samedi 26 mai 2018

Tel-Aviv fait pression sur les USA pour qu'ils reconnaissent la souveraineté d'Israël sur le Golan

Les discussions iraient bon train concernant la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté israélienne sur le plateau occupé du Golan. Le ministre israélien du Renseignement pense que Washington accédera à cette demande d'ici quelques mois.

ACT ISRAEL GOLAN

Profitant des bonnes grâces du président américain Donald Trump qui vient de transférer l'ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem et de se retirer de l'accord sur le nucléaire iranien, l'Etat hébreu est entré dans des discussions pour que Washington reconnaisse sa souveraineté sur le plateau du Golan. Un territoire syrien dont une grande partie est occupée par Israël depuis la guerre des Six jours de 1967.

Le 23 mai, le ministre israélien du Renseignement, Israel Katz, a ainsi déclaré à l'agence Reuters que les deux pays avaient fait du Golan un de leurs principaux sujets de négociation. Il a même affirmé que Washington accéderait «avec une forte probabilité» à cette demande, et ce, «dans quelques mois environ».

La question avait déjà été abordée en février 2017 lors d'une première rencontre à la Maison Blanche entre le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, et Donald Trump. Pour Israel Katz, en rediscuter aujourd'hui est pertinent, peu de temps après de supposés tirs de missiles iraniens sur le plateau le 8 mai : «C'est le moment parfait pour prendre une telle décision. La réponse la plus douloureuse que l'on puisse infliger aux Iraniens serait de reconnaître la souveraineté d'Israël sur le Golan avec une déclaration américaine, une proclamation présidentielle gravée dans le marbre législatif.»

Si l'Etat hébreu estime que le plateau pourrait servir de base armée à l'Iran, une éventuelle reconnaissance pourrait à nouveau provoquer l'ire de la communauté internationale. 

Un plateau occupé par Israël, source de frictions depuis la guerre en Syrie

plateau-du-golan

Territoire initialement syrien, la majeure partie du plateau du Golan est sous contrôle d'Israël depuis la guerre des Six jours en 1967. Le territoire a été annexé en 1981 après un vote de la Knesset,  contre l'avis du Conseil de sécurité de l'ONU, qui considère l'annexion comme «nulle et non avenue et sans effet juridique sur le plan international». Cette zone d’environ 1 200 kilomètres carrés, de 12 à 25 kilomètres de large, 67 kilomètres de long, constitue la seule frontière entre Israël et la Syrie. Environ 510 kilomètres carrés restent sous contrôle syrien. Déstabilisée par la guerre en Syrie, la partie du plateau du Golan occupée par Israël concentre des tensions croissantes depuis quelques mois, après des décennies de calme relatif. L'Etat hébreu y mène régulièrement des attaques qu'il justifie en disant répondre à des tirs de roquettes, de missiles ou d'obus attribués qui à la Syrie, qui au Liban ou à l'Iran.

Dans la nuit du 9 au 10 mai 2018, l'Etat hébreu avait par exemple lancé de nombreux missiles sur plusieurs cibles iraniennes dans le sud de la Syrie, près de Damas, mais aussi de Kuneitra et de Homs, tuant trois personnes. Tsahal avait affirmé riposter à des tirs de roquettes opérés le 8 mai dans le Golan occupé et attribués à la brigade iranienne al-Qods. Moscou, qui a dressé un état des lieux après les frappes israéliennes, a souhaité que toutes les parties fassent preuve de «retenue» et s'ouvrent au «dialogue». Emmanuel Macron a, lui, appelé à la «désescalade». Le porte-parole iranien des Affaires étrangères, Bahram Ghassemi, a pour sa part déclaré le 11 mai que ces attaques menées par Israël l'avaient été «sous des prétextes inventés».

En juillet 2017, l'armée israélienne avait pris pour cible une position de l'armée syrienne après que deux projectiles en provenance du territoire syrien se sont abattus sur sa partie du plateau du Golan, comme cela arrive régulièrement par accident. Benjamin Netanyahou avait déclaré qu'il y aurait des représailles si des obus s'écrasaient, pour une quelconque raison, sur le territoire (y compris occupé) de l'Etat hébreu. Le 24 juin 2017, l'armée israélienne avait déjà mené d'autres raids contre des positions de l'armée syrienne, après que des projectiles en provenance de Syrie s'étaient abattus sur une partie du plateau du Golan, sans faire de blessés. Fin avril 2017, l'armée israélienne avait annoncé avoir abattu une «cible» au-dessus de la zone occupée, quelques heures après que la Syrie l'eut accusée d'avoir frappé une position militaire près de l'aéroport de Damas.

L'armée israélienne a en outre mené plusieurs frappes aériennes en Syrie depuis 2011, date du début de la crise, la plupart visant selon elle des convois ou entrepôts d'armes destinés au mouvement chiite libanais Hezbollah, allié de Damas.

https://francais.rt.com/international/50961-washington-reconnaitrait-souverainete-israelienne-sur-le-plateau-du-golan

Israel-frappe-l-artillerie-syrienne-en-riposte-a-un-tir-sur-le-Golan

Posté par UPR Creuse à 04:30 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

vendredi 25 mai 2018

Donald Trump annule sa rencontre prévue avec Kim Jong-un à Singapour

Alors que la Corée du Nord avait annoncé plus tôt dans la journée le démantèlement de son site d'essais nucléaires de Punggye-ri, le président américain Donald Trump a fait savoir ce 24 mai que sa rencontre prévue avec le chef d'Etat nord-coréen Kim Jong-un le 12 juin prochain à Singapour n'aurait pas lieu.

ACT ANNULATION TRUMP KIM

Dans une lettre publiée sur le compte Twitter de la Maison Blanche, Donald Trump estime «qu'il n'est pas opportun, à ce stade» de maintenir le sommet, soulignant qu'il était pourtant «très impatient» de rencontrer son homologue nord-coréen. «Malheureusement, au regard de l'énorme colère et de l'hostilité affichée dans votre dernière déclaration en date, je trouve qu'il serait inapproprié, à l'heure actuelle, de tenir cette rencontre prévue depuis longtemps», a-t-il poursuivi, s'adressant à Kim Jong-un. «Vous évoquez votre arsenal nucléaire, mais le nôtre est si massif et si puissant que je prie Dieu que nous n'ayons jamais à en faire usage», a encore écrit Donald Trump. Il qualifie cette «opportunité manquée» de «moment triste de l'histoire».

«Notre armée est prête» : Trump menace son homologue

S'exprimant un peu plus tard devant les journalistes, Donald Trump a assuré que les forces américaines étaient prêtes à agir en cas d'action «inconsidérée» de Kim Jong-un suite à l'annulation de la rencontre. «Notre armée, qui est de loin la plus puissante du monde, est prête», a mis en garde le président américain.

Après des mois de rapprochement et de détente diplomatique, la Corée du Nord a opéré la semaine dernière un spectaculaire retour à sa rhétorique traditionnelle, annulant une rencontre intercoréenne et évoquant la possibilité de remettre en cause le tête-à-tête très attendu.

La dernière banderille a été plantée ce 24 mai par la vice-ministre nord-coréenne des Affaires étrangères, Cheo Son Hui, qui a fustigé les propos tenus ce 21 mai par le vice-président américain Mike Pence, qui avait affirmé que la Corée du nord pourrait finir comme la Libye de Mouammar Kadhafi, tué lors du soulèvement de son pays après avoir renoncé à l'arme atomique, si Kim Jong-un ne parvient pas à un accord avec Washington sur la dénucléarisation.

«Je ne peux pas cacher ma surprise devant de telles remarques idiotes et stupides venant de la bouche du vice-président américain», avait rétorqué indiqué Cheo Son Hui, dans une déclaration publiée par l'agence officielle KCNA.

«Nous ne quémanderons pas un dialogue auprès des Etats-Unis, et nous ne nous donnerons pas non plus la peine de les persuader s'ils ne veulent pas discuter avec nous», avait-elle ajouté, en précisant qu'elle recommanderait à Kim Jong-un d'annuler le sommet si les Etats-Unis persistaient «dans des actes illégaux et insultants».

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres s'est dit ce 24 mai «profondément préoccupé» par l'annulation de ce sommet historique. «J'exhorte les parties à poursuivre leur dialogue pour trouver une voie vers une dénucléarisation pacifique et vérifiable de la péninsule coréenne», a-t-il poursuivi lors de la présentation de son agenda pour le désarmement à Genève en Suisse.

https://francais.rt.com/international/50962-donald-trump-declare-que-rencontre-kim-jong-un-aura-pas-lieu

BASE 14 995X225

Les hypothèses vont bon train pour essayer de comprendre la situation: Kim- Jung- un serait- il en difficulté face à son "état profond"? Ou bien Trump sur ce dossier? Ou un mélange des deux...D'autres évoquent l'action de la Chine en coulisses. D'autres encore pensent que l'affaire était pliée depuis la sortie américaine de l'accord avec l'Iran. A suivre.   P.G.

Posté par UPR Creuse à 06:33 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

«Qu'ils aillent mille fois en enfer» : le message d'un ministre israélien à l'Union européenne

Le ministre israélien de l'Energie, Yuval Steinitz, n'a pas apprécié l’appel de l'Union européenne à une enquête sur les violences perpétrées par l'armée israélienne envers des manifestants arabes. Et il n'a pas mâché ses mots.

ACT ISRAEL MINISTRE

Au cours d'une interview accordée ce 23 mai à la chaîne Radio 103, le ministre israélien de l’Energie, Yuval Steinitz, a fait savoir ce qu'il pensait de l'appel, formulé la veille par l’Union européenne, à l’ouverture d'«une enquête rapide» sur la répression violente par l’armée israélienne de manifestations à Haïfa les 18 et 20 mai. Les manifestants, en majorité des arabes israéliens selon le journal Haaretz, protestaient notamment contre les violences qui ont endeuillé Gaza, où 62 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens, le 14 mai.

«Qu'ils aillent mille fois, mille fois, en enfer», a lâché le ministre, au sujet de l'Union européenne (UE), selon des propos rapportés par Haaretz. «L'UE lèche maintenant les bottes de l'Iran et va aider [Téhéran] contre les sanctions américaines», a poursuivi Yuval Steinitz, accusant Bruxelles de «harceler» Israël.

«L'Iran se livre à des exécutions, torture les homosexuels, viole les droits des femmes, soutient le terrorisme et [Bachar el-]Assad, qui utilise des armes chimiques contre son peuple», a estimé le ministre israélien.

Jugeant que l'UE «ne représent[ait] pas réellement les nations européennes», il a estimé : «C'est une organisation que personne ne dirige et qui est moins favorable à Israël que les Etats européens eux-mêmes.» 

Le ministre israélien de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, cité par Haaretz, estime lui aussi que l’Etat hébreu n'a «pas besoin [...] d'avertissements moralisateurs d'un organe partial et obsessionnel comme l'UE»

L'Union européenne avait fait part de son opposition au transfert de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem, estimant que cette initiative, prise par Donald Trump en décembre dernier, compromettrait sérieusement le processus de paix dans la région.

https://francais.rt.com/international/50934-mille-fois-enfer-

Edouard Philippe annule sa visite en Israël

Le Premier ministre a informé les autorités israéliennes qu'il annulait sa visite dans l'Etat hébreu, prévue les 31 mai et 1er juin prochains. Matignon met en avant un agenda intérieur monopolisé par plusieurs réformes, dont celle de la SNCF.

«La visite du Premier ministre français [Edouard Philippe en Israël, prévue les 31 mai et 1er juin] est annulée côté français pour des raisons intérieures», a rapporté le ministère israélien des Affaires étrangères, dans un bref communiqué publié le 23 mai.

Edouard Philippe devait notamment inaugurer le 1er juin à Jérusalem avec son homologue israélien Benjamin Netanyahou, la Saison croisée France-Israël, une série d’événements culturels et économiques qui se dérouleront simultanément dans les deux pays entre juin et novembre 2018. 

De son côté, Matignon a confirmé le report de la visite, faisant notamment référence à la série de réformes en cours. Edouard Philippe est notamment en première ligne sur la réforme de la SNCF, qui fait face à une vive contestation depuis plusieurs semaines. Selon Le Figaro, le locataire de Matignon «ira évidemment» en Israël, mais aucune date n'a pour l'heure été avancée. 

Une relation franco-israélienne sous tension ?

Sur Twitter, le député UDI Meyer Habib, fervent soutien du gouvernement israélien, a fait part de son regret : «Une occasion manquée de réchauffer les relations bilatérales après les condamnations décevantes de la France et le lynchage médiatique d'un Israël en légitime défense.» 

L'annulation de la visite du Premier ministre intervient dans un contexte de tension des relations entre la France et Israël après les récentes violences survenues dans bande de Gaza où 62 Palestiniens ont été tués et des centaines blessés par des tirs israéliens, le 14 mai, alors qu’ils protestaient contre le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem.

Emmanuel Macron avait alors «condamné les violences et souligné l’importance de la protection des populations civiles et du droit à manifester pacifiquement».

https://francais.rt.com/france/50920-edouard-philippe-annule-visite-israel

AFFICHE GAZA MASSACRE

Posté par UPR Creuse à 04:15 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mercredi 23 mai 2018

La dernière menace de Trump envers la Corée du Nord rend un accord impossible

TRIBUNE LIBRE / par Moon of Alabama

TL TRUMP KIM

Publié le 18 mai 2018 sous le titre Trump’s Newest Threat To North Korea Makes A Deal Impossible

Le président Trump a de nouveau fait dérailler les négociations avec la Corée du Nord. Il sera difficile de les remettre sur les rails. En raison de son attitude, il est peu probable qu’un accord soit conclu.

Mardi soir, la Corée du Nord a menacé d’annuler le sommet avec le président américain Trump. Les remarques du conseiller américain à la sécurité nationale Bolton, selon lesquelles le « modèle libyen » serait appliqué à la Corée du Nord, ont été considérées comme une insulte.

La Libye avait acheté de l’équipement qui aurait pu être utilisé pour commencer à enrichir de l’uranium. Mais elle n’a jamais eu de programme coordonné de développement d’armes nucléaires et n’a jamais eu la base industrielle et académique nécessaire à la poursuite d’un tel projet. Pour échapper aux sanctions, la Libye a renoncé au peu de matériel qu’elle avait. Tout a été expédié aux États-Unis avant la levée des sanctions. Bolton n’a probablement voulu parler que de cette partie du « modèle libyen ».

1020789664

Mais il y a aussi l’autre partie. Quelques années après que la Libye a renoncé à son minuscule matériel nucléaire, la France, le Royaume-Uni et les États-Unis (FUKUS*) ont mené une guerre de changement de régime contre elle. Avec l’aide des États-Unis, Muhammad Kadhafi a été assassiné par des islamistes radicaux et Hillary Clinton a même trouvé ça drôle (vidéo). Depuis le chaos absolu règne en Libye, assorti d’une guerre tribale multiforme compliquée par une ingérence étrangère incessante.

or-40529

La Corée du Nord s’est évidemment insurgée contre cette comparaison. Il n’est pas question que lui soit appliquée l’une ou l’autre partie du modèle libyen. Elle se considère, à juste titre, comme un État nucléaire à part entière. Elle exige de négocier sur un pied d’égalité.

Mercredi, après la menace nord-coréenne d’annuler le sommet, le porte-parole de la Maison-Blanche est revenu sur le « modèle libyen » de Bolton :

Se référant à la comparaison avec la Libye, l’attachée de presse de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, a déclaré mercredi qu’elle n’avait pas « considéré cela comme faisant partie des discussions et je ne sais pas si c’est un modèle que nous utilisons. »

« Il ne me semble pas qu’il s’agisse de quoi que ce soit de concret. Je sais que cela a été dit mais il n’y a pas de précis sur la façon dont cela fonctionnerait. »

Le train vers la rencontre au sommet semblait de retour sur les rails. Puis Donald Trump l’a encore fait dérailler.

03WESTERNS1_SPAN-jumbo

Lors d’une conférence de presse hier, il a été interrogé sur la question du « modèle libyen » (vidéo) et, dans une remarque apparemment improvisée, il a réussi à pousser cette comparaison hasardeuse encore plus loin:

« Le modèle, si vous regardez le modèle de Kadhafi, il s’agissait d’une annihilation totale. On y est allé pour en finir avec lui. Maintenant, ce modèle sera appliqué si nous ne concluons pas d’accord, très probablement. Mais si on fait un marché, je pense que Kim Jong-un sera très, très content. »

On pourrait appeler cela « l’art de l’entente cordiale dans la maffia » : « Signe ici ou je te tue. »

15-fake-news

Certains médias prétendent que Trump ne faisait que « rassurer » Kim Jong-un. Reuters a titré : Trump cherche à rassurer la Corée du Nord Kim avant le sommet ; le New York Times : Trump et la Corée du Nord rejettent le ‘modèle libyen’ de Bolton ; Politico : Trump rassure Kim de Corée du Nord tout en le mettant en garde.

Dans mon expérience, une menace « d’annihilation totale » est bien plus qu’une « mise en garde ».

Le Guardian britannique avait un point de vue plus réaliste : Donald Trump menace Kim Jong-un : signe l’accord ou tu subiras le même sort que Kadhafi.

La menace de Trump prouve à la Corée du Nord qu’elle a eu raison d’acquérir des armes nucléaires capables d’atteindre le continent américain. Y renoncer serait suicidaire.

Iran-USA-400x225

Trump a également marmonné qu’il donnerait de « fortes garanties » à la Corée du Nord et à Kim Jong-un pour leur sécurité s’ils concluaient un accord. Il n’a pas dit quelles seraient ces garanties. La façon dont Trump a détruit l’accord nucléaire avec l’Iran, qui avait reçu de « fortes garanties » d’un président américain ainsi que  l’approbation du Conseil de sécurité de l’ONU, démontre qu’aucune garantie étasunienne ne vaut le papier sur laquelle elle est inscrite.

aigle-américain

Lorsque la rencontre au sommet a été annoncée, j’ai tout de suite dit qu’elle avait peu de chances d’aboutir parce qu’il y a trop de fauteurs de trouble potentiels qui ont intérêt à ce que le conflit avec la Corée du Nord se poursuive. Il s’agit notamment de John Bolton, de l’armée américaine et du président japonais Abe.

La Corée du Nord répondra certainement à la menace d’ »annihilation totale » de Trump. Elle se retirera probablement du sommet, prévu pour le 12 juin à Singapour.  Elle pourrait revenir si la Maison Blanche revenait sur les commentaires de Trump. La Chine, qui voudrait que la Corée du Nord et les États-Unis concluent un accord, fera savoir à la Maison-Blanche ce qu’elle doit faire.

57464978

Mais je crois maintenant que le sommet, même s’il a lieu, n’a aucune chance de réussir. Trump n’a aucune connaissance des paramètres politiques et techniques et n’a aucun sens de la culture asiatique. Il va râler, rager et insulter son partenaire de négociation. Il va probablement exiger le désarmement nucléaire total de la Corée du Nord. Il n’obtiendra pas d’accord.

Ce n’est qu’après cet échec qu’il se rendra compte qu’une « annihilation totale » de la Corée du Nord n’est tout simplement pas en son pouvoir.

Moon of Alabama

Article original en anglais: Trump’s Newest Threat To North Korea Makes A Deal Impossible

URL: https://arretsurinfo.ch/la-derniere-menace-de-trump-envers-la-coree-du-nord-rend-un-accord-impossible/

Posté par UPR Creuse à 09:01 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mardi 22 mai 2018

Massacre colonial pour un « jour de gloire »

TRIBUNE LIBRE / Bruno Guigue

TL MASSACRE COLONIAL BG

52 morts et 2400 blessés dont 1200 par balles.. C’est le dernier bilan de la sanglante journée du 14 mai 2018 dans la bande de   Mais pour Netanyahou, c’est un “jour glorieux”. Lors de la cérémonie d’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem, il a remercié Donald Trump avec des trémolos dans la voix. “Quel jour glorieux ! Souvenez-vous toujours de ce moment, c’est un jour historique. C’est un grand jour pour Jérusalem et pour l’État d’. Un jour qui restera dans nos mémoires pour des générations et des générations”. Cette journée restera dans les mémoires, en effet, mais pour ce qu’elle est vraiment : un nouveau massacre colonial.

Déversant un déluge de feu sur des manifestants palestiniens désarmés, l’appareil répressif israélien s’est surpassé dans l’horreur. Où sont ses laudateurs habituels, toujours prompts à répéter le laïus officiel sur cette vertueuse armée israélienne pénétrée d’impératifs moraux et soucieuse d’épargner les civils ? On ne les entend guère, ils rasent les murs. Quand les courageux pionniers de l’idéal sioniste se livrent à un pogrom en direct, ces imposteurs abonnés aux plateaux-télé ont la mine basse et le regard chafouin.

Mais peu importe. D’autres se mettent à l’ouvrage, bien décidés à maquiller la scène de crime. Hypocrites, les médias français prennent le relais, nous expliquant du bout des lèvres que “les tensions sont vives” et qu’il y a des “affrontements à la frontière”. Quel sens de l’euphémisme ! On se demande bien, d’ailleurs, de quelle frontière il s’agit, car Israël n’en a aucune. La bande de Gaza est un morceau libéré – et assiégé – de la Palestine historique. Lorsque ses habitants veulent se rendre dans une autre région de la Palestine, ils rentrent chez eux, tout simplement. Parler de frontière, c’est faire comme si l’occupation était légale, c’est joindre le mensonge à la justification du forfait colonial.

Cette journée du 14 mai est la plus meurtrière depuis la guerre de l’été 2014 contre Gaza. Mais une fois de plus, dès qu’il s’agit de nommer l’oppression subie par les Palestiniens, les mots sont démonétisés, vidés de leur substance, frappés par une censure invisible. On connaît la rengaine : “Israël a le droit de se défendre”, les colonies sont des “implantations », les résistants des “terroristes”, le mur de séparation “un mur de sécurité”, Israël une “démocratie”, les manifestants de Gaza des “provocateurs” et des “extrémistes”. Dans cette novlangue invasive, les expressions apparemment les plus anodines sont trompeuses.

Au nom de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, par exemple, appelle “toutes les parties à agir avec la plus grande retenue, afin d’éviter des pertes de vies humaines supplémentaires”. On savait déjà que l’UE ne servait à rien, mais il faut avouer que cette inutilité finit par se voir de très loin. Dans le même registre, “la France, elle, appelle l’ensemble des acteurs à faire preuve de responsabilité afin de prévenir un nouvel embrasement au Proche-Orient”, déclare le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

Sournoises à l’excès, ces formules laissent entendre que deux peuples s’affrontent sur le champ de bataille, alors qu’il s’agit de la révolte d’un peuple colonisé contre le colonisateur. Elles font comme si le conflit provenait d’une double intransigeance et qu’il suffisait, au fond, de ramener à la raison les forces antagonistes pour rétablir la paix. On sait ce que signifie cet angélisme de façade : il s’agit d’obtenir la reddition de ceux qui protestent contre l’occupation. D’une lutte de libération, cette rhétorique lénifiante fait une obscure querelle. Son artifice, dans le meilleur des cas, consiste à renvoyer dos-à-dos l’occupant et l’occupé, comme si les responsabilités étaient partagées.

En attendant, la débauche de violence de l’occupant fait renaître l’atmosphère sanguinaire des pires massacres coloniaux. Enracinée dans les esprits par une idéologie raciste, la diabolisation du Palestinien autorise toutes les transgressions. Des citoyens israéliens s’installent sur les miradors pour assister en direct aux tirs à balles réelles sur cibles humaines. Quel beau spectacle ! Après tout, les héros de “Tsahal” excellent dans leur spécialité. Flinguer des civils, hommes, femmes et enfants confondus, c’est quand même plus facile que vaincre le Hezbollah au Liban-Sud ou aller chercher le combattant palestinien, à la baïonnette, dans les ruelles obscures de Gaza.

“Nos soldats défendent nos frontières”, déclare Netanyahou. Va-t-il également proclamer l’époustouflante victoire de sa vaillante armée ? Déjà, durant l’été 2014, le bombardement massif et meurtrier d’un immense camp de réfugiés était censé relever, dans la novlangue sioniste, du paradigme de la victoire militaire. Comme si le bilan de ce bain de sang perpétré à distance pouvait s’apparenter à celui d’une guerre remportée à la loyale, sur un champ de bataille, face aux soldats d’une armée digne de ce nom, l’Etat-colon se vantait de ses turpitudes. Aujourd’hui encore, comme un serial killer de série B, il se regarde dans son miroir, fasciné par sa propre image mortifère.

https://www.initiative-communiste.fr/articles/billet-rouge-2/massacre-colonial-pour-un-jour-de-gloire-par-bruno-guigue/?ct=t(RSS_EMAIL_CAMPAIGN)

AFFICHE GAZA MASSACRE

Posté par UPR Creuse à 06:22 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

samedi 19 mai 2018

Face à la politique de Donald Trump, l’Union européenne gronde mais a du mal à réagir

Le président de la Commission européenne a annoncé le 17 mai que « le processus de la loi de blocage » des sanctions américaines serait lancé le lendemain.

ACT UE IRAN US RUSSIE

Dénoncée pour son attitude « capricieuse », l’administration Trump se voit en réalité opposer peu de réponses tangibles pour lui fixer des limites.

Le président de la Commission européenne Donald Tusk s’exprime à Sofia le 17 mai. 

Le président du Conseil européen Donald Tusk s’exprime à Sofia le 17 mai. / LUDOVIC MARIN/AFP

L’Union européenne a-t-elle les moyens de faire les gros yeux face au président américain Donald Trump, sur l’accord nucléaire iranien, comme sur les exportations d’acier ? « Nous sommes témoins d’un nouveau phénomène, l’attitude capricieuse de l’administration américaine », a dénoncé le président du Conseil européen Donald Tusk mardi 15 mai à Sofia, où les 28 ont tenu un sommet sur le rapprochement de l’Union avec les Balkans.

Lors de cette rencontre, les Européens devaient afficher leur « approche unie » pour défendre leurs intérêts en Iran. Washington se retire unilatéralement du plan de non-prolifération, et menace ceux qui ne veulent pas suivre le mouvement. Le 17 mai, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a annoncé que « le processus de la loi de blocage » des sanctions américaines serait lancé le 18.

Un front uni mais des divergences entre États

« Politiquement, les Européens ont envoyé un signal fort aux États-Unis, mais économiquement, ils ont peu d’outils pour se faire entendre », résume Alexandra de Hoop Scheffer, directrice du German Marshall Fund à Paris. La spécialiste des relations transatlantiques estime en outre que le front uni affiché à Sofia masque difficilement les divergences entre États. « Pour l’Europe centrale et orientale la relation avec les États-Unis est trop vitale pour s’en démarquer. L’Allemagne est centrée sur la question de l’acier, tandis que la France a moins à perdre. Le Royaume-Uni, enfin, ne défend pas les blocages de sanctions, inutiles à ses yeux », résume-t-elle.

 

Les Européens ont mieux réussi à se coordonner pour défendre leurs exportations d’acier. L’UE n’a pour l’heure obtenu qu’une exemption provisoire, jusqu’à la fin du mois de mai, de cette taxe douanière américaine de 25 %. Dans son arsenal de réponses, elle dispose d’une liste de produits américains qu’elle pourrait elle aussi taxer lourdement comme les jeans, les motos ou le bourbon, si elle n’obtient pas une exemption permanente.

Les sociétés françaises font un pas en arrière

Concernant l’accord avec l’Iran, l’UE est moins bien armée. Les réponses évoquées sont en réalité des solutions de moyen ou de long terme peu adaptées pour répondre à l’urgence du dossier iranien, d’autant qu’elles nécessitent un consensus entre États. Le ministre des finances Bruno le Maire défend ainsi « la création d’un Ofac européen » (Office de contrôle des actifs étrangers américains) pour que l’UE puisse elle aussi décider de sanctions internationales.

americain_europe-1728x800_c

Le renfort du règlement de 1996 lancé par Jean-Claude Juncker, qui permet de contourner les sanctions extraterritoriales américaines, a l’avantage de plus de réactivité. Mais les entreprises européennes savent bien qu’elles s’exposent en retour à des sanctions secondaires des Américains. Les sociétés françaises ne s’attendent pas à faire le poids. Total s’apprête ainsi à renoncer à son projet gazier au large des côtes iraniennes au profit des Chinois, associés en mal d’hydrocarbures. Les banques, elles, ne veulent pas risquer des milliards d’amendes. Elles poussent leurs clients à mettre un terme à leurs activités en Iran, quitte à laisser leurs parts du marché.

« La désunion transatlantique profite à d’autres qui ont tout intérêt à s’engouffrer dans la brèche. La géopolitique se redessine sous nos yeux », confirme Alexandra de Hoop Scheffer. Devenu incontournable en Syrie et en Libye, Moscou avance ainsi ses pions en Iran. La Russie vient en effet, à travers l’Union économique eurasiatique qu’elle mène, de signer un accord, le 17 mai, qui élimine les droits de douane sur certains produits avec l’Iran, et ce pour trois ans. Objectif, créer à terme une vaste zone de libre-échange.

Jean-Baptiste François
https://www.la-croix.com/Monde/Face-politique-Donald-Trump-lUnion-europeenne-gronde-mal-reagir-2018-05-17-

OUTIL STRATAGEME

mercredi 16 mai 2018

SYRIE (7 avril 2018) – GAZA (14 et 15 mai 2018) : LE SCANDALEUX « 2 POIDS 2 MESURES » DE LA DIPLOMATIE FRANÇAISE ET EUROPÉENNE.

FA SYRIE PALESTINE

À un mois d’intervalle, deux crises au Moyen-Orient, l’une en Syrie et l’autre à Gaza, viennent d’illustrer le scandaleux « 2 poids 2 mesures » de la diplomatie française. Une différence de traitement tellement indécente qu’elle explique la dégradation de l’image de la France dans tout le Moyen-Orient. Notre pays apparaît désormais comme tellement de parti pris que cela ne peut avoir pour conséquence que d’accroître le risque d’actes terroristes désespérés sur le sol national.

SYRIE, 7 avril 2018

Dans la nuit du 7 au 8 avril 2018, une attaque chimique présumée aurait été perpétrée dans la ville syrienne de Douma (Ghouta orientale) et y aurait provoqué entre 40 et 100, ou 150 morts (source ici).
Bien qu’aucune enquête indépendante n’ait eu le temps d’être conduite pour témoigner de la réalité même de l’attaque, et bien que ni l’identité ni les photographies d’aucune victime n’ait même été présentée à la presse mondiale, les gouvernements de Washington, Londres et Paris ont aussitôt accusé les forces régulières syriennes et le président Bachar El-Assad d’être les auteurs de cette tuerie, malgré les dénégations formelles de ce dernier, dénégations reprises par les autorités russes.
Moins d’une semaine après, dans la nuit du 13 au 14 avril, les trois mêmes gouvernements occidentaux ont tiré des missiles contre la Syrie, en violation expresse du droit international, et alors même que plusieurs pays occidentaux, dont l’Allemagne, refusaient d’intervenir militairement faute de preuves.
Un mois après, en ce 15 mai 2018, les tenants et aboutissants exacts de cette attaque chimique présumée n’ont toujours pas été élucidés.
Plus grave même, il existe un soupçon que l’ensemble de cette affaire n’aurait été qu’un montage :
  • le 13 avril, le ministre des affaires étrangères russe a affirmé qu’il détenait les « preuves irréfutables » que les services spéciaux d’un État «en première ligne dans la campagne russophobe» étaient impliqués dans la « mise en scène de l’attaque chimique » présumée ;
  • le 19 avril, la télévision russe RT a ensuite  diffusé une vidéo où un garçonnet syrien – Hassan Diab -, qui avait été présenté par les médias occidentaux en train d’être aspergé à grande eau par les Casques blancs, ce qui aurait constitué une « preuve » de l’attaque – témoigne avec son père qu’il ne se serait agi que d’une mascarade organisé par les « Casque blancs ».

GAZA, 14 et 15 mai 2018

Entre le lundi 14 mai 2018 (0h00) et le mardi 15 mai 2018 (13h00), 61 Palestiniens habitant dans la Bande de Gaza sont morts suite aux tirs à balles réelles ou aux tirs de gaz lacrymogènes auxquels ont procédé  les forces armées israéliennes de l’autre côté de la frontière.

Les morts faisaient partie des milliers de manifestants qui voulaient commémorer  le 70e anniversaire de la « Nakba » (terme signifiant la « catastrophe » et désignant la spoliation des terres palestiniennes en 1948 par les Israéliens) et qui voulaient protester contre le transfert de l’ambassade des États-Unis en Israël de Tel Aviv à Jérusalem.

Le mardi 15 mai 2018, à 13h00 heure locale, le ministère de la Santé a donné la liste exhaustive de l’identité et de l’âge de 58 des 61 victimes recensées, ainsi que les photographies de 30 de ces victimes.

L’identité des Palestiniens tués hier et aujourd’hui.

De gauche à droite et de haut en bas : Ahmed Alrantisi (27 ans), Laila Anwar Al-Ghandoor (8 mois), Ahmed Altetr (28 ans), Alaa Alkhatib Ezz el-din Alsamaak (28 ans), Motassem Abu Louley (20 ans)

1. Laila Anwar Al-Ghandoor, 8 mois (morte d’inhalation de gaz lacrymogènes)

2. Ezz el-din Musa Mohamed Alsamaak, 14 ans

3. Wisaal Fadl Ezzat Alsheikh Khalil, 15 ans

4. Ahmed Adel Musa Alshaer, 16 ans

5. Saeed Mohamed Abu Alkheir, 16 ans

6. Ibrahim Ahmed Alzarqa, 18 ans

7. Eman Ali Sadiq Alsheikh, 19 ans

8. Zayid Mohamed Hasan Omar, 19 ans

9. Motassem Fawzy Abu Louley, 20 ans

10. Anas Hamdan Salim Qadeeh, 21 ans

11. Mohamed Abd Alsalam Harz, 21 ans

De gauche à droite et de haut en bas  : Fadi Abu Salah (30 ans), Motaz Bassam Al-Nunu (31 ans), Jihad Mohammed Othman Mousa (31 ans), Mousa Jabr Abdulsalam Abu Hasnayn (35 ans), Ezz Eldeen Nahid Aloyutey (23 ans), Anas Hamdan Salim Qadeeh (21 ans)

12. Yehia Ismail Rajab Aldaqoor, 22 ans

13. Mustafa Mohamed Samir Mahmoud Almasry, 22 ans

14. Ezz Eldeen Nahid Aloyutey, 23 ans

15. Mahmoud Mustafa Ahmed Assaf, 23 ans

16. Ahmed Fayez Harb Shahadah, 23 ans

17. Ahmed Awad Allah, 24 ans

18. Khalil Ismail Khalil Mansor, 25 ans

19. Mohamed Ashraf Abu Sitta, 26 ans

20. Bilal Ahmed Abu Diqah, 26 ans

21. Ahmed Majed Qaasim Ata Allah, 27 ans

De gauche à droite et de haut en bas : Mahmoud Wael Mahmoud Jundeyah (21 ans), Ibrahim Ahmed Alzarqa (18 ans), Musab Yousef Abu Leilah (28 ans), Jihad Mufid Al-Farra (30 ans), Saeed Mohamed Abu Alkheir (16 ans), Mohamed Hasan Mustafa Alabadilah (25 ans)

22. Mahmoud Rabah Abu Maamar, 28 ans

23. Musab Yousef Abu Leilah, 28 ans

24. Ahmed Fawzy Altetr, 28 ans

25. Mohamed Abdelrahman Meqdad, 28 ans

26. Obaidah Salim Farhan, 30 ans

27. Jihad Mufid Al-Farra, 30 ans

28. Fadi Hassan Abu Salah, 30 ans

29. Motaz Bassam Kamil Al-Nunu, 31 ans

30. Mohammed Riyad Abdulrahman Alamudi, 31 ans

31. Jihad Mohammed Othman Mousa, 31 ans

32. Shahir Mahmoud Mohammed Almadhoon, 32 ans

33. Mousa Jabr Abdulsalam Abu Hasnayn, 35 ans

De gauche à droite et de haut en bas : Shahir Mahmoud Mohammed Almadhoon (32 ans), Khalil Ismail Khalil Mansor (25 ans), Mahmoud Saber Hamad Abu Taeemah (23 ans), Mohamed Ashraf Abu Sitta (26 ans), Mustafa Mohamed Samir Mahmoud Almasry (22 ans), Obaidah Salim Farhan (30 ans)

 34. Mohammed Mahmoud Abdulmoti Abdal’al, 39 ans

35. Ahmed Mohammed Ibrahim Hamdan, 27 ans

36. Ismail Khalil Ramadhan Aldaahuk, 30 ans

37. Ahmed Mahmoud Mohammed Alrantisi, 27 ans

38. Alaa Alnoor Ahmed Alkhatib, 28 ans

39. Mahmoud Yahya Abdawahab Hussain, 24 ans

40. Ahmed Abdullah Aladini, 30 ans

41. Saadi Said Fahmi Abu Salah, 16 ans

42. Ahmed Zahir Hamid Alshawa, 24 ans

43. Mohammed Hani Hosni Alnajjar, 33 ans

44. Fadl Mohamed Ata Habshy, 34 ans

45. Mokhtar Kaamil Salim Abu Khamash, 23 ans

46. Mahmoud Wael Mahmoud Jundeyah, 21 ans

47. Abdulrahman Sami Abu Mattar, 18 ans

48. Ahmed Salim Alyaan Aljarf, 26 ans

De gauche à droite et de haut en bas : Mohammed Hani Hosni Alnajjar (33 ans), Yehia Ismail Rajab Aldaqoor (22 ans), Mohammed Riyad Abdulrahman Alamudi (31 ans), Ahmed Adel Musa Alshaer (16 ans), Fadl Mohamed Ata Habshy (34 ans), Ismail Khalil Ramadhan Aldaahuk (30 ans)

49. Mahmoud Sulayman Ibrahim Aql, 32 ans

50. Mohamed Hasan Mustafa Alabadilah, 25 ans

51. Kamil Jihad Kamil Mihna, 19 ans

52. Mahmoud Saber Hamad Abu Taeemah, 23 ans

53. Ali Mohamed Ahmed Khafajah, 21 ans

54. Abdelsalam Yousef Abdelwahab, 39 ans

55. Mohamed Samir Duwedar, 27 ans

56. Talal Adel Ibrahim Mattar, 16 ans

57. Omar Jomaa Abu Ful, 30 ans

58. Nasser Ahmed Mahmoud Ghrab, 51 ans

59. Non identifié

60. Non identifié

61. Non identifié

Non seulement l’identité précise de 58 des 61 morts a été diffusée à la presse internationale par les autorités palestiniennes mais il n’existe aucun doute non plus sur les faits puisque les autorités israéliennes les ont elles-même reconnus.

Le point de vue officiel israélien
L’armée israélienne, qui a mobilisé des milliers d’hommes autour de la bande de Gaza et en Cisjordanie, affirme certes que les manifestations n’ont pas de caractère pacifique et accuse le Hamas de s’en servir pour mêler à la foule des hommes armés ou disposer des engins explosifs le long de la barrière.  Mais elle n’en reconnaît pas moins le massacre.

Ainsi, l’ambassadrice d’Israël auprès de la Belgique, Mme Simona Frankel , a été convoquée au ministère belge des affaires étrangères, après avoir qualifié de « terroristes » les dizaines de victimes des affrontements à Gaza , dans un entretien sur la radio publique RTBF : « Je regrette beaucoup pour chaque être humain qui est décédé, quelle que soit leur nationalité, même si ce sont des terroristes, 55 terroristes qui viennent près de la barrière (de sécurité) pour essayer de se battre, de passer dans le territoire israélien ».

Interrogée sur le fait de savoir si toutes les victimes étaient toutes des « terroristes », la diplomate a répondu: « Ils le sont tous. Il faut se rappeler que c’est le groupe terroriste Hamas (le mouvement islamiste au pouvoir dans le territoire) qui a pris en otage la bande de Gaza. Le Hamas est le seul coupable de ces morts, du sacrifice de ces hommes, femmes et enfants pour une guerre médiatique ».

Ces propos ont entraîné une vive réaction du chef de la diplomatie belge Didier Reynders, qui a convoqué la diplomate israélienne : « Entendre que toutes les personnes qui ont été tuées étaient des terroristes, cela dépasse l’entendement. Il y a une confusion des genres qui va trop loin ».

 

Pour compléter le point de vue israélien, on soulignera quand même que, face aux 61 Palestiniens tués en un jour et demi sur leur propre territoire, Israël n’a eu à déplorer qu’un seul soldat blessé. Ce qui en dit  long sur la disproportion des forces en présence.

 

CONCLUSION : LE SCANDALEUX « 2 POIDS 2 MESURES » DE LA  DIPLOMATIE FRANÇAISE ET EUROPÉENNE

Le 7 avril 2018, une attaque chimique présumée sur la ville de Douma, qui aurait provoqué la mort de 40 à 100 personnes en avril 2018 sans que l’on ne connaisse l’identité d’aucune des victimes, a provoqué l’indignation outrée des dirigeants de Washington, Londres et Paris, reprise par la ministre des affaires étrangères de l’Union européenne, Mme Federica Morgherini, qui n’a pas hésité à affirmer que « les preuves disponibles suggèrent qu’il s’agit encore une fois d’une attaque chimique perpétrée par le régime »Alors même qu’un mois après, il existe toujours un doute sur la réalité même de l’attaque, Washington, Londres et Paris ont attaqué militairement la Syrie, un pays souverain, en tirant plus d’une centaine de missiles sans aucune autorisation du Conseil de sécurité de l’ONU et en violation du droit international

Les 14 et 15 mai 2018, on déplore 61 Palestiniens tués par balles sur le territoire de la Bande de Gaza par des soldats israéliens postés de l’autre côté de la frontière. L’identité de 58 des 61 victimes est connue et les autorités israéliennes reconnaissent la réalité du massacre et leur entière responsabilité, tout en la justifiant par des motifs politiques.

Ce 15 mai au soir, le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU et Amnesty International estiment que l’armée israélienne s’est rendue coupable de « crimes de guerre » et la Ligue arabe a appelé le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) à ouvrir une enquête sur « les crimes de l’occupation israélienne » (source ici)

Dans une partie du monde, la réprobation prend de l’ampleur. La Turquie et l’Afrique du Sud ont décidé le rappel de leur ambassadeur en Israël et la Turquie a demandé à l’ambassadeur israélien à Ankara de quitter le territoire turc.. Dans leur sillage, l’Irlande et la Belgique ont convoqué l’ambassadeur israélien. Même le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Belgique et la Suisse soutiennent l’idée d’investigations lancée par le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres. (source ici).

Cependant, outre les États-Unis qui soutiennent totalement Israël, on peut noter les réactions extraordinairement édulcorées de l’Union européenne et de la France.

L’Union européenne renvoie dos-à-dos Israël et les Palestiniens et refuse de condamner le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem.

La chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, s’est contentée, dans un communiqué de « demander à toutes les parties d’agir avec la plus grande retenue afin d’éviter des pertes de vie humaine supplémentaires ». Renvoyant ainsi Israéliens et Palestiniens dos à dos, et mettant sur le même pied les tirs à balles réelles de l’armée israélienne qui ont fait 61 morts et les envois de projectiles à mains nues par les manifestants palestiniens, qui ont blessé un soldat.

On notera au passage que la République tchèque, la Hongrie et la Roumanie ont récemment bloqué l’adoption d’une déclaration européenne qui critiquait le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem. Le principe de l’unanimité a ainsi retiré, pour la énième fois, toute voix audible aux pays européens !

La France s’est illustrée par sa quasi-absence de réaction.

Emmanuel Macron n’a ni convoqué l’ambassadeur d’Israël comme  l’ont fait l’Irlande et la Belgique, ni approuvé l’idée d’une enquête sous l’égide de l’ONU, comme l’ont demandé le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Belgique et la Suisse. La seule réaction est apparue dans un communiqué lénifiant où l’on apprend que le président de la République « a déploré le grand nombre de victimes civiles palestiniennes à Gaza aujourd’hui et ces dernières semaines. Il a condamné les violences des forces armées israéliennes contre les manifestants. Il a appelé tous les responsables à la retenue et à la désescalade et a insisté sur la nécessité que les manifestations des prochains jours demeurent pacifiques. »

——-

Au-delà d’une « condamnation des violences des forces armées israéliennes » – condamnation qui reste purement verbale – et du sempiternel « appel à la retenue », la France ne fera donc rien pour arrêter le massacre.

En pratiquant ainsi un « 2 poids 2 mesures » qui offusque le sentiment naturel de justice et d’égalité de traitement entre les êtres humains, Emmanuel Macron poursuit une politique qui a pour effet de faire apparaître la France comme une puissance hypocrite, injuste et criminelle.

C’est cette image détestable que la France a désormais acquise dans tout le Moyen-Orient qui peut pousser certains déséquilibrés à se jeter dans des attaques terroristes sur le sol national, comme on a pu – hélas ! – le déplorer à Paris ce week-end.

S’il faut faire preuve d’une répression sans pitié contre les actes terroristes en France, il faut aussi comprendre que ceux-ci risquent  de se poursuivre et de se multiplier tant que la France n’aura pas cessé de soutenir les États qui financent le prétendu « État islamique » et tant qu’elle n’aura pas renoué avec sa vocation d’être le porte-parole de la liberté et de la justice entre les peuples et des nations.

Dans l’immédiat que devrait faire la France pour rétablir son image de pays œuvrant pour la justice et l’égalité entre les peuples et les nations ?

1°) Comme 137 autres États du monde, la France doit reconnaître diplomatiquement l’État palestinien.

Le Conseil national palestinien a déclaré unilatéralement l’indépendance de la Palestine le 15 novembre 1988.

Depuis lors, 137 États du monde (sur les 193 que compte l’ONU, soit 71% des États du globe) ont reconnu cet État de Palestine : 

1. Afghanistan
2. Afrique du Sud
3. Albanie
4. Algérie
5. Angola
6. Antigua-et-Barbuda
7. Arabie saoudite
8. Argentine
9. Azerbaïdjan
10. Bahreïn
11. Bangladesh
12. Belize
13. Bénin
14. Bhoutan
15. Biélorussie
16. Bolivie
17. Bosnie-Herzégovine
18. Botswana
19. Brésil
20. Brunei
21.  Bulgarie
22.  Burkina Faso
23.  Burundi
24. Cambodge
25. Cap-Vert
26. Chili
27. Chine
28. Chypre
29. Comores
30. Corée du Nord
31. Costa Rica
32. Côte d’Ivoire
33. Cuba
34. Djibouti
35. Dominique
36. Égypte
37. Émirats arabes unis
38. Équateur
39. Éthiopie
40. Gabon
41. Gambie
42. Géorgie
43. Ghana
44. Grenade
45. Guatemala
46. Guinée
47. Guinée équatoriale
48. Guinée-Bissau
49. Guyana
50. Haïti
51. Honduras
52. Hongrie
53. Inde
54. Indonésie
55. Irak
56. Iran
57. Islande
58. Jordanie
59. Kazakhstan
60. Kenya
61. Kirghizistan
62. Laos
63. Lesotho
64. Liban
65. Liberia
66. Libye
67.   Madagascar
68.   Malaisie
69.   Malawi
70.   Maldives
71.   Mali
72.   Malte
73.   Maroc
74.   Maurice
75.   Mauritanie
76.   Mongolie
77.   Monténégro
78.   Mozambique
79.   Namibie
80.   Népal
81.   Nicaragua
82.   Niger
83.   Nigeria
84.   Oman
85.   Ouganda
86.   Ouzbékistan
87.   Pakistan
88.   Papouasie-Nouvelle Guinée
89   Paraguay
90.   Pérou
91.   Philippines
92.   Pologne
93.   Portugal
94.   Qatar
95.   République centrafricaine
96.   République démocratique du Congo
97.   République dominicaine
98.   République du Congo
99. République tchèque
100. Roumanie
101. Russie
102. Rwanda
103. Sainte-Lucie
104. Saint-Vincent-et-les Grenadines
105. Salvador
106. Sao Tomé-et-Principe
107. Sénégal
108. Serbie
109. Seychelles
110. Sierra Leone
111. Slovaquie
112. Somalie
113. Soudan
114. Soudan du Sud
115. Sri Lanka
116. Suède
117. Suriname
118. Swaziland
119. Syrie
120. Tadjikistan
121. Tanzanie
122. Tchad
123. Thaïlande
124. Timor oriental
125. Togo
126. Tunisie
127. Turkménistan
128. Turquie
129. Ukraine
130. Uruguay
131. Vanuatu
132. Vatican
133. Venezuela
134. Viêt Nam
135. Yémen
136. Zambie
137. Zimbabwe

Il n’est pas normal que la France – puissance ayant vocation à l’universel – fasse partie de la minorité des 29% des États du monde qui n’ont pas reconnu l’État palestinien.

Il est d’ailleurs totalement illogique et indéfendable de militer officiellement pour la solution à 2 États – comme le fait la France – et de se refuser à reconnaître diplomatiquement l’un des deux.

C’est d’autant moins normal que 8 pays membres de l’UE ont déjà reconnu l’État de Palestine : Bulgarie, Hongrie République tchèque, Pologne, Portugal, Slovaquie, Suède, Roumanie.

2°) Comme Membre permanent du Conseil de sécurité, la France doit  proposer l’envoi d’une mission de Casques bleus de l’ONU à la frontière entre Israël et Gaza.

3°) La France doit immédiatement cesser toute ingérence militaire en Syrie

François Asselineau

15 mai 2018

François Asselineau, Président de l’Union populaire républicaine. La France doit sortir de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan.

Posté par UPR Creuse à 09:04 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Un peu de retenue voyons !

TRIBUNE LIBRE / Librairiie Tropiques.fr

TL TROPIQUES GAZA MANIF

La classe dirigeante française vient d'infléchir légèrement sa langue de bois, d'usage habituel s'agissant de ce qui se passe en Palestine depuis 70 ans.
Hier encore la formule standard était "Israel a le droit de se défendre" Hollande, Valls, Macron, etc. nous la servaient encore il y a quelques jours, pour commenter l'activité criminelle de l'appareil militaro-industriel israélien, accablant les populations asservies qu'il n'a pas encore réussi à liquider, évacuer, ou expulser de leurs terres.
Depuis quelques jours d'impressionnante démonstration des troupes de maintien de l'apartheid sioniste, sur instructions de Netanyaou et de sa fine équipe, nos officiels français, à l'instar de la "communauté internationale", ont légèrement réorienté leurs choix d'éléments de langage, et nos responsables politiques occidentaux  parlent maintenant de "retenue".
La "retenue" de bon aloi qu'il convient naturellement d'afficher pour que nos éminences diplomatiques et morales puissent conserver la bienveillance qui sied aux bonnes relations avec le 51ème état officieux de l'Union (étasunienne d’Amérique). En somme une petite remontrance "sans frais" pour un parent un peu bruyant et extraverti.

Alain Gresh quant à lui ne mâche pas ses mots ... il parle clair et juste, il parle de massacre :

ALAIN GRESH VIDEO

Gaza : «Ce ne sont pas des heurts ou des affrontements, c’est un massacre»

https://www.youtube.com/watch?time_continue=8&v=HrSaJc9zxDg

 

 

On observera au passage que lorsque l'armée de Bachar Al Assad restaure l'ordre et la sureté de son État souverain, en combattant militairement et au prix d'énormes pertes et sacrifices, des mercenaires jihadistes, surarmés et infiltrés par nos soins, plus que menaçants, qui ont mis les populations civiles en coupe réglée (quand ils ne les torturent ou ne les massacrent pas), alors on qualifie le Président élu Syrien de "boucher" et on prétend le juger pour "crime de guerre", au même titre que les russes et les iraniens qui en parfait respect des accords et du droit international soutiennent l'entreprise de libération du territoire national Syrien.
Mais, quand la soldatesque d'occupation israélienne massacre des civils désarmés, manifestant leur désespoir et leur colère face à l'insupportable injustice qui leur est imposée depuis des lustres, alors ces criminels et leurs dirigeants sont simplement appelés à "un peu de retenue"...

http://www.librairie-tropiques.fr/2018/05/bagatelle-pour-un-massacre.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

dimanche 13 mai 2018

Moyen-Orient. Israël et Iran : jusqu’où ira l’escalade ?

Israël a bombardé, dans la nuit de mercredi à jeudi, plus d’une cinquantaine de cibles militaires iraniennes en Syrie. Une riposte aux tirs de roquettes visant le plateau du Golan quelques heures plus tôt.

ACT IRAN ISRAEL

“Attaque iranienne, contre-attaque israélienne : la séquence qui vient de se dérouler n’a pris personne par surprise”, écrit L’Orient-Le Jour. Le journal libanais a constaté comme tout le monde la vive tension depuis plusieurs mois entre l’Iran et Israël. Toutefois, les tirs de roquettes sur le plateau du Golan suivis de raids aériens israéliens dans la nuit de mercredi à jeudi “marquent une escalade significative un peu plus d’un jour après que les États-Unis se sont retirés de l’accord sur le nucléaire iranien”, souligne le Washington Post.

Même si l’agence de presse Fars News assure que les roquettes tirées l’ont été par l’armée syrienne, Israël attribue l’attaque à Al-Qods, le nom d’une brigade des Corps des Gardiens de la révolution islamique, ce qui serait une première. Times of Israel y voit d’ailleurs un échec pour l’Iran (16 roquettes sur 20 n’ont pas atteint l’État hébreu, les 4 autres ont été détruites) alors que la riposte israélienne – les bombardements les plus violents en Syrie depuis 1974, avec environ 70 cibles visées – est présentée comme “très efficace” par le quotidien. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, les frappes ont fait 23 morts.

iran-israel-flag-image-35651117

“Ce premier round est un succès décisif. Mais ce n’est que ça : le premier round d’un conflit contre un régime à Téhéran qui travaille inlassablement à la destruction d’Israël”, avance Times of Israel, qui rappelle que l’Iran pourrait faire appel au Hezbollah et à ses “140 000 roquettes pointées” vers l’État hébreu.

Valdimir Poutine en médiateur ? 

“Qu’est-ce qui les arrêtera ?”, se demande une tribune sur le site Arabnews. “La guerre n’est pas encore inévitable” entre “deux pays qui se détestent”, essaie de rassurer L’Orient-Le Jour. Mais le Jerusalem Post, citant des habitants de la Ville Sainte, conclut qu’avec ce qu’il se passe au nord du pays, “la guerre est dans l’air”.

Et si Times of Israel observe le large soutien de la communauté internationale après l’attaque de mercredi, le journal prévient qu’en cas de conflit : “Israël sera seul. Personne, pas même ses meilleurs amis, ne se précipitera pour l’aider.”

russian-war-696x366-1

La Russie a donc un rôle clé à jouer. Vladimir Poutine, contrairement à Donald Trump, parle à Tel-Aviv comme à Téhéran“Moscou est heureux de maintenir un équilibre entre les deux camps, tant que son objectif de sauver le régime d’Assad n’est pas en danger”, analyse Haaretz qui remarque que le président russe n’a pas tenté de stopper la riposte d’Israël. “Mais si l’escalade se poursuit, comme elle semble le faire, il devra tôt ou tard choisir son camp”, estime le quotidien.

C’est ce qui pousse Arabnews à appeler à “un effort concerté de la communauté internationale” pour apaiser les tensions. “Autrement, ce dont nous avons été les témoins jeudi pourrait être le prologue à un autre conflit sanglant et durable au Moyen-Orient. Et peut-être au-delà”, s’inquiète une tribune publiée dans le journal saoudien.

 

https://www.courrierinternational.com/article/moyen-orient-israel-et-iran-jusquou-ira-lescalade

Posté par UPR Creuse à 04:15 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

vendredi 11 mai 2018

Diplomatie : pour Macron, "l’heure est aux actes"

BASE 14 995X225

Les convictions ultra européistes de ce diplomate dans l'entretien qui suit nous montrent à quel point la crise morale et patriotique de la France est profonde après des décennies de "construction européenne", jusqu'aux plus hauts sommets de l'Etat.  P.G.

TL MACRON BILAN

[Un an de présidence Macron] Le candidat Macron avait promis de repenser en profondeur la diplomatie – notamment économique – de la France afin de revitaliser sa réputation et son influence sur la scène internationale. Le président est-il en passe de réussir son pari, au-delà des effets d’image ? Claude Martin, ancien ambassadeur en Chine et en Allemagne, brosse un tableau contrasté, et attend du chef de l’État qu’il passe des paroles aux actes.

LA TRIBUNE - Les promesses de campagne d'Emmanuel Macron avaient créé l'espérance d'une action singulière sur le front diplomatique, en premier lieu pour restaurer une légitimité délitée sur l'échiquier international. Un an plus tard, a-t-il réussi ? Quels faits saillants peut-on mettre au crédit et au débit de la politique et des actes du nouveau président de la République ?

CLAUDE MARTIN - Emmanuel Macron a hérité d'une France peu visible et peu audible, affaiblie ces dix dernières années par sa situation économique - manque de compétitivité, instabilité politique et sociale -, par une vision erratique de sa politique à l'extérieur, par la santé vacillante de l'Europe. Ce contexte leste une autre réalité, elle, invariable : mener une action d'envergure est nettement plus difficile sur la scène internationale que sur le plan domestique. En politique étrangère, il faut faire preuve non seulement d'imagination et de volontarisme, mais aussi de clairvoyance, de compétence, de connaissance du terrain, et définir une stratégie. En la matière, il est encore trop tôt pour saisir les intentions et les dispositions du président de la République. Les premiers signes - discours à la Sorbonne et devant l'Acropole démontrant sa détermination européenne ; restauration du dialogue avec la Russie ; prises de position objectives à l'égard des États-Unis - ont été encourageants, car fondés sur le principe, essentiel en diplomatie, du réalisme. Il n'est pas dans le registre de ses deux prédécesseurs qui, en « choisissant » leurs interlocuteurs en fonction de leur degré de « fréquentabilité », ont affaibli l'influence internationale de la France. Dorénavant, l'heure est aux actes, et notamment dans le domaine de l'Europe. La France doit agir comme un guide. C'est véritablement « maintenant » que l'action d'Emmanuel Macron doit s'exprimer et va être jugée.

Vous avez exercé cinquante ans au Quai d'Orsay, et y avez cultivé une grande proximité avec la conception « gaulliste » de la politique internationale de la France. Les premiers pas diplomatiques d'Emmanuel Macron s'en inspirent-ils ?

15253376_1818394025113163_3628835857080125702_n

Le général de Gaulle l'a parfaitement incarné - et cela demeure une règle immuable - : l'Europe, c'est avant tout et fondamentalement un contrat entre la France et l'Allemagne, mobilisant les autres pays moteurs sur une stratégie axée autour de trois objectifs : une politique d'intégration des économies européennes, une politique de défense de l'identité et des spécificités de l'Europe, enfin une politique d'organisation de l'ensemble européen, dont l'élargissement a affaibli la cohésion. Il faut à l'Europe des politiques communes volontaristes. Une Europe de l'action contre celle de l'abstraction.

L'Europe porte des valeurs qui lui sont propres. Les Européens ont en commun une certaine conception de la démocratie, de l'ordre juridique et de la cohésion sociale, ou de la justice. Ils se distinguent par un attachement commun très fort à la nature, à l'environnement, à un art de vivre, qui se reflète jusque dans leur relation à la nourriture. Dans les négociations extérieures de l'Union, avec le Canada ou avec le Mercosur, certains éléments de cette « identité européenne » sont mis en cause. Faut-il y renoncer, pour nous fondre doucement dans le moule mondialiste ? Ou préserver ce qui fait notre différence, une différence à laquelle les Français et les Allemands notamment restent, dans leur majorité, très attachés ? C'est la question qui nous est posée, et à laquelle Emmanuel Macron doit apporter une réponse.

Que doivent entreprendre Angela Merkel et Emmanuel Macron pour que l'axe franco-allemand exerce pleinement son  rôle ?

Outre-Rhin, la fragile coalition au pouvoir et ce qu'incarne l'impressionnante poussée de l'extrême droite (l'AFD est la troisième formation au Bundestag) peuvent-ils, paradoxalement, le consolider ?

euroepan_union_flag_hanging

Cette irruption de l'AFD au parlement allemand traduit une montée des peurs, mais surtout une frustration. Les citoyens de tous les pays craignent de perdre, au sein de l'Europe, leur identité. L'Union doit trouver la réponse appropriée à ces craintes, en permettant aux peuples européens de cultiver à la fois une fierté nationale et une fierté européenne, qui ne peut exister que si l'Union développe des politiques mettant en valeur une « identité européenne ». Identité nationale et identité européenne doivent pouvoir se compléter. Si l'Union ne parvient pas à créer un espace dans lequel les Européens éprouvent un sentiment d'appartenance à une même communauté de destin, c'est dans la seule revendication d'identité nationale que les citoyens chercheront refuge.

5a6622b7488c7b1b228b4567

Le « moteur » franco-allemand a très mal fonctionné depuis dix ans, et il faudra sans doute beaucoup plus que des déclarations chaleureuses pour le relancer. La France doit reconquérir toute sa place dans un tandem où elle n'était plus qu'un partenaire secondaire. Le déséquilibre qui n'a cessé de se creuser cette dernière décennie au fur et à mesure que l'économie allemande prenait le dessus sur sa voisine nous a placés dans une position d'infériorité. Les réformes institutionnelles catastrophiques opérées par le traité de Lisbonne et le « grand élargissement » ont fait le reste : dans le jeu européen, la France pèse aujourd'hui bien moins lourd que l'Allemagne, adossée aux petits pays européens du Nord. Il faut revenir à la parité entre Paris et Berlin, et reconstituer - notamment en rétablissant une relation de confiance avec l'Italie - un équilibre Nord-Sud sans lequel l'Union se brisera tôt ou tard. On ne pourra le faire sans tensions avec l'Allemagne, et le président français devra, pour replacer notre pays au cœur du dispositif européen, aller si nécessaire jusqu'à la crise. Y est-il préparé ? Les mois qui viennent permettront de mesurer sa détermination.

Partout en Europe progressent des mouvements eurosceptiques voire europhobes. Ils ont obtenu la sécession en Grande-Bretagne, sont au pouvoir en Autriche, en Pologne, en Hongrie, possiblement en Italie, constituent respectivement les deuxième et troisième forces politiques en France et en Allemagne. La pensée politique « européenne » d'Emmanuel Macron semble singulièrement isolée...

2016-07-17-sortir-de-lue-euro-56c1b291c4618826238b45af

La construction européenne a été imaginée en deux phases principales : celle d'abord de l'union économique, celle ensuite, à partir de 1973, d'une ouverture à des compétences nouvelles, notamment dans le domaine de la politique étrangère et de la défense. L'union économique peut se construire entre pays ayant, sur le plan politique intérieur, des sensibilités et des pratiques différentes, sous couvert d'un attachement de principe commun à la démocratie. L'union politique et diplomatique suppose un degré beaucoup plus élevé de convergence sur les « valeurs » et sur le fonctionnement concret du système constitutionnel des pays participants. On peut faire une union économique avec beaucoup de partenaires, mais une union politique ne peut s'envisager qu'avec peu de partenaires. L'erreur du traité de Maastricht a été de vouloir réunir les deux démarches dans une seule construction et de rassembler dans une seule maison des partenaires qui ne voulaient pas, selon les sujets, la même chose. L'élargissement aux pays de l'Est a encore aggravé la situation. On a admis au sein de l'Union, dans la précipitation, pour des raisons « morales », des pays qui n'étaient pas prêts à réaliser l'union économique telle que nous l'entendions, et qui étaient encore moins prêts à accepter les valeurs communes nécessaires à la construction de l'union politique. Il existe deux Europe, séparées par les différences d'histoires et de cultures politiques. Ce qui n'est pas pour arranger la vision et l'action européennes d'Emmanuel Macron.

Vous êtes un grand spécialiste de la diplomatie économique. Son passé professionnel, son ADN, sa pensée et ses inspirateurs politiques, enfin son passage à Bercy donnent d'Emmanuel Macron l'image d'un président en rupture avec ses prédécesseurs et plutôt pertinent dans ce domaine. La réalité correspond-elle à l'hypothèse ?

Qu'est-ce que la « diplomatie économique » ? Elle fait distinguer clairement le rôle de l'État et celui de l'entreprise. Le rôle de l'État (et donc de la diplomatie) est d'évaluer les intérêts politiques, économiques, culturels du pays dans le monde. Sur cette base, le ministère des Affaires étrangères et les ambassades apportent aux entreprises françaises un éclairage sur les situations et l'environnement des pays où elles ambitionnent d'investir ; mais ensuite, aux actionnaires et au management des entreprises - et à eux seuls - de décider de leur stratégie dans lesdits pays. Il est d'autant plus essentiel de respecter cette discipline qu'aujourd'hui la notion d'« intérêt national » est complexe à délimiter. Ainsi, ce dernier est-il de favoriser Renault, dont une partie des véhicules est fabriquée en Turquie, ou Toyota, qui investit massivement à Valenciennes ? Est-il de tout entreprendre pour aider au développement international de grandes marques « françaises » de luxe, dont les produits sont partiellement fabriqués hors de nos frontières et dont les propriétaires sont souvent installés à l'étranger ? Ce dilemme, entre la défense de l'emploi en France et la défense d'entreprises porteuses d'une image de la France mais ne participant pas à l'effort national, complique la réflexion. Tout concourt à la même conclusion. Plutôt que de se substituer aux entreprises, il faut les laisser agir. Nicolas Sarkozy et François Hollande ont commis l'un et l'autre l'erreur, pendant leurs déplacements en Chine, de bousculer les dirigeants d'entreprise qui les accompagnaient, pour que ceux-ci signent des contrats prématurés ou risqués. Lors de son voyage en Chine début janvier, Emmanuel Macron a heureusement rompu avec ces pratiques, s'abstenant d'interférer dans les négociations menées par les industriels.

Justement, son savoir-faire en matière nucléaire constitue un élément clé de la stratégie diplomatique de la France. Les vicissitudes financières, judiciaires et technologiques d'Orano (ex-Areva) - qui pénalisent l'ensemble de la filière nucléaire française - l'affectent-elles significativement ?

la-france-europc3a9enne-1941

C'est incontestable. Pourquoi, à l'origine, la Finlande a-t-elle jeté son dévolu sur l'EPR plutôt que sur la technologie russe ? Parce qu'il s'agissait d'un projet franco-allemand. La technologie de l'EPR devait beaucoup aux ingénieurs de KWU, c'est-à-dire de Siemens, fort prisés à Helsinki. Nicolas Sarkozy a tout entrepris pour que Siemens sorte du capital d'Areva, et nous nous sommes retrouvés seuls à porter le projet, face à des Finlandais un peu surpris et certainement amers. Nos divisions internes ont fait le reste. La guerre entre Areva et EDF, notamment sur les projets chinois, s'est développée, et EDF a peu à peu conçu, contre Areva, une stratégie d'alliance avec les partenaires chinois, qu'elle a amenés avec elle sur les projets britanniques. L'éclatement d'Areva, qui a payé les erreurs de gestion d'Anne Lauvergeon, laisse la place libre à une EDF aujourd'hui fortement liée à la Chine. Et en même temps, sur la partie conventionnelle des centrales, Alstom, également démantelé, a cédé ses turbines à General Electric plutôt qu'à Siemens, Une grande ambition européenne s'est évanouie.

Au-delà du nucléaire, comment jugez-vous les premiers pas d'Emmanuel Macron dans cette Chine culturelle, politique, diplomatique que vous connaissez si bien ? La visite qu'il a effectuée en janvier dernier annonce-t-elle un changement profond ou simplement cosmétique des rapports de la France avec Pékin ?

Un simple souvenir. C'était lors du Sommet du G20 à Hangzhou, en 2016. Sur la photo officielle, qui posait aux côtés de Xi Jinping ? Le représentant de la France, qui fut avec éclat le premier grand pays occidental à tendre la main et à sortir la Chine de son isolement ? Non. Le président chinois était entouré d'Angela Merkel, de Recep Tayyip Erdoğan et de Vladimir Poutine. François Hollande étant relégué plus loin. Le président français, m'a-t-on rapporté, en avait été blessé. Voilà la réalité dont hérite Emmanuel Macron. La France vue de Pékin pèse peu. Et elle est seule. Elle n'a pas su établir avec l'Allemagne, l'Italie, la Grande-Bretagne (qui reste, malgré le Brexit, un membre important de notre famille) le « pacte européen » qui nous permettrait de peser, ensemble, dans ce très grand pays.

ue-chine-accord-reconnaissance-mutuelle-oea

Emmanuel Macron peut-il rétablir la situation ? Pour l'heure, sa politique à l'égard de la Chine n'est pas lisible. Le voyage officiel qu'il a effectué en janvier était une prise de contact - généreusement couverte dans la presse française, au contraire de la presse chinoise. Il faudra de la part du nouveau président des paroles fortes, des actes concrets, des initiatives visibles, pour que les Chinois renouent avec la France un vrai dialogue stratégique.

Les propos d'Emmanuel Macron lors de ce premier déplacement laissent toutefois quelques raisons d'espérer : son attitude, donc, sur le dossier nucléaire ; son intention annoncée de mieux contrôler les investissements chinois dans les secteurs stratégiques ; sa prudence sur le projet des « nouvelles routes de la soie » dans lequel il a choisi, malgré les conseils de certains, de ne pas se précipiter, attendant que les modalités de mise en œuvre et les modalités de financement soient mieux connues. Tout cela reflète une lucidité, utile pour dialoguer sereinement avec Pékin.

Le tour de force constitutionnel de Xi Jinping, dorénavant « autorisé » à régner sans limite au-delà de son mandat actuel, peut-il modifier la stratégie diplomatique de la France à l'égard de la Chine et de ses autres partenaires ?

L'objet de la diplomatie est de servir l'intérêt du pays. La France ne peut définir son action extérieure en fonction des évolutions politiques ou constitutionnelles de ses partenaires. Elle doit considérer d'abord l'importance stratégique de chacun des États avec lesquels elle traite, son influence, ses poids économique, démographique, militaire, scientifique, culturel. Le Général de Gaulle s'est fixé cette règle de conduite dans les affaires internationales : la Chine est et restera, quel que soit son régime, un grand partenaire, parmi d'autres, dans un univers multipolaire.

2017-08-29-1015128853

Or si la France a vu son influence décliner au cours des dernières années, c'est parce qu'elle a cessé de pratiquer ce jeu multipolaire, pour se ranger, comme au temps de la guerre froide, dans « un » camp. En se laissant entraîner dans la douteuse opération de « pacification » en Afghanistan, en réintégrant les structures militaires de l'Otan, en suivant plus souvent que nécessaire les initiatives de Washington, en s'amarrant à des « coalitions occidentales » mal définies, la France a renoncé à faire jouer à l'Europe un rôle spécifique. Et la voici aujourd'hui, en Corée ou ailleurs, enchaînée aux initiatives erratiques du président américain... Le retour à une véritable détente sur la planète passe par la reconstitution d'un monde véritablement multipolaire, dont l'Europe doit être un pilier essentiel. 

___

Propos recueillis par Denis Lafay

https://www.latribune.fr/economie/international/diplomatie-pour-macron-l-heure-est-aux-actes-777484.html#xtor=EPR-2-[l-actu-du-jour]-20180507

116653612_o

Posté par UPR Creuse à 06:33 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,