jeudi 3 mai 2018

Clips/vidéos de la manifestation de l’UPR du 1er mai 2018

C'est sur le site national...

https://www.upr.fr/actualite/clip-de-la-manifestation-de-lupr-du-1er-mai-2018

...et sur You Tube:

Clip de la manifestation de l'UPR du 1er mai 2018

VIDS MANIF 2

https://www.youtube.com/watch?time_continue=2&v=O8QHykFS9nc

Voir aussi:

CLIP 1°MAI 12

Manifestation du 1er mai de l’UPR

https://www.youtube.com/watch?v=_tLreNhF8xE

CLIP 1°MAI 18

Défilé de l’UPR: François Asselineau favorable au Frexit Paris/France - 1er Mai 2018

https://www.youtube.com/watch?v=rwqp4ItfZnc

CLIP 1°MAI 19

1ere manifestation de l’UPR 1er mai 2018 Paris

https://www.youtube.com/watch?v=YWZZD301i0E

CLIP 1°MAI 13

1er mai 2018 : Discours de François Asselineau de l'UPR lors la manifestation à Paris pour le Frexit

https://www.youtube.com/watch?v=xJCBHBFzu-c

Etc.

CLIP 1°MAI 17

Posté par UPR Creuse à 08:45 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Toujours plus violents, toujours plus nombreux : qui sont les Black Blocs ?

Des militants de la mouvance d’extrême gauche ont cassé plusieurs boutiques sur le trajet initial de la manifestation avant de s’affronter aux forces de l’ordre.

ACT BLACK BLOCS

« Le Black Bloc colore nos vies ». Ce message porté ce mardi à l’avant du cortège parisien du 1er mai annonçait déjà… la couleur. Dès lundi, la Préfecture de police de Paris craignait la présence de manifestants venus pour troubler l’ordre public. Ils ont été plus nombreux que prévu. Selon Michel Delpuech, préfet de police de Paris, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse ce mardi soir, leur nombre s’élevait à 1 200 personnes qui ont pris la tête d’un cortège alternatif de 14 500 personnes. « Les informations dont nous disposions en amont faisaient craindre leur présence, les militants radicaux avaient parlé d’un 1er mai en enfer. Ces individus étaient animés de la volonté de perturber ce défilé », a précisé le préfet de Police.

Selon des sources policières, certains de ces Black Blocs venaient de l’étranger sans que l’on puisse les quantifier avec précision. En mai 2017, lors du précédent défilé du 1er mai, 800 d’entre eux avaient été recensés par les services de police. Ces 400 Black Blocs supplémentaires étaient loin d’être anodins dans un contexte français déjà tendu du point de vue des forces de l’ordre (Notre-Dame-des-Landes, grève etc.)


Black Blocs - 5

« Macron nous met dans une colère noire »

Ce mardi ces Black Blocs ont d’abord avancé groupés sur le pont d’Austerlitz avant de remonter le boulevard de l’hôpital. Rassemblés autour de banderoles comme « Premiers de cordée, premiers guillotinés », les militants encagoulés, auto-nommés « les enragés », criaient « Tout le monde déteste la police » ou encore, « Paris, debout, soulève-toi ». « Macron nous met dans une colère noire » pouvait-on aussi lire.

black-bloc-milano-noexpo2-1000x600

« On en a marre de ce système capitaliste qui détruit tout, de la répression policière brutale contre ceux qui s’y opposent. On veut un changement radical, qu’on écoute la société, on veut de l’écologie, de l’altermondialisme », a déclaré l’un d’entre eux, se décrivant comme un étudiant de 19 ans, interrogé par l’AFP sous couvert d’anonymat. « On est là parce que la situation est apocalyptique. Ça fait deux mois qu’on essaie de faire sauter les facs, les gares mais ça ne marche pas », témoignait un autre. Depuis quelques jours des appels à la mobilisation circulaient aussi sur les réseaux sociaux.

En France, on parle de «nébuleuse»

BLACK BLOCS 2

Historiquement, le Black Bloc est une tactique issue du mouvement autonome allemand des années 1980. Ce sont des groupuscules vêtus de noir, portant masques et capuches, pour éviter d’être identifiés par la police. Depuis les années 1980, les groupuscules d’extrême gauche allemands, relativement nombreux, opèrent sous le nom collectif de Schwarzer Block (Bloc Noir). Par extension, les groupes les plus virulents de militants anarchistes ou autonomes ont été depuis baptisés Black Blocs par les policiers. En France on parle aussi de « nébuleuse » dans les services de renseignement. Il s’agit en général de petits groupes d’individus très mobiles, constitués de jeunes issus de la plupart des pays européens. Mais surtout en provenance d’Allemagne, d’Italie, d’Espagne ou de Grèce.

« Ils espèrent que ces violences subies leur permettront de convaincre d’autres militants présents sur les manifestations mais aux méthodes pacifiques. Enfin, ils y voient un moyen d’obtenir un écho médiatique et de prouver à l’opinion publique que l’Etat n’est pas capable de tenir la rue », expliquait au Parisien Olivier Cahn, maître de conférences à l’université de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise), spécialiste de ces manifestants ultra-violents.

Source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Black_Bloc

http://www.leparisien.fr/faits-divers/qui-sont-ces-black-blocs-accuses-des-violences-du-1er-mai-01-05-2018-7692813.php

https://francais.rt.com/entretiens/50296-toujours-plus-violents-toujours-plus-violents-nombreux-qui-sont-black-blocs

https://aphadolie.com/2018/05/02/toujours-plus-violents-toujours-plus-nombreux-qui-sont-les-black-blocs/

BASE 14 995X225

Certaines mauvaises langues affirment qu'ils seraient financés par...Soros!, mais c'est sans doute du complotisme... Leurs objectifs: semer le chaos, affaiblir l'autorité de l'Etat, et participer ainsi à leur manière à la destruction des Etats- nations (et justifier ainsi le renforcement de la répression et des lois liberticides...), détourner la colère populaire au profit de "l'alter- mondialisme", une autre version de l'alter- européisme, derrière l'affirmation d' un anticapitalisme abstrait et d'une radicalité susceptible d'attirer la jeunesse. Leur violence et la surmédiatisation qui a suivi ont permis d'éclipser totalement les revendications du mouvement social...et d'éviter de parler des différents cortèges...Un autre objectif non négligeable: décourager les gens d'aller manifester par crainte des dérapages. Complices ou idiots utiles de l'oligarchie, ils apparaissent comme un élément- clé de la stratégie de manipulation idéologique des peuples.     P.G.

Posté par UPR Creuse à 08:34 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Images du jour

21818977-24727586

21886048-24767874

IMG_180413-234824

macron-may-trump-syria-bombing-mintpressnews

Miscellanées

MANIF 1°MAI 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CLIP 1°MAI 13

CLIP 1°MAI 2Souces: https://www.les-crises.fr/miscellanees-du-02-05/

+ captures d'écran Frexit-Limousin.fr

BASE 14 995X225

CLIP 1°MAI 5

Posté par UPR Creuse à 07:33 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Avec la suppression de l'exit tax, Emmanuel Macron offre 800 millions d'euros aux ultra-riches

L'exit tax, c'est quoi ?

Créée sous Nicolas Sarkozy, en 2011, l'exit tax a pour objectif de freiner l’exil fiscal des entrepreneurs fortunés. Elle prévoit qu’en cas de transfert du domicile fiscal en dehors de la France, le contribuable doit acquitter une taxe sur ses plus-values mobilières égale à 34,5% (19% d'impôt de plus-value majoré de 15,50% de contributions sociales). Depuis la mise en place à l'automne 2017 du PFU, ce taux de 19% est passé à 12,8%.

ACT EXIT TAXE

Tous les résidents français qui déménagent à l’étranger ne sont évidemment pas concernés : la taxe touche seulement les contribuables qui détiennent un patrimoine mobilier supérieur à 800.000 euros ou au moins 50% du capital d’une entreprise. Concrètement, et depuis le PFU*, le citoyen en partance doit acquitter une taxe qui s’élève à 28,3% de la différence entre la valeur actuelle de ses actions et leur valeur d’achat.

Emmanuel Macron  “Le président des très riches” ?. Avec sa blagounette, François Hollande était en dessous de l’étiage. Forbes, magazine des millionnaires américains, le sacre en couv' “leader de l’économie de marché”. Avec la fin de l’exit tax en 2019, annoncée à l'occasion d'un entretien avec le mensuel libéral, ce mardi 1er mai, le Président fait surtout les affaires des ultra-riches. Le cadeau est sans précédent : il s'approche du milliard d'euros.

Forbes_cover012113

Comme le montre un rapport du Conseil des prélèvements obligatoires, institution associée à la Cour des comptes, publié en janvier 2018, le rendement de l'exit tax s'est en effet élevé à 803 millions d’euros en 2016, selon les derniers chiffres officiels disponibles. Une peccadille pour Emmanuel Macron, semble-t-il. Auprès de Forbes, le chef de l'Etat a décrit un impôt... "pas particulièrement bénéfique pour les finances publiques".

Il est particulièrement intéressant de rapprocher ces 800 millions du nombre de personnes touchées par la taxe. Le Conseil détaille leur nombre entre 2011 et 2014 : selon les années, ces ménages désireux d'aller vivre sous des cieux fiscaux plus cléments étaient entre 200 et 400. La taxe a donc rapporté environ... deux millions d'euros par contribuable. Une vraie machine à sous d'ultra-riches ! Cet âge d'or est désormais révolu : les prochains foyers tentés par un déménagement à l'étranger garderont toutes leurs plus-values dans leur poche. Voilà qui rappelle le milliard des émigrés de la Restauration, quand Charles X avait indemnisé les nobles ayant fui la Révolution. En matière de “nouveau monde”, on repassera.

En l’occurrence, Emmanuel Macron est pourtant logique avec lui-même. Cette suppression est la conséquence prévisible de la fin de l’Impôt sur la Fortune (ISF), mise en œuvre dès son entrée à l'Elysée. Avec la fin de l’exit tax, le compteur des cadeaux aux bienheureux et aux biens nés se montera à 6 milliards en 2019.

Le président de la République assume. Fidèle à ses idées libérales, il voit en cette juteuse exit tax "une grave erreur pour nos start-up parce que nombre d’entre elles, quand elles considéraient la France moins attractive, décidaient de lancer leurs projets en partant de zéro à l’étranger dans le but d’éviter cet impôt". Un raisonnement particulièrement tordu qui voudrait qu'un entrepreneur décide de se lancer à l'étranger plutôt qu'en France où il risquait d'être taxé... s'il décidait, dans un second temps, de partir à l'étranger pour raisons fiscales !

*PFU = plan forfétaire unique

https://www.marianne.net/economie/suppression-de-l-exit-tax-emmanuel-macron-offre-800-millions-d-euros-aux-ultra-riches?_ope=eyJndWlkIjoiYWMyOWU1Y2FmYjA3MWM5ODc0NzFmNzZlMmM0NTQwMTgifQ==

CLIP 1°MAI 5

Posté par UPR Creuse à 07:13 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Le maire de Saint-Vaury s'inquiète de la casse des services publics dans sa commune

BASE 14 995X225

Il faut être très pervers pour oser parler d'économies (ce qui est faux et anti républicain puisqu'il n'y a plus égalité) alors que Macron obéit aux demandes de l'oligarchie et de l'UE !
La destruction des communes est en marche !
Le regroupement des populations, dans des agglomérations tentaculaires, concentrationnaires et sans âme, voulu par l'oligarchie se met en place progressivement ! S.R.

ACT ST VAURY POSTE

Programme phare du quinquennat du président Macron, l’Action publique 2022 entend repenser le modèle des services publics… par un classement vertical.

Après La Poste, dont il a appris que ses sept facteurs allaient être rapatriés sur Guéret, le maire de Saint-Vaury, Philippe Bayol, a reçu une autre mauvaise nouvelle en recevant le directeur général des Finances publiques la semaine dernière. La perception, elle aussi, déménage dans la ville-préfecture au 31 décembre 2018. Les raisons : obligation d’économies, modernisation des services publics, simplification administrative par le numérique… Le but : faire 3,5 milliards d’économie grâce à la numérisation et supprimer les emplois correspondants.

La Poste, la perception  des impôts…

« C’est l’effet de la démarche Action publique 2022 lancée depuis octobre 2017 par le Comité interministériel de la transformation publique (*) et dans ce comité, il n’y a aucun représentant de l’Amac, des maires ruraux ou d’associations d’élus. On ne peut pas dire que ce soit piloté par des personnes qui connaissent les problématiques de nos territoires », sourit Philippe Bayol.

La pilule ne passe pas, d’autant que la municipalité s’est donné les moyens d’avoir une commune attractive et bien pourvue en services publics. Nouveaux commerces, station-service ouverte cette année, maison de santé qui fait le plein de praticiens avant même son ouverture, « on était dans une dynamique positive ».La perception, elle aussi, déménage à Guéret au 31 décembre 2018.

Avant cela, « l’État nous a demandé de construire une trésorerie en 1989 : 580.000 €, qu’on aurait pu mettre ailleurs. Il y a deux ans, on nous a demandé de faire des travaux d’accessibilité pour la Poste : 90.000 €. Et maintenant, on nous dit qu’on retire l’agence et la perception ? ». Mieux, la Direction des finances publiques, par souci de conserver une « proximité avec la population », compte sur la mairie pour lui mettre à disposition une salle, après la fermeture de la trésorerie. « Je leur ai dit de ne pas y compter une seule seconde. Qu’elle loue un local privé », se fâche l’élu.

Puis la gendarmerie, l’hôpital…

Il y a deux ans, c’est sa gendarmerie qu’on a vidée. « Là, c’est un dortoir. Faites-vous cambrioler à Saint-Vaury, allez porter plainte à la gendarmerie et on vous dira d’aller à Sainte-Feyre.  Il n’y a aucun accueil du public depuis deux ans. » « Ils me disent que la brigade de Saint-Vaury est maintenue mais ce n’est pas vrai, elle travaille à Sainte-Feyre. Il n’y a aucun accueil du public depuis deux ans. » Philippe Bayol, maire de Saint-Vaury.

Le centre hospitalier La Valette n’est pas épargné. « On a perdu 33 postes cette année avec la suppression des emplois aidés et des CDD non renouvelés, détaille le maire. Il faut faire 3 milliards d’économie sur l’hôpital public… » Plus les sept facteurs, les six postes de la perception (17 sont concernés en Creuse), autant à la gendarmerie, « c’est presque 50 postes qui sont supprimés cette année à Saint-Vaury ».

Les publics fragiles, pauvres, âgés, sont les premiers touchés par la disparition de ces services de proximité. Pourtant dans le même temps, le député LREM invite les élus à penser à un accueil des personnes âgées autonomes dans les centres bourgs comme alternative aux Ehpad, « pour qu’ils soient proches des services, des commerces, que ça maintienne une économie ». « Sauf que là, je n’ai plus de services publics, j’ai que des services privés et pour combien de temps ? ». Car pour le maire de Saint-Vaury, opposer service public et service privé, « est ridicule sur nos territoires fragiles, l’un va avec l’autre : un artisan va aller travailler chez le gars de la perception, chez l’instit », c’est un cercle vertueux.

Le maire s’inquiète d’une privatisation à tout va de l’action publique, encouragée par le gouvernement : « On privatise le service des cartes grises, la gestion des radars, maintenant on peut payer 50 € à la Poste pour qu’on nous aide sur notre déclaration d’impôt… Il y a quelque chose qui ne va plus là… »

L’élu, qui avait demandé un moratoire sur les services publics qui n’a pas été retenu lors des premières réunions du plan pour la Creuse, a du mal à comprendre la position de l’État.

15253376_1818394025113163_3628835857080125702_n

« Le plan pour la Creuse, on le fait pour quoi ? Pour redynamiser le département parce qu’il n’y a pas assez d’activité, pas assez de population. Ce n’est pas en supprimant des emplois que l’on va relancer la machine. On nous demande de prendre nos responsabilités, de faire un projet pour la Creuse. On y va. Mais si c’est pour nous balancer des cacahuètes et supprimer toute intervention de l’État sur le territoire après… Revitaliser, ça commence par arrêter de dévitaliser. Si on enlève de l’oxygène à quelqu’un qui a du mal à respirer, il finit par crever… »

La révolution numérique, Philippe Bayol veut bien la comprendre et l’entendre mais en pressent déjà les conséquences sur des territoires ruraux ou périurbains : plus d’inégalités d’accès, des territoires lésés et une désertification amplifiée. « C’est de la solidarité de l’État dont on a besoin, on peut même ne plus parler de services, on n’en est plus là, mais de solidarité. »

Le maire de Saint-Vaury attend que le député de la Creuse se manifeste. Il va également faire campagne auprès des autres maires. « Ce que l’on est en train de vivre à Saint-Vaury, c’est ce qui va se passer partout. Si on ne réagit pas maintenant, ce sera trop tard. »

(*) Ce comité est présidé par le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin et Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État chargé du numérique.

Julie Ho Hoa

https://www.lamontagne.fr/saint-vaury/economie/emploi/2018/05/01/le-maire-de-saint-vaury-s-inquiete-de-la-casse-des-services-publics-dans-sa-commune_12832736.html

Si ce n'est pas moi qui suis élu le 7 mai 2017

Posté par UPR Creuse à 06:28 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,