mardi 12 juin 2018

Au congrès de la CFDT, des réformistes le coeur à marée basse

Lors de ce congrès, les militants sont apparus déstabilisés par Macron pour qui ils avaient votés en nombre, déçus par les réformes en cours. Les cheminots eux, ont été applaudis en nouveaux héros. Un tournant pour la CFDT qui peine encore à endosser sa responsabilité de premier syndicat dans le privé ?

ACT CONGRES CFDT

Ils sont déçus, amers et inquiets pour l'avenir. Et le font savoir à leurs dirigeants. Réunis en congrès à Rennes depuis le 4 juin, les 2300 délégués et militants de CFDT qui portent habituellement avec fierté leur réformisme en bandoulière, tirent un bilan chagrin des réformes en rafale du code du travail auxquelles ils sont exposés depuis quatre ans. Atterrés par cette régression sociale, ils demandent en nombre à leur secrétaire général Laurent Berger de durcir le ton, d"oser le changement" de méthode face à Emmanuel Macron. Tout en saluant le travail de leur confédération puisque la CFDT est devenue dans le secteur privé, le premier syndicat du pays. Une fierté... et une responsabilité.

"Numéro un, pour quoi faire?"

th-670x670-tribune-laurent-berger-congres-nouvelle-aquitaine-2017

"Numéro un mais pour quoi faire ?", interroge en effet Grégoire (Intérieur et collectivités locales). Gagner sur les autres ne suffit pas ! " "Comment convaincre de nouveaux militants de nous rejoindre, quand nous ne sommes même pas capables de préserver les acquis sociaux que nous avions ?", renchérit une camarade. Patrick du secteur transport prévient: "Si en octobre, le gouvernement ne tient pas son engagement sur le socle conventionnel promis aux chauffeurs routiers, nous entrerons à notre tour dans un mouvement intersyndical dur."

Sur le terrain, les délégués CFDT vivent d'abord comme une injustice les conséquences des ordonnances travail. Lorsqu'ils négocient ces nouveaux conseils sociaux d’entreprise (CSE), des employeurs se saisissent trop souvent de cette fusion imposée des délégués du personnel, des comités d'entreprise et des CHSCT pour réduire leur nombre de mandats et leurs heures de délégation. Et veulent appliquer au plus juste le droit du travail. "Des camarades vont devoir reprendre leur poste de travail sans protection dans la durée. Ils ne profiteront même pas des nouvelles possibilités de formation, 12 jours payés par an pour valoriser la carrière des élus, que nous avons obtenus dans la loi", se désole une employé des services santé. A cette frustration, se surajoutent, le cas échant, un sentiment d'isolement, des difficultés à expliquer les positions de leur confédération aux salariés et un manque de moyens (même si la CFDT ouvre plus largement l'accès à son trésor de guerre, sa caisse nationale d'action sociale de 126 millions d'euros de réserves de résistance). "Macron incarne un pouvoir vertical qui frappe vite, le risque c'est de faire monter les extrêmes. Plus que jamais nous devons proposer des progrès sociaux...", insiste Francis, syndicaliste à la Poste.

D'aucuns regrettent donc que le projet de résolution (...)  ignore la revendication d'un passage aux 32 heures pourtant votée en 1992 et 1995 et jugée efficace pour partager le travail, tout comme comme l'octroi du chèque syndical qui faciliterait les recrutements de nouveaux adhérents, dans une époque plus individualiste.

Ne rien lâcher sur la SNCF

CES 1

Dans cette ambiance soucieuse, sous des applaudissements nourris, c'est le secrétaire général des cheminots CFDT, Didier Aubert, avec sa voix de stentor, sa bonhommie hâbleuse, qui a rassuré en résumant leurs états d'âme en tribune : "Face à un gouvernement qui ne veut pas négocier, il faut savoir élever le rapport de force. La grève continuera aussi longtemps que nous n'aurons pas signé un protocole de sortie avec les employeurs du ferroviaire, et la direction de la SNCF", assume-t-il. D'autant plus déterminé que 95% des 91 000 cheminots sur 145 000 qui ont récemment participé au Vot'action ont glissé un bulletin contre la réforme. Et 90% des roulants, employés, cadres de la SNCF, ont effectué depuis le 2 avril, début de la mobilisation, au moins un jour de grève. Serein, Aubert annonce une nouvelle journée sans cheminots pour le 12 juin, veille d'une table ronde l'Etat, les employeurs du ferroviaire et les syndicats dont ils attendent beaucoup. "Si nous n'obtenons pas satisfaction, nous nous organiserons pour le début de l'été", ajoute-t-il... sans oublier de remercier Laurent Berger pour son aide confédérale.

https://www.marianne.net/politique/au-congres-de-la-cfdt-des-reformistes-le-coeur-maree-basse?_ope=eyJndWlkIjoiYWMyOWU1Y2FmYjA3MWM5ODc0NzFmNzZlMmM0NTQwMTgifQ==

citation-dieu-se-rit-des-hommes-qui-se-plaignent-des-consequences-alors-qu-ils-en-cherissent-les-causes-jacques-benigne-bossuet-165383

34780020_2076823989259345_331789139898793984_n