dimanche 4 mars 2018

L’UPR au SIA2018 – épisode 2 : Entretien avec la Coordination Rurale

À l’occasion du Salon international de l’agriculture 2018,
François Asselineau (Président de l’UPR),
Vincent Brousseau (Responsable UPR des questions monétaires)
et Charles-Henri Gallois (Responsable UPR des affaires économiques) se sont longuement entretenus avec la Coordination Rurale (syndicat agricole 100% agriculteurs).

SALON 3MARS18

La Coordination Rurale est un syndicat représentant 22% du monde agricole en 2018.

À l’image de l’UPR, la coordination rurale n’a pas une forte exposition médiatique, pourtant elle est douée d’arguments. Nous vous laissons en juger via la qualité du fond de cet échange.

C’est d’ailleurs pourquoi nous avons décidé de publier cet entretien, malgré quelques problèmes techniques en début de vidéo.

Nous vous présentons nos excuses pour la qualité technique et nous tenterons de nous faire pardonner dans l’épisode 3.

_____

L’UPR a besoin de vous !
Retrouvez toutes nos analyses sur notre site : https://www.upr.fr

Abonnez-vous à notre chaine YouTube :
https://www.youtube.com/channel/UC7OMeUFuZMacpPk2fc9UlOA/?sub_confirmation=1

Aimez nos pages Facebook :
François Asselineau : https://www.facebook.com/asselineau/
UPR : https://www.facebook.com/upr.francoisasselineau/

Suivez nos comptes Twitter :
François Asselineau : https://twitter.com/UPR_Asselineau
Charles-Henri Gallois : https://twitter.com/CH_Gallois
Vincent Brousseau : https://twitter.com/Vinc_Brousseau
UPR : https://twitter.com/UPR_Officiel

Posté par UPR Creuse à 08:09 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Bruno Le Maire vivement interpellé par un syndicaliste devant l’usine de Mulhouse

Une dizaine de représentants CGT de l’usine automobile ont pris à parti Bruno Le Maire, l’accusant de cautionner la « destruction d’emplois » par une entreprise « obèse de fric ». « Comment se fait-il que cette entreprise continue à supprimer des emplois alors qu’elle gagne des milliards d’euros ? On ne voit pas de retour. », ont-ils lancé au ministre.

 

ACT CGT LE MAIRE

Salah Keltoumi, délégué CGT chez PSA Mulhouse, s’est emporté contre le ministre, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous. « Vous savez combien on a eu d’augmentation cette année ? On a eu 19 euros. Avec 19 euros on achète combien de baguettes, vous savez combien cela coûte la baguette ? Vous savez combien coûte un ticket de bus ? Vous ne le savez pas. Vous savez que les gens ici ils touchent moins que le SMIC ?! »

« Vous êtes l’avocat de Carlos Tavarès (le président de PSA), vous êtes le copain des patrons. », a critiqué Salah Keltoumi, délégué CGT chez PSA Mulhouse. « Qu’est ce vous êtes venu faire ici ? Vous êtes venu faire des cadeaux aux patrons ? Vous passez souvent à la télé, on vous écoute souvent vous, on vous paye à faire des choses, vous faites rien pour les ouvriers, écoutez pour une fois que vous en avez un en face de vous», lâche-t-il au ministre.

delocalisation1

« Je suis venu ici pour garantir aux Français qu’on va garder une industrie automobile, pour garantir que le site restera ouvert. », répond Bruno Le Maire. Une répartie qui semble exaspérer le syndicaliste : « On était 14 000 on est bientôt 5000 dans l’usine ! »

Bruno Le Maire a jugé « caricaturale » cette « vision qui coule la France depuis des années ». Selon lui, elle ne traduit pas la position des salariés PSA « qui sont fiers de travailler dans cette entreprise » et saluent son « redressement après avoir failli mettre la clé sous la porte il y a cinq ans ».

L’échange devenant de plus en plus vif, Bruno Le Maire a critiqué ses interlocuteurs comme « faisant partie de ces gens qui mènent le pays à la ruine ». « Le peuple français compte plus que trois syndicalistes qui ne veulent pas discuter, c’est lui que nous écoutons », a dit Bruno Le Maire.

« Nous ne nous laisserons impressionner par personne. Nous avons reçu des Français le mandat de réaliser enfin la transformation du pays et nous irons jusqu’au bout de cette transformation. », a répété le ministre plus tard dans l’usine, dans son allocution aux dirigeants de PSA et aux élus locaux.

La CGT est le seul syndicat qui n’a pas signé l’accord de compétitivité « Nouvel élan pour la croissance » en 2016. Les autres syndicats, « représentant 80% des salariés, co-construisent l’avenir de l’entreprise », a commenté sur place Carlos Tavarès, qualifiant les organisations signataires de « réformistes ». « Seule la performance protège véritablement l’entreprise. Nos organisations syndicales signataires, réformistes, l’ont parfaitement compris. », a-t-il déclaré.

Source :

https://www.agoravox.fr/actualites/article/bruno-le-maire-laquais-du-capital-201868

https://www.businessbourse.com/2018/02/27/clash-bruno-maire-cgt-a-psa-mulhouse-mr-maire-y-a-reprise-reprise/

https://www.huffingtonpost.fr/2018/02/23/psa-bruno-le-maire-vivement-interpelle-par-un-syndicaliste-devant-lusine-de-mulhouse-vous-etes-venu-faire-des-cadeaux-aux-patrons_a_23369450/

Voir la vidéo:

Bruno Le Maire vivement interpellé par un ouvrier de PSA Mulhouse

bruno-le-maire-ds7

https://www.youtube.com/watch?time_continue=2&v=UU5yG6xxvUc

https://aphadolie.com/2018/02/28/bruno-le-maire-vivement-interpelle-par-un-syndicaliste-devant-lusine-de-mulhouse/

BASE 14 995X225

Pour le ministre et ses amis, la cause essentielle de la désindustrialisation de la France est... la vision "caricaturale" de certains ouvriers insuffisamment "réformistes",  rien à voir avec la libre circulation des capitaux autorisée par les traités européens.  Une analyse très fine de la situation, pas du tout caricaturale...   P.G.

Posté par UPR Creuse à 07:42 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

L'Amérique a fait payer cher la crise aux banques de la planète

Les grandes banques américaines et européennes ont déboursé pas moins de 345 milliards de pénalités financières entre 2009 et 2017. Une somme très largement captée par les autorités américaines, et seulement à 6 % par les régulateurs européens.

ACT JUSTICE US BANQUES

Depuis la crise financière, une avalanche d'amendes, pénalités et règlements à l'amiable s'est abattue sur les grandes banques américaines et européennes. Selon une étude du Boston Consulting Group, les géants de la finance ont ainsi été contraints de débourser pas moins de 345 milliards de dollars entre 2009 et 2017. Encore, ce montant est certainement inférieur à la réalité, les décomptes du BCG ne retenant (jusqu'en 2015) que les coûts supérieurs à 50 millions de dollars, et ne concernant que les 50 plus grandes banques de la planète. 

Le mouvement paraît ralentir en 2017 avec « seulement » 22 milliards de dollars de pénalités financières en 2017. Ce montant reste conséquent puisque la même année les banques américaines ont généré un « profit économique » (mesure raffinée du volume d'activité, NDLR) de 47 milliards de dollars de profits, selon BCG.

Souvenir cuisant

Ce sont sans surprise les banques nord-américaines qui ont payé le plus lourd tribut, avec un total de 220 milliards de pénalités de dollars sur la période, avec une période particulièrement « chaude »  entre 2012 et 2014 . Mi-2014 justement, Citigroup écope d'une amende de 7 milliards de dollars pour son rôle dans la crise des subprimes. Même raison, même punition deux ans plus tard pour  Goldman Sachs qui débourse alors 5 milliards de dollarsLes banques européennes se partagent logiquement le solde (un tiers du total) avec 125 milliards de dollars principalement versés aux gendarmes bancaires américains. Le souvenir reste cuisant pour  BNP Paribas qui aura versé près de 9 milliards de dollars pour rupture d'embargo. Deutsche Bank n'a pas été épargnée, avec une amende de 7,2 milliards de dollars pour son rôle dans les subprimes.

Couper le lien

2157302_lamerique-a-fait-payer-cher-la-crise-aux-banques-de-la-planete-web-tete-0301356888290

A l'image de la crise financière - traitée de façon plus radicale aux Etats-Unis - ce sont les autorités américaines qui ont le plus sorti les dents. Elles ont perçu sur la période 2009-2017 près de 200 milliards de pénalités... soit 55 % du total, au bénéfice des finances publiques. Autre grand vainqueur de ce passage en caisse : les consommateurs à qui ont été versés 133 milliards de dollars en dédommagements sur la période, pour les victimes de la crise immobilière américaine, mais aussi pour les ventes abusives de produits financiersCe sont finalement les régulateurs européens qui ont paru les plus timides . Ces derniers n'ont perçu depuis 2009 que 22 milliards de dollars, à peine 6 % du total. 

6b0968d9-89ed-4fc5-98bd-47a3ce1d603a

Possible explication - parmi d'autres - jusqu'en 2014, les gendarmes bancaires européens avançaient en ordre totalement dispersé. A partir de cette date, la BCE prend en charge le rôle de superviseur unique . L'un des buts de cette bascule était de couper le lien « national », jugé parfois trop étroit, entre une banque et son superviseur. A ce jour, les gendarmes européens - certes très sévères - n'ont que peu agité la menace financière.

200 réglementations par jour

Est-ce à dire que la vague de pénalités appartient au passé ? Difficile à dire a priori. « Ce qui est sûr par contre c'est que c'est devenu année après année une forme de coût récurrent à l'échelle de l'industrie. Mais certains y échappent totalement, d'autres en subissent les conséquences très visibles dans leurs comptes », souligne Gwenhaël Le Boulay, directeur associé senior au BCG. Le cabinet estime qu'en moyenne 200 nouvelles réglementations sont publiées chaque jour, dont certaines très structurantes, qu'il s'agisse de transparence sur les marchés (MiFID 2) ou de protection des données personnelles des consommateurs. « Avec l'évolution du rôle et la spécialisation des régulateurs européens, les banques vont affronter une pression croissante sur leurs procédures de contrôle et de conformité », souligne le rapport.

https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/0301356722599-comment-lamerique-a-fait-payer-la-crise-aux-banques-de-la-planete-2157302.php#2joAJ2pF67BzYYRo.99

BASE 14 995X225

Banques : la facture colossale de la crise
345 milliards de dollars. Le chiffre est spectaculaire.
C'est la somme des diverses amendes et transactions que les banques ont dû régler aux autorités
depuis la crise pour solder leurs errements passés.
Davantage que toute la richesse produite en une année par l'Afrique du Sud.
Presque de quoi nourrir le budget de l'Etat français !
Cette somme, pourtant, n'a pas bénéficié à tout le monde.
Les Etats-Unis – le Trésor américain, les régulateurs de Wall Street et les consommateurs lésés –
se sont arrogé la part du lion, en récoltant plus de 300 milliards.
L'Europe n'a récupéré qu'un maigre 22 milliards.
Etrange morale de l'histoire.
Car c'est bien l'Amérique qui a engendré la pire crise financière depuis la Grande dépression.
Et c'est elle qui impose ses vues aujourd'hui sur les plans réglementaire ou judiciaire
face à des autorités européennes souvent désarmées.
On pourrait presque parler de « diktat » américain sur la finance mondiale.    S.R.
.

Posté par UPR Creuse à 07:04 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Brexit : Édimbourg et Cardiff vent debout contre Londres

Les gouvernements écossais et gallois ont présenté mercredi 28 février leurs propres projets de loi sur le Brexit, destinés à rapatrier dans leurs régions certaines compétences de Bruxelles.

ACT BREXIT ECOSSE GALLES

Pour comprendre la partie qui se joue au Royaume-Uni entre l’Écosse et le Pays de Galles qui réclament de récupérer les pouvoirs délégués de fait à Bruxelles, il faut d’abord faire un retour en arrière.

Le Royaume-Uni est la réunion de « nations constitutives » : l’Écosse, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord. Elles bénéficient depuis 1997 – 1998 pour l’Irlande du Nord –, d’une autonomie croissante sous la forme de pouvoirs dévolus à leurs parlements respectifs par Londres. Mais certains comme l’agriculture et la pêche, sont exercés par Bruxelles parce qu’ils tombent dans le cadre plus large de la politique de l’Union européenne.

Concrètement, les deux textes de lois présentés hier par Édimbourg et Cardiff visent à permettre à leurs gouvernements locaux de récupérer, une fois le Brexit consommé, des compétences dévolues à l’UE. Dans un premier temps, quand le Royaume-Uni quittera l’UE, ces pouvoirs reviendront en terre britannique. Mais où ? À Londres, Cardiff ou Édimbourg ?

RoyaumeUniCarte

La menace d’un nouveau referendum sur l’indépendance de l’Écosse

Le sujet est ultrasensible en Écosse et au Pays de Galles où la population, très attachée à son autonomie, craint que Londres ne s’approprie ces compétences* via le vaste « projet de loi sur le retrait de l’UE » présenté par Theresa May et en cours d’examen au parlement à Londres.

Mardi 27 février, devant le parlement d’Édimbourg, le ministre écossais chargé du Brexit, Mike Russell, a défendu le texte de son gouvernement, baptisé « projet de loi de continuité ». « Nous avons le devoir de protéger et de préserver les domaines du droit communautaire qui relèvent de la compétence de ce parlement », a-t-il déclaré.

La première ministre écossaise Nicola Sturgeon a même brandi la menace d’un nouveau référendum sur l’indépendance de l’Écosse si Londres tentait d’imposer ses choix. L’Écosse avait voté majoritairement, à 61,3 %, contre le Brexit en juin 2016, ranimant les velléités des indépendantistes.

Pour compliquer l’affaire, les avis divergent quant à la compétence du parlement écossais à se saisir d’un tel projet de loi. Pour son président, Ken Macintosh, il est incompétent. Il l’est en revanche pour l’attorney général écossais, plus haut responsable judiciaire de la région, James Wolffe.

« C’est déjà une crise constitutionnelle »

Le Pays de Galles, qui a voté à 53 % en faveur du Brexit, a lui aussi exprimé ses craintes de perdre ses prérogatives. Et son premier ministre Carwyn Jones a dû expliquer que le texte de son gouvernement avait « simplement vocation à protéger » les compétences de sa région.

En signe d’apaisement, le gouvernement britannique avait proposé de modifier le projet de loi de retrait de l’UE, une offre repoussée par Cardiff comme par Édimbourg, qui menacent de rejeter le texte. Techniquement, le Parlement britannique de Westminster reste le gouvernement souverain au Royaume-Uni.

Charles Villeneuve_00004

Il peut en théorie passer outre les administrations régionales. Mais politiquement, s’il balayait allègrement les pouvoirs d’Édimbourg et de Cardiff, une crise constitutionnelle pourrait éclater. « C’est déjà une crise constitutionnelle », a estimé Mike Russell, le ministre écossais en charge du Brexit.

https://www.la-croix.com/Monde/Europe/Brexit-Edimbourg-Cardiff-vent-debout-contre-Londres-

BASE 14 995X225

*"la population, très attachée à son autonomie, craint que Londres ne s’approprie ces compétences": les mêmes souvent qui trouvaient très bien que ces compétences soient exercées par Bruxelles...C'est un peu comme nos séparatistes corses qui dénoncent le "colonialisme" français mais trouvent très bien de rester dans l'Union européenne. Une étrange logique...   P.G.

Posté par UPR Creuse à 06:31 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Le Monde, La Croix et Rolling Stone n’aiment pas Clint Eastwood

TRIBUNE LIBRE / OJIM

TL OJIM CLINT EASTWOOD

Un immense comédien et cinéaste américain, mondialement connu et reconnu, un film original, réaliste et talentueux, un sujet qui est tout à l’honneur de la France… et pourtant des médias hostiles voire haineux. Décryptage.

Clint Eastwood, le 15h17 pour Paris. Le film est sorti en salles en France début février 2018. Il retrace l’attentat du mois d’août 2015 à bord du Thalys à destination de Paris. Ce 21 août, le terroriste islamiste Ayoub El Khazzani sort des toilettes de l’un des wagons, une kalachnikov à la main, un automatique dans la poche, et environ 300 munitions. Son objectif ? Faire le plus grand carnage possible, autrement dit massacrer les civils qui voyagent ce jour-là dans le train. Il est mis hors d’état de nuire par trois jeunes américains, amis d’enfance en villégiature en Europe, de Rome à Berlin en passant par Venise et Paris. Deux de ces trois jeunes américains originaires de Californie sont des Marines, l’un des deux revient juste d’Afghanistan. Ils s’appellent Anthony Sadler, Alek Skarlatos et Spencer Stone. 500 voyageurs leur doivent la vie.

Attaque-du-Thalys-Il-manque-au-film-de-Clint-Eastwood-une-partie-de-la-verite

Une des originalités du film de Clint Eastwood réside dans le fait que le rôle des trois héros, car ce sont de toute évidence des héros, est joué par les trois jeunes hommes eux-mêmes. Stone, Skarlatos et Spencer incarnent leurs propres rôles, c’est aussi le cas d’autres personnes ayant vécu les événements (passagers, intervenants médicaux…). Le film dure une heure trente, est convaincant, réussi, avec des aspects originaux sur le plan technique et scénaristique tout en demeurant dans son cadre, c’est-à-dire celui d’un récit biographique. Outre le parcours de ces trois Américains ayant sauvé nombre de vies, dont une majorité de Français, le film retrace un fait dont la France entière et ses médias devraient se faire une fierté. Et pourtant ?

De l’art de parler d’un film sans en parler

7547037_f9447f720105fa2d074bb0a80d437f12916dca34_624x390

L’avocate du tueur s’inquiète de l’influence que ce film pourrait avoir sur l’instruction en cours et annonce envisager d’en demander l’interdiction. Le 8 février, pour saluer la sortie du film, Le Monde axe sa présentation sur la même idée et non sur le film en tant que tel. « Pourrait », un conditionnel dont ne s’embarrasse pas l’article du quotidien du soir : « Clint Eastwood a d’ores et déjà influé sur le cours de l’instruction ». Le film ne conterait pas le drame mais en fournirait une interprétation destinée à devenir la « réalité ». Autrement dit, ce film mettrait en danger les droits d’un accusé qui s’apprêtait à massacrer des centaines d’innocents au nom de valeurs qui semblent être l’exact opposé des valeurs de la démocratie.

Le quotidien reproche clairement au cinéaste de ne pas se soucier de la « vérité », étant comme fasciné par sa préoccupation première, celle de la « légende ». Extrait entier : « Sans souci, parce que la préoccupation première du cinéaste, ces derniers temps, ne le porte pas vers la recherche de la vérité, mais du côté de l’alchimie par laquelle celle-ci se mue en légende. Après les GI devenus personnages d’une icône patriotique (Mémoires de nos pères), le bon à rien texan exalté en tant que tireur d’élite (American Sniper), le pilote quasi sexagénaire forcé de devenir l’ange gardien de ses passagers (Sully), Eastwood prend pour sujets d’étude Spencer Stone, Alek Skarlatos et Anthony Sadler, trois amis qui se sont connus au collège à Sacramento (Californie), deux soldats et un étudiant, des garçons ordinaires ».

738_gettyimages-517264542

Plus loin : « Pas plus que, dans American Sniper, il ne s’intéressait à ce qui pouvait pousser des Irakiens à prendre les armes contre l’armée américaine, Eastwood ne se préoccupera de ce qui peut bien pousser un jeune Marocain à monter dans un train armé jusqu’aux dents. El-Khazzani (Ray Corasani) restera une silhouette mortifère ». Le Monde ne saisit pas pourquoi Clint Eastwood ne cherche pas à comprendre les motivations du tueur, ce qui fait qu’un musulman devient un terroriste islamiste, mais plutôt pourquoi de jeunes américains assez banals deviennent des héros, face justement à la violence du marocain en question. Cette incapacité à comprendre le fait que les héros soient ces héros-là, symbolise peut-être tout ce qui sépare la France de Paris et la France périphérique.

Les héros ne sont pas le bobo gendre idéal ?

La particularité fort intéressante du film, que des personnages soient joués par les personnes elles-mêmes, est réduite à la maladresse d’acteurs « non professionnels » dans tous les journaux, à croire qu’une fiche a circulé. Un film « impossible à sauver », Télérama, qui « assomme », Le Parisien, « Voyage au bout de l’ennui », pour La Croix qui, ainsi, ne masque pas son interprétation politique du film…

Au fond, ce qui ne plaît pas dans les salles de rédaction parisiennes ? Les héros sont de jeunes américains, deux blancs et un métis, banals, croyants, évangélistes en appelant à Dieu, priant, venant de l’Amérique moyenne ou pauvre, militaires, patriotes… Tout ce que les médias libéraux libertaires français détestent. Des individus qui devraient plutôt être des suprématistes blancs adeptes du KKK, du moins pour deux d’entre eux, dans le logiciel de la presse dominante française.

image

Le magazine RollingStone va plus loin encore que Le Monde dans la caricature du média libéral libertaire en écrivant que le « plus frustrant » est la présentation du terroriste comme « l’étranger tellement plus facile à rejeter ». On suppose que l’auteur de l’article ne se trouvait pas dans ce train. Devant ce film, les réactions des médias, en ne disant rien du film en tant qu’œuvre cinématographique, disent de fait beaucoup de l’état de l’esprit des milieux auxquels ils appartiennent.

https://www.ojim.fr/monde-croix-rolling-stone-naiment-clint-eastwood/?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=observatoire_du_journalisme_les_dernieres_publications&utm_term=2018-03-01

Posté par UPR Creuse à 06:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

JO 2024 : le CIO impose 5 « dérogations » à la loi française

Les Jeux de Paris devront se plier aux conditions des comités internationaux et de leurs sponsors. Le gouvernement prépare donc une loi « olympique » qui crée une justice d’exception.

ARG JEUX 2024

C’est une condition sine qua non de l’organisation des JO. « Les autorités publiques et le Comité national olympique (CNO) doivent garantir que les Jeux olympiques seront organisés à la satisfaction du CIO et aux conditions exigées par celui-ci. » C’est écrit tel quel dans l’article 33 de la Charte olympique que signent les États auxquels sont attribués les Jeux. Les villes hôtes doivent donc se plier aux exigences du Comité international olympique (CIO) et Comité international paralympique (CIP), exigences issues des accords passés avec leurs sponsors.

Mais que se passe-t-il lorsque ces exigences sont contraires au droit français ? C’est simple : on arrange la loi. Pour cela, un texte complexe et technique suffit. Le projet de loi relatif à l’organisation de Jeux olympiques et paralympiques de 2024, adopté en commission mixte paritaire, a déjà bien entamé son parcours législatif. Cette « loi d’exception » permet certaines dérogations au droit français.

Pas d’impôts pour les sponsors

Mariane_trans_NvBQzQNjv4Bq5yyenl2x-XxjTAmzo_fZ0zRvuNtQdtGfcawkOI6RB_A

L’article 11 du projet de loi, qui n’a pas été modifié lors de la discussion entre sénateurs et députés, précise le régime d’occupation du domaine public. Il oblige les villes à céder gratuitement les titres d’occupation de l’espace public au Comité d’organisation des Jeux olympiques (Cojo), au détriment du code général de la propriété des personnes publiques. Les partenaires commerciaux du Cojo peuvent occuper gratuitement l’espace public, sans verser une redevance aux autorités municipales. Cette mesure rappelle l’exonération fiscale, votée en 2014 en vue de l’Euro de 2016. Le texte dispense « les organismes chargés de l’organisation en France d’une compétition sportive internationale » de payer des impôts, à l’exception de la TVA, pour les opérations commerciales liées à la compétition. Cette exonération concerne « les compétitions pour lesquelles la décision d’attribution à la France est intervenue avant le 31 décembre 2017 ». Les Jeux de Paris 2024 sont donc concernés. Un sacré manque à gagner pour les villes alors que l’on vante les retombées économiques des JO.

Privatisation des mots et symboles

xfm102-29_2016_215142_high

Pour les JO, le code du sport sera lui aussi modifié. Le projet de loi affirme que le Comité international olympique (CIO) et le Comité international paralympique (CIP) sont propriétaires des emblèmes, hymnes, logo, slogans et mascottes de ces jeux. Les sponsors non officiels se voient donc interdire l’utilisation de ces signes à des fins commerciales. Pour exemple, à Londres, en 2007, un boucher avait reproduit les anneaux olympiens avec des saucisses pour saluer l’attribution de sa ville pour les JO de 2012. Il a été prié de retirer son œuvre. Les mots tels que « olympiens », « olympique », « Jeux olympiques » ou encore « Paris 2024 » sont aussi la propriété du CIO et CIP.

Non-respect du code de l’urbanisme

Puisqu’il faut tenir les échéances des Jeux olympiques, à quoi bon s’embarrasser des procédures législatives concernant les constructions, notamment celles du village olympique à Saint-Denis et le centre qui accueillera la presse au Bourget. Le titre II du projet fait mention de nombreuses dérogations. Dans l’article 7, on apprend par exemple que « les constructions, installations et aménagements temporaires [sont] dispensées de toutes formalités au titre du code de l’urbanisme ». Pour ce qui est des installations permanentes ayant un impact sur l’environnement, elles sont, elles, dispensées d’enquêtes publiques. S’il y aura effectivement enquête, elle sera fondée sur une consultation par voie électronique des personnes touchées ou témoins. Une enquête allégée donc pour éviter de prendre du retard dans les constructions. « Ce n’est pas une absence de garantie : on ne va pas construire de manière sauvage, mais ce n’est pas une enquête complète, souligne Brian Blactot, collaborateur parlementaire de Marie-George Buffet (PCF). D’autant que cette façon de faire, assez rapide, arrange dans une certaines mesure les élus des villes concernées. » Dernier détail : l’article 9 précise que toutes les constructions futures prévues pour les JO bénéficient des mesures du code d’expropriation pour cause d’utilité publique « en vue de la prise de possession immédiate ».

La publicité hors-norme

7f182b_724e75fc61fa41dfa3aa5da3cadff691

Pour faire plaisir aux sponsors et respecter leur partenariat avec le CIO et le CIP, quoi de plus normal que d’autoriser la publicité là où elle est interdite habituellement ? Lors de l’Euro 2016, la ville de Paris avait été condamnée pour des infractions au code de l’environnement et du patrimoine. Pour éviter cela en 2024, il suffira de rendre légal ce qui ne l’est pas. Les sponsors pourront alors s’afficher dans un périmètre de 500 mètres autour des sites prévus pour l’organisation et le déroulement des épreuves. L’article 3 précise les dérogations au code de l’environnement et autorise, durant les deux mois d’été 2024, la publicité sur les lieux où elle est proscrite. On peut donc s’attendre à voir fleurir des panneaux et affiches sur les arbres ou dans les parcs naturels, ou encore sur les immeubles « classés ou inscrits au titre de monuments historiques ».

Hors de la justice de droit commun

L’article 5 du projet de loi précise que les contrats signés entre la ville de Paris et les comités internationaux peuvent comporter des clauses compromissoires. En droit français, ces clauses rendent possible que, si litige il y a entre les deux parties du contrat, la décision soit prise par un tribunal arbitral et non par un juge. Pour cela, deux possibilités. Soit le jugement revient au tribunal arbitral du sport (situé en Suisse, siège du CIO) soit à un tribunal arbitral créé pour l’occasion. Cette mesure déroge au code 2060 du code civil qui précise que ce type de clause contractuelle ne peut avoir lieu si les contestations soulevées par le litige concernent les collectivités et les établissements publics, comme les villes de Paris ou de Saint-Denis. Ces tribunaux arbitraux, au centre de nombreux accords de libre-échange, donnent un aperçu de la justice néolibérale idéale dans une start-up nation.

La version finale du projet de loi sera examinée en séance publique le 14 mars à l’Assemblée nationale et le 15 mars au Sénat. L’institution avait déjà critiqué ces règles : en 2012, elle publiait un rapport examinant le bilan des Jeux de Londres. Un paragraphe intitulé « Les étranges règles économiques des Jeux olympiques » critiquait les règles « excessives » de protection des marques fixées par le CIO. « À titre d’exemple, dans tout le périmètre olympique (enceintes sportives, centres de presse), on ne pouvait retirer de l’argent ou même payer des consommations qu’avec une carte Visa, sans pouvoir utiliser de Mastercard ou d’American Express ! De même, afin de protéger le McDonald’s, aucun stand ne pouvait vendre des frites, à l’exception toutefois des Fish&Chips, mais uniquement accompagnées de poisson… » Une autre guerre des frites serait-elle à prévoir en France ?

Malika Butzbach Pour POLITIS relayé par Liliane Held Khawam

https://lesmoutonsenrages.fr/2018/02/27/jo-2024-le-cio-impose-5-derogations-a-la-loi-francaise-politis/

BASE 14 995X225

Et on va tolérer ça ?
Donc coca cola va pouvoir régner en maître sur notre territoire, alors que les Français sont assaillis de normes, de lois à,respecter, etc !
Et ce scandaleux article qui autorise l'expropriation en mesure accélérée, par décret, de terrain non bâtis pour des travaux routiers !
Et tout cela pour des... des jeux !
Et surtout n'oublions pas que les dirigeants du CIO sont très très souvent des personnalités peu recommandables ! C'était le cas de Samaranch et c'est le cas du président actuel Thomas Bach, personnage qui mêle le sport et les affaires (il est d'ailleurs passé devant la commission d'éthique du CIO mais bien sûr il est toujours à son poste, le business est plus important !). S.R.

Posté par UPR Creuse à 04:30 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Tchernobyl : catastrophe industrielle et mensonges d'État

BASE 14 995X225

En ces temps de "fake news", un petit rappel...  P.G.

 

HIST TCHERNOBYL

Le 26 avril 1986, à 1h23, deux énormes explosions secouent la centrale nucléaire de Tchernobyl, à 120 kilomètres au nord de Kiev, en Ukraine, et à 16 kilomètres de la Biélorussie (URSS). Elles provoquent le plus grave accident de l’histoire du nucléaire civil. Le sacrifice de milliers de « liquidateurs » va en limiter les conséquences. Il n'empêche que toute l'Europe est affectée...

Toute sauf la France dont les dirigeants se veulent rassurants au-delà de toute décence. À la catastrophe industrielle et humaine s'ajoute un mensonge d'État propre à disqualifier la politique et ceux qui la conduisent.

Apocalypse sans visage

La catastrophe de Tchernobyl est la conséquence de plusieurs erreurs humaines lors d'une expérience d'amélioration de la sécurité.

Le réacteur de Tchernobyl après l'explosion du 26 avril 1986 (DR)L’explosion du cœur du réacteur numéro 4 répand dans l'atmosphère l’équivalent d’une centaine de bombes atomiques d’Hiroshima.

Les techniciens de la centrale et les équipes de pompiers qui interviennent sur le site se voient condamnés à brève échéance.

Le lendemain, les 45 000 habitants de la ville de Pripiat, située à trois kilomètres, sont évacués à la hâte. Ils ne reviendront jamais chez eux. En 1986, 116 000 personnes au total seront contraintes de quitter la zone, puis 230 000 au cours des années suivantes.

Le Kremlin, lui, tait cette catastrophe. L’URSS de Mikhaïl Gorbatchev, qui se veut à l’heure de la glasnost (transparence), se mure dans les bonnes vieilles méthodes staliniennes de rétention de l’information et la culture du secret.

Le 28 avril, ce sont des experts suédois qui donnent l’alerte car le nuage radioactif, poussé par les vents, se déplace vers l’Europe jusqu’en France, des Pays-Bas à la Turquie.

Dès lors, les pays concernés réagissent immédiatement. Ceux qui sont dotés de centrales nucléaires renforcent le degré de sécurité de leurs installations. Différentes mesures, concernant notamment l'alimentation, sont prises le 2 mai dans de nombreux pays... Bref, c’est la mobilisation dans tous les pays. Sauf un : la France.

En France, un mensonge d’État

Sur le plan politique, la France entame sa première cohabitation depuis un mois. À la suite de la défaite de la gauche aux élections législatives de mars 1986, François Mitterrand a nommé Jacques Chirac à Matignon. De fait, les deux hommes vont se retrouver sur la même ligne pour minimiser les conséquences de l’explosion de Tchernobyl.

Mitterrand ne tient pas à ce qu’une trop grande publicité donnée à cette affaire porte atteinte au programme nucléaire français et apporte de l'eau au moulin des écologistes ; enfin il n’entend pas mettre en difficulté Mikhaïl Gorbatchev dont il soutient la politique de perestroïka (la restructuration de l’Union soviétique). C’est pourquoi le Président français fait preuve de « discrétion ».

Quant à Jacques Chirac et son gouvernement, ils ne souhaitent pas affoler la population et se mettre à dos le lobby nucléaire. S’ensuit alors une politique de désinformation qui relève du mensonge d’État.

Le 28 avril 1986, alors que le nuage se déplace vers l’Europe, le professeur Pellerin, directeur du service central de protection contre les rayonnements ionisants (SCPRI) dépendant du ministère de la Santé, qui est chargé de collecter l’information sur la radioactivité et d’en détecter le taux tient un discours rassurant à la télévision : « Ca ne menace personne actuellement sauf dans le voisinage immédiat de l’usine et encore c’est surtout dans l’usine que les Russes ont admis qu’il y avait des personnes lésées. »

Deux jours plus tard, le mensonge d’État s’enclenche véritablement à travers les informations fournies par la météo nationale et répercutées par la présentatrice d’Antenne 2 : « En France, l’anticyclone des Açores restera suffisamment puissant pour offrir une véritable barrière de protection ; il bloque en effet toutes les perturbations venant de l’Est. » C’est la fameuse théorie du nuage de Tchernobyl s’arrêtant à la frontière française qui prend corps.

Dans une note manuscrite du 16 mai à entête du ministère de l’Intérieur dirigé par Charles Pasqua, saisie par la Justice en 2002, on peut lire : « Nous avons des chiffres qui ne peuvent être diffusés. Lait de brebis très élevé jusqu’à 10 000 becquerels. Accord entre SCPRI et IPSN pour ne pas sortir de chiffres. »

Le nuage contaminé de Tchernobyl (3 mai 1986), doc : IRSN

« Nous n’avions aucune protection »

Pendant ce temps à Tchernobyl, on s'active pour tenter de maîtriser une situation incontrôlable. Ceux qu’on appellera les « liquidateurs » (militaires, pompiers, policiers, employés de la centrale) sont réquisitionnés pour la décontamination, le nettoyage et la construction d’un sarcophage autour du réacteur accidenté. Mal équipés, sans véritable protection, ils ne peuvent rester que 2 ou 3 minutes au risque d'être irradiés à mort. Nombreux sont ceux qui périront ou tomberont malades de leur exposition aux radiations : leucémie, cancers de la thyroïde, de la moelle osseuse.

Le 14 mai, Mikhaïl Gorbatchev parle enfin à la télévision. Pendant 45 minutes il évoque la catastrophe nucléaire. Il avoue que, dans les premiers jours, le pouvoir soviétique n’a pas pris l’exacte mesure de la catastrophe : « Ni les politiques ni même les scientifiques n'étaient préparés à saisir la portée de cet événement. » Pendant ce temps, les évacuations de la zone contaminée continuent.

Tchernobyl devient un sujet majeur de la diplomatie européenne. Le 21 mai, François Mitterrand reçoit à l’Élysée le ministre des Affaires étrangères allemand, Hans-Dietrich Genscher. Le verbatim de la rencontre, est édifiant d’une diplomatie qui survole avec cynisme les drames humains. Le 8 juillet 1986, à Moscou, Gorbatchev reçoit Mitterrand. Le dialogue est là aussi édifiant (...).

Aujourd’hui, cinq millions d’Ukraniens, de Biélorusses et de Russes habitent dans des territoires irradiés à divers degrés. Malgré le danger, certains « déplacés » sont revenus vivre dans des conditions misérables dans la région de Tchernobyl où ils étaient installés auparavant. De manière étonnante celle-ci s’est muée en une réserve d’animaux sauvages (bisons, loups, sangliers, faucons). Tchernobyl et ses alentours, quasiment déserts, sont devenus aussi un endroit touristique sinistre où l’on vient se faire prendre en photo. Une sorte de tourisme nucléaire macabre pour un lieu de désolation entré dans l’Histoire des catastrophes industrielles mondiales.

https://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=19860426&ID_dossier=506

Posté par UPR Creuse à 04:15 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Charles Quint (1500 - 1558) Fossoyeur malgré lui de l'unité européenne

Le futur empereur Charles Quint est né le 24 ou 25 février 1500 près de Gand avec le titre de duc de Brabant. Il va, au gré des héritages et alliances matrimoniales, réunir sur sa tête des couronnes de toute l'Europe qui en feront le souverain le plus prestigieux à défaut d'être le plus puissant.

HIST CHARLES QUINT

En naissant, il est déjà archiduc d'Autriche en qualité d'héritier de la famille des Habsbourg. Dans les années qui suivent, ill recueille l'héritage flamand des ducs de Bourgogne (Belgique et Pays-Bas actuels) puis les couronnes des rois de Castille et d'Aragon, y compris leurs possessions d'outre-mer.... Ainsi pourra-t-on dire que le soleil ne se couchait jamais sur ses possessions, celles-ci s'étendant sur toute la surface du globe.

Pour finir, il succède à son grand-père Maximilien 1er à la tête du Saint Empire romain germanique en se faisant élire sous le nom de Charles V (Charles Quint en vieux français).

charles-quint-2

Malgré tous ces atouts, ou à cause d'eux, l'empereur va aller tout au long de sa vie de déconvenue en déconvenue jusqu'à son abdication, à l'âge canonique de 55 ans.

Marie Desclaux

Un bilan amer

Pour l'empereur, les complications commencent dès avant son élection par la Diète de Francfort à la tête du Saint Empire romain de la nation germanique («Heiliges Römisches Reich Deutscher Nation» ou empire d'Allemagne pour faire plus court), le 28 juin 1519.

En concurrence avec le roi de France François 1er, il s'endette sans compter auprès des Fugger, une famille de banquiers, pour acheter les votes des grands Électeurs.

Ce faisant, il ne prête pas attention aux menées d'un moine du nom de Luther, qui répand en Allemagne des idées séditieuses et remet en cause l'autorité du pape, la hiérarchie religieuse et le dogme lui-même ! Quand le jeune empereur s'en préoccupera, il sera déjà trop tard et il devra jusqu'à la fin combattre les nobles allemands désireux de suivre la nouvelle foi luthérienne.

La rivalité avec le roi de France François 1er se ravive à propos du duché de Milan, dont l'un et l'autre revendiquent l'héritage. Elle va entraîner Charles Quint dans une autre série de guerres, principalement en Italie. Ces guerres ne donneront aucun résultat et l'on n'en retiendra que quelques manifestations odieuses comme la mise à sac de Rome, du 6 au 13 mai 1527, par les lansquenets allemands du connétable de Bourbon, aux ordres de l'empereur.

Pendant ce temps, le sultan Soliman le Magnifique bat les Hongrois à Mohacs, s'empare de la plus grande partie de la Hongrie et vient mettre le siège devant Vienne, capitale des Habsbourg...

Au bilan, voilà la Rome pontificale dévastée par des soudards et la chrétienté occidentale divisée entre catholiques et protestants et menacée jusqu'en son coeur par les Turcs musulmans ! Du côté hispanique, que dire ? Les tentatives d'implantation espagnole en Afrique du Nord aboutissent à l'enracinement des pirates barbaresques à Alger, sous l'autorité nominale des Turcs.

Outre-Atlantique, les conquistadors achèvent la conquête du Nouveau Monde, mais c'est au prix de la destruction des anciennes cultures indiennes et de la diffusion d'une économie prédatrice qui ruinera durablement le continent sud-américain...

Abdication résignée

Charles Quint (1500-1558), par Le Titien (1548)

À 55 ans, lassé de tout, malade et usé, Charles Quint est une nouvelle fois éprouvé par son échec face aux protestants d'Allemagne à Augsbourg.

Le 25 octobre 1555, dans la grande salle du château de Bruxelles, devant les députés des dix-sept provinces bourguignonnes, ainsi que les chevaliers de l'ordre de la Toison d'Or et les ambassadeurs et représentants d'une grande partie de l'Europe, le souverain le plus richement doté d'Europe se dessaisit des États bourguignons en faveur de son fils Philippe. C'est ainsi que le 16 janvier suivant, Philippe devient roi des Espagnes et des Deux Siciles sous le nom de Philippe II.

Le 12 septembre 1556, Charles Quint cède à son frère Ferdinand les États autrichiens et le titre d'empereur d'Allemagne, soit tous les domaines et titres hérités des Habsbourg. Il se plie en cela à la règle de partage en vigueur dans le Saint Empire romain germanique.

Ferdinand était déjà roi de Bohème et de Hongrie depuis la mort du souverain de ces États à la bataille de Mohacs (1526).

Fin du rêve impérial

Le vieil empereur, déchargé de tous ses titres, se retire dans une résidence voisine du monastère de Yuste, en Estrémadure, où il mourra le 21 septembre 1558. Il emporte avec lui le rêve médiéval d'un empire chrétien universel. Désormais, en Europe, la paix dépendra de l'équilibre entre les États nationaux et non plus de l'autorité d'un empereur ou d'un pape.

https://www.herodote.net/Fossoyeur_malgre_lui_de_l_unite_europeenne-synthese-9-208.php

BASE 14 995X225

Le rêve impérial fut repris par d'autres, et finit toujours en catastrophe...  P.G.

351a3b0168bbaf2f0dd42386dffc2574

Posté par UPR Creuse à 04:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,