BASE 14 995X225

La société Webedia, filiale de Fimalac – propriété de Marc Ladreit de Lacharrière – a obtenu avec une facilité déconcertante une aide de 200 000 euros pour l'organisation d'un tournoi de jeux vidéo.

Devant les élus franciliens, Valérie Pécresse devra justifier l’aide allouée à une société florissante, à l’heure où de nombreux clubs sportifs sont en manque de subventions et souffrent des restrictions budgétaires des collectivités locales.

Alexis Comte/UPR78


 

La société Webedia, filiale de Fimalac – propriété de Marc Ladreit de Lacharrière – a obtenu avec une facilité déconcertante une aide de 200 000 euros pour l'organisation d'un tournoi de jeux vidéo.

ACT E SPORT PARIS 78

Un géant des jeux vidéo en ligne financé par de l’argent public ? C’est ce qui ressort d’un rapport sur la politique en faveur du sport en Ile-de-France que s’est procuré Libération. Pour organiser un championnat de e-sport – compétition en ligne de jeux vidéo – dont le coût total est évalué à 340 000 euros, la société Webedia (dont le chiffre d’affaires s’élève à plus de 200 millions d’euros en 2016) devrait recevoir 200 000 euros du conseil régional, présidé par Valérie Pécresse (LR). Diverses villes franciliennes organisatrices devraient, quant à elles, verser 140 000 euros. In fine, la prise en charge par les pouvoirs publics de ce championnat e-sport IDF 2018, qui aura lieu le 31 mars, se montera à … 100 %. A titre de comparaison, les autres projets ne sont jamais subventionnés à plus de 30% par le conseil régional.

Ovni des compétitions sportives

does-esports-need-a-players%u2019-union

Cette aide est d’autant plus étonnante que le dossier présenté par Webedia, à l’appui de sa demande de subvention, est particulièrement vague. Il ne précise pas si le tournoi sera gratuit, combien de joueurs y participeront, s’il y aura des sponsors privés, si les gagnants toucheront une récompense… Rien. Contacté par Libération, le vice-président chargé de ce dossier à la région, Patrick Karam, n’a pas donné suite à notre sollicitation. «On est surpris de voir l’importance de la subvention alors que le projet prévisionnel ne fait que trois lignes !», confie un acteur du milieu du e-sport qui souhaite garder l’anonymat, expliquant qu’il ne souhaite pas se «mettre à dos Webedia, qui a une puissance de frappe impressionnante».

a5db93e_28999-8z53g4

Filiale du groupe Fimalac, Webedia est la propriété d’un certain Marc Ladreit de Lacharrière, soutien de François Fillon lors de la campagne présidentielle de 2017. Ovni des compétitions sportives, elle n’a pas grand chose à voir avec les fédérations et autres clubs qui touchent d’habitude ce type d’aides régionales. Propriétaire d’Allociné et de Jeuxvideo.com, Webedia cherche à se tailler une place de leader du e-sport. Et pour cause: ces tournois de jeux vidéo attirent de plus en plus de spectateurs en ligne et promettent de devenir un marché particulièrement juteux. En 2020, selon un rapport cité par le magazine Challenges, le e-sport pourrait réunir plus de 600 millions de spectateurs pour un chiffre d’affaires de 1,5 milliard d’euros. Contactée par Libération, la société Webedia a refusé de s’en expliquer, renvoyant vers la région.

http://www.liberation.fr/france/2018/03/07/le-gros-cheque-de-la-region-ile-de-france-pour-un-geant-du-e-sport_1634391