiques émises par Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron a annoncé que la France allait reconnaître officiellement le statut de l’étendard européen.

13485421

La France va reconnaître solennellement le statut du drapeau européen lors du prochain Conseil européen les 19 et 20 octobre, a promis Emmanuel Macron, mardi 10 octobre, en réaction aux critiques émises par Jean-Luc Mélenchon sur la présence du drapeau à l’Assemblée.

« Au moment où certains en France sont en train d’avoir des débats () et voudraient enlever le drapeau européen, je voudrais vous dire que lors du prochain Conseil européen, je ferai la déclaration solennelle qui fera que la France rejoindra seize autres Etats qui l’ont déjà fait. »

« J’affirmerai officiellement que la France reconnaît le statut de l’hymne européen et du drapeau européen, ce qui ne permettra pas à certains d’enlever le drapeau européen de l’hémicycle français ou de tout autre lieu », a-t-il dit lors d’un débat à l’université Goethe de Francfort, en Allemagne. « Il sera bien maintenu parce que je ferai cette déclaration () Le combat que nous menons le mérite largement », a-t-il ajouté.

« Franchement, on est obligé de supporter ça ? »

Le 20 juin, au lendemain de son élection, le député de La France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, en visite à l’Assemblée nationale, avait dénoncé la présence du drapeau à douze étoiles sur fond bleu. « Franchement, on est obligé de supporter ça ? », avait-il lancé. « C’est la République française ici, pas la Vierge Marie. Je ne comprends pas », avait-il ajouté.

Au début du mois d’octobre, le groupe LFI avait demandé le retrait du drapeau de l’Union européenne, installé à côté du français derrière le fauteuil du président de l’Assemblée nationale depuis 2007. Un amendement rejeté le 4 octobre par la commission des lois de l’Assemblée.

A l’heure actuelle, seuls seize des vingt-huit pays de l’Union européenne ont reconnu officiellement le drapeau et l’hymne européens en signant une déclaration commune – la 52e – annexée au traité de Lisbonne. Ils y déclarent que le drapeau et l’hymne européens, entre autres, « continueront d’être, pour eux, les symboles de l’appartenance commune des citoyens à l’Union européenne et de leur lien avec celle-ci ».

http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/10/10/macron-veut-reconnaitre-le-statut-du-drapeau-europeen_5199031_823448.html?

Quelques jours après le dépôt de l'amendement, le président de l'Assemblée nationale, François De Rugy (LREM) avait ainsi fait applaudir le drapeau, sous l'œil agacé de l'ancien candidat à la présidentielle. Dans la foulée, une députée de la formation d'extrême droite la Ligue du Sud avait par ailleurs suggéré qu'on remplace la bannière étoilée par le drapeau de la monarchie, rapporte Le Figaro.
http://www.francetvinfo.fr/politique/la-republique-en-marche/macron-va-reconnaitre-le-drapeau-europeen-pour-qu-il-ne-puisse-pas-etre-retire-de-l-assemblee-nationale_2412827.html#xtor=CS2-765-[facebook]-

18301780_1501995639842927_6409346040458797019_nMacron s'apprête donc à violer la constitution...

FREXIT!

Posté par UPR Creuse à 08:22 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Le maire de Bourganeuf n'autorise pas une table de l'UPR sur le marché

Contrairement aux maires de Felletin et de Boussac, le maire de Bourganeuf, Jean- Pierre JOUHAUD n'autorise pas les militants de l'UPR en Creuse à tenir un modeste stand sous forme de table de camping avec quelques tracts dessus, afin de leur permettre d'échanger avec la population.

 

ARG CREUSE TABLE MARCHEVoici le message que nous avons reçu:

"Monsieur,

Par courrier en date du 21 septembre dernier, vous avez sollicité la permission de poser une table de camping sur le marché municipal hebdomadaire de notre commune.

Je suis au regret de vous informer que le règlement intérieur de notre marché hebdomadaire, dans son article 13, interdit « les étals à vocation politique, religieuse ou sectaire ».

Vous comprendrez par conséquent que je ne peux  pas accéder à votre demande.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.

Jean-Pierre  JOUHAUD

Maire de Bourganeuf"

Ce n'est pas très élégant de s'abriter derrière un règlement dont on est responsable, directement ou indirectement (je ne connais pas le statut juridique de ce marché, communal ou privé par concession). Quoiqu'il en soit, il est facile pour un maire, même quand le règlement est un peu trop strict, de faire preuve de bienveillance: nous ne sommes ni une secte, ni une religion. C'est ce qu'a fait Franck Foulon, maire de Boussac, sachant que de notre côté, nous veillons à ne pas déranger les commerçants. Par ailleurs, je rappelle que, selon notre constitution, les partis politiques participent à la "vie démocratique de la nation". 

Au- delà se pose la question de savoir comment on fait pour s'adresser aux gens quand on n'a pratiquement aucun accès aux médias.

Une occasion manquée à mon avis  pour ce maire "de gauche" de montrer qu'il peut être aussi tolérant et ouvert que les autres maires cités plus haut, plutôt classés "à droite".

N.B. Nous avons fait la même demande au maire de La Souterraine, et à ce jour, nous n'avons reçu aucune réponse.

Philippe Gombert, délégué UPR de la Creuse.

 

 

 

 

Posté par UPR Creuse à 07:50 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

lundi 9 octobre 2017

Des centaines de milliers d'opposants à l'indépendance de la Catalogne défilent à Barcelone

Des centaines de milliers d'Espagnols ont défilé dans les rues de Barcelone pour manifester leur hostilité à l'indépendance de la province, une semaine après le référendum d'autodétermination interdit qui a déclenché une grave crise politique.

a-pro-union-demonstration-organised-by-the-catalan-civil-society-organisation-makes-its-way-through-the-streets-of-barcelona_5957712

«Vive la Catalogne ! Vive l'Espagne !», scandait la foule de manifestants opposés à l'indépendance de la Catalogne, qui ont battu le pavé à Barcelone, le 8 octobre, en brandissant des drapeaux espagnols.

Il s'agissait de la première grande manifestation anti-indépendantiste dans la capitale régionale depuis le début de la crise, avec pour mot d'ordre : «Ça suffit ! Retrouvons la sagesse !» Selon la police municipale, 350 000 Espagnols – venus de Catalogne et d'ailleurs – ont participé à la manifestation, de 930 à 950 000 selon les organisateurs.

«La démocratie espagnole est là pour rester et aucune conjuration indépendantiste ne la détruira», a lancé à la foule le prix Nobel de littérature Mario Vargas Llosa, de nationalités espagnole et péruvienne, qui participait à la mobilisation.

Les manifestants, arborant aussi des drapeaux catalans ou européens*, se voient comme la majorité silencieuse qui n'a pas eu voix au chapitre depuis que les autorités indépendantistes ont organisé le référendum du 1er octobre, interdit par la justice espagnole.

«C'est très important pour nous de montrer que nous aussi, nous sommes nombreux. On n'entend que les autres», expliquait par exemple à l'AFP, vêtu du maillot de l'équipe de football de l'Espagne et des drapeaux espagnol et catalan, un manifestant de 37 ans, venu en voiture de Tarragone, à 100 kilomètres au sud-ouest.

Vers une déclaration unilatérale d'indépendance le 10 octobre ?

Estimant avoir remporté le référendum avec 90% de «oui» à l'indépendance, les séparatistes envisagent de faire sécession dans les jours qui viennent, peut-être lors de la séance du parlement régional le 10 octobre, durant laquelle le président catalan Carles Puigdemont doit intervenir.

Pour l'heure, l'impasse est totale entre le chef du gouvernement espagnol, le conservateur Mariano Rajoy, et les autorités séparatistes. Carles Puigdemont réclame une «médiation internationale». Mais Mariano Rajoy n'envisage pas de dialogue tant que les séparatistes n'auront pas retiré leur menace de rupture.

https://francais.rt.com/international/44319-marche-contre-independance-catalogne-barcelone


 

OUTIL LOGO FREXIT LIMOUSIN

Si on observe les images, force est de constater que les drapeaux européens sont peu nombreux en comparaison du nombre impressionant de drapeaux espagnols et catalans (v. ci- dessus). Il faut tout le talent d'un journaliste pour mettre en valeur certains détails visiblement insignifiants! Mais je vois le mal partout, ça doit être mon côté "complotiste"...

P.G.

Posté par UPR Creuse à 08:42 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 7 octobre 2017

Entretien de Jean-Pierre Chevènement au Figaro

Entretien de Jean-Pierre Chevènement au Figaro, propos recueillis par Alexandre Devecchio, vendredi 29 septembre 2017.

ARG CHEVENEMENT FIGAROLe Figaro: Alstom et Siemens ont annoncé ce mardi leur mariage. Quelles peuvent être les conséquences de cet accord ?

Il faut appeler un chat un chat : une absorption est une absorption. Qui détient la majorité du capital d’une entreprise détient le pouvoir. Le reste est pipeau. Les engagements pris à quatre ans sont des chiffons de papier que le premier coup de vent boursier fera s’envoler. Parlementaire du Territoire de Belfort de 1973 à 2014 et maire de Belfort, pendant plus de 20 ans, ville- mère d’Alstom, j’aurai connu un véritable Trafalgar en 2014 avec la vente d’Alstom-Energie à l’américain General Electric sous une présentation au demeurant falsifiée et aujourd’hui le Waterloo final avec le bradage d’Alstom-Transport à Siemens.

Deux coups majeurs portés à notre tissu industriel. On s’étonnera après cela du déficit de notre balance commerciale – plus de 60 milliards – alors que l’Allemagne dégage un excédent de plus de 250 milliards ! L’Etat vient de renoncer à monter au capital d’Alstom à hauteur de 20 % comme convenu avec Bouygues, en 2014, pour donner un peu de consistance aux trois « co-entreprises » créées avec Général Electric, notamment dans le domaine des turbines nucléaires. La présence de l’Etat au capital aurait en outre permis de fédérer l’actionnariat français pour créer un équilibre avec Siemens dans Alstom-Transport. Un peu de patriotisme économique aurait permis d’éviter ce naufrage, épilogue de la décomposition d’Alcatel-Alstom annoncée par son président, Monsieur Tchuruk quand il se faisait, il y a 20 ans, le prophète d’une « entreprise sans usine ». Mission accomplie !

On nous parle de « souveraineté européenne » mais où est le « demos » européen ? Le Président de la République, que je sache, n’a pas été élu par un peuple européen qui, aux dires même du Tribunal Constitutionnel de Karlsruhe n’existe pas, mais par le peuple français.

Le prétexte de la Chine ? s’il tenait, il faudrait brader aux autres pays européens toutes nos entreprises. Le modèle Airbus ? Alors que la France en 1999 avait apporté l’essentiel de la mise initiale dans le consortium, EADS nos dirigeants feraient bien de s’aviser que, pour la première fois, en 2016, dans le domaine des produits aéronautiques, l’Allemagne dégage un excédent supérieur à celui de la France (22 milliards contre 17). Encore faudrait-il qu’ils s’intéressent à la localisation des chaînes de production…
Tout se passe comme si nos élites n’avaient plus de culture industrielle, mais seulement financière. Jadis la CGE (Compagnie Générale d’Electricité) devenue Alcatel-Alstom pesait aussi lourd que Siemens. Après la perte des turbines, celle des chantiers navals, des télécommunications et maintenant du ferroviaire, je ne crois plus ce désastre réparable pour notre tissu productif, dans des technologies pourtant pleines d’avenir. C’est le « plan Morgenthau » de pastoralisation de l’Allemagne conçu en 1944 qui s’applique aujourd’hui à la France !

Historiquement, la France a décroché industriellement d’avec l’Allemagne depuis la fin du XIXe siècle. Mais elle avait rétabli un certain équilibre à travers l’Etat notamment grâce aux nationalisations de la Libération et aux « Trente glorieuses ». On peut s’en réjouir ou le déplorer, mais c’est ainsi. On ne peut pas faire que la France et l’Allemagne ne soient pas des pays différents. La France est une création politique où l’Etat a toujours joué un rôle majeur. L’Allemagne a une autre cohérence qui tient à une conception de la nation qui a plus à voir avec la culture et avec la langue.

Pourtant, Emmanuel Macron à travers ses propositions à la Sorbonne pour « refonder l’Europe » semble prôner « un grand bond fédéral ».

La construction européenne est aujourd’hui profondément déséquilibrée. Economiquement d’abord. Notre déficit va s’aggravant. Quel meilleur indice de la compétitivité y-a-t-il que la balance commerciale ? Ce déséquilibre entre la France et l’Allemagne s’est également creusé avec les pays d’Europe du Sud qui sont à la peine depuis la crise de l’Euro de 2010. L’Allemagne a imposé à travers le TSCG, la règle d’or qu’elle avait faite sienne, c’est-à-dire la réduction du déficit budgétaire à quasiment zéro, au prix d’inégalités et de déséquilibres croissants. L’Allemagne dégage même cette année un excédent budgétaire. Mais cet objectif est impossible à réaliser par les autres pays. La zone euro s’est installée dans une croissance très faible depuis presque dix ans. L’idée d’Emmanuel Macron, dans son interview au Point, était de donner un moteur à la zone euro, grâce à un budget de la zone euro constitué de plusieurs points de PIB. Or, plusieurs points de PIB, c’est plusieurs centaines de milliards d’euros car le PIB de la zone euro représente plus de dix-mille milliards. Je ne pense pas que le résultat des élections allemandes permette d’avancer beaucoup dans cette direction. Le Président de la République l’a compris. Dans son discours à la Sorbonne, il a gommé cette perspective qui fondait pourtant notre politique budgétaire. La conjonction des astres qui aurait permis la réalisation de ce projet n’est clairement pas réalisée au vu du résultat des élections en Allemagne. Le parti libéral qui a fait plus de 10% des voix est hostile à un budget de la zone euro et si la chancelière s’y était déclaré en principe favorable, elle restait vague sur le sujet des institutions européennes : parlement de la zone euro et ministre des finances. Le Président de la République sera inévitablement amené à introduire du temps dans ses équations et peut-être même à les revoir. Il ne s’agit pas de remettre en cause l’idée européenne. L’Europe est dans bien des domaines un espace pertinent et juste. A ceci près que pour construire cette Europe, il faut s’appuyer sur les nations. Dans les nations se trouve, en effet, la source de l’énergie démocratique. Il y a un sentiment d’appartenance qui existe dans les nations et qui n’existe pas en Europe et ne peut se créer que dans la longue durée. Or le sentiment d’appartenance est nécessaire à la démocratie. Si vous êtes minoritaire, vous pouvez accepter de vous incliner devant la loi de la majorité car vous espérez qu’un jour vous arriverez à la majorité. Une minorité peut accepter sa situation dans un cadre national, elle ne l’acceptera pas dans le cadre européen qui est pour cela beaucoup trop flou. On ne connait même pas les frontières de l’Europe. Où s’arrêtent-elles véritablement ? Certains voudraient les reculer jusqu’à l’Ukraine. Et pourquoi pas jusqu’à la Russie dans un schéma de grande Europe qui irait de l’Atlantique au Pacifique ? Par conséquent, il faut mettre du temps dans cette équation européenne et ne pas jeter le manche avant la cognée.

Macron insiste également sur l’idée de « souveraineté européenne »…

S’il s’agit de dire que les nations européennes doivent s’unir pour trouver le niveau pertinent de leur action dans l’Histoire, il a raison. Est-ce à dire qu’il faut pour autant gommer les nations ? Elles sont des réalités puissantes à ne pas sous-estimer. Elles ne vont pas se fondre dans l’Europe comme un comprimé d’aspirine dans un verre d’eau. Si on veut une Europe forte il nous faut des nations fortes. J’ai compris jusqu’à présent qu’Emmanuel Macron voulait mettre la France davantage au centre de l’Europe. Pour cela, il ne faut pas dissoudre la France.

Que s’est-il passé depuis les débuts de l’entreprise européenne ? La France était au départ le pays dominant. Celui qui était dans le camp des vainqueurs de la seconde guerre mondiale, et qui n’avait pas à faire oublier le nazisme ou le fascisme. C’était une attitude généreuse de la part de la France que de mettre tous les pays à égalité. Mais le temps a passé. L’Allemagne par son travail et sa ténacité, a su se reconstruire dans le contexte de la guerre froide et grâce à ses alliés, les Etats-Unis et la France au premier chef. La situation aujourd’hui n’est plus la même depuis l’effondrement du mur de Berlin, avec l’élargissement à l’Est de l’Union européenne. L’Allemagne retrouve une position centrale par la géopolitique et l’économie. Ses entreprises accèdent facilement aux économies à bas coût de travail qui la jouxtent. Par conséquent, elle peut délocaliser à proximité les composants à faible valeur ajoutée tout en gardant la maitrise de l’assemblage. A contrario la politique industrielle française est en crise profonde depuis que le ministère de l’industrie a été dissout en 1986-87. On a l’impression que l’Etat stratège français n’a plus de mains.

Le Monde du 7/09 rapporte que Macron aurait dit :

« Si Merkel s’allie aux libéraux, je suis mort …»

Un président de la République française n’est jamais mort. Il a forcément plusieurs plans alternatifs ou alors il n’est pas un président. Tous les présidents de la Ve République ont effectué des virages sur l’aile. Le général de Gaulle a modifié sa politique en Algérie. Malgré sa constance, Pompidou, en intégrant la Grande-Bretagne dans le marché commun, a rompu avec une partie de l’héritage gaulliste et, on peut le dire, introduit le loup libéral dans la bergerie communautaire. Giscard d’Estaing était un partisan du serpent monétaire européen avant de le quitter peu d’années après son élection. François Mitterrand, en 1983, a abandonné son programme initial (« D’abord l’emploi !) pour ouvrir une parenthèse libérale qui ne s’est jamais refermée.

Comment Emmanuel Macron peut-il rebondir ?

Tout dépend de la coalition qui va se former à Berlin et des engagements que Madame Merkel a pris à son égard. Comme je l’avais prévu, l’Allemagne est devenue plus difficilement gouvernable. A cause de l’AfD qui radicalise le paysage politique. Mais surtout parce que Madame Merkel est obligée de composer avec les Verts et les Libéraux qui sur des sujets importants ont des positions contradictoires. Ainsi sur les questions énergétiques ou sur la Russie. La divergence principale porte sur l’idée d’un budget européen dont les Verts sont partisans, mais pas les libéraux. La bonne solution pour Emmanuel Macron serait que le SPD revienne dans une coalition avec la CDU/CSU. Pour l’heure, ses dirigeants n’y sont pas disposés. Mais comme les négociations vont être difficiles avec le FDP et avec Die Grünen, cette perspective ne peut être tout à fait exclue. Ce serait pour le SPD l’occasion de jouer un rôle moteur dans la refondation européenne conforme aux propos de Sigmar Gabriel à la Conférence des Ambassadeurs en août dernier. Le SPD s’acquererait la sympathie de cette opinion éclairée, qui sait bien que l’Allemagne, étant donné sa position dominante, a une responsabilité à exercer vis-à-vis de l’Europe. L’Allemagne dégage un excédent commercial qui est égal à 8,5% de son PIB. Si vous ajoutez l’excédent des services et des capitaux, il dépasse 10% du PIB. Même la Chine ne fait qu’un excédent extérieur de 3,5 %. C’est une situation tout à fait intenable à la longue car l’excédent des uns est forcément le déficit des autres. La politique qui a été imposée, certes par traité, est une politique déflationniste dont le résultat est un nombre anormal de chômeurs, singulièrement de jeunes chômeurs, dans beaucoup de pays dont le nôtre. Madame Merkel veut-elle devenir la Chancelière qui aura ruiné le projet européen ou au contraire voudra-t-elle donner un contenu à l’idée d’une « Allemagne européenne » ?

Comment expliquez-vous la disparition de la social-démocratie partout en Europe et dans le monde sauf peut-être d’une certaine manière en France ?

La social-démocratie se proposait de mettre un peu de beurre sur les tartines. Rien de plus. Quand il n’y a plus de beurre, sa fonction n’est pas évidente. La « troisième voie » imaginée par Tony Blair et théorisée par Anthony Giddens au tournant des années 2000 impliquait une certaine redistribution des fruits de la croissance vers l’éducation, la réduction des inégalités ou des services publics. Mais lorsqu’il n’y a plus de surplus à redistribuer, la social-démocratie est en crise. Elle apparait peut-être comme un parti responsable mais sa politique a coûté le pouvoir à Gerhardt Schröeder et au SPD. C’est ce qu’a voulu faire aussi François Hollande avec le pacte de responsabilité, mais celui-ci contredisait les engagements qu’il avait pris dans son discours du Bourget. Emmanuel Macron, au moins, n’a pas ce handicap. On ne peut pas lui reprocher de réaliser le programme qu’il a annoncé. Néanmoins, il faut se rappeler qu’au premier tour, Emmanuel Macron n’a réuni que 24% des voix. C’est une erreur fréquemment commise de dire qu’en élisant Emmanuel Macron, les Français ont voté pour l’Europe ou la monnaie unique. En réalité, ils ont voté contre Marine Le Pen qui apparaissait comme une candidate incompétente. Elle a largement discrédité l’idée de monnaie commune qui devait être présentée comme une construction négociée avec l’Allemagne pour faire face à une crise soudaine. C’est une illusion que de penser que les Français se sont prononcés pour une politique européiste. Les Français sont divisés en plusieurs courants de pensée dont au moins la moitié est très réservée vis-à-vis des institutions européennes telles qu’elles fonctionnent.

Comment analysez-vous la percée de l’AfD ?

L’Afd s’était constituée au départ en réaction contre les engagements jugés excessifs de l’Allemagne en ce qui concerne l’euro. La critique se polarisait sur la politique de la banque centrale européenne. Puis rapidement cette thématique a cédé la place à la critique de la politique d’accueil d’un million de réfugiés par an annoncée par Madame Merkel. L’arrivée d’un million de réfugiés en 2015 a été un traumatisme pour la société allemande et nous avons assisté à l’émergence d’un parti d’extrême droite comme il en existe dans d’autres pays européens. A cet égard, c’est une normalisation par rapport au reste de l’Europe. A ceci près que l’histoire allemande n’est pas tout à fait une histoire comme les autres. Pour autant, je ne qualifierai pas l’AfD de parti nazi. C’est un parti nationaliste, d’extrême droite, cependant assez policé, car recrutant dans des couches moyennes, beaucoup plus que dans le peuple sauf dans les Länder de l’Est. Cela aboutira a de profonds changements dans la politique allemande. Madame Merkel a déjà dit qu’il n’y aurait plus jamais d’accueil de réfugiés tel qu’en l’an 2015. Elle est consciente d’avoir pris une décision solitaire et peut-être précipitée. Ce n’est pas la première fois. En matière énergétique, son retrait du nucléaire au lendemain de Fukushima était déjà une décision purement personnelle. Une concertation avec la France qui, en matière nucléaire, était la première concernée, aurait peut-être permis de limiter des rejets de gaz carbonique liés à l’utilisation du charbon. Par habitant, l’Allemagne rejette deux fois plus de Co2 que la France. Mais le seul fait d’évoquer ces questions apparait comme une agression à l’égard de nos voisins d’Outre-Rhin. Je n’ai pas cet état d’esprit. Je suis conscient qu’historiquement la France et l’Allemagne se sauveront ensemble, si du moins nos deux nations veulent se sauver. Je sais ce que l’Europe doit à l’Allemagne et à son génie. Je le respecte et je l’admire. Mais l’Europe doit aussi beaucoup à la France. Il faut que ces deux inspirations soient présentes. Pour faire avancer l’Europe, il ne faut pas démobiliser les nations.

L’enjeu des migrants peut-il déstabiliser l’Europe ?

C’est un enjeu majeur qui n’a de solution, comme l’a dit le président de la République à juste titre, que dans le développement de l’Afrique. Il faut que l’Afrique arrive à se développer et à dominer sa démographie. Il faut avoir le courage de le dire. Il y a une limite à l’immigration : la capacité d’intégration de la société d’accueil.

Sur le plan de la politique étrangère, Macron a rompu avec le néoconservatisme de ses prédécesseurs …

Je suis reconnaissant à Emmanuel Macron d’avoir mis fin à une brouille absurde de la France avec les deux plus grands acteurs de la diplomatie mondiale, c’est-à-dire Vladimir Poutine et Donald Trump. C’était nécessaire. Il faut parler avec ces deux dirigeants. Emmanuel Macron a également revu notre position diplomatique en Syrie en acceptant que dans la transition politique tous les partis soient entendus, y compris les représentants de Bachar el-Assad. C’est une rupture avec la politique précédente qui a abouti à la « cornerisation » de la France au Levant. Je vois avec inquiétude l’indépendance proclamée du Kurdistan d’Irak. Ceux qui y applaudissent ne mesurent pas qu’il y a plus de quinze millions de Kurdes en Turquie, un million en Syrie et quatre millions en Iran. Par conséquent, soutenir l’indépendance du Kurdistan irakien c’est déséquilibrer l’Irak où les Sunnites de l’Ouest deviendraient très minoritaires. Ce serait ouvrir un cycle de guerres qui s’ajouterait à celui qui prévaut depuis la destruction de l’Etat irakien. On ne dira jamais assez que Daech est la conséquence de la destruction de l’Etat irakien commencé avec la première guerre du Golfe, dont Huntington disait qu’elle était la première « guerre civilisationnelle ». Elle s’est poursuivie par un long et cruel blocus puis enfin par la guerre de 2003 à laquelle Jacques Chirac a eu tout à fait raison de s’opposer.

En tant qu’ancien ministre de l’Education nationale, que pensez-vous de la démission de Monsieur Lussault …

J’approuve fondamentalement l’orientation que cherche à donner Monsieur Blanquer au ministère de l’Education nationale. Il a mis le doigt sur l’essentiel, c’est-à-dire les inégalités qui se créent dès la petite enfance. On peut observer dès l’âge de cinq ou six ans une différence fondamentale entre un enfant qui ne bénéficie que d’un stock de 200 mots à côté de ses petits camarades qui eux, de par leur famille, en possèdent 2000. Par conséquent, il est extrêmement important d’avoir fait ce dédoublement des classes de cours préparatoire dans des zones d’éducation prioritaire renforcées. Je crois à « l’effet-maître ». C’est une politique réellement progressiste qui rompt avec le bla-bla pédagogiste. La réussite de cette politique suppose qu’on mette l’accent sur la mémorisation, sur l’acquisition du vocabulaire et sur le calcul mental. Cela suppose que les programmes soient clairement fixés. C’est, en dernier ressort, le rôle du Ministre.

A cet égard, je trouve que Monsieur Lussault, Président d’un « Comité Théodule » chargé d’élaborer les programmes, a eu l’honnêteté de démissionner. Monsieur Lussault, il y a un an, s’était insurgé contre la possibilité d’enseigner le récit national, au risque disait-il de « désespérer Billancourt », entendez les salles de professeurs dans les collèges et les lycées. J’avais eu alors l’occasion de lui faire observer que le récit national était nécessaire à la démocratie car il faut un « demos » pour que la République puisse vivre. Et ce « demos », c’est le sentiment d’appartenance collective qui nous réunit en tant que citoyens français. Nous sommes une nation de citoyens, mais nous ne sommes pas décidés à perdre la mémoire de ce que nous avons fait ensemble et de ce qui nous a faits. La démission de Monsieur Lussault est donc plutôt une bonne nouvelle pour la République.

« Ce contenu est issu du blog de Jean-Pierre Chevènement (http://www.chevenement.fr) où il a été publié à l’origine sous le titre « Alstom, Europe, Blanquer… mon entretien au Figaro » sous la licence Creative Commons 2.0. Vous êtes libre de reproduire, distribuer et communiquer ce contenu ». 

Source :

https://www.soverain.fr/entretien-de-jean-pierre-chevenement/


"Il ne s’agit pas de remettre en cause l’idée européenne. L’Europe est dans bien des domaines un espace pertinent et juste": illustration de la célèbre formule citée par François Asselineau: "les souverainistes ne savent pas ce qu'ils veulent et ne veulent pas ce qu'ils savent".

Il est vrai que pour avoir un entretien dans les colonnes du "Figaro"...

Je suis un peu méchant et je m'en excuse auprès des admirateurs de Jean- Pierre Chevènement, dont je suis malgré tout, notamment pour ses positions historiques très claires contre le traité de Maastricht et sa lucidité sur l'impérialisme américain.

P.G.

14724565_10205942633963624_8580457542216290092_n

Posté par UPR Creuse à 09:08 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,