dimanche 22 juillet 2018

Brexit : les Européens appelés à se préparer à une "rupture brutale" avec Londres

Bruxelles a appelé jeudi les pays de l'Union européenne à "intensifier" leur préparation à tous les scénarios possibles pour le Brexit, dont celui d'une "rupture brutale" avec Londres, de plus en plus redoutée face aux incessantes turbulences politiques fragilisant le gouvernement britannique.

ACT BREXIT NEGOS

Londres et Bruxelles sont censés parvenir à un accord d'ici à octobre pour organiser leur divorce et jeter les bases de leur relation future. Mais les Européens s'inquiètent de l'enlisement des négociations et des remises en cause constantes au Royaume-Uni de la stratégie de la Première ministre, Theresa May.

Quel que soit le résultat des tractations, le Brexit "aura des répercussions sur les citoyens, les entreprises et les administrations, tant au Royaume-Uni que dans l'UE", a prévenu la Commission européenne dans un document publié jeudi.

Elle invite donc "les Etats membres et les acteurs privés à intensifier leurs préparatifs" en anticipant tous les scénarios possibles, y compris celui qualifié de "rupture brutale", c'est-à-dire sans accord de retrait ratifié avant le 30 mars 2019, date prévue du départ britannique.

1203309_finance-le-brexit-un-tournant-154616-1

Dans ce cas de figure, les préparatifs sont d'autant plus nécessaires qu'"il n'y aura pas de période de transition" pour atténuer les effets du Brexit, souligne la Commission. Alors qu'un accord de retrait permettrait une transition jusqu'à fin 2020, avec des répercussions moins immédiates.

- Contestation -

Le gouvernement britannique se prépare lui aussi à tous les scénarios
, a réagi une porte-parole de Theresa May.

1554859_1464271813_1527308-1455781326-1049274-1430991889-brexit-angleterre-grande-bretagne-europe_565x375p

"Nous avons toujours dit qu'en tant que gouvernement responsable, il est souhaitable de se préparer à un "no deal" et c'est ce que nous faisons", a-t-elle dit.

"Nous avons toujours dit que ce n'est pas quelque chose que nous voulons ou espérons, et les progrès des pourparlers jusqu'à présent suggèrent que ce n'est pas là où nous allons finir", a-t-elle ajouté.

Mais à Bruxelles et parmi les 27, l'inquiétude grandit face à la perspective d'une absence d'accord.

Les tractations ont connu des avancées décisives sur la question des droits des citoyens expatriés ou encore sur le "règlement financier" du divorce, mais elle achoppe toujours sur le sort de la frontière qui va séparer l'Irlande, entre le Nord, une province qui appartient au Royaume-uni, et le Sud, qui restera dans l'UE.

L'ancien ministre des Affaires étrangères, Boris Johnson, à la Chambre des communes à Londres le 18 juillet 2018 - Photo extraite d'une vidéo tournée par les services du Parlement (PRU) / © PRU/AFP / HO

La crainte d'un échec est accentuée par la contestation incessante au Royaume-Uni de la stratégie de Theresa May, qui a échappé mardi à une défaite au Parlement, avec le rejet de justesse d'un amendement contraire à ses objectifs pour la relation future avec l'UE, récemment formalisée dans un "Livre Blanc".

Mme May a aussi dû faire face aux récentes démissions de ses ministres des Affaires étrangères, Boris Johnson, et du Brexit, David Davis, dont le successeur, Dominic Raab, est attendu jeudi à Bruxelles pour y rencontrer le négociateur en chef du Brexit pour l'UE, le Français Michel Barnier.

- Situation "très volatile" -

58b2fcd_205e35fd13424816a66cbd898c38431e-205e35fd13424816a66cbd898c38431e-0

Boris Johnson, vu comme un candidat possible pour succéder à Mme May, lui a encore reproché mercredi d'avoir dévié vers un "Brexit qui n'en a que le nom" et lui a demandé de "changer de tactique" pour une rupture plus nette avec l'UE.

"La situation à Londres est très volatile", a jugé jeudi un responsable européen, estimant qu'il fallait "être prudent" côté européen et "ne pas jeter d'huile sur le feu". Mais les remises en cause de la stratégie de Mme May "sont un élément de complication" indéniable pour les négociations, a-t-il admis.

"Dans tous les cas, nous allons nous préparer pour qu'il n'y ait pas d'effondrement" en cas d'absence d'accord, a-t-il ajouté.

12044551

"Faudra-t-il des visas pour aller de Bruxelles à Londres? Comment les avions continueront de voler entre l'UE et le Royaume-Uni si les règles actuelles ne s'appliquent plus d'un coup? Il faut préparer tout ça", a-t-il fait valoir.

Dans le document publié jeudi, la Commission européenne cite notamment la nécessité d'anticiper les conséquences du Brexit pour les contrôles aux frontières de l'UE, pour les échanges commerciaux, la reconnaissance des qualifications professionnelles de part et d'autre ou encore les échanges de données entre les deux entités.


(©AFP / 19 juillet 2018 16h07)

https://www.romandie.com/news/Brexit-les-Europ-ens-appel-s-se-pr-parer-une-rupture-brutale-avec-Londres/938034.rom

(...)

2017-01-27t193106z_1_mtzgrqed1rge9lky_rtrfipp_0_usa-trump-britain_0

C’est d’ailleurs dans ce contexte qu’il ne faut pas oublier la dernière sortie de Trump lors de son passage en Angleterre où il a expliqué qu’il n’y avait rien à négocier avec l’Union européenne, et qu’il fallait que les Anglais fassent un Brexit « dur ».

Et c’est d’ailleurs sans doute ce qu’il se passera au bout du compte.

Les jours de Thérésa May sont comptés.

Je me demande juste quand Boris Johnson rentrera au 10 Downing Street !

Ce jour-là, Bruxelles tremblera.

Charles SANNAT

https://insolentiae.com/bruxelles-invite-les-europeens-a-se-preparer-a-une-rupture-brutale-avec-londres/

Posté par UPR Creuse à 09:24 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

dimanche 8 juillet 2018

Le monde a changé et personne en Occident ne l’a remarqué

TRIBUNE LIBRE / par Martin Sieff
Paru sur Strategic Culture Foundation sous le titre The World Transformed and No One in America Noticed


TL OCS GEOPOLITIQUE

Le monde s’est transformé et personne ne l’a remarqué en Occident. L’Inde et le Pakistan ont rejoint l’Organisation de Coopération de Shanghai. L’organisme, depuis sa fondation le 15 juin 2001, s’est discrètement établi comme principale alliance et regroupement de nations à travers l’Eurasie. Aujourd’hui, elle se développe de six nations à huit, et les deux nouveaux membres sont les puissances régionales géantes dotées de l’arme nucléaire de l’Asie du Sud : l’Inde, avec une population de 1, 324 milliards d’habitants et le Pakistan, avec 193,2 millions d’habitants (chiffres pour 2016).

En d’autres termes, la population totale des puissances de l’OCS, qui s’élevait déjà à plus de 1, 5 milliards d’habitants, a été virtuellement doublée d’un trait de plume.

Les conséquences à long terme de ce développement sont énormes. C’était probablement le principal facteur de la paix et de la fin de toute menace de guerre atomique en Asie du Sud, donc auparavant pour 20% de la population mondiale. Aujourd’hui, les huit pays de l’OCS rassemblent 40% de la population mondiale, y compris l’une des deux premières puissances thermonucléaires mondiales (la Russie) et trois autres puissances nucléaires (la Chine, l’Inde et le Pakistan).

Organisation-cooperation-shanghai-720x340

Ce développement est un triomphe diplomatique, spécialement pour Moscou. La Russie cherche depuis des décennies à faire entrer son alliée stratégique, l’Inde, sous le parapluie de l’OCS. Cette vision avait été clairement articulée par l’un des plus brillants cerveaux stratégiques de la Russie du XXème siècle, l’ancien premier ministre et ministre des affaires étrangères Ievgueni Primakov, qui est mort en 2105. Dans le passé, la Chine bloquait discrètement mais fermement l’accession de l’Inde, mais avec l’arrivée parallèle du Pakistan allié de la Chine dans l’organisation, l’influence de Pékin et de Moscou est équilibrée.

La démarche ne peut que stimuler le rôle déjà prépondérant de la Russie dans la diplomatie et la sécurité nationale du continent asiatique. Pour Pékin et Delhi, la route vers de bonnes relations et la résolution de questions comme celles du partage de l’eau de l’Himalaya et les investissements dans le développement économique de l’Afrique passe désormais par Moscou. Le président Vladimir Poutine se trouve dans une position idéale d’interlocuteur des deux nations géantes de l’Asie.

La démarche doit également être vue comme une réaction significative de l’Inde à l’accroissement rapide de la volatilité et de l’imprévisibilité des États-Unis sur l’arène mondiale. A Washington et en Europe de l’Ouest, il est de rigueur et, de fait, inévitable que par réflexe idéologique, tout cela soit entièrement attribué à Donald Trump.

TITO 1

Mais en réalité, cette tendance alarmante remonte au moins au bombardement de la Yougoslavie par les USA et leurs alliés de l’OTAN en 1999, à la suite du manque de sanctions qu’auraient dû amener cette action, à laquelle s’opposaient des pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU.

Depuis, sous quatre présidents successifs, l’appétence des USA pour des interventions militaires imprévisibles à travers la planète – généralement ratées, sans stratégie précise ou fin prévue – a infligé des souffrances et déstabilisé un large éventail de pays, principalement au Moyen-Orient (Irak, Syrie, Libye, Yémen) mais aussi en Eurasie (Ukraine) et en Asie du Sud (Afghanistan).

62375523

L’accession de l’Inde et du Pakistan à l’OCS est donc également une répudiation nette et claire des USA.

Les relations entre les USA et le Pakistan se sont dégradées quand les États-Unis ont mené leur charge contre l’Afghanistan en novembre 2001, mais à travers toute cette période, les politiciens américains ont tenu pour acquis qu’Islamabad, en fin de compte, « resterait dans la réserve » et continuerait à danser au son de leur musique.

Les États-Unis courtisent l’Inde depuis 17 ans, une date marquée par la visite de Bill Clinton en 2000. Le premier ministre actuel, Narendra Modi a été invité à parler au cours d’une session du Congrès en 2017 ; de la part de l’appareil politique américain, c’est l’accolade approbatrice ultime à un leader étranger.

Les politiciens et experts américains pontifiaient interminablement sur l’Inde, une démocratie anglophone qui allait devenir la partenaire privilégiée de l’Amérique du Nord dans l’endiguement de l’inévitable montée de la Chine sur la scène mondiale. Cela s’est avéré une fantasmagorie. *

Capture-d%u2019écran-2017-08-25-à-13

Pendant l’ère de la Guerre froide, la « perte » d’une nation de la taille et de la stature de l’Inde ou du Pakistan aux mains d’un rival ou d’un camp idéologique indépendant regroupé aurait provoqué des ondes de choc, de rage, et même de l’effroi ouvertement exposé dans les médias des USA.

Mais ce à quoi nous assistons à la suite de ce dernier développement historique est beaucoup plus étrange. Les décisions de New Delhi et d’Islamabad n’ont été ni applaudies, ni condamnées, ni même remarquées par les médias grand public ou prises en compte dans les débats politiques et stratégiques américains. Elles ont été totalement ignorées. ** Voir les leaders et ceux qui façonnent l’opinion publique d’une super-puissance qui s’imagine encore dominer le monde conduire leurs affaires de cette façon est inquiétant, voire alarmant.

South-Asian-Nuclear-Puzzle-TiP-770x470

La réalité est que nous vivons désormais dans un monde multipolaire – et c’est le cas depuis au moins 2001. Toutefois, l’évidente vérité continuera à faire l’objet d’un déni de Washington, Londres et Paris, au mépris de l’abondance et de la clarté des faits.

Traduction Entelekheia

Notes de la traduction :

* Pour marginaliser la Chine et flatter l’Inde, les USA avaient même rebaptisé la région Asie-Pacifique « Indo-Pacifique ». Cela n’aura donc servi à rien.

** Tout comme avaient été superbement ignorées les nouvelles super-armes russes présentées par Vladimir Poutine en mars dernier. Les USA sont-ils en train de réinventer la politique de l’autruche ?

http://www.entelekheia.fr/2018/06/24/le-monde-a-change-et-personne-en-occident-ne-la-remarque/

BASE 14 995X225

"La réalité est que nous vivons désormais dans un monde multipolaire – et c’est le cas depuis au moins 2001. Toutefois, l’évidente vérité continuera à faire l’objet d’un déni de Washington, Londres et Paris, au mépris de l’abondance et de la clarté des faits.": voilà qui renforce d'autant le caractère obsolète de la "construction européenne", un projet impérial issu d'un monde qui n'existe plus...   P.G.

23674896_10155892770337612_4971545130397341684_o

samedi 7 juillet 2018

=Destruction de l'Etat français=méthodes=responsables=...

ARCHIVES 1

116658910_o

Pierre Yves Rougeyron Qui veut la peau de l'Etat français Partie 1

https://www.youtube.com/watch?v=Qi8AlVDE2QU

Pierre Yves Rougeyron Qui veut la peau de l'Etat français Partie 2

https://www.youtube.com/watch?v=wZbr70N1Dh4

Pierre Yves Rougeyron Qui veut la peau de l'Etat français Partie 3

https://www.youtube.com/watch?v=6z-uaHc2wu0

__________________________________________________

CNR 1

§ Détruire le socle intellectuel de l'Etat et de ses symboles

§ Attaques sur les institutions (Villepin supprime le Plan, premières attaques sous VGE...) le Plan remplacé par les "clubs" (think tanks)

§ Les économistes à gages en première ligne (Michel Godet, Alain Minc...)

§ Les destructeurs:

- à droite: 

Le Club de l'Horloge

Surrenchère entre RPR et FN sur le libéralisme

- à gauche

La 2° gauche

Alliance des "démocrates- Chrétiens" (chrétiens "de gauche") et des progressistes gauchistes

La gauche "anti- totalitaire" (BHL, Glucksman...)

CFTC, CFDT... Delors...

1982 Fondation St Simon, Pierre Rosanvallon, François Furet, Jacques Julliard...

Manifeste: "la République du Centre".

Rocard, Jospin, Straus- Kahn (le plus décomplexé), néo- libéralisme.

§ Les "évangélistes du Marché".

Jacques-Delors-709892

§ Les publicistes (la Presse se structure) vont attaquer l'Etat: Denis Olivennes, Nicolas Baverez...

§ Alain Minc, Michel Crozier, rapport Trilatérale, 1973.

-haine de l'inflation

-désengagement de l'Etat

§ Au cours des années 80, un autre groupe de "pantouflards": les Privatiseurs (Peyrelevade, Denis Kessler (ancien maoïste)...)

Dans les années 2000, vocabulaire de la gestion de fonds. La "compétitivité des territoires", cabinets d'audit et de conseil, ...

PROCEDURES

UE JUSTICE 1

-échelon communautaire (cf. Asselineau)

-échelon national:

§ Jean Pisani- Ferry: utilisation de l'Europe à des fins d'ajustement structurel.

§ L'UE comme croyance religieuse (pour contrer la perte de confiance).

§ La magistrature au service du droit européen, les cours nationales se rangent (double éthique).

§ Les Hauts fonctionnaires se rangent (les diplomates représentent désormais l'UE)

§ Le droit communautaire statue sur la règle ET sur le périmètre de juridiction.

§ CJCE (devenue la CJUE en 2009), arguties juridiques perverses...

§ Etat: en 1981, 700 Mds d'actifs contre 200 aujourd'hui.

EXTERNALISATIONS

§ Corruption intellectuelle et morale de nos élites, encouragée par l'UE qui se pense comme état fédéral.

METHODE MONNET

DBP_1977_926_Jean_Monnet

§ Théorie de l'engrenage, un pas après l'autre."Vous avez renoncé à votre monnaie? On vous prend votre budget" [logique].

§ Monnet a trouvé le moyen de tuer l'Etat: il doit s'auto- détruire!

TECHNIQUES

§ RGPP / LOLF "une nouvelle manière de gérer" [Jospin] / Partenariats public/privé, New Public Management, Evaluation

§ L'Etat- entreprise: missions, programmes, indicateurs de performance

§ Utilisation des Droits de l'Homme à des fins libérales ("le droit à..."), l'individu se substitue au citoyen.

LA DETTE

87984654_o

§ Destruction de l'Etat par l'endettement, théorie des "caisses vides": endetter l'Etat pour le contraindre. Logique de la dette et de la baisse d'impôts.

[Voir « La dette, la dette, la dette ! »]

"la dette resserre l'emprise du Capital sur l'Etat".

TERRITOIRE: démantèlements

§ Destruction des territoires, réformes territoriales, euro- régions...

§ désinvestissement étatique

§ destruction des tissus sociaux- économiques, droit d'établissement européen...

§ Abandon de territoires (Outre- mer...)

Conclusion:

L'Etat a été une oeuvre patiente de nos monarques et de nos républiques.

Il faut une théorie de l'Etat pour le XXI° siècle. Si on ne pense pas l'Etat, on ne pense pas le Politique.

MONTAGE DELACROIX 2

jeudi 5 juillet 2018

Gaz : le Conseil d'Etat demande la fin du tarif réglementé

Publication: 20 juillet 2017

ARCHIVES 1Gaz : le Conseil d'Etat demande la fin du tarif réglementé

http://www.valeursactuelles.com/economie/gaz-le-conseil-detat-demande-la-fin-du-tarif-reglemente-86571

Energie. Le Conseil d'Etat a décidé d'annuler la grille des tarifs réglementés, estimant qu'elle posait un problème de concurrence.

116726941_o

Le Conseil d'Etat a ouvert mercredi la porte à la libéralisation totale du marché du gaz. Saisi par l'association des opérateurs alternatifs, il a estimé que le tarif réglementé était contraire au droit européen et qu'il devait donc être enterré par les autorités. “Le Conseil d'État, par la décision de ce jour, annule le décret du 16 mai 2013 relatif aux tarifs réglementés de vente de gaz naturel au motif que le maintien de tels tarifs est contraire au droit de l'Union européenne”, avance-t-il

Pas moins de 5 millions de foyers dépendent encore du tarif réglementé. Fixé par l'Etat et réévalué périodiquement par la Commission de régulation de l'énergie (CRE), il est en pratique géré par Engie. L'entreprise compte donc deux catégories de clients, ceux qui ont souscrits à son offre de marché et ceux qui préfèrent l'offre réglementée, ce qui lui confère une part de marché “artificiellement” plus élevée que ses concurrents.

ob_bd33a5_pipeau

Or, estime-t-on au Conseil d'Etat, cette distorsion de la concurrence n'a aujourd'hui plus aucune raison d'être : la grille tarifaire de la CRE est souvent supérieure aux prix du marché, si bien qu'“il n'est plus possible de se fonder sur un objectif d'intérêt général”, estiment les sages.


Une disposition pas facile à annuler


Les particuliers vont-ils devoir changer rapidement d'abonnement au gaz ? Pas encore. Bien que cassée par le Conseil d'Etat, cette disposition est inscrite dans le code de l'énergie de 2015, ce qui rend très difficile sa suppression : seule une abrogation par l'Etat permettrait d'acter la fin du tarif réglementé.

____________________________________________________

BASE 14 995X225

L'information tourne en boucle dans les médias, sur le mode "pas de panique, ce n'est pas encore fait" etc. Pour les naïfs qui sentiraient rassurés, désolés de casser l'ambiance.  P.G.

v. notre article = COMMUNIQUÉ DE PRESSE = Tarifs réglementés du gaz

http://www.frexit-limousin.fr/archives/p50-20.html

23674896_10155892770337612_4971545130397341684_o

Retour en 2018, voir aussi: La France doit se "plier" aux demandes de Bruxelles (Hulot)

P.G.

mercredi 4 juillet 2018

La France doit se "plier" aux demandes de Bruxelles (Hulot)

Prix du gaz : forte hausse des tarifs réglementés au 1er juillet

4998cf869c967a2b713d5baf3401b781-partir-de-dimanche-les-prix-du-gaz-et-du-tabac-augmentent

Le 1er juillet, les tarifs réglementés du gaz augmentent de 7,45%. "C'est la plus forte hausse depuis 6 ans. Concrètement, pour une famille qui se chauffe au gaz, cette augmentation représentera 90 € de plus sur la facture annuelle. Cette hausse des tarifs concerne 5 millions de ménages qui sont toujours soumis aux tarifs réglementés", explique la journaliste Justine Weyl. Les familles ayant contracté des offres alternatives, soit environ 6 millions de ménages français, sont également concernées.

Une augmentation dûe à la hausse du prix du pétrole et aux investissements

"Des investissements lourds ont été réalisés ces dernières années sur les infrastructures (...). La modernisation du réseau de transport coûte par exemple 600 millions d'euros par an, sur dix ans", détaille la journaliste. Ces tarifs réglementés devraient disparaître à l'horizon de l'année 2022 en France, pour se conformer au droit européen.

https://www.francetvinfo.fr/economie/prix-du-gaz-forte-hausse-des-tarifs-reglementes-au-1er-juillet_2827927.html

L'an dernier, voici ce que nous avions publié (18 juillet 2017):

ARCHIVES 1

https://www.romandie.com/news/La-France-doit-se-plier-aux-demandes-de-Bruxelles-Hulot/816052.rom

La France va devoir appliquer les demandes de Bruxelles concernant la suppression des tarifs réglementés de vente de gaz et d'électricité et l'ouverture des concessions des barrages hydroélectriques, a estimé mardi le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot.

116738512_o

La France ne pourra pas continuer à "repousser l'échéance" sur ces deux sujets, sources de désaccord ces dernières années entre Paris et la Commission européenne, défendant la concurrence, a affirmé le ministre, auditionné par la commission des affaires économiques du Sénat.

S'ils ont été supprimés pour les gros consommateurs, les tarifs réglementés de vente de gaz et d'électricité, sont toujours en vigueur en France pour les particuliers et les petits professionnels, malgré la libéralisation du marché depuis 10 ans.*

"On a des injonctions, on peut faire en sorte que ça soit lissé dans le temps, mais nous avons déjà repoussé l'échéance et il en va du gaz comme de l'électricité, à un moment ou à un autre, il faudra s'y plier", a déclaré M. Hulot devant les sénateurs.

Le Conseil d'Etat s'est pononcé mercredi sur un recours déposé par les fournisseurs alternatifs, concurrents d'Engie (ex-GDF Suez), contre les tarifs réglementés du gaz. [v. notre article d'hier, NDR]

Semblant anticiper la décision de la plus haute juridiction administrative, le ministre a aussi assuré que le gouvernement allait "faire en sorte que ça se fasse le moins douloureusement possible".

18b336730b_100456_barrage-hydroelectrique-fonctionement-centrale

Concernant l'hydroélectricité, la Commission européenne a mis en demeure la France d'ouvrir à la concurrence ses barrages, aujourd'hui essentiellement concédés par l'Etat à EDF, pour introduire plus de concurrence dans ce secteur.

Là encore, "on ne pourra pas repousser en permanence l'échéance", a jugé M. Hulot.

Pour répondre à Bruxelles, la loi sur la transition énergétique, votée en 2015, a introduit la possibilité créer des sociétés d'économie mixte (SEM), au capital partagé entre public et privé, et la possibilité de prolonger les concessions en contrepartie de la réalisation de travaux nécessaires.

Au delà de ces deux options, la France n'a "pas beaucoup d'autres marges de manoeuvre", a expliqué le ministre, estimant que sinon la France risquait "de rentrer dans des contentieux qui sont lourds", et qui pourraient porter préjudice à EDF, exploitant 85% de la puissance installée en France.

(©AFP / 18 juillet 2017 19h48)

23674896_10155892770337612_4971545130397341684_o

lundi 2 juillet 2018

Védrine: Sauver l'Europe... à tout prix!

ARCHIVES 1

Védrine: Sauver l'Europe... à tout prix!

116692929_o

Hubert Védrine veut une pause. Pas un arrêt. L'objectif n'est pas de nous tirer d'un mauvais pas, l'objectif est de mieux nous faire avaler la potion. Il a compris que les peuples ne veulent pas de son projet, il reconnaît que les pro- européens, “ça pèse 15 à 20% dans toute l'Union”, et que les peuples d'Europe n'ont jamais été demandeurs; il cite volontiers son ami Schaüble*, pour qui « à force de ne pas tenir compte des peuples, ça devient gênant »; il sait que le système n'est pas réformable (« le changement ne peut pas venir du système »). Il rêve d'une conférence où on taperait sur la table. Où on changerait tout...sans changer grand chose. Ministre de Jospin le privatiseur. Secrétaire- général de l'Elysée au moment du Traité de Maastricht. Partisan de la monnaie unique depuis toujours. Il pourfend les élites européennes: il y a les bons européens et les « européistes ». Son problème n'est pas de sortir de ce système, mais de le sauver. Si on ne veut pas que les peuples réclament la souveraineté, il faut leur lâcher des miettes. Les réformes? Il faut les faire bien sûr (comme les Allemands). Il faut défendre la mondialisation et être plus compétitifs, Il n'y a pas de « déficit démocratique » en Europe, tout juste quelques « maladresses » ou « naïvetés », il suffit de simplifier les institutions et d'en faire un peu moins en matière de normes. L'”Autre Europe” version minimaliste et à géométrie variable. Par quel miracle cette version aurait- elle plus de chance d'aboutir que les autres? Mystère. Pas un mot sur le caractère contraignant des traités.

*ministre allemand des finances

europe_usa

Ce « gaullo- miterrandien », tel qu'il se définit, pense que les européens sont incapables de se défendre eux- mêmes, il pense qu'il ne peut pas y avoir d'Europe de la défense, il reconnaît que l'UE est américaine depuis l'origine et qu'elle dépendra toujours de l'OTAN...Il sait qu'il n'y a pas de peuple européen et que personne n'est prêt à mourir pour défendre la libre circulation des capitaux ou par amour pour Jean- Claude Junker...mais il la veut quand même. Il faut simplement changer de mots: sécurité, ça sonne mieux que défense.

Pourquoi ne pas tout arrêter avec une telle lucidité? Une telle audace? Il faut sauver l'Europe, dit- il, parce qu'il y a une civilisation européenne! Et il y a un mode de vie européen : il faudra lui expliquer que les Russes ne vivent pas dans des grottes. Les Canadiens non plus, d'ailleurs. Et que nos amis britanniques ne sont pas sortis de la civilisation du fait du Brexit, et que leur mode de vie, somme toute, est resté le même. Sortir, c'est « trop compliqué » dit- il, après des décennies d'utopie commune, et pour faire quoi, d'ailleurs? On aurait envie de lui suggérer quelques pistes: faire comme 95% des pays du monde: défendre nos intérêts nationaux, coopérer avec l'ensemble de la planète, mettre en place des politiques plus ambitieuses en matière de justice sociale, lui qui se dit toujours « socialiste »...

BASE 14 995X225

P.G.

_____________________________________________________________

Hubert Védrine : sauver l’Europe !

https://www.youtube.com/watch?v=lv2gF-wqb9Y

Régis Debray & Hubert Védrine - Sauver l'Europe ! 25.11.2016

https://www.youtube.com/watch?v=0xYaJwQ3g-4

 

samedi 30 juin 2018

Transhumanisme en Marche

ARCHIVES 1

 

116681191_oPublication: dimanche 16 juillet 2017

Débat M Onfray et L Ferry face à A Finkielkraut sur le transhumanisme

https://www.youtube.com/watch?v=z51J5ffG7FI

Ils remettent ça un an après! L'accélération de certaines innovations pose la question centrale du Politique: la régulation. Là, on ne peut qu'être d'accord!!! Mais pour Luc Ferry, la question de la “régulation nationale” n'a plus aucun sens (ce qui ne l'empêche pas de se contredire un peu plus tard, voir plus bas). Nous voilà rassurés sur nos capacités à contrer le transhumanisme. A moins d'un gouvernement mondial?

Soyons positifs, la vision terrifiante de Michel Onfray sur notre avenir probable, logique avec sa conception de la décadence des civilisations, peut aussi nous aider dans nos convictions de résistance, pour peu qu'on mesure les enjeux...

Une formule à retenir: l'ubérisation de la société, c'est le libéralisme augmenté!

Un passage politique intéressant de mon point de vue: Luc Ferry se dit libéral en économie et républicain en politique, et même gaulliste, lui qui a approuvé l'euro et le triomphe du marché, la mondialisation et ses dérégulations. Il trouve soudain des vertus à la régulation et au rôle de l'Etat tout en en trouvant aussi à l'ubérisation de la société. Mais il faut faire attention à la “marchandisation du monde”! Onfray le place devant ses contradictions. Au final, Ferry est d'accord avec tout le monde, un peu comme Macron...

Michel Onfray, Faut-il avoir peur du monde qui vient avec Luc Ferry et Alain Finkelkraut 04/06 2016

https://www.youtube.com/watch?v=zQv2ah05Jo0Luc Ferry: allons nous vivre 300 ans avec le transhumanisme ?

Luc Ferry: allons nous vivre 300 ans avec le transhumanisme ?

https://www.youtube.com/watch?v=Gk6r9rQ6Ki8

Pour ceux qui veulent mieux comprendre cette pensée “complexe”, à la fois pour et contre le transhumanisme, l'eugénisme, la marchandisation du monde, la mondialisation, la régulation... Quelques formules hautement philosophiques à méditer: “on ne pourra pas tout interdire, la régulation va être très difficile” , “un eugénisme qui corrige”, “quelques siècles de plus ça m'arrangerait” ( Dieu nous en préserve) etc. Et de s'extasier sur les souris transgéniques. Natacha Polony essaie de le pousser dans ses retranchements, lui parle de liens entre l'économie et le transhumanisme, de la vertu grecque de “juste mesure”, de “science sans conscience”...Notre philosophe reste imperturbable.

P.G.

vendredi 29 juin 2018

Vers une juridiction en anglais pour les contrats financiers

ARCHIVES 1TRIBUNE LIBRE/ Charles Sannat

116693007_oPublication: 18 juillet 2017

C’est une information qui peut sembler anodine pourtant, comme vous le savez, le diable se cache souvent dans les plus petites choses… les détails comme on dit !

“Le ministre français de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a annoncé jeudi la création d’une juridiction spécialisée dans les contrats financiers relevant du droit anglais et dont la langue de travail sera également l’anglais, dans le cadre des efforts visant à attirer des banques en France après le Brexit.

La plupart des contrats relatifs aux instruments financiers dérivés et aux crédits traités en Europe sont de droit anglais mais la perspective du départ de Londres de l’Union européenne soulève quelques problèmes quant à leur validité en dehors de la Grande-Bretagne.

«Nous créerons une juridiction spéciale pour traiter les différends relatifs aux contrats financiers régis par le droit anglais une fois que le Royaume-Uni aura quitté l’Union européenne (UE)», a déclaré Bruno Le Maire à New York lors d’un déplacement visant à inciter les banques américaines à s’installer en France.

«Toute la procédure se déroulera en anglais. Nous engagerons des personnes ayant l’expérience du ‘common law’, d’où qu’elles viennent», a-t-il ajouté.

6a00d8341c622e53ef01b8d28ddfbb970c

Le président Emmanuel Macron, ex-banquier d’investissement, a moins de réserves vis-à-vis de l’usage de l’anglais que ses prédécesseurs mais l’innovation est d’importance dans un pays dont la tradition juridique tient essentiellement au droit romain.

«Les temps où l’on faisait des affaires où l’on s’adressait aux régulateurs uniquement en français sont révolus. Nous serons toujours fiers de notre langue mais nous comprenons aussi qu’il faut faciliter la tâche des établissements financiers opérant en France», a ajouté Le Maire.

Bruno Le Maire doit rencontrer à New York des responsables des banques JPMorgan Chase, Citigroup, Morgan Stanley, Lazard, du fonds de capital investissement KKR, du fonds Blackrock et du fonds spéculatif Paulson”…

Je pense qu’avec les lignes en gras, vous avez commencé à comprendre ce qu’il se joue et ce qu’il se trame.

34780020_2076823989259345_331789139898793984_n

Ni plus ni moins que l’abandon progressif de notre droit romain et l’imposition du droit anglo-saxon à notre pays.

Mais cela n’est que le prélude à un autre mouvement, celui de la privatisation de la justice et la mise en place des tribunaux d’arbitrage.

Tout cela s’accompagnera d’une inflation importante des coûts pour les justiciables.

Les choses vont aller vite. Très vite. Il vous faudra faire preuve d’une grande adaptabilité.

Charles SANNAT

Source Reuters via Boursorama ici

https://insolentiae.com/vers-une-juridiction-en-anglais-pour-les-contrats-financiers/

Posté par ddupr à 04:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

vendredi 22 juin 2018

« Démondialisation et déprofitation = baisse des marchés ! »

TRIBUNE LIBRE /  | 20 Juin 2018 |

TL CS MONDIALISATION DEPROFITATION

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Au début, on pouvait se poser des questions.

Trump va-t-il ou pas appliquer réellement son programme protectionniste ?
Trump va-t-il réellement démondialiser l’économie et tenter de freiner, voire d’inverser la globalisation ?
Trump va-t-il réellement mettre fin à l’immigration ou la freiner considérablement ?
Trump pourra-t-il et aura-t-il les moyens de mettre en place sa politique souverainiste et nationaliste, « populiste » diront certains ?

Pour le moment, la réponse est oui.

Comme toute inflexion majeure en politique et en économie, le mouvement est progressif et itératif. Cela se fait par étapes, graduellement, avec des avancées et des reculs.

1031419936

Mais ne nous y trompons pas, depuis deux ans de présidence Trump, le monde change considérablement et l’on voit chaque jour les effets des « idées trumpiennes ».

Le tableau d’ensemble est sans équivoque, les forces de rappel, extrêmement fortes également. La mondialisation fait gagner beaucoup d’argent à de grandes multinationales qui produisent pas cher en Asie pour nous revendre très cher en Occident.

Tout a été délocalisé.

Quand je dis tout, c’est tout.

mondialisation-1

La production, le savoir-faire, les compétences mais également la… pollution ! Si nous pouvons avoir des normes environnementales en France, en Europe, c’est parce que nos productions/consommations polluent en Asie.

La mondialisation a entraîné des effets pervers très importants qu’il convient dans tous les cas de corriger. Dire cela ne signifie pas se transformer en Corée du Nord au moment où Trump, d’ailleurs, semble obtenir l’ouverture de l’un des derniers pays fermés.

En attendant, c’est la « guerre commerciale »…

1035486285

… Et Trump menace de taxer 200 milliards de dollars d’importations chinoises, en tous cas, voici ce qu’en dit Le Figaro.

Le président des États-Unis a demandé à ce que soit préparée une nouvelle liste de produits chinois importés, à hauteur de 200 milliards de dollars. Pékin a d’ores et déjà annoncé son intention de répliquer.

Donald Trump tente de faire monter la pression sur la Chine. En réaction à la riposte proportionnée et immédiate de Pékin à sa menace de sanctions de 50 milliards de dollars détaillées la semaine dernière, le président des États-Unis demande maintenant à son négociateur commercial, Robert Lighthizer, de préparer une nouvelle liste de 200 milliards de dollars de produits chinois importés. Ce qui correspond à un doublement du montant potentiel de sanctions supplémentaires initialement prévues par Washington.
« Des initiatives supplémentaires doivent être prises pour encourager la Chine à changer ses pratiques déloyales, ouvrir son marché aux biens américains et accepter une relation commerciale plus équilibrée », affirme Donald Trump dans un communiqué. Peu après, le ministère chinois du Commerce a répliqué que la Chine prendrait des mesures « qualitatives et quantitatives » pour se défendre si ces nouvelles menaces américaines étaient mises en œuvre.

La mondialisation, ça rapporte aux sociétés cotées en Bourse !

0d9186faabca7ce57dc6d963511c5215

N’y allons pas par 4 chemins. Ceux qui pourfendent comme moi le totalitarisme marchand, l’optimisation fiscale qui n’est qu’une fraude légalisée, ou encore ces multinationales sans morale ni éthique, ne peuvent pas se satisfaire de la mondialisation telle qu’elle est.

Y mettre fin nécessite de s’attaquer de front à des profits monstrueux et plantureux. Il y a de quoi se faire beaucoup d’ennemis évidemment, et ceux qui détiennent et gagnent beaucoup d’argent sont ces grandes multinationales qui profitent à plein de cette globalisation et de l’absence de contre-pouvoir et d’entraves.

La Bourse, sans pour autant s’effondrer, réagit nettement plus aux risques de guerre commerciale et donc de démondialisation, ce qui implique une immense « déprofitation » pour les grosses entreprises cotées sur les grands marchés financiers mondiaux.

L’ère de la « déprofitation ».

corporateearth2

Je sais, ce mot n’existe pas, mais j’invente les mots que je veux inventer, enfin pas tout à fait, nos amis antillais comprendront encore plus vite, eux qui parlent de « profitation » ils m’ont inspiré ce terme ! Et vous allez très vite piger, j’en suis certain ! La déprofitation est un phénomène économique qui correspond à une baisse structurelle et de très longue durée des profits des entreprises.

La déprofitation est la petite sœur de la démondialisation.

Si vous démondialisez, vous allez déprofiter et les dividendes du CAC 40 risquent d’être moins plantureux. Vous allez baisser les marges de production, inciter à la relocalisation, vous pouvez même déclencher une inflation sur les salaires si l’emploi repart.

arton3093

Pourquoi avons-nous de la déflation ? Parce que les salaires ne peuvent pas progresser depuis plus de 20 ans. Sans progression des salaires et de l’emploi, c’est tout le système qui s’effondre. Remettre les choses dans le bon sens est une bonne chose.

Les Chinois vont couiner, les grandes entreprises, aussi.

Au bout du compte, on se rendra compte d’une chose.

La primauté va au pouvoir politique. L’économie n’est que de l’intendance.

Nous avons juste laissé aux affaires des politiciens affairistes et plus ou moins vendus ou achetés, y compris les syndicats, d’ailleurs vous avez dans cette édition un article consacré aux nouvelles fonctions de l’ancien patron du syndicat FO. Stupéfiant.

Le véritable pouvoir est le pouvoir régalien. Encore faut-il avoir le courage, la volonté et l’indépendance de l’exercer pour le bien des nations et des peuples.

En attendant, si la démondialisation se poursuit, il y aura un mouvement concomitant de déprofitation. S’il y a moins de profits, de rendement et de dividendes, le cours action chutera et prendra en considération les nouvelles perspectives économiques. L’ajustement se fera à la baisse sur les actions, mais si c’est bien fait, les États ne tomberont pas dans l’insolvabilité, et mieux vaut un énorme krach boursier que des faillites d’États en chaîne.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

https://insolentiae.com/demondialisation-et-deprofitation-baisse-des-marches-ledito-de-charles-sannat/