BASE 14 995X225

Ouest France cite François Asselineau.

Mais comme il fallait s'y attendre venant de ce "journal", cet "ancien proche de Charles Pasqua" [...], est un « souverainiste » que certains politologues placent aux lisières de l’extrême droite."

Ces pré tondus politologues ignorent donc que le ministère avait lui-même classé l'UPR en DIV. Ou le font exprès...    E.H. (UPR 87)


L’UPR, le parti de François Asselineau, l’un des candidats malheureux de la présidentielle 2017, a annoncé avoir désormais plus de 30 000 adhérents. Soit 10 000 adhérents de plus en presque un an pour l’Union populaire républicaine.

ACT FA 30000

L’Union populaire républicaine de François Asselineau, qui a recueilli 0,92 % des voix à la dernière présidentielle, a annoncé samedi 10 février avoir franchi la barre des 30 000 adhérents. Un argument pour le président de l’UPR, qui souhaite obtenir davantage de temps de parole dans les médias face aux partis historiques.

« Nos 29.999e, 30.000e et 30.001e adhérents sont une jeune femme de 24 ans auxiliaire de puériculture et résidant dans le Val-de-Marne, un développeur informatique de 30 ans vivant à Paris, et un jeune vendeur en boulangerie de 23 ans, habitant à Cambrai », a assuré l’UPR dans un communiqué, se revendiquant comme « la 4e ou 5e plus grande formation politique française par le nombre d’adhérents ».

Un enjeu pour le temps de parole

Pour sa première candidature, François Asselineau, 59 ans, avait mené campagne sur sa volonté de sortie de l’Union européenne - le Frexit -, de l’euro et de l’Otan. Diplômé d’HEC et de l’ENA, ancien proche de Charles Pasqua, il a fondé l’UPR en 2007 et se décrit comme le défenseur de « la libération nationale », un « souverainiste » que certains politologues placent aux lisières de l’extrême droite.

Dans son communiqué, l’UPR s’enorgueillit d’avoir « accueilli 10 000 nouveaux adhérents », payant une cotisation, depuis fin mars 2017, lorsque le parti avait franchi la barre des 20 000, en pleine campagne présidentielle.

Il a demandé aux pouvoirs publics « d’imposer par la loi une certification annuelle du nombre d’adhérents des partis politiques français », sur laquelle « le Conseil supérieur de l’audiovisuel pourrait ensuite s’appuyer » pour répartir le temps de parole dans les médias.

https://www.ouest-france.fr/politique/francois-asselineau/l-upr-de-francois-asselineau-franchit-les-30-000-adherents-5557459