mardi 24 octobre 2017

Macron hilare quand son chien se soulage sur les meubles de l'Elysée

L'Elysée est le symbole de la présidence de la République, lieu où le président, représentant du peuple par excellence, doit défendre ce dernier au jour le jour, et défendre l'image de la France à l'international. Que le chien de Macron urine sur les meubles de l'Elysée, voilà donc tout un symbole de la considération du locataire de l'Elysée pour la fonction. D.P.


Animal. Le labrador noir croisé griffon du couple présidentiel a bruyamment interrompu la réunion entre le président de la République et trois membres du gouvernement.

SIPA_00820346_000010Il semblerait que le chien présidentiel, Nemo a l'habitude d'assister aux réunions de son maître. Il est même capable de les interrompre, à sa manière.

Alors qu'Emmanuel Macron s'entretenait avec trois membres de son gouvernement (Benjamin Griveaux, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, Julien Denormandie, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires, et Brune Poirson, secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire), son labrador noir a décidé de se soulager sur…une cheminée de l'Élysée.

“Il est en train de faire un truc assez  extraordinaire”

Face à cette scène, captée par les caméras de TF1 et publiée ce dimanche 22 octobre par LCI, Emmanuel Macron a eu une étonnante réaction. Au lieu de gronder l'animal, le chef de l'Etat s'est mis à rire avec ses ministres. “Alors... il est en train de faire un truc assez  extraordinaire...”, s'est-il exclamé comme si son chien avait fait un tour impressionnant. “Cela arrive souvent ?”, a demandé Julien Denormandie. Le chef de l'Etat a assuré : “Vous avez déclenché chez mon chien un comportement totalement inhabituel”. Reste à espérer, pour les meubles historiques du palais de l'Elysée, que ce soit vraiment le cas… 

https://www.valeursactuelles.com/politique/video-macron-hilare-quand-son-chien-se-soulage-sur-les-meubles-de-lelysee-89979

Posté par UPR Creuse à 08:31 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

lundi 16 octobre 2017

«Vous avez compris les pauvres ?» : les opposants battent en brèche l'interview de Macron

La France insoumise, Les Patriotes ou encore Debout La France : les opposants à Emmanuel Macron* ont battu en brèche son intervention comme un seul homme, la jugeant tantôt méprisante, tantôt trop évasive sur le terrorisme ou la sécurité.

ARG MACRON INTERVIEW«Je ne sais pas si cinq ans suffiront à Macron pour tout casser. En revanche, je pense qu'après cinq mois, les Français en ont assez», a tweeté le député de La France insoumise Adrien Quatennens le soir du 15 octobre, pendant l'interview d'Emmanuel Macron lors du journal de 20h de TF1.

«Vous avez compris les pauvres ?! Vous êtes atteints de "jalousie", vous avez des "passions tristes" !», a-t-il poursuivi alors que le chef de l'Etat, se défendant d'être le «président des riches», a demandé aux Français de ne pas avoir de jalousie pour «ceux qui réussissent».

Eric Coquerel, lui aussi député insoumis, a pour sa part évoqué le manque de regrets évoqué par le chef de l'Etat concernant ses propos sur des ouvriers de GM&S venus tenter de le rencontrer, à qui il avait conseillé de «regarder pour un poste» au lieu de «foutre le bordel».

«Donc les salariés de GM&S licenciés qui réclament autre chose qu'une aumône méritaient le mépris insultant d'Emmanuel Macron», a résumé Eric Coquerel.

La présidente du Front national Marine Le Pen a pour sa part résumé sur Facebook son analyse de l'interview présidentielle, sous le titre : «Un Premier ministre déguisé en président confirme sa vision d’une France nomade».

Du côté du parti Les Patriotes, l'ex-numéro deux du FN Florian Philippot a tweeté à l'attention du président : «"Dire les choses" ne signifie pas être vulgaire et insulter à tout-va les Français.»

Il a par ailleurs estimé que le discours d'Emmanuel Macron avait été «très très léger sur le terrorisme, l’islamisme, l’insécurité, l’immigration massive».

Nicolas Dupont-Aignan, président du parti souverainiste Debout La France qui avait rallié Marine Le Pen lors de l'entre-deux-tours de la présidentielle, a pour sa part été frappé par l'ordre des questions.

«Incroyable de voir la question ô combien importante de la sécurité des Français reléguée en toute fin d’interview», a-t-il écrit sur Twitter.

Et puis il y a... les fidèles

Si le discours du chef de l'Etat a été largement battu en brèche par la classe politique, Emmanuel Macron a pu bénéficier de soutiens parmi... les membres de son propre gouvernement.

«Une parole juste, claire et franche au service d'un projet ambitieux. Fier d'œuvrer auprès d'Emmanuel Macron», s'est enthousiasmé le Premier ministre Edouard Philippe.

Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a, sans suspense, lui aussi redoublé d'éloges : «Avec conviction Emmanuel Macron montre tout ce qui a déjà été fait pour protéger les Français

Enfin, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb s'est réjoui de la prestation du chef de l'Etat : «Sans complaisance, un président déterminé à construire une société où chacun trouve sa place, dans une France en mouvement

Des positions enthousiastes qui ne convainquent visiblement pas toute la classe politique française.

https://francais.rt.com/france/44598-vous-avez-compris-pauvres-opposants-incendient-discours-macron-tf1


 

Un non- évènement suivi de commentaires convenus d'une classe politique où chacun joue son rôle, visiblement sans enthousiasme, comme le révèle la médiocrité générale des propos, tant sur la forme que sur le fond.

OUTIL LOGO FREXIT LIMOUSIN

*les opposants à Emmanuel Macron*= l'opposition pour rire, celle qui s'en prend au lampiste sans désigner les commanditaires. Rappel du dicton "lorsque le sage désigne la lune, l'imbécile regarde le doigt".

Ce type d'article ne s'adresse pas au sage...

P.G.

Posté par UPR Creuse à 08:55 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

dimanche 15 octobre 2017

Macron dévoile ses pistes pour réorganiser la filière agricole

RUNGIS, Essonne (Reuters) - Inversion de la construction des prix, relèvement limité et sous conditions du seuil de revente à perte : Emmanuel Macron a dévoilé mercredi ses premières pistes pour réorganiser une filière agricole au bord de l'asphyxie, affectée par la "guerre des prix" qui fait rage depuis quatre ans en France.

ACT ALIMENTATIONTrès attendu par le monde agricole, le discours du chef de l'Etat au marché de Rungis (Essonne) était conçu comme un "point d'étape" des Etats généraux de l'alimentation, lancés en juillet et dont la première phase s'est achevée fin septembre.

Promesse de campagne d'Emmanuel Macron, cette vaste concertation a vocation à améliorer les relations entre les acteurs de la filière, mieux accompagner les agriculteurs et faciliter l'accès des consommateurs à des produits sains.

"La toute première responsabilité, c'est de mettre fin à cette guerre de prix", a estimé Emmanuel Macron. "Stopper la guerre des prix, c'est stopper la dévalorisation permanente du revenu des agriculteurs et leur permettre de revivre de leur travail."

 

"Pour ce faire, je souhaite que nous puissions acter de la mise en place d'une contractualisation rénovée avec un contrat proposé par les agriculteurs et non plus par les acheteurs, ce qui est fondamental", a ajouté le chef de l'Etat. "Nous modifierons la loi pour inverser cette construction du prix qui doit pouvoir partir des coûts de production".

Compte tenu du calendrier prévu, cette mesure ne pourra pas s'appliquer aux négociations commerciales entre distributeurs et industriels qui débuteront le 1er novembre et qui fixeront les prix pour l'année 2018.

Mais le gouvernement souhaite sur ce point "un engagement clair de toutes les parties prenantes auprès des ministres et sans attendre la loi" prévue pour le premier semestre 2018, qui devrait être adoptée par le biais d'ordonnances.

REGROUPEMENT

Le monde agricole a subi plusieurs crises ces dernières années, provoquées par la chute des cours ou les épidémies de grippe aviaire dans le Sud-Ouest. Selon la Mutualité sociale agricole (MSA), un tiers des agriculteurs gagnent actuellement moins de 350 euros par mois.

La nouvelle méthode de calcul ne sera efficace pour le monde agricole que "si les agriculteurs se regroupent en organisations de producteurs pour peser plus dans les négociations", a estimé Emmanuel Macron. Pour les y inciter, le gouvernement conditionnera certains dispositifs d'aide à la taille des organisations de producteurs.

L'Etat entend plus largement accompagner les agriculteurs, les aider à se professionnaliser et à définir des indicateurs de marché.

Autre mesure, controversée cette fois, le relèvement du seuil de revente à perte (SRP) - le prix en dessous duquel un distributeur ne peut pas vendre un produit. Cette mesure est dénoncée par Michel-Edouard Leclerc et des associations de consommateurs, qui redoutent une hausse des prix.

"Je suis favorable au relèvement du seuil de revente à perte économique pour les produits alimentaires et à l'encadrement des promotions" et qu'il soit inscrit dans la loi qui sera votée au Parlement au 1er semestre 2018, a dit Emmanuel Macron.

PAS DE CHÈQUE EN BLANC SUR LE SRP

Mais "le seuil de revente à perte qu'on augmenterait seul sans demander aucun effort, aucun accompagnement, aucune transformation, c'est une forme de chèque en blanc", a-t-il ajouté. "C'est pourquoi je vous demanderai de votre côté, d'ici la fin de l'année de travailler pour donner une pleine visibilité" via des plans de filières, filière par filière.

Ces plans devront assurer que le double objectif - un juste revenu garanti au producteur et une qualité supérieure pour le consommateur - soit rempli, avait indiqué l'Elysée mardi, pour expliquer un report de cette mesure.

Pour la présidente de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), Christiane Lambert, Emmanuel Macron a "compris qu'il y avait de vrais enjeux".

"Il s'engage, il veut que nous nous engagions, mais la nature et le cadencement de ses engagements sont encore à clarifier", a-t-elle dit à la presse.

L'Association nationale des industries alimentaires (Ania) salue elle un "socle pour un sursaut positif pour tous les acteurs de la filière avec une volonté commune inédite de mettre fin à la guerre des prix". Son président Jean-Philippe Girard regrette toutefois dans un communiqué "que ces mesures ne soient pas appliquées" pour les prochaines négociations commerciales.

(Marine Pennetier et Sybille de La Hamaide, édité par Sophie Louet)

http://www.latribune.fr/depeches/reuters/KBN1CG2HM/macron-esquisse-ses-pistes-pour-reorganiser-la-filiere-agricole.html#xtor=EPR-2-[l-actu-du-jour]-20171012

Posté par ddupr à 09:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 11 octobre 2017

Macron veut reconnaître le statut du drapeau européen

En réponse aux critiques émises par Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron a annoncé que la France allait reconnaître officiellement le statut de l’étendard européen.

13485421

La France va reconnaître solennellement le statut du drapeau européen lors du prochain Conseil européen les 19 et 20 octobre, a promis Emmanuel Macron, mardi 10 octobre, en réaction aux critiques émises par Jean-Luc Mélenchon sur la présence du drapeau à l’Assemblée.

« Au moment où certains en France sont en train d’avoir des débats () et voudraient enlever le drapeau européen, je voudrais vous dire que lors du prochain Conseil européen, je ferai la déclaration solennelle qui fera que la France rejoindra seize autres Etats qui l’ont déjà fait. »

« J’affirmerai officiellement que la France reconnaît le statut de l’hymne européen et du drapeau européen, ce qui ne permettra pas à certains d’enlever le drapeau européen de l’hémicycle français ou de tout autre lieu », a-t-il dit lors d’un débat à l’université Goethe de Francfort, en Allemagne. « Il sera bien maintenu parce que je ferai cette déclaration () Le combat que nous menons le mérite largement », a-t-il ajouté.

« Franchement, on est obligé de supporter ça ? »

Le 20 juin, au lendemain de son élection, le député de La France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, en visite à l’Assemblée nationale, avait dénoncé la présence du drapeau à douze étoiles sur fond bleu. « Franchement, on est obligé de supporter ça ? », avait-il lancé. « C’est la République française ici, pas la Vierge Marie. Je ne comprends pas », avait-il ajouté.

Au début du mois d’octobre, le groupe LFI avait demandé le retrait du drapeau de l’Union européenne, installé à côté du français derrière le fauteuil du président de l’Assemblée nationale depuis 2007. Un amendement rejeté le 4 octobre par la commission des lois de l’Assemblée.

A l’heure actuelle, seuls seize des vingt-huit pays de l’Union européenne ont reconnu officiellement le drapeau et l’hymne européens en signant une déclaration commune – la 52e – annexée au traité de Lisbonne. Ils y déclarent que le drapeau et l’hymne européens, entre autres, « continueront d’être, pour eux, les symboles de l’appartenance commune des citoyens à l’Union européenne et de leur lien avec celle-ci ».

http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/10/10/macron-veut-reconnaitre-le-statut-du-drapeau-europeen_5199031_823448.html?

Quelques jours après le dépôt de l'amendement, le président de l'Assemblée nationale, François De Rugy (LREM) avait ainsi fait applaudir le drapeau, sous l'œil agacé de l'ancien candidat à la présidentielle. Dans la foulée, une députée de la formation d'extrême droite la Ligue du Sud avait par ailleurs suggéré qu'on remplace la bannière étoilée par le drapeau de la monarchie, rapporte Le Figaro.
http://www.francetvinfo.fr/politique/la-republique-en-marche/macron-va-reconnaitre-le-drapeau-europeen-pour-qu-il-ne-puisse-pas-etre-retire-de-l-assemblee-nationale_2412827.html#xtor=CS2-765-[facebook]-

18301780_1501995639842927_6409346040458797019_nMacron s'apprête donc à violer la constitution...

FREXIT!

Posté par UPR Creuse à 08:22 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

lundi 9 octobre 2017

Le sinistre Jupitre a choisi son camp

Avec son fatal « pauv’con », Sarkozy pouvait au moins invoquer la maladresse d’une spontanéité un peu « populo-vulgaire » pour justifier sa grossière et ravageuse erreur.

ARG MACRON ETOILEAvec son « Il y en a certains, au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d’aller regarder s’ils ne peuvent pas avoir des postes», Macron lui, ne le peut plus. Ne serait-ce que parce que l’excuse malhonnête a déjà trop servi. Ça n’est pas une maladresse, ça n’est pas une erreur, ça n’est même pas spontané. C’est délibéré et ça poursuit un objectif.

Il ne lui reste plus qu’à invoquer la désormais sempiternelle « sortie du contexte » (de sa fameuse « pensée complexe », sans doute)… mais pour aggraver son cas, ou galvaniser son camp.

Complètement désinhibé, ce petit malotru insulte délibérément ses « sujets« , précisément parce qu’il croit – il l’a appris dans ses études – qu’en les « sujétisant », il se « jupitérise ».

Posté par UPR Creuse à 08:07 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

dimanche 8 octobre 2017

Immobilier : les APL "accession" vont disparaître dès 2018

Les APL accession, qui facilitent l'emprunt immobilier pour les ménages aux revenus modestes, devraient être supprimées dès le 1er janvier 2018.

logement-social-la-cour-des-comptes-suggere-des-economiesC'est un dispositif assez méconnu mais pourtant potentiellement très avantageux pour ses bénéficiaires. L'APL accession permet aux primo-accédants aux revenus modestes de se faire rembourser une partie de leurs mensualités de crédit immobilier. Malheureusement, il vit ses dernières heures...

Passée inaperçu lors de la présentation du budget 2018 mercredi dernier, la suppression de l'APL accession a été repérée par le courtier en crédit Vousfinancer ce lundi 2 octobre, et cette mesure sera regrettée par les futurs accédants. Selon les calculs effectués par le courtier, l'APL accession pouvait presque réduire de moitié le taux d'endettement de certains de ses bénéficiaires.

  • Un parent isolé avec 2 enfants et un revenu net imposable annuel de 15.000 euros en 2015 et une mensualité de 500 euros pouvait toucher 236 euros, et ainsi voir son taux d'endettement passer de 41 à 20%.
  • Pour un couple avec 2 enfants dont le revenu net imposable est de 20.000 euros pour le ménage, les APL font baisser les mensualités de 600 à 462 euros, le taux d'endettement passant ainsi de 36 à 27%.

Ces APL sont versées dans le cadre d'un prêt d'accession sociale ou d'un prêt conventionné, et elles sont donc soumises à des conditions de revenus. Ce dispositif permet l'accès à la propriété de personnes n'ayant pas les revenus suffisants pour le faire, car comme on le voit avec les exemples cités ci-dessus, sans les APL, les ménages passent au dessus du seuil d'endettement maximal, estimé à 33% (un tiers des ressources).

Un dispositif inefficace ?

Et les personnes concernées par les APL accession sont bien plus nombreuses qu'on le croit, car cette année, "45 % des emprunteurs financés par Vousfinancer - et même 68 % des moins de 30 ans - ont des revenus inférieurs à 25.000 nets annuels et sont potentiellement éligibles aux APL", précise le courtier. Et 13% des prêts financés par le courtier en 2017 peuvent donner potentiellement droit à ces APL.

Pour justifier la suppression du dispositif dès le 1er janvier 2018, le gouvernement a parlé d'un effort en faveur de le politique d'accession à la propriété qui serait désormais "prioritairement porté sur le PTZ, qui sera prorogé". Sachant que le prêt à taux zéro, qui existait déjà, a été prolongé mais réduit sur certaines zones, la fin du dispositif des APL accession doit surtout s'expliquer par une logique d'économie budgétaire.

Sandrine Allonier, responsable des relations banques chez Vousfinancer, rejette en tout cas l'idée d'un dispositif moins efficace que les autres: "L'APL accession est l'une des aides les plus efficaces car elle est directement versée à la banque prêteuse par la CAF." Les banques peuvent ainsi les prendre en compte dans leur plan de financement et ainsi accorder plus facilement des prêts à des ménages qui n'auraient pas eu droit à un financement sans ce dispositif.

Voir l'article- source publié le 2 octobre:

Le PLF 2018 prévoit la suppression de l’APL accession : Un coup dur pour les primo-accédants passé inaperçu

Paris, le 2 octobre 2017C’est un coup dur pour les primo-accédants passé quasi-inaperçu… Le projet de loi de finances 2018 prévoit de supprimer l’APL Accession, un dispositif peu connu mais très efficace qui accorde une aide mensuelle sous conditions de ressources aux primo-accédants. Fin 2014, le gouvernement Hollande avait déjà tenté de réformer ces aides avant finalement d’y renoncer compte-tenu de l’impact potentiel. Pour Vousfinancer, courtier en crédit immobilier, la suppression de cette aide va exclure du marché de nombreux emprunteurs modestes qui n’auront plus la possibilité d’acheter sans l’APL, leur taux d’endettement devenant trop important.

Alors que la baisse des APL location de 5 € par mois a fait grand bruit, une autre mesure est passée presque inaperçue, malgré son impact important pour les jeunes ménages : sans que l’on s’y attende, le projet de loi de finances 2018 (article 52) prévoit la suppression de l’APL accession, cette aide personnalisée au logement accordée sous conditions de ressources aux emprunteurs qui deviennent propriétaires via un Prêt conventionné (PC) ou un Prêt Accession Sociale (PAS), des prêt accordés sur des durées allant jusqu’à 30 ans avec des frais de dossiers et de garanties réduits. Motif avancé : « l’article porte extinction du bénéfice de l’APL pour les accédants à la propriété, le Gouvernement assignant un objectif équivalent à des instruments de politique publique plus efficients ». « L’APL accession est l’une des aides les plus efficaces car elle est directement versée à la banque prêteuse par la CAF et vient donc réduire la mensualité de crédit payée par l’emprunteur, jusqu’à 50 % dans certains cas ! Prise en compte par les banques dans le plan de financement, elle permet donc à des ménages dont l’endettement aurait été trop élevé sans cette aide de devenir propriétaire » explique Sandrine Allonier, responsable des relations banques chez Vousfinancer.

Par exemple, un couple avec 2 enfants ayant des revenus nets de 20 000 € par an, achetant un bien ancien en zone A avec un prêt à l’accession sociale pour une mensualité de 600 € peut prétendre actuellement à 145 € d’APL par mois, réduisant sa mensualité à 455 € et son taux d’endettement à 27 %. Sans l’APL, le couple devrait verser une mensualité de 600 € ce qui ferait grimper son taux d’endettement à 36 %, rendant le projet non finançable. Voici quelques autres simulations pour l'un achat d'un logement ancien en zone A.

Revalorisée en 2013 lors de la modification du zonage et de la hausse des plafonds de revenus, l’APL accession avait failli être modifiée en 2015 et n’être accordée qu’en cas de « baisse des revenus de plus de 30 % », avant que le gouvernement ne se ravise finalement et maintienne le dispositif en l’état…  Cette nouvelle volonté de la supprimer tout bonnement cette fois-ci, pourrait exclure de l’accès à la propriété un certain nombre de jeunes emprunteurs. « La suppression de l’APL accession risque d’avoir un impact très négatif sur les primo-accédants qui pâtissent déjà de la hausse des prix dans les zones tendues et bientôt du recentrage du prêt à taux zéro. En outre supprimer l’APL accession pourrait contraindre certains ménages à rester locataires, et donc de continuer à bénéficier des APL locations, annulant de fait les économies potentiellement réalisées… A un moment où les primo-accédants semblaient de retour, ce type de mesure pourrait casser la dynamique enclenchée en pénalisant surtout les ménages les plus modestes » conclut Jérôme Robin, président et fondateur de Vousfinancer.

En 2017, 45 % des emprunteurs financés par Vousfinancer – et même 68 % des moins de 30 ans - ont des revenus inférieurs à 25 000 nets annuels et sont potentiellement éligibles aux APL. En 2017, 13% des prêts financés par le courtier donnent droit aux APL.

A propos de Vousfinancer

Fondé en 2008 par Jérôme Robin, Vousfinancer, réseau de courtiers en crédits immobiliers, accompagne de façon personnalisée, les particuliers dans la recherche de la meilleure solution de financement pour leur projet immobilier.

La stratégie de Vousfinancer se base sur la rencontre avec un seul et unique interlocuteur expert en financement, la transparence (montage du dossier financier réalisé avec le client), et la garantie de trouver rapidement (moins d’une semaine) la solution globale la plus adéquate (assurance de prêt, taux, garanties, mensualités, durées, coût du crédit, frais de dossiers, partenaires bancaires). Vousfinancer propose également des solutions pour les crédits professionnels et le rachat de crédits.

Chiffres clés : 170 agences, 600 collaborateurs, 2 milliard d’euros de crédits financés en 2017

https://www.vousfinancer.com/franchise/presse/communiques/le-plf-2018-prevoit-la-suppression-de-lapl-accession-un-coup-dur-pour-les-primo-accedants-passe-inapercu


 

Commentaire d'une de nos adhérentes en Haute- Vienne:

Macron a décidé dans la loi de finances 2018 de supprimer l'APL pour les primo accédants dès le 1er janvier 2018 !
Et je peux voir la catastrophe de cette mesure puisque mon fils est concerné.
Il vient d'acheter une toute petite maison (63 m2) et son prêt lui a été accordé, compte tenu de l'APL qu'il pouvait obtenir.
Sans cette APL, il dépassait le plafond d'endettement et il n'aurait pas eu son prêt.
La vente ne sera finalisée qu'au mois de novembre et donc sa demande d'APL sera pour le 1er janvier !
C'est une véritable catastrophe et je n'ose lui annoncer !!

 

vendredi 6 octobre 2017

Macron et Hollande: Alstom une trahison d’État aux très graves conséquences – Interview d’Eric Dénécé

Eric Dénécé, ancien directeur du renseignement français, explique comment les autorités françaises PS et LR (notamment Hollande et Macron) se sont entendues pour trahir les intérêts de la France et vendre pour une bouchée de pain Alstom qui fabrique désormais sous licence américaine une partie essentielle de la chaine du nucléaire français rendant la France complètement dépendante des USA dans ce domaine qui recoupe les domaines civils et militaires de la filière.

ARG DENECE ALSTOMParmi les dirigeants des grandes nations, seul Vladimir Poutine a dénoncé clairement les manœuvres américaines exercées par le biais du Département de la Justice américain; la Russie a pris et continue de prendre des dispositions pour lutter contre cette oppression de puissance dominante et en tout cas ne s’y soumet pas. C’est aussi pour lutter contre ces abus scandaleux des Américains exercés de la même façon par le biais du dollar que les pays des BRICS  (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) mettent en place peu à peu un système monétaire de transaction qui échappe au dollar.

Par exemple: en 2003, alors que la France avait refusé de soutenir les USA dans leur volonté d’envahir l’Irak, ceux-ci par mesure de rétorsion avaient refusé de continuer à fournir la partie américaine des pièces détachées de l’armement français. Or à cette époque l’armement militaire français ne dépendait qu’à 3% de pièces détachées américaines, les 97% restants étant entièrement fabriqué en France. Néanmoins, rien que ces 3% empêchaient les avions du porte-avion nucléaire Charles de Gaulle de décoller. Aujourd’hui, avec la vente d’Alstom et sans la fourniture américaine c’est le porte-avion en entier qui ne peut plus bouger. De plus, aujourd’hui, la France ne peut plus vendre de centrales nucléaires puisqu’une partie de celles-ci dépendent des pièces d’Alstom (essentielles)  aujourd’hui aux mains des Américains. Avec la main-mise US sur Alstom, les Américains sont passés maîtres dans le domaine à la place de la France.

Écouter l’ interview d’Eric Dénécé à 7 minutes sur la vidéo ci-dessous, auparavant la journaliste fait la présentation de l’affaire.

Le gouvernement français au service des entreprises américaines ?

Diffusé en direct le 27 sept. 2017

https://www.youtube.com/watch?time_continue=2&v=qs9FpyyCn14

Comme l’explique Eric Dénécé, le Département de la Justice américain a fait main basse sur Alstom en accusant Alstom de corruption et en le condamnant à une amende phénoménale, impossible à payer. Pour s’en défendre il aurait fallu une volonté politique de la part des autorités françaises. Mais au contraire (hormis partiellement Arnaud Montebourg), celles-ci se sont faites acheter. Et notamment Emmanuel Macron qui en contre-partie de son autorisation de vente a eu la présidence française offerte sur un plateau par les USA et l’oligarchie apatride qui est à sa tête, grâce aux innombrables manipulations exercées contre les électeurs incapables de discerner ces diableries.

Une mafia politique dirige la France

Le documentaire de LCP est à regarder en entier directement sur la chaine en cliquant ICI. Le documentaire est beaucoup plus directement accusateur en direction de Macron et de Hollande avec vidéo à l’appui, qu’Eric Dénécé n’ose le dire nommément. Il démontre comment la Gauche et Les dirigeants Républicains (ex-UMP) ont été complices pour liquider à leurs profits particuliers ce fleuron de l’industrie française ainsi que le précise Eric Dénécé. Une complicité en liaison avec les grandes banques cosmopolites, le Département de la Justice américain et l’Union européenne. Actuellement Airbus, Technip, Alcatel, Sanofi sont en train de subir le même processus et d’autres fleurons de l’industrie qui restent encore français sont dans le viseur du Département de la Justice américain. On comprend pourquoi cette mafia politique tient à garder par tous les moyens, même les plus odieux, les commandes de la France. Cela explique le Front républicain auquel Mélenchon et Fillon ont largement contribué. Et qui a une fois de plus aveuglé les électeurs qui n’ont plus qu’à payer de leurs deniers. Mais grâce au Front républicain la France est devenue le royaume des aveugles.

Macron qui -était encore secrétaire général de l’Élysée- est directement accusé d’avoir défendu les intérêts américains contre les intérêts français en toute complicité avec François Hollande alors président de la République qui le chapeautait.

Il faut se rappeler que lorsque Marine Le Pen l’a accusé d’avoir signé l’autorisation de vente d’Alstom lors du discours de l’entre-deux-tours de la présidentielle, Emmanuel Macron a eu la fourberie et le culot monstre de soutenir sans sourciller qu’il était innocent de cette vente.

Voir aussi ce documentaire qui explique bien la responsabilité entière d’Emmanuel Macron:

Comment Macron a vendu Alstom aux américains

https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=dOnGH9v-oIA

http://www.medias-presse.info/macron-et-hollande-alstom-une-trahison-detat-aux-tres-graves-consequences/80674/?utm_source=OxiMailing&utm_medium=e-mail&utm_campaign=mpi%5F212

Posté par UPR Creuse à 08:33 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

dimanche 1 octobre 2017

Ruptures n°68 : sommaire de l’édition de septembre

Au sommaire de cette édition :

PUB– l’éditorial consacré aux essais nucléaires de Pyongyang et au caractère inacceptable des sanctions contre la Corée du Nord, en réalité coupable d’insoumission à l’ordre mondial dominant ;

– Un décryptage du discours « sur l’état de l’Union » prononcé par Jean-Claude Juncker, qui a appelé à accélérer l’intégration européenne, mais selon un scénario contradictoire avec l’Union « à géométrie variable » proposée par le président français ;

– Une analyse des ambitions d’Emmanuel Macron pour « refonder l’Europe », et qui veut, pour ce faire, apparaître en « élève-modèle » vis-à-vis de l’Allemagne grâce à la « réforme » du code du travail et à l’austérité renforcée ;

– un compte-rendu des élections allemandes du 24 septembre, qui ont vu la dégringolade des deux grands partis, tandis que l’arrivée en force de l’AfD fragilise la prochaine coalition gouvernementale et hypothèque les espoirs d’une relance de l’UE caressés à Paris et à Bruxelles;

– une analyse du scrutin en Norvège, où les partis opposés à l’adhésion à l’UE progressent ;

– et, bien sûr, comme chaque mois, les brèves…

Pour recevoir cette édition et les suivantes, il n’est pas trop tard pour s’abonner.

https://ruptures-presse.fr/actu/ruptures-parution-68-sommaire/

Posté par UPR Creuse à 09:32 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 30 septembre 2017

Vidéos du jour: manifester pour dénoncer quoi?

Les manifestations se multiplient; logique, Macron met en oeuvre la feuille de route imposée par Bruxelles et les mesures anti- sociales provoquent la colère populaire. Mais défiler derrière des organisations qui ne désignent pas les vrais responsables pose problème...

VID MANIFS MACRON

JE NE MANIFESTERAI PAS CONTRE MACRON !!

https://www.youtube.com/watch?v=INTtkLrt8wE&feature=share

Ajoutée le 26 sept. 2017

Voir également, la dénonciation de Yannick de ceux qui ne veulent pas voir l'UE derrière ce que fait Macron:

Pourquoi Macron prend aux pauvres pour donner aux riches ?

https://www.youtube.com/watch?v=ry_cF829li4

Ajoutée le 30 juil. 2017
"Comme on le sait tous, les hommes politiques sont méchants et ils font le mal par plaisir de faire le mal. Ou bien est-ce que l'explication est un poil plus compliquée que ça et qu'il y a une logique à l'oeuvre dans ces décisions ? Et si en fait Macron n'était pas le vrai responsable de cette politique austère ? Dans cette vidéo, nous allons voir qu'en fait c'est pas de la gentillesse de nos élus qu'il est question, mais surtout on va le faire sans remettre en doute l'idée que Macron soit un connard, parce que faut pas déconner non plus.
/!\ Attention /!\ : A priori il y a eu une confusion de ma part sur la réforme des APL, il s'agit d'une baisse de 5€ (unique) sur le montant mensuel et non pas d'une baisse de 5€ chaque mois comme l'a laissé entendre la formulation communiquée dans les médias. Donc mon reproche adressé aux journaliste est injustifié sur cet exemple, en revanche ça n'invalide pas le reste de mon propos."

vendredi 29 septembre 2017

Communiqué de presse UPR

Réaction de l’Union populaire républicaine au discours de M. Macron sur la « refondation » de l’Europe
COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE L'UNION POPULAIRE RÉPUBLICAINE
= Mercredi 27 septembre 2017 =

COM PRESSE MACRON 27SEPT17À l'occasion du discours qu'il a tenu ce mardi à la Sorbonne, M. Macron a annoncé une série de mesures pour « refonder l'Europe », une fois de plus.

Ces mesures, pour l'essentiel, n'ont jamais fait partie du programme présidentiel sur lequel M. Macron s'est fait élire. Il n'avait donc aucune légitimité démocratique pour faire la plupart des annonces qu'il a faites ce mardi.
En particulier, les Français n'ont jamais donné leur aval à la mise sur pied d'un budget européen de la Défense, ni à la définition d'une doctrine de Défense commune, ni à l'intégration de militaires étrangers, ressortissants d'autres États membres, dans nos armées.
Ces propositions sont d'ailleurs complètement déconnectées de la réalité puisque M. Macron a décidé, « en même temps », de tailler à la hache dans le budget de la Défense nationale, empêchant nos armées de se doter ne serait-ce que de leurs équipements de base. À moins que l'objectif véritable de M. Macron, encore dissimulé à ce stade, ne soit de faire passer les armées françaises sous les fourches caudines de puissances étrangères, au nom de la prétendue « construction européenne » et à cause des fameuses « contraintes budgétaires » imposées par notre appartenance à l'euro.
Quant au parquet européen contre le terrorisme fantasmé par M. Macron, il n'en n'a jamais été question pendant la campagne présidentielle. Idem pour les listes transnationales qu'il veut imposer aux élections européennes, probablement pour empêcher un parti comme l'UPR, hostile au principe même de la « construction européenne », de présenter ses propres listes.
Inversement, M. Macron a mis en sourdine certaines promesses qu'il avait faites pour « changer l'Europe » pendant la campagne présidentielle. Il s'est ainsi abstenu de reparler du contrôle des investissements étrangers, notamment chinois, qui a d'ores et déjà été catégoriquement refusé par le Portugal, l'Espagne et la Grèce. Il a aussi évité de remettre sur le tapis la réforme en profondeur de la directive sur les travailleurs détachés, réforme refusée par plusieurs pays de l'Est, qui seraient à la rigueur favorables à un très léger toilettage, comme M. Macron a pu le constater pendant sa désastreuse tournée diplomatique à la fin du mois d'août 2017.
À la Sorbonne, où il ne prenait pas beaucoup de risques en s'exprimant devant un parterre de jeunes triés sur le volet, et acquis à sa personne, M. Macron a préféré ressasser les sempiternelles et vagues promesses de convergence sociale et fiscale à l'intérieur de l'Union européenne, sans d'ailleurs aller au bout de son raisonnement puisque c'est la France qui sera obligée de s'aligner sur le moins-disant social, salarial et fiscal dans l'Union européenne, à cause de la concurrence, et non l'inverse.
Si M Macron était soucieux de respecter la démocratie et l'avis des Français, il aurait organisé un référendum sur l'ensemble des propositions qu'il a formulées, au lieu de présenter sa position personnelle comme étant celle de ses concitoyens, et donc de la France vis-à-vis des 27 autres États membres.
L'UPR demande donc solennellement à M. Macron de soumettre au peuple français par référendum ses propositions destinées à « refonder l'Europe ».
De surcroit, M. Macron a formulé ses propositions sans aucun aval des 27 autres États dont il est très peu probable qu'ils les valideraient unanimement, voire qu'ils n'en valideraient qu'une seule. En d'autres termes, il est plus que probable, une fois encore, que les paroles de M. Macron restent lettre morte et qu'elles soient rapidement chassées de l'actualité. M. Macron a encore cédé à un exercice de pure communication dont l'effet principal est de confirmer l'extrême narcissisme de son auteur.
Macron est, en outre, allé jusqu'à parler devant les drapeaux des autres États membres pour faire croire aux Français, dans une espèce de mise en scène onusienne, qu'il parlait avec l'assentiment de l'ensemble des peuples. Ainsi, non seulement M. Macron a pris publiquement ses délires pour les souhaits du peuple français, mais encore pour les souhaits des 27 autres gouvernements et des 27 autres peuples de l'Union européenne. Il s'agit d'une escroquerie et d'une faute diplomatique majeure qui donne droit légitimement aux autres États de demander des explications, pour ne pas dire des excuses, au gouvernement français. Imagine-t-on par exemple le gouvernement polonais s'exprimer devant le drapeau français pour développer une vision de l'Europe donnant une large place aux « travailleurs détachés » dont, justement, les Français ne veulent pas ?
L'UPR demande donc solennellement à M. Macron de ne plus s'exprimer devant des drapeaux étrangers en dehors de tout cadre de visite officielle.
En agissant de la sorte, M. Macron s'est encore livré à l'un de ces travestissements dont il est, hélas, coutumier. Après s'être campé en sous-marinier, en pilote de chasse, en philosophe devant l'Acropole d'Athènes, ou encore en victime d'Irma faisant sa toilette dans un seau à Saint Martin, le voici jouant le prophète de l'Europe sur une estrade de la Sorbonne.
Le pire pour M. Macron est que la réélection triomphale de Mme Merkel qu'il avait souhaitée en Allemagne n'a pas eu lieu, ce qui ruine pratiquement d'entrée de jeu toutes ses propositions. Il est en effet probable que plusieurs alliés potentiels de Mme Merkel s'opposeront à tout budget et à tout ministre de la zone euro, qui constituent le fer de lance de la « refondation » européenne voulue par M. Macron. Peut-être Mme Merkel sera-t-elle, dans son for intérieur, heureuse elle-même de cette situation de blocage.
En conclusion, le numéro de spectacle de M. Macron à la Sorbonne ce mardi est, d'ores et déjà, nul et non avenu. Il démontre aussi de façon éclatante l'inanité du locataire de l'Elysée, sa dangereuse irresponsabilité et son narcissisme maladif que les Français ne vont peut-être pas supporter indéfiniment.

Posté par ddupr à 19:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,