lundi 23 juillet 2018

Et si on changeait l'école?

PUB PETROUCHINE

Nous l'avons rencontrée sur le marché de Felletin lors de notre dernière table d'information: elle s'appelle Aline Pétrouchine et elle est venue nous voir en tant qu'électrice de François Asselineau à la Présidentielle 2017.

Elle vient d'écrire un livre "Et si on changeait l'école ! 1001 idées". On peut lui écrire pour commander:

PETROUCHINE

aline.petrouchine@gmail.com

Elle reviendra en Creuse dont elle est originaire en août (elle habite actuellement La Rochelle) et elle nous communiquera ses dates de signature de dédicaces à Felletin.

C'est son côté sympatique et passionné qui nous incite à lui faire un peu de publicité pour un livre qu'elle finance sans aide, avec un objectif essentiel: rendre service à ses collègues (elle est institutrice spécialisée en retraite) et aux enfants "différents" et si mal pris en compte par l'institution.

Souhaitons- lui bonne chance pour cette aventure!

P.G.

Posté par UPR Creuse à 08:32 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 18 juillet 2018

Larmes, bousculades et gaz lacrymogènes à Felletin contre l'expulsion d'un jeune Soudanais

Affrontements devant la gendarmerie de Felletin. Les militaires ont fait appel à des renforts pour briser les barrages dressés par 150 manifestants devant leur bâtiment. Des habitants du plateau de Millevaches se sont opposés, en vain, à l'expulsion d'un jeune réfugié soudanais ce lundi 9 juillet.

ACT EXPULSION FELLETIN

Des cris, des larmes et une grosse bousculade devant la gendarmerie de Felletin. Ce lundi après-midi, environ 150 habitants venus de tout le plateau de Millevaches ont tenté de s'opposer à l'expulsion d'un jeune soudanais de 21 ans.

Nordeen E. a fuit son pays en guerre, et par le biais de hasard et de coups du sort, il a trouvé refuge à Faux-La-Montagne, commune connue pour son esprit d'entraide et d'accueil. Le jeune homme y séjourne depuis huit mois , mais ses papiers ne sont pas en règle. La France lui demande de retourner en Italie, le pays par lequel il est arrivé en Europe pour instruire son dossier de demande d'asile.  

Le jeune soudanais ne s'est jamais caché, et il s'est rendu de lui-même à une convocation de la gendarmerie de Felletin.  Ses amis, ses soutiens, convaincus de ne pas le voir ressortir ont dressé un barrage devant la caserne.

Environ 150 personnes se sont opposées à cette expulsion - Radio FranceEnviron 150 personnes se sont opposées à cette expulsion © Radio France - Olivier Estran

Larmes et cris de rage

Les habitants ont barré la rue de la gendarmerie avec un fourgon, des voitures.. prêts à passer la nuit sur place, en espérant que les autorités reviennent sur leur décision et laissent Nordeen compléter son dossier en France. 

Sur le coup de 20 heures, les gendarmes ont reçu d'importants renforts venus en fourgons immatriculés en Haute-Vienne ou en Corrèze.  Une brève sommation, et les gendarmes ont enfoncé le barrage des militants, utilisant des gaz lacrymogènes pour évacuer les récalcitrants.

Face à face tendu et bousculades - Radio FranceFace à face tendu et bousculades © Radio France - Olivier Estran

Coups, larmes et colère: le récit de l'évacuation du barrage de la gendarmerie

Les gendarmes ont découpé une portion du grillage de leur caserne pour évacuer le jeune soudanais loin des manifestants. Les habitants sont écœurés.  Les militaires ont fait face à leur colère et leur dégoût : "Je jouais au foot avec lui. En le renvoyant en Italie, c'est direction le Soudan, et vous le condamnez à l'abattoir," lâche un jeune homme, "ce n'est pas une question de légalité mais d'humanité "

"Comment allez vous expliquer à vos enfants ce que vous faites, là ?" demande un autre, certains sont à bout de nerfs, il y a des insultes, des appels à la démission, mais les militaires restent le plus souvent impassibles. "S'il y en a une qui doit avoir honte, c'est la préfète de la Creuse", assure un des habitants. Selon lui, à deux jours près, Nordeen aurait pu avoir le droit de compléter son dossier en France. 

"Actes de rébellion"

"A chaque fois qu'il y'aura une expulsion sur le plateau, vous serez là ? Eh bien, on sera là nous aussi. On va apprendre à se connaitre !" promet un des manifestants.

Le face-a-face des habitants et des gendarmes s'est prolongé jusqu'à 23 heures. Un des habitants est resté une partie de la soirée en garde à vue. Il est accusé d'avoir poussé une gendarmette, et pourrait répondre devant la  justice "d'actes de rébellion".

La préfète félicite les gendarmes

magali-debatte-nouvelle-prefete_3805494

Dans un communiqué de presse publié ce mardi matin, Magali Debatte, préfète de la Creuse "condamne ces actes de violence envers les forces de sécurité intérieure dans l’exercice de leur mission et salue le grand professionnalisme et le sang froid dont les gendarmes ont fait preuve lors de cette opération "

La préfète confirme que le jeune soudanais a été conduit en centre de rétention administrative. Elle affirme qu'elle n'a pas voulu en faire un exemple. Pas de zèle, et apporte les précisions suivantes : "La procédure de réadmission vers l’Italie est une procédure normale conduite au titre des accords de Dublin III qui permet à cet État européen, seul compétent désormais, de réexaminer sa demande d’asile déposée initialement par l’intéressé. Il n’y a donc aucune raison d’en dispenser M. Nordeen E et de retarder son retour vers l’Italie qui a accepté sa réadmission et l’instruction de sa demande d’asile. Dans cette situation, le droit s’applique dans le respect de la réglementation liée aux étrangers."

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/larmes-bousculades-et-gaz-lacrymogenes-a-felletin-contre-l-expulsion-d-un-jeune-soudanais-1531176687

BASE 14 995X225

Des logiques contradictoires s'affrontent dans ce genre de situations: la logique humanitaire, bien compréhensible, et que certains tendent à oublier: il s'agit d'abord de personnes, avec leur histoire, leur parcours et parfois des situations tragiques; en face, l'application de la loi, du droit international mais aussi en l'occurence des traités européens, souvent sous l'angle de "dossiers" à traiter. Au milieu, les manipulations des uns et des autres, l'intérêt du patronat à récupérer une main d'oeuvre "bon marché", certains lobbies dont les finalités géopolitiques sont diverses et bien loin de l'intérêt des gens concernés, les manoeuvres politiciennes et les récupérations idéologiques des uns et des autres... La situation actuelle est d'autant plus étonnante qu'on avait cru comprendre, lors du dernier sommet européen, qu'il était question de décharger l'Italie de la gestion quasi- unilatérale des "arrivants", mettant ainsi un terme de fait au traité de Dublin, mais les voies de LREM et des européistes sont impénétrables!  P.G.

samedi 7 juillet 2018

Rappel: réunion commune UPR Creuse/Corrèze: aujourd'hui à USSEL, 14h, devant la mairie!

 

MIL 7JUILLET

 

La réunion commune des délégations UPR de Creuse et de Corrèze est programmée au samedi 7 juillet, à partir de 14h. Rendez- vous devant la mairie*.

 

AFFICHE REUNION CREUSE CORREZE 1

L'ordre du jour comprend un compte- rendu du Conseil national et un agenda militant pour cet été et pour la rentrée, avant le lancement de la campagne électorale pour les européennes 2019.

Une mise en ordre de bataille cruciale pour l'avenir de nos délégations en Limousin, qui nécessite un effort de participation de tous. Nous avons une opportunité historique de développer l'UPR dans un contexte où les évènements ne cessent de confirmer nos analyses, où la tartufferie des "alter- européistes" commence à se voir, même dans la presse "mainstream", et où les options "fédéralistes" de Macron sont de plus en plus ouvertement rejetées dans toute l'Europe UE.

Je compte sur votre présence, réservez dès à présent ce créneau dans vos agendas!

AFFICHE REUNION CREUSE CORREZE 2

P. Gombert, délégué régional.

*La mairie d'Ussel nous accorderait une salle pour 40€ de l'heure, ce que nous refusons, évidemment. Les mairies des environs pratiquent la même politique, il paraît que c'est dû à leurs difficultés budgétaires: ils n'ont probablement pas visionné la conférence de François Asselineau sur les euro- régions!

Nous irons donc dans un bar à proximité...

 

mardi 3 juillet 2018

Les motards en colère mobilisés contre les 80 km/h ce samedi 30 juin à Limoges

Les Fédérations françaises des motards en colère (FFMC) de Creuse et de Haute-Vienne se sont rassemblés ce samedi à Limoges pour contester le passage à 80 km/h sur le réseau secondaire, effectif au 1er juillet.

ACT MOTARDS VITESSE

Les motards ne décolèrent pas ! La FMMC a appelé ce samedi à une énième manifestation nationale afin de contester cette nouvelle réglementation.
Dès 13 heures, les motards de la Creuse sont partis de La Souterraine, puis se sont engagés dans des blocages partiels de la RN145 et de l’A20, pour rejoindre leurs « copains de la Haute-Vienne ».

Six radars bâchés

Réunis à plus de 200 au Champ de Juillet, ils ont mis le feu au carrefour entre la rue d’Isly et le cours Bugeaud, où se situe le siège de la députée En Marche, Marie-Ange Magne. Une façon de fustiger la politique actuelle du Gouvernement. Le cortège a ensuite pris la route, par le périphérique, en direction du radar du Boulevard Bel-Air, le premier à être bâché. Passant par la D2000 et l’A20, où un arrêt s’est effectué pendant quelques minutes, les motards ont recouvert cinq autres radars.

860_autocollant_0

Le passage à 80 km/h sur les routes secondaires était bien-sûr dans la ligne de mire des motards, pour qui « ce changement de vitesse ne règlera en rien le problème de la mortalité routière, et pourrait même l’aggraver : voitures, motos et camions circulant à la même vitesse, les usagers respecteraient alors moins les distances de sécurité, augmentant les accidents entre véhicules lourds et légers » d’après Thierry Durant, coordinateur de la FFMC 87.

Les motards en colère ont fait dix-sept propositions au préfet en matière de sécurité routière, dont l’interdiction de doubler pour les poids lourds de la sortie Carrefour Boisseuil à la sortie Cora sur l’A20, mais « rien n’a avancé » regrette Thierry Durant. De même, l'amélioration de l'état des routes est réclamée depuis un moment : "On veut un réseau propre, un réseau modernisé, un réseau sécurisé". Mais les réponses peinent à arriver...

D’après Daniel Gargaud, coordinateur de la FFMC 23, les prochaines mobilisations concerneront l’installation des panneaux à 80 km/h et les radars : « le combat continue ».

manif_motards_blocage_a20-00_00_08_24-3516655

Alicia Blancher

https://www.lepopulaire.fr/limoges/transport/2018/06/30/les-motards-en-colere-mobilises-contre-les-80-km-h-ce-samedi-30-juin-a-limoges_12908214.html

BASE 14 995X225

Des motards et pas un automobiliste !
Il faut néanmoins noter un point positif : les automobilistes coincés derrière la manif arrêtée sur la D2000 ne râlaient pas !

En ce qui concerne Magne, ils ne connaissent pas la vieille tradition française en ce qui concerne ce genre de personnage ; le goudron et les plumes ! Dommage ! S.R.

dimanche 1 juillet 2018

Les dix salariés du magasin Espace Émeraude à Cressat (Creuse) ont perdu leur emploi...

Vendredi 23 juin au soir, les salariés d’Espace Émeraude à Cresat (Creuse) ont baissé définitivement le rideau. Qu’ils aient débuté leur carrière professionnelle ici ou aient été embauchés plus récemment, ils se posent tous la même question : que faire demain ?

ACT CRESSAT CREUSE

«Pour la première fois, on a délégué quelqu’un qui va fermer la porte à notre place. » Pour la première et pour la dernière fois aussi. Vendredi, 18h30, le rideau de fer d’Espace Émeraude à Cressat (Creuse) s’est baissé. Définitivement.

« On ferme mais on ne se rend pas compte qu’on ne rouvrira plus », lâche Marie.
Dans le magasin, des clients de la première heure et des anciens employés sont venus soutenir ceux qui, ce soir-là, se retrouvent sans emploi. Et qui, pour certains, ferment la porte sur trente années de vie. Comme Franck, responsable d’activité, qui a débuté sa carrière dans ce magasin de matériel agricole, il y a trente ans.

« Ça été mon premier vrai boulot ici. J’avais 19 ans quand je suis rentré au service express. Après, j’ai été magasinier, puis aux pièces détachées et là, je suis responsable du magasin. » Il a un peu de mal à réaliser, comme ses neuf collègues, que ce vendredi soir, c’est fini.

« Entre mourir d’une crise cardiaque ou d’une longue maladie, autant que ce soit bref »

« Quand on l’a appris à la mi-mai, on ne s’y attendait pas. Sur le coup, on n’y croit pas vraiment. Même encore aujourd’hui. On va réaliser tout à l’heure quand on va fermer mais surtout dans les semaines qui viennent. » « C’est surtout en septembre qu’on va vraiment se rendre compte, pense Chantal qui a passé trente ans ici. Là, c’est l’été, c’est un peu comme si on était en vacances mais à la rentrée, c’est là que ça va être le plus dur. ». « Oui, ça a été rapide mais en même temps, je préfère autant, poursuit Franck. C’est pas facile de venir travailler quand on sait que c’est bientôt fini. Et entre mourir d’une crise cardiaque ou d’une longue maladie, autant que ce soit bref. »


« Franchement, quand on apprend la nouvelle, c’est un monde qui s’écroule sous nos pieds, confie Manu, 25 ans de boîte. Je suis en colère, je ressens de l’injustice et de la déception. On a évolué au sein de ce groupe pendant 25 ans, on leur a rapporté de l’argent et là, on est complètement lâchés. Tout ça parce qu’on ne correspond pas à leur axe de développement! Qu’est-ce que je vais faire après ? Je n’en sais rien. Je n’ai jamais été demandeur d’emploi. Comment ça se passe ? Je vais aller à Pôle emploi, voir si je peux faire des formations… »

« On est tous creusois, on a nos vies ici »

6142765embeddedImage

Alors oui, bien sûr, « on a eu des propositions de reclassement dans le groupe, rapporte Franck. Mais qui ne correspondent pas franchement à nos profils et qui sont dans le Maine-et-Loire. Nous, on est tous creusois, on a nos vies ici et on n’a pas vingt ans. » « J’ai mes enfants au collège et au lycée, enchaîne Manu. Et ma femme vient juste d’être reclassée, elle, après la fermeture de l’IME du Monteil-au-Vicomte où elle bossait! ». Marie, elle, est plus jeune. Mais elle vient d’avoir un bébé et d’acheter une maison. « Si je n’avais pas d’attaches, si j’étais seule, sans doute que je partirais mais là… Notre petit apprenti qui a 18 ans, il va sûrement partir, lui, mais ça sera bien le seul à accepter un reclassement. Je vais essayer de trouver dans ma branche, j’étais comptable ici. On se dit qu’on va bien trouver quelque chose mais bon… En même temps, je m’inquiète plus pour mes collègues qui sont plus âgés. »

« Comment on  va rebondir après ? Est-ce qu’on aura la force ? »

« Oui, on s’inquiète tous pour les autres en fait, reconnaît Franck. On pense à nos clients et à la Creuse qui perd un commerce de plus. Et on pense à chacun d’entre nous. On a toujours été une équipe soudée, il y avait une bonne ambiance entre nous, on va rester solidaires. Mais on se demande aussi comment on va rebondir après. Est-ce qu’on aura la force ? On s’est tous dit qu’on allait garder le contact, pour se donner un coup de main s’il y a besoin. »


Le contact, certains aimeraient bien même le garder avec leurs clients. « Il y en a qui nous disent : “Faut monter quelque chose les gars, faut pas laisser tomber. Nous, on a besoin de vous”. » Alors Franck, Manu et quelques autres y pensent : « Pourquoi pas monter une Scop ? On a des projets mais est-ce que c’est réalisable ? Nous, on est convaincus que notre activité en Creuse, il y en a besoin mais après ? Il faut voir. »

Vendredi soir, le rideau s’est baissé. Définitivement. À l’intérieur, des clients, des anciens employés et ceux qui viennent de perdre leur boulot « Ça y est, lâche Franck. Le rideau est tombé. Maintenant, on va aller boire un coup tous ensemble. On fait en deux étapes. Pour faire passer la pilule. »

Séverine Perrierhttps://www.lepopulaire.fr/cressat/economie/commerce-artisanat/2018/06/25/vendredi-soir-les-dix-salaries-du-magasin-espace-emeraude-a-cressat-creuse-ont-perdu-leur-emploi_12899791.html

Posté par UPR Creuse à 08:39 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

lundi 25 juin 2018

Le site Frexit-Limousin en question: vers une formule plus sage...

 

CREATION FL

La création du site en 2016 avait pour objectif de compenser la difficulté pour les adhérents et sympathisants de l'UPR en Creuse de se déplacer dans un département rural étendu et peu pratique en terme de routes (pas encore limitées à 80 kms/h...), notamment en hiver, au profit d' un espace virtuel convivial où chacun pourrait contribuer à sa manière à l'existence de la délégation. participer à ses activités et alimenter sa réflexion autour des thématiques intéressant notre engagement collectif au service de la France. Un “bulletin d'information” destiné en priorité à des lecteurs moins attirés par les “réseaux sociaux”, susceptible de créer une dynamique locale, sans prétention autre que de créer du lien militant, de la réflexion et de l'échange. Un outil pédagogique avec une mise en forme visuelle d'articles pas forcément faciles d'accès pour tout le monde, avec parfois des commentaires éclairant ou critiquant leur interprétation.

 

EDITORIAL 24JUIN18

Force est de constater que ce fut un quasi- échec: le succès bien réel de notre visibilité externe ne fut pas compensé par une participation active de nos adhérents. L'essentiel du travail reposait toujours sur les responsables de la délégation.

L'extension du site à l'ensemble des délégations du Limousin n'a pas inversé fondamentalement la tendance, malgré l'apport précieux et régulier de notre adjointe de délégation en Haute- Vienne. Nous avons continué notre hausse de visibilité (actuellement plus de 142000 visites à ce jour, avec une moyenne de 300/400 lecteurs par jour ces derniers temps), et reçu quelques messages de félicitations et d'encouragement de lecteurs à travers toute la France.

Mais il n'y a pas eu davantage d'investissement des adhérents et sympathisants, qui d'ailleurs ne se précipitent pas non plus aux réunions, pas non plus de reconnaissance interne de l'appareil du parti, à qui il est vrai nous n'avions pas demandé la permission, considérant qu'il s'agissait d'une simple expérience locale à confirmer: le manque d'interactivité du site nous a freiné dans notre volonté de proposer à d'autres délégations de s'engager sur ce terrain. A signaler quand même les encouragements de l'UPR 78, qui, quoique sur un modèle un peu différent, plus local, a tenté une opération de ce genre, et qui nous a placé en lien sur son site. Un grand merci à eux. Une autre perspecive se présentait dans la mise en réseau d'un certain nombre de sites locaux de l'UPR...

En choisissant le format “blog” et en laissant de côté délibérément la recherche d'une quelconque visibilité numérique de type “facebook” ou “twitter” jouant sur les algorythmes, nous comptions aussi démontrer qu'une démarche de type plus classique, “à l'ancienne” pouvait avoir un intérêt, car plus adaptée à certaines franges de la population, habituées à des journaux et magazines "classiques". De ce strict point de vue, nous n'avons pas tant démérité que cela. Nous avons capté un lectorat assez fidèle, et qui a dépassé le cadre local. Et contrairement aux apparences de la technologie, souvent trompeuses comme nous l'avons réalisé à la suite des élections de 2017, ce n'est pas parce que des messages circulent énormément qu'ils sont forcément lus et analysés, compte tenu précisément de l'importance des flux et de leur diffusion en boucle sur des réseaux ignorés par beucoup de gens.

Toute expérience est enrichissante et nous ne regrettons pas d'avoir tenté quelque chose. Mais quand les faits nous démontrent que nos objectifs ne sont pas atteints, il faut savoir en tirer les conséquences.

C'est pourquoi j'ai décidé de modifier la formule du site: nous continuerons de publier par intermittence quelques tribunes libres qui nous paraîtront pertinentes pour la réflexion, la stimulation intellectuelle et la formation critique pour nous mêmes et pour nos lecteurs adhérents et sympathisants, et bien sûr les communiqués officiels de l'UPR ainsi que l'agenda militant, pour ceux qui persistent à délaisser les plateformes de type “facebook” et ils sont nombreux! (ils ont toute notre sympathie, voir nos différentes publications sur ce sujet).Nous diffuserons aussi des informations locales. Mais le tout à un rythme moindre, en attendant que d'autres rédacteurs émergent.

Pour le reste, la plupart des adhérents trouveront leur bonheur sur notre page facebook “upr limousin”, pour laquelle nous avons nommé un nouvel administrateur qui remplira parfaitement sa tâche, laissant ainsi un peu de temps libre aux responsables des délégations, qui sont déjà très impliqués dans des activités multiples au service du fonctionnement régulier de l'UPR dans la région.

Merci en tous cas à tous ceux qui nous ont suivi presque tous les jours depuis deux ans, qu'ils soient adhérents, militants, sympathisants ou tout simplement lecteurs curieux, avides de pluralisme et de liberté d'expression. Peut- être trouveront- ils un intérêt à repasser de temps en temps par ce site pour s'informer de nos actions et de nos réflexions. Le plus simple pour nous suivre désormais est de s'abonner à la "newsletter", c'est gratuit, il suffit de donner une adresse courriel, et vous serez prévenus de toute nouvelle publication.

Toujours au service de la France,

pour la rédaction du site Frexit-Limousin,

Philippe Gombert,

délégué régional, délégué départemental de la Creuse.

 

BANNIERE FL2 7DEC2017

 

Posté par UPR Creuse à 07:04 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

samedi 23 juin 2018

Images du jour

Le passage en force du décret sur la limitation de vitesse à 80 km/h inspire pas mal d'humoristes. Voici ce que j'ai trouvé sur le net, en ce jour de mobilisation un peu partout en France, et notamment dans les départements ruraux. Pour agrandir les images, il faut cliquer dessus (ça devrait marcher...)       P.G.

HUMOUR VITESSE 80

1_PjEc2

 

 

 

 

 

 

80-KM-H

7436298_ranson

7490304_ok-1-le-parisien-2018-024

104101048

118739702_o

ob_713b5a_80-kmh

ob_9549ac_limitation-80-km-heure-ysope

 

 

 

 

 

 

 

 

 

OrilZ7szJTt43K4syOLcqIpb5Mk

Radar

title-1515953890

 

 

 

 

 

 

 

 

 

trait_libre_baringou_limitation-80-kmh

ob_32d4f8_capture-d-e-cran-2017-12-22-a-08

Posté par UPR Creuse à 06:51 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

mercredi 13 juin 2018

Les indiscrétions de la semaine en Limousin et en Nouvelle-Aquitaine (semaine du 4 au 10 juin )

ACT LIMOUSIN SEMAINE 4

Nouvelle-Aquitaine

InFOrmatique

OUTIL PRIX BOSSUET 2

FO Nouvelle-Aquitaine, qui défend les agents du Conseil régional, vient d’envoyer une lettre ouverte à Alain Rousset afin de dénoncer le projet de création d’une équipe d’intervention informatique dans les lycées. Jusqu’alors, chaque lycée comptait un technicien. Une trentaine était dénombrée dans l’ex-Limousin. L’idée est donc de les regrouper afin de créer une équipe par département à l’image de ce qui se fait déjà en ex-Aquitaine et en ex-Poitou-Charentes. Lundi, une réunion de concertation s’est tenue à la maison de la région à Limoges sur le sujet. Un comité technique avait validé le principe du rattachement de ces personnels au sein de la direction de l’éducation en mars dernier. D’où la surprise de voir poindre cette lettre ouverte annonciatrice d’une pétition. Du côté de Bordeaux, on indique que rien ne sera fait avant la rentrée 2019 afin de bien s’assurer du bon fonctionnement de cette nouvelle organisation et d’avoir réglé les détails des temps de transport des agents. Un nouveau comité technique sera réuni le 18 juin prochain. À Bordeaux, on n’ose imaginer que cette lettre ouverte n’a été rédigée que pour mettre un peu de pression sur l’exécutif régional avant la prochaine rencontre…

Haute-Vienne

Macron-compatible??

7A3_f6wv_400x400

Le maire de Limoges Émile Roger Lombertie qui s’envole ce dimanche pour Cracovie en Pologne, où il participe à la réunion des Villes créatives de l’Unesco, sera de retour en France jeudi. Le lendemain, il est invité à déjeuner à Matignon avec un certain nombre de grands élus de tous bords et surtout… Macron-compatibles. L’occasion d’évoquer avec le Premier ministre Édouard Philippe les prochaines échéances électorales.

Désenclavement : « Mobilisez-vous?! »

Gaston Chassain, vice-président de Limoges Métropole en charge du développement économique était l’invité, mardi matin, du “8-9 Café Pro” organisé par le Populaire du Centre à Limoges. Il a, à cette occasion, répondu à une question du public sur le désenclavement de Limoges. Pour lui, la balle est dans le camp de la population. « Pour certaines entreprises, pouvoir se rendre rapidement à Paris ou à Bordeaux est une nécessité. Je pense à un moment qu’il va falloir une mobilisation plus forte des gens, parce que les élus seuls, j’ai l’impression qu’on n’y arrive pas… Pour le reste nous avons des atouts comme le prix de l’immobilier, le cadre de vie, les ressources de la recherche à la création d’entreprise. Il n’en faudrait pas beaucoup pour que tout soit parfait… »

Pour un Medef “fier”

opinion se travaille

Quatre candidats sont en compétition pour l’accession à la présidence du Medef, principale organisation patronale : Geoffroy Roux de Bézieux, Alexandre Saubot, Olivier Klotz et Patrick Martin. Fabrice Le Saché, 25 ans, qui fait campagne pour Patrick Martin, le président du Medef Auvergne Rhône-Alpes était jeudi à Limoges où il a visité l’entreprise Cybedroïd, qui conçoit des robots humanoïdes de taille humaine, aux côtés du président du Medef Haute-Vienne, Thierry Debourg. « Ce qui nous distingue, a-t-il confié, c’est une approche extrêmement entrepreneuriale du Medef. Notre objectif est de doubler le nombre d’adhérents d’ici 5 ans. Cela passera par un changement d’image. Il faut rajeunir, féminiser, digitaliser ce réseau qui doit être au service des entreprises. Nous n’avons pas le Medef honteux, nous avons le Medef fier?! » 

 

Christianophobie

L’Observatoire de la christianophobie a posté cette semaine sur son site l’acte de vandalisme dont la statue de Saint-Martial a fait l’objet ces derniers jours à Limoges. Ce blog créé en 2010 « se propose depuis cette date de répertorier les actes contre le Christianisme en France et dans le monde ». Il appartient au réseau Riposte Catholique, réputée pour être proche de la frange intégriste de l’église et dont le blog est alimenté par des correspondants de l’association ou de simples sympathisants. Dans le cas du vandalisme de la statue de Saint-Martial, la preuve n’est pas établie qu’il s’agisse d’un acte anticatholique. Le message tagué - « L’état mutile » - ne penche pas en ce sens. 

Corrèze

Cocktail

Brive Festival, ses artistes, son off, son village restauration et maintenant son cocktail. Les organisateurs de Festival Production se sont en effet associés à la célèbre distillerie briviste Denoix pour créer un cocktail spécial. Il sera présenté le 22 juin et sera servi au sein des loges partenaires fin juillet. Il serait constitué uniquement de produits locaux avec un soupçon de liqueur de fenouillette.

Bistrot du cadran

Après la remise sur les rails du Marché au cadran d’Ussel, le monde agricole se mobilise pour le Bistrot du cadran, une structure de restauration hébergée sur le site ussellois. Placé en redressement judiciaire, cet établissement est fermé depuis plusieurs mois. Une proposition de reprise, émanant d’un groupement d’agriculteurs, a été déposée auprès du tribunal de commerce de Brive. Trois des 4 emplois pourraient être repris.

Cèdre

guignol-jacques-chirac-c434-third

Le président du Conseil départemental a renoué avec une tradition établie par Jacques Chirac à la fin des années 1970. Alors président du conseil général de la Corrèze, ce dernier avait planté un cèdre de l’Himalaya dans le massif forestier des Agriers, dans le pays d’Eygurande. Charles Ceyrac et Jean-Pierre Dupont (à l’époque RPR) avaient fait de même. Ce n’est pas le cas de François Hollande ou de Gérard Bonnet (PS). Quant à approcher l’arbre planté par Jacques Chirac, seuls les plus initiés savent où il se trouve.

Actionnaire en visite

Laurent Koscielny a rendu visite à la manufacture d’accordéons Maugein, à Tulle, dans la semaine. Marchant toujours avec des béquilles, le défenseur d’Arsenal a visité l’entreprise à laquelle il a apporté un petit coup de pouce financier voilà quelques années, alors qu’elle était dans une mauvaise passe.

Valérie Pécresse

C’est le quotidien Le Figaro qui l’annonce : Valérie Pécresse fera sa rentrée politique en Corrèze, le 25 août. La présidente de la région Ile-de-France a des liens avec le département puisque son époux a des origines du côté de Combressol, et qu’elle-même y vient en vacances depuis 25 ans. Mais elle ne fréquente pas la Corrèze que l’été, puisqu’en septembre dernier, elle a participé au congrès de "Corrèze demain", à Brive. Le positionnement de son mouvement, Libres?!, moins à droite que Les Républicains version Wauquiez, séduit une partie de la droite corrézienne.

Double hommage

Jeudi, au musée Chirac, à Sarran, Pascal Coste a rendu un double et consensuel hommage aux présidents corréziens « Jacques Chirac et François Hollande, des personnes de qualité qui ont servi avec brio la République et ses valeurs ». 

Creuse

Président ou premier ministre en Creuse??

ACT INSTALLATION PREFET CREUSE

La préfète Magali Debatte et le chargé de mission du Plan particulier pour la Creuse (PCC) Philippe Ramon ont annoncé vendredi que l’ultime « restitution » du PPC, en décembre, serait présidée par une « Autorité ». Sans préciser s’il s’agira de la plus haute autorité de l’Etat ou de son Premier ministre. En juillet 2017, le fraîchement élu Emmanuel Macron avait dit aux GM & S rencontrés à Bellac qu’il n’était pas le Père Noël. En décembre, la saison et le motif de la visite le feront peut-être évoluer sur cette position. 

 

Et Une Maison de santé de plus?!

Le projet de la Maison de santé pluriprofessionnelle (MSP) de la Souterraine vient d’être validé, avec son antenne de Fursac. Les travaux ne devraient pas tarder à débuter alors que de l’autre côté de la Creuse, à l’est, les travaux de la MSP d’Évaux-les-Bains s’achèvent.

Moutier-Rozeille marche sur des œufs

Le projet de poulailler industriel porté par un agriculteur de Moutier-Rozeille, sur le village de Lascaux, a fait l’objet d’une réunion publique cette semaine. La municipalité tente d’analyser l’impact de ce projet, les riverains sont dressés sur leurs ergots et ils ont mis dans la boucle la redoutable association animaliste creusoise L-PEA. Une pétition numérique contre ce projet a déjà recueilli 37.000 signatures… Le tout est de savoir dans quel sens voteraient les principales intéressées, c’est-à-dire les 15.000 poules pondeuses pressenties à Moutier-Rozeille.

Espoir au collège de Bourganeuf

punition-1000x750

L’ensemble de la communauté éducative du collège Jean Picart le Doux de Bourganeuf n’est pas satisfaite des propositions faites par l’Éducation nationale pour tenter de résoudre les difficultés rencontrées depuis l’arrivée de la nouvelle principale en septembre 2017. Selon l’équipe éducative, les solutions proposées (venue d’un principal adjoint pour l’organisation du Brevet, tenue d’un Conseil pédagogique extraordinaire) « ne répondent en rien à la souffrance et à l’insécurité ». La situation devrait toutefois s’apaiser. La principale a annoncé qu’elle ne serait pas présente à la rentrée prochaine. La communauté éducative a donc « l’espoir d’une rentrée plus sereine avec une nouvelle direction » mais reste vigilante. Un préavis de grève a été déposé pour le mois de juin.

Faux-la-Montagne sous les projecteurs

Asterix décoré

Le village sud creusois de Faux-la-Montagne ne cesse de faire parler de lui. Tel celui d’Astérix et ses comparses, le bourg perché sur le plateau de Millevaches suscite à la fois curiosité et envie. D’où vient le dynamisme de cette commune pourtant pas si différente que les autres bourgades du plateau?? C’est cette énigme que bon nombre de journalistes tentent de résoudre en s’y rendant à l’occasion d’enquêtes et de séjours de plus en plus longs. Il suffit d’une recherche sur Internet pour découvrir pléthore d’articles, enquêtes et immersions journalistiques à la rencontre des habitants et forces vives du village. Derniers en dates, il y a une quinzaine de jours, un reportage dans le 20 heures d’Anne-Sophie Lapix sur France 2 au sujet du dispositif de santé « Mille soins » (présent aussi à Royère-de-Vassivière en Creuse et à Peyrelevade en Corrèze, deux communes limitrophes) et, dans Le Monde, une double page de reportage de Camille Bordenet venue passer une semaine à la rencontre des fameux irréductibles Gaulois hétéroclites qui, par la somme de leurs différences, font la richesse de Faux-la-Montagne. Et sans potion magique?!

L’éloge de la Creuse

9912-700x394

Souvent, les Creusois ne savent pas bien mettre en avant les ressources creusoises. Pourtant elles existent, souligne Christophe Durand, agriculteur bio à Augères (que nous avions rencontré il y a un an) et chantre des haies creusoises. Dans un documentaire qui sera diffusé sur la chaîne Seasons le 16 juin et intitulé Éloge de la haie, il évoque cette richesse locale ainsi que l’eau dont ne manque pas le département. C’est pourquoi il croit dur comme fer au développement d’une filière chanvre en Creuse. Pour lui, « le chanvre est une culture traditionnelle creusoise »

https://www.lepopulaire.fr/limoges/politique/2018/06/10/les-indiscretions-de-la-semaine-en-limousin-et-en-nouvelle-aquitaine_12881135.html

BASE 14 995X225

Le maire de Limoges qui va en Pologne pour un truc super important: la réunion des "villes créatives". On se demande comment Florence ou Venise ont fait pour être reconnues dans le monde entier...
Et au retour, Lombertie va déjeuner, avec d'autres élus, chez Macron, enfin chez nous puisque c'est nous qui payons, pour parler... des prochaines élections, donc des élections de l'UE  (qu'ils vont bien sûr appeler" élections européennes"  !)

La christianophobie continue en France et quand on lit les sous-entendus dans l'article on se demande si certains journalistes ne cherchent pas à minimiser ce genre d'exactions. Que ne ferait-on pas pour détruire l'âme de la France !!!

Honte aussi à Pascal Coste qui a rendu hommage aux présidents qui résidaient en Corrèze  Chirac et Hollande: pour lui, deux "personnes de qualité qui ont servi avec brio la République et ses valeurs" ! Ou il a trop fumé ou nous ne vivons pas dans le même pays et nous ne parlons pas des mêmes personnes !

Et Moutier-Rozeille qui veut produire des poulets de ... pour les pauvres certainement !!!  S.R.