jeudi 2 août 2018

Droits d’auteur : l’étrange campagne « citoyenne » contre « l’impitoyable » article 13 qui fait enrager les lobbies

L’europarlement a voté jeudi 5 juillet sur un projet de directive réglementant « le droit d’auteur dans le marché unique numérique ». C’est peu dire que cette perspective a mobilisé les géants mondiaux de l’Internet qui redoutent d’être soumis à quelques contraintes.

TL RUPTURE CENSURE

La proposition émanant de la Commission européenne est pourtant fort prudente, et ne menace guère les Facebook et autres Google de la guillotine immédiate. Mais, pour les firmes, surtout américaines, c’est déjà trop.

Google n’a ainsi pas hésité à dépenser 31 millions d’euros pour des offensives de lobbying direct. A cela s’ajoutent les pressions de 24 groupes et faux-nez divers dont la firme de Montain View est partie prenante.

Contacté pour « sauver internet », un youtubeur démasque (entre autres) la campagne d’un lobby basé à Bruxelles

Un Youtubeur, Trouble Fait, vient ainsi de dévoiler une sympathique « sollicitation » dont il a récemment fait l’objet. Le 8 juin 2018, il est approché par un interlocuteur qui l’incite à rejoindre le projet « #SaveYourInternet » (« sauvez votre Internet »). La cause semble noble : défendre « un internet ouvert face à la censure ». Qui pourrait être contre ?

VID TF LOBBY DROIT AUTEUR

Mais Trouble Fait (1), en creusant un peu, découvre qu’un lobby basé à Bruxelles est à la manœuvre : le financement et l’organisation de la campagne sont en partie gérés par le groupe de pression « N-Square » à travers le projet « Copyright for Creativity – a Declaration for Europe ».

Voir la vidéo:

Vers un ContentID à l’échelle d’Internet ?

https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=qOn1M3H0dCw

Ledit projet entend combattre en particulier l’article 13 (consultable ici à la page 31) du projet de directive européenne. Un combat qui semble rejoindre sur certains points la défense de la liberté revendiquée par les créateurs du Web. Trouble Fait note cependant que cette initiative est notamment subventionnée par la Computer and Communications Industry Association (CCIA, mais avec deux C, pas de panique, quoique…), le syndicat patronal représentant les intérêts des géants du net.

36539679_10216392087738622_5230496926385831936_n2233-945x445

Mais que prescrit au juste le malheureux article 13 ? Il prévoit que « les prestataires de services de la société de l’information » prennent des dispositions « appropriées » permettant de signaler eux-mêmes aux titulaires de droits (auteurs, sites, journaux…) que vous avez utilisé un de leurs contenus. Pas d’interdiction donc, mais juste des outils techniques permettant d’avertir les auteurs, et de stocker ces informations au cas où ceux-ci souhaiteraient faire valoir leurs droits. Du reste, YouTube a déjà mis en place un tel dispositif (baptisé « Content ID »).

Les géants du Net mobilisés pour  la défense des « citoyens européens »… Vraiment ?

59f3109f09fac2c3058b4568

Bref, Bruxelles n’a pas prévu de livrer Mark Zuckerberg aux mains de sanguinaires révolutionnaires, ni même de contraindre Facebook à verser des droits d’auteur. Mais les obligations techniques prévues coûteraient un peu de sous aux géants du Net – un pognon de dingue, peut-être ? – dont on connaît la misère financière.

Il n’en a donc pas fallu plus pour que ces derniers partent à l’assaut des barricades, se revendiquant de la défense des « citoyens européens » et en n’hésitant pas à affirmer que « les créateurs à travers l’Europe se réunissent pour combattre l’Article 13 et les machines à censurer ».

6eeb0ed3df6b47a0e25a5ada7294eeab7258bb76

Autrement dit, ces multinationales ont réussi, avec le soutien de certains militants de la liberté totale du Net – qui revendiquent l’absence totale de contraintes et le dogme de la gratuité – à doubler la Commission européenne en matière d’ultralibéralisme.

Car, pour paraphraser Lacordaire, « entre Google et le créateur de contenu, c’est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit ». On pourrait préciser : la loi nationale, pas la réglementation européenne. La première est la seule légitime, la seconde ne vise jamais qu’à enfermer tous les pays dans des cadres uniformes.

(1) Contacté par Ruptures, le youtubeur Trouble Fait a souhaité préciser qu’au delà de la société de lobbying N-Square, des associations soucieuses de la défense des internautes ont également pris part à la lutte contre l’article 13 de la directive.

https://ruptures-presse.fr/actu/droits-d-auteur-etrange-campagne-citoyenne-contre-l-impitoyable-article-13-enrager-lobbies/

Voir aussi : Ruptures, le zapping n°3 : UE contre Démocratie… On a testé pour vous ! (VIDÉO)

Posté par UPR Creuse à 04:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 1 août 2018

Tour de France : sur la route avec les "effaceurs", chargés de repeindre les graffitis gênants sur le bitume

BASE 14 995X225

Voici pourquoi notre campagne pour le Tour de France a bien moins marché cette fois- ci: le gouvernement a fait appel à une société privée pour effacer les slogans, sous l'oeil ravi et avec la complicité des médias de l'oligarchie.  P.G.

ACT FREXIT TOUR DE FRANCE

Avant le passage du peloton (et des caméras), Patrick et Pierre parcourent à bord de leur camionnette le tracé de la Grande Boucle à la recherche d'inscriptions qui pourraient faire polémique pour les recouvrir. Franceinfo a passé une journée à leurs côtés.

Jeudi 19 juillet, 8 heures du matin. Le pied du col mythique de l'Alpe d'Huez, point d'orgue de la 12e étape du Tour de France, s'anime doucement. Quelques heures avant le passage du peloton, des anonymes s'essaient à l'ascension des 21 lacets. D'autres préfèrent la marche. Les supporters entassés dans les caravanes et les tentes se réveillent. Certains sont là depuis plusieurs jours pour trouver le bon spot pour voir les coureurs.

15509623

Patrick et Pierre, eux, sont à pied d'œuvre depuis une bonne heure déjà. Dans leur camionnette siglée Doublet, du nom de la société qui les emploie, ils parcourent le col à la recherche de dessins obscènes, de messages politiques ou d'insultes. Le duo forme ce qu'on appelle l'"ambush" (car ils sont en "embuscade", à l'affût des tags gênants). "Mais on préfère 'effaceurs', c'est plus clair", corrige Patrick, 59 ans. Leur mission : nettoyer les routes de ses graffitis avant le passage de la caravane et des coureurs, grâce à 150 litres de peinture blanche et quelques rouleaux.

De l'art de détourner les graffitis

119915533_o

"On remonte 100 km avant l'arrivée de l'étape en montagne et seulement 60 en plaine, puis on repart en sens inverse pour effacer les nouvelles inscriptions. Car on n'est pas à l'abri que les gens repeignent derrière nous", explique Patrick, un "effaceur" aguerri. Sous ses pinceaux, un tag "EPO" devient "888". Ni vu, ni connu. "On ajoute quelques traits, c'est facile", s'amuse-t-il. Ce Nordiste, passionné de vélo, cousin de l'ancien coureur Laurent Desbiens, n'en revient pas : c'est la première fois en huit ans sur la Grande Boucle que sa mission jouit d'une telle notoriété.

En lui réservant trois pages dans son édition annuelle, le magazine Pédale ! a mis en lumière ce rôle de l'ombre. Une publicité dont il se serait bien passé. "L'article nous a fait passer uniquement pour des 'effaceurs' de sexe, or ce n'est pas que cela", s'agace-t-il. D'ailleurs, en ce jour d'étape-reine dans les Alpes, Patrick et Pierre ne dissimuleront qu'un seul dessin de pénis dans les virages de l'Alpe d'Huez. Ils font parfois preuve d'originalité pour détourner les tags.

"Ça ne sert à rien de s'engueuler"

Pour Pierre, son accolyte, ce Tour de France est le premier. Et dix jours après le départ, ce Belge de 39 ans, féru de petite reine, ne souhaite qu'une chose : "Revenir l'année prochaine." Pour les deux hommes, ces trois semaines sont une parenthèse enchantée, malgré leur mission répétitive. "Ma plus grande joie, c'est de recevoir le mail en janvier où l'on me propose de faire le Tour", confie Patrick, croque-mort à Templeuve (Nord) le reste de l'année. "Onze mois par an, je travaille avec des gens allongés. Pendant un mois, je suis avec des bons vivants."

Pierre, 39 ans, vit son premier Tour de France en tant qu\'\"effaceur\".Pierre, 39 ans, vit son premier Tour de France en tant qu'"effaceur". (FRANCEINFO)

(...)

Dans les lacets du col de la Croix de Fer, ils repèrent un partisan de François Asselineau, président de l'Union populaire républicaine (UPR), en train de blanchir le bitume. "On s'arrêtera au retour, ça ne sert à rien de s'engueuler maintenant", tranche Patrick. Le duo fait son travail en tâchant d'éviter la confrontation avec le public. En huit ans, l'agent funéraire ne se souvient que d'une seule mésaventure avec un supporter mécontent de voir son graffiti effacé. "C'était avec un Basque dans les Pyrénées, se rappelle-t-il. Le pot de peinture a terminé sur mes chaussures."

Messages grivois, politiques et insultants

"La plupart du temps, les gens nous remercient et nous applaudissent", assure-t-il. Au restaurant situé dans la descente du col de la Croix de Fer, la serveuse se montre reconnaissante des coups de pinceaux du duo sur des inscriptions à la gloire du micro-parti de François Asselineau et du "Frexit" (la sortie de la France de l'Union européenne). Mais quand il faut choisir entre effacer le nom de Marine Le Pen ou celui du président de l'UPR, c'est la première qui gagne. "Lui, peu de gens le connaissent. Marine Le Pen, non", justifie Patrick.

\"Frexit\" est une des inscriptions les plus courantes sur la route de la 12e étape du Tour de France entre Bourg-Saint-Maurice et l\'Alpe d\'Huez."Frexit" est une des inscriptions les plus courantes sur la route de la 12e étape du Tour de France entre Bourg-Saint-Maurice et l'Alpe d'Huez. (FRANCEINFO)

Les deux hommes se veulent garants d'une certaine idée du Tour de France qui "doit rester une fête", selon eux. Ils saluent les spectateurs qui peignent des messages d'encouragements – au palmarès de l'asphalte, les Français Romain Bardet et Warren Barguil, ou le Slovaque Peter Sagan font figure de chouchous – et s'arrêtent à la demande pour effacer un tag.

(...)

"Cette année, les routes sont plutôt propres"

Cette année, le climat se révèle plus tendu que lors des dernières courses. "La présence de Chris Froome a mis le feu aux poudres", analyse Patrick. Dans les 21 lacets de l'Alpe d'Huez, la cote d'amour de l'équipe Sky et du coureur britannique, pourtant blanchi par l'Union cycliste internationale, n'est pas au plus haut. Noms d'oiseaux, allusions au dopage... La route devient une tribune à charge contre la formation, dont le leader est parfois pris à partie physiquement"L'idéal serait un Tour sans inscription, notamment celle faisant allusion au dopage car quand on aime le vélo, on ne veut pas de ça", regrette Pierre. Et de poursuivre, pragmatique :

En se rapprochant de la ligne d'arrivée, un "Sky tricheur" accompagné d'un dessin de seringue barre ainsi la route et fait tiquer les deux "effaceurs". "Ben non, il ne faut pas l'enlever !" insiste un spectateur, témoin de l'opération camouflage, à quelques heures du départ de l'étape. Pierre et Patrick préfèrent ne pas relever la remarque, effacent le message et remontent dans leur véhicule.

Pierre a maquillé un graffiti sur le barrage du Verney (Isère) et passe au suivant, jeudi 19 juillet 2018.Pierre a maquillé un graffiti sur le barrage du Verney (Isère) et passe au suivant, jeudi 19 juillet 2018. (FRANCEINFO)

Ce col mythique du Tour constitue LE rendez-vous des fous de vélo. Impatients, alcoolisés pour certains et sous un soleil de plomb, les spectateurs peuvent vite s'échauffer, ce qui complique leur mission. Avant que les coureurs ne s'élancent, le duo maquille des insultes envers Geraint Thomas, mais laisse de côté certains messages désobligeants.

Pour les messages laissés intacts, les "effaceurs" sont censés prévenir des endroits où ils ne sont pas intervenus. Le diffuseur de la course évite ensuite de les montrer à l'image, lors de la course. Ce jeudi-là, le bilan est celui d'une journée typique, estime Patrick: beaucoup de politique, du dopage et un seul dessin de pénis. "Cette année, les routes sont plutôt propres", constate le Nordiste. Un moindre mal pour un Tour de France mouvementé.

https://www.francetvinfo.fr/sports/tour-de-france/tour-de-france-sur-la-route-avec-les-effaceurs-charges-de-repeindre-les-graffitis-genants-sur-le-bitume_2857831.html

affiche france en marche

Posté par UPR Creuse à 04:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 31 juillet 2018

Back in business?

COM BLOG

Les paramètres du site semblent avoir été rétablis. Jusqu'à quand? En attendant, l'expérience d'un nouvel hébergeur a porté ses fruits et nous gardons le site de secours en cas de difficulté. A vous de nous dire celui que vous préférez! Pour le moment, le nom de domaine est valable pour quelques mois, il semble raisonnable de rester sur le site actuel pour des raisons financières et de visibilité; la décision éventuelle d'un basculement définitif vers le nouveau site sera prise au moment du renouvellement.

Gardez le nouveau site dans vos favoris!

4 articles y figurent: https://frexitlimousin.wordpress.com/

geo-israel-loi-juillet-18

19 juillet 2018 La fin de l’ « État juif et démocratique » ?

act-chiens-correze

En Corrèze, des chiens protègent les brebis des attaques de prédateur

 

tl-macron-thatcher

L’assistanat des riches nous coûte un « pognon de dingue » !

tl-macron-dujardin

Macron : une erreur de casting ?

tl-antipr-kosovo

KOSOVO | Google, agent russe?

https://frexitlimousin.wordpress.com/

Posté par UPR Creuse à 11:22 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 juillet 2018 La fin de l' « État juif et démocratique » ?

https://wordpress.com/post/frexitlimousin.wordpress.com/126

Posté par UPR Creuse à 07:40 - Permalien [#]

En Corrèze, des chiens protègent les brebis des attaques de prédateur

https://frexitlimousin.wordpress.com/

Posté par UPR Creuse à 07:16 - Permalien [#]

lundi 30 juillet 2018

L’assistanat des riches nous coûte un « pognon de dingue » !

https://frexitlimousin.wordpress.com/

Posté par UPR Creuse à 18:04 - Permalien [#]

Macron : une erreur de casting ?

https://frexitlimousin.wordpress.com/

Posté par UPR Creuse à 10:40 - Permalien [#]

Un nouveau message sur un site de secours

Un nouveau site alternatif est en cours d'élaboration. Pour le moment, il sera utilisé à chaque défaillance du site actuel. Il suffit de recopier le lien dans la barre d'adresse. Merci pour votre compréhension.  P.G.

Publié ce jour:

https://frexitlimousin.wordpress.com/

Posté par UPR Creuse à 07:38 - Permalien [#]

dimanche 29 juillet 2018

DYSFONCTIONNEMENT DU SITE

Nous attendons l'intervention de l'équipe technique. Je songe de plus en plus à trouver un autre support car les problèmes sont récurrents, et aucune amélioration significative n'est jamais apportée. Si vous avez des idées, merci d'en informer la délégation régionale. En attendant, nous présentons nos excuses et reprendrons nos publications dès que possible!

P.G.

Posté par UPR Creuse à 15:22 - - Permalien [#]

Espagne, 600 migrants ont franchi la frontière de Ceuta lors d’un « assaut »

TRIBUNE LIBRE / , le

Près de 800 migrants ont tenté jeudi 26 juillet de passer de l’autre côté de la barrière, selon la Garde civile. Une centaine a été stoppée par la police marocaine, d’autres interceptés par les agents espagnols à la frontière et renvoyés au Maroc, et 602 ont finalement atteint le territoire espagnol.

PROP LA CROIX CEUTA

Plus de 600 migrants africains sont parvenus jeudi 26 juillet à entrer dans l’enclave espagnole de Ceuta au Maroc après un « assaut » de la double clôture particulièrement violent selon les autorités, lançant de la chaux vive et des excréments contre les policiers.

Ce franchissement de la frontière de Ceuta, hérissée de barbelés, est la plus importante depuis février 2017, quand plus de 850 migrants étaient parvenus à pénétrer dans la ville sous administration espagnole au nord du Maroc.

Près de 800 migrants ont tenté de passer de l’autre côté de la barrière, selon la Garde civile. Une centaine a été stoppée par la police marocaine, d’autres interceptés par les agents espagnols à la frontière et renvoyés au Maroc, et 602 ont finalement atteint le territoire espagnol.

migrants-manifestent-joieleur-arrivee-Espagne-Ceuta-26-juillet-2018_0_729_487

L’incident accroit la pression sur l’Espagne, devenue la première porte d’entrée de l’immigration clandestine en Europe, dépassant l’Italie qui, en refusant d’accueillir davantage de migrants, a fermé la route qui passait par la Libye.

Sprays lance-flammes

Les « assauts » de la barrière « sont tous violents », précise José Cobo, porte-parole du syndicat de gardes civils AEGC, mais celui-ci passe un nouveau palier car « ils ont employé une méthode qu’ils n’avaient jamais utilisée avant, la chaux vive », dit-il.

La Garde civile a dénoncé l’emploi de « méthodes virulentes » : selon le communiqué du corps de police espagnol, des migrants ont lancé aux agents « des récipients de plastique avec des excréments et de la chaux vive », utilisé des sprays enflammés à la manière de « lance-flammes » en plus de pierres et de bâtons.

carte CEUTA 1

Quinze agents ont été blessés, dont cinq ont dû être soignés à l’hôpital pour des brûlures au visage et aux bras.

Beaucoup des migrants ont été blessés aux mains et aux jambes en escaladant la clôture. Seize ont dû se rendre à l’hôpital, tandis que les autres sont allés au centre de séjour pour migrants où ils peuvent déposer une demande d’asile, précise la Garde civile.

Le gouvernement socialiste a annoncé en juin, à son arrivée au pouvoir, son intention de retirer des barbelés coupants des clôtures de Ceuta et Melilla, les deux villes espagnoles en Afrique du nord, seules frontières terrestres de l’Union européenne avec l’Afrique.

Nouvelle route de migration

la-guardia-civil-espagnole-tente-dempecher-les-immigrants-africains-de-franchir-la-barriere-frontaliere-separant-le-maroc-de-lenclave-espagnole-de-melilla

L’AEGC a reconnu dans un communiqué que cette mesure pourrait être « humanitaire », mais réclame en échange « plus de gardes civils et plus de matériel anti-émeutes et de protection ».

« Nous sommes l’une des principales portes d’entrée du tiers-monde vers l’Europe, et aucun des responsables passés par le ministère de l’intérieur n’a voulu voir ni résoudre les problèmes que cela cause dans les deux villes », estime le syndicat dans un communiqué.

La pression migratoire aux portes de l’Union européenne, qui a nettement diminué depuis la crise de 2015, se concentre désormais de plus en plus sur l’Espagne, après que l’Italie a fermé ses frontières.

5af6e16b488c7bbe438b4568

« Il est clair que l’Italie a fermé cette route de manière discutable », en refusant de recevoir les migrants secourus en mer par des ONG humanitaires, a commenté mercredi le ministre espagnol des affaires étrangères, Josep Borrell, lors d’une rencontre avec la presse.

« Si le passage par la Méditerranée centrale se ferme et le flux migratoire ne se tarit pas dans les pays d’origine, (…), le flux va être dévié vers la Méditerranée occidentale, et c’est déjà le cas », a-t-il observé.

Il appelle l’Union européenne, pour l’heure profondément divisée sur la question, à adopter une « vraie politique migratoire, avec une perspective de 20 ou 30 ans », tenant compte de l’explosion démographique en Afrique subsaharienne.

4998cf869c967a2b713d5baf3401b781-partir-de-dimanche-les-prix-du-gaz-et-du-tabac-augmentent

« La crise migratoire, a affirmé Josep Borrell, est plus difficile à résoudre que la crise de l’euro parce qu’elle est beaucoup plus structurelle, beaucoup plus permanente ».

https://www.la-croix.com/Monde/Europe/Espagne-600-migrants-franchi-frontiere-Ceuta-dun-assaut-2018-07-27-

BASE 14 995X225

On va d'ailleurs découvrir à quel point la "crise de l'euro" est une promenade de santé...    P.G.

Posté par UPR Creuse à 04:15 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,