jeudi 1 février 2018

Rétrospective vidéo: François Asselineau devant la FNSEA

L'excellent F. Asselineau Tient un Stand de Légumes au Marché de la FNSEA

VID FA FNSEA

https://www.youtube.com/watch?v=In6COZQq3jE
Ajoutée le 25 janv. 2018
J'ai choisi un titre un peu humoristique, en remarquant les légumes entreposé
s dans le dos de François Asselineau tel un stand au marché près à la vente
sur un marché parisien :-) lol Plus sérieusement, le Président de l'Union Populaire Républicaine intervient à la FNSEA pour soutenir les cultivateurs et les
agriculteurs contre cette mondialisation débridée.

BASE 14 995X225

C'était bien sûr pendant la campagne électorale et ça reste d'actualité...  P.G.

Ukraine : Washington adopte de nouvelles sanctions anti-russes, Moscou menace d'une «riposte»

Les Etats-Unis poursuivent inlassablement leur politique de sanctions anti-russes, le Trésor américain adoptant ce 26 janvier un nouveau train de mesures. Moscou dénonce une campagne «absurde» et laisse entendre qu'il pourrait réagir.

ACT US SANCTIONS RUSSIE

Un an après l'investiture de Donald Trump, et ce malgré les espoirs d'améliorations des relations russo-américaines que le candidat républicain avait pu soulever durant sa campagne, Washington poursuit sa politique de sanctions anti-russes en liaison avec le dossier ukrainien, politique initiée par Barack Obama.

Maintenant la pression, le Trésor américain a ainsi annoncé ce 26 janvier 2018 un nouveau train de mesures punitives visant neuf entreprises, notamment des géants russes de l'énergie tels que Gaz-Alyans et Kaliningradnefteprodukt. 21 personnes figurent également sur la liste noire du Trésor américain. Outre des citoyens russes, sont également concernés des dirigeants des républiques autoproclamées de la région du Donbass, dans l'est de l'Ukraine.

Plus précisément, ces nouvelles sanctions financières concernent quatre turbines fabriquées par l'Allemand Siemens, et détournées, selon les Occidentaux, vers la Crimée. Depuis le référendum sur le rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie de mars 2014, la péninsule est soumise à des sanctions de l'UE et des Etats-Unis, qui interdisent aux entreprises occidentales d'y avoir des activités commerciales.

«Une campagne de sanctions absurde qui n'a abouti et n'aboutira à aucun résultat», prévient Moscou 

Moscou n'a pas tardé à réagir à ces énièmes mesures américaines anti-russes. «[C'est] une campagne de sanctions absurde qui n'a abouti et n'aboutira à aucun résultat», a ainsi déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué. «Si les autorités américaines préfèrent rompre les liens économiques [...] avec la Russie, c'est leur droit, comme nous nous réservons le droit de riposter», a-t-il souligné. 

Avec ces nouvelles sanctions imposées «sous le prétexte inventé de l'implication de la Russie dans la crise ukrainienne», les Etats-Unis ne font que «montrer au monde entier leur propre impuissance», affirme la diplomatie russe. «Washington ne peut pas se débarrasser des illusions qu'il est possible de nous faire peur par des refus de visas américains ou des interdictions commerciales», déplore-t-elle encore dans son communiqué.

Léonid Sloutsky, président de la Commission des Affaires étrangères de la Douma, chambre basse du Parlement russe, avait précédemment déclaré : «Les nouvelles sanctions américaines contre la Russie [...] vont encore dégrader les relations entre Washington et Moscou». Le député russe a en outre déclaré que Moscou serait dans l'obligation de répondre par des contre-mesures.

Depuis le coup d'Etat pro-Union européenne du Maïdan en Ukraine en février 2014, les relations entre Moscou et les Occidentaux n'ont eu de cesse de se dégrader. Tandis que l'OTAN déploie toujours plus de moyens et de troupes en Europe de l'Est au nom de la supposée menace russe, Washington accuse Moscou depuis l'élection de Donald Trump en novembre 2016 d'ingérence dans ses affaires intérieures.

Pour autant les Européens, qui ont vraisemblablement été poussés par Washington à suivre sa politique de sanctions contre la Russie en 2014, ont commencé à se désolidariser des Etats-Unis à partir de juillet 2017. En janvier 2018, l'ambassadeur de France en Russie dénonçait par exemple le caractère extraterritorial des sanctions décidées unilatéralement par les Etats-Unis.

https://francais.rt.com/international/47617-ukraine-washington-prend-nouvelles-sanctions-contre-russie

Posté par UPR Creuse à 05:15 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

La Russie cherche-t-elle à provoquer le «chaos total» au Royaume-Uni ? Moscou dénonce une «phobie»

Dernier épisode en date d'une série d'accusations à l'encontre de la Russie, le secrétaire d'Etat britannique à la Défense a affirmé que Moscou complotait contre les infrastructures du Royaume-Uni. Moscou s'insurge.

ACT RUSSIE UK

Les dirigeants britanniques ont-ils cédé aux théories du complot ? La Russie a dénoncé ce 26 janvier la phobie antirusse du secrétaire d'Etat britannique à la Défense, Gavin Williamson. «[Il] a perdu tout sens des limites du raisonnable», a fait savoir dans un communiqué le porte-parole de l'armée russe, le général Igor Konachenkov.

«On dirait que, dans sa lutte acharnée pour financer le budget de la Défense, le ministre de la Défense britannique a perdu tout sens des limites du raisonnable», a-t-il déploré, poursuivant : «La phobie du ministre concernant une Russie photographiant des centrales électriques ou étudiant le tracé des gazoducs, mérite d'avoir sa place dans les livres pour enfants ou dans la série des Monty Python.»

Des «milliers et des milliers de morts» à cause... d'un complot russe ?

Dans un entretien au Daily Telegraph publié le 25 janvier 2018, Gavin Williamson a accusé la Russie de vouloir provoquer la panique ou attaquer le Royaume-Uni, assurant que Moscou espionnait les réseaux d'approvisionnement électriques reliant le Royaume-Uni et l'Europe continentale. «Le plan des Russes ne sera pas de débarquer [sur les plages du Royaume-Uni]. Il vont s'attacher à trouver comment causer le plus de mal possible», a-t-il affirmé avant de détailler : «Nuire à [notre] économie, détruire [nos] infrastructures, avec pour conséquence des milliers et des milliers de morts [...] causer un chaos total dans le pays.»

Les propos du ministre britannique ne sont pas sans rappeler ceux du commandant général de l'armée du Royaume-Uni Nick Carter, deux jours plus tôt. S'exprimant le 23 janvier devant le Royal United Services Institute (RUSI), think tank atlantiste, le haut-gradé avait brossé un tableau anxiogène de la supposée menace russe. «La Russie, je crois, pourrait déclencher des hostilités plus tôt que nous le pensons», avait-il prévenu, reprenant les grandes lignes de la nouvelle doctrine antirusse et antichinoise de Donald Trump et du Pentagone.

https://francais.rt.com/international/47604-russie-cherche-t-elle-provoquer-chaos-royaume-uni

Posté par UPR Creuse à 05:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

«L'OTAN, mécanisme américain pour le contrôle géopolitique de l'Europe»

Cet entretien date de 2017, mais il est toujours d'actualité...  P.G.


 

L'OTAN existe pour les mêmes raisons que lorsqu'elle a été fondée : assurer la présence américaine en Europe, écarter les Russes et limiter les possibilités des Allemands, juge l'ancien diplomate américain Jim Jatras.

arg otan disparition

Donald Trump est arrivé à Bruxelles pour rencontrer les dirigeants de l'OTAN dans le cadre de ce qu'on appelle des pourparlers informels. La visite du président des Etats-Unis a provoqué une grande protestation de 6 000 personnes dans la capitale belge, les militants de divers groupes ayant marché à travers la ville.

RT : Qu'est-ce que l'OTAN cherche à faire, à votre avis, en organisant cette énorme réception pour Donald Trump dans son nouveau siège ayant coûté 1,1 milliard ? Cherche-t-elle à impressionner Donald Trump ?

Jim Jatras (J. J. ): Soyons clairs sur ce que l'OTAN veut dire pour les Etats-Unis. Les autres pays ne sont pas de vrais alliés – ce sont des satellites. Sans l'engagement des Etats-Unis, il n'y a pas d'OTAN. Donald Trump a clairement expliqué pendant sa campagne qu'il considérait l'OTAN obsolète, qu'elle n'avait pas vraiment contribué à la sécurité américaine... Bien sûr, c'est la vérité. Regardez ce qui s'est passé à Manchester il y a quelques jours – c'est la véritable menace pour l'Europe. Comment l'OTAN fait-elle face à cette situation ? Je pense que ce que font les responsables de l'Alliance, c'est célébrer le virage à 180 degrés de la position qu'il [Donald Trump] a prise par rapport à sa campagne. Au lieu de critiquer l'OTAN, ou de considérer l'OTAN comme obsolète et probablement dangereuse pour la sécurité américaine, il semble qu'il a adopté la position de l'establishment. Et je suis sûr qu'ils en sont très, très heureux.

RT : L'opinion de Donald Trump sur l'efficacité de l'OTAN a changé. Précédemment, il avait qualifié l'OTAN d'«obsolète». Quel est votre point de vue sur le rôle de l'OTAN dans le monde et considérez-vous que l'Alliance atlantique ne remplit aucune fonction importante actuellement?

J. J. : Je ne pense pas qu'elle accomplisse des fonctions positives importantes, mais elle remplit certainement des fonctions négatives. L'OTAN aurait dû disparaître en 1991, lorsque l'Union soviétique et le pacte de Varsovie ont cessé d'exister. Nous n'avions pas besoin de l'OTAN après cela. Mais malheureusement, au lieu de se retirer des affaires, elle s'est orientée vers la Yougoslavie en intervenant en Bosnie et au Kosovo et en aggravant encore plus les choses. Elle a causé encore plus de préjudices, si on considère son rôle dans la renversement de Mouammar Kadhafi en Libye en 2011 et c'est pourquoi il y plus de terrorisme dans la région maintenant. Si l'on pense à Manchester, ce jeune homme, Salman Abedi, a été formé et a reçu de l'assistance par le biais des conséquences de l'opération de l'OTAN en Libye. Dites-moi en quoi cela correspond à l'intérêt de la sécurité américaine ou européenne ?

RT : Des manifestations contre l'OTAN ont été organisées à Bruxelles lors de la visite de Donald Trump. Cette frange de la population a-t-elle raison d'être en colère ?

J. J. : Ces gens ont des raisons d'être en colère. Je ne sais rien sur les groupes qui protestent. Il y a peut-être des groupes avec lesquels je serais d'accord... Mais le fait est qu'il y a un consensus des partis centristes en Europe – ces mêmes partis qui s'opposaient au Brexit, à l'élection de Marine Le Pen et de Donald Trump quand il était candidat, les partis qui contrôlent tous les leviers du pouvoir dans les pays européens et seraient heureux de livrer leur souveraineté à l'Etat profond de Washington et de laisser l'Amérique – ou plutôt les gens qui dirigent l'establishment en Amérique – décider de leurs questions de sécurité, même si cela ne respecte pas leur intérêt national.

Leur ordre du jour n'entend pas lutter contre le terrorisme. L'OTAN existe pour les mêmes raisons que lorsqu'elle a été fondée : assurer la présence américaine en Europe, écarter les Russes et limiter les possibilités des Allemands. L'OTAN est un mécanisme américain pour le contrôle géopolitique et sécuritaire du continent européen. Elle n'a qu'une raison, celle de s'opposer à la Russie. La Russie est l'ennemi. Et encore une fois, en quoi cela correspond-il aux intérêts de la sécurité américaine ?

https://francais.rt.com/opinions/38904-otan-mecanisme-americain-pour-controle-geopolitique-europe

Posté par UPR Creuse à 04:45 - - Permalien [#]
Tags : , , ,

Sénatrice US : les déclarations de Netanyahou sur l’accord nucléaire sont totalement fausses !

Diane Feinstein, sénatrice démocrate a réagi aux déclarations du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu sur l’accord nucléaire iranien, prononcées lors d’une réunion dimanche en marge du sommet de Davos.

ACT IRAN NETANYAHOU

Netanyahu avait en effet déclaré lors d’une réunion avec l’analyste des affaires internationales, Farid Zakaria, que le Plan global d’action conjoint (PGAC, accord sur le nucléaire iranien) permettait à l’Iran de produire dans les huit à dix prochaines années suffisamment d’uranium pour construire 100 à 200 bombes nucléaires.

Feinstein a réagi aujourd’hui mardi aux propos de Netanyahu en diffusant le communiqué suivant : " Le Premier ministre Netanyahu a fait dimanche des déclarations sur l’accord nucléaire iranien qui sont trompeuses ou totalement inexactes. La vérité est que cet accord bloque tous les chemins de l’Iran pour accéder aux armes nucléaires ; d’autant plus que les évaluations des agences de renseignement, de nos partenaires régionaux et de l’AIEA montrent que l’Iran a été complètement fidèle à ses engagements. »

La sénatrice américaine a également rappelé que tous les sites iraniens, y compris les sites militaires sont soumis aux inspections de l’AIEA.

« S’il y a des raisons légales d’inspecter n’importe quel site, l’Iran doit dans les 24 heures autoriser les inspecteurs de l’AIEA à faire des inspections sur place et dans le cas contraire, les États-Unis peuvent remettre les sanctions », rappelle la sénatrice américaine.

Feinstein s’adresse aussi dans son communiqué directement au président américain en disant que ce dernier ferait mieux de se fier aux analyses des agences de renseignement plutôt que de faire attention aux « on dit » de tous ceux qui voudraient voir cet accord se défaire.

http://www.presstv.com/DetailFr/2018/01/30/550729/Une-snatrice-US-tourne-en-ridicule-Netanyahou

Posté par UPR Creuse à 04:30 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

A Saint-Mathieu, un compteur Linky prend feu et ravive les critiques

Dimanche 28 janvier, l’incendie d’un compteur Linky à Saint-Mathieu a mis le feu aux poudres… En mars dernier, la commune de Haute-Vienne était la première en Limousin à refuser ces compteurs avant de se plier à la loi.

ACT ST MATHIEU HV LINKY

C’est par un mail scandalisé que l’on apprend la nouvelle… «Dimanche 28 janvier 2018, le compteur Linky installé de force par Enédis sur le réseau d'éclairage public de Saint Matieu (87) malgré la délibération municipale PREND FEU !» s’indigne Georges Tixeuil, adjoint au maire de Saint-Mathieu. Preuve à l’appui, l'élu joint la photo d’un compteur qui a littéralement fondu.

L’incident, survenu dans la soirée de dimanche, a été rapidement maîtrisé. Un agent d’Enedis s’est immédiatement rendu sur place pour ouvrir le local aux pompiers qui ont pu éteindre le feu.

"Qui paye ?"


Serait-ce un acte intentionnel dans cette commune farouchement opposée aux compteurs Linky ? Peu de chances : l’agent d’Enedis présent sur place n’a pas conclu à un incendie d’origine criminelle.

Pourtant, c’est l’occasion de raviver les critiques envers ce compteur un peu particulier. Concernant le déplacement du Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) depuis Limoges, située à 50 kilomètres de Saint-Mathieu, Georges Tixeuil interpelle: «Combien ça coûte ? qui paie ?». L’adjoint au maire évoque aussi la sécurité : «si c'était un compteur particulier avec des occupants absents, que ce serait-il passé ?»

Saint-Mathieu, premier opposant limousin à Linky


Saint-Mathieu a fait partie des 320 communes à refuser leur installation sur son territoire via une délibération municipale, et la première commune en Limousin. Les élus redoutaient deux choses : que ces boîtiers émettent des ondes électromagnétiques néfastes pour les habitants, et que les données relevées par les compteurs soient revendues à des fins commerciales.

Ces craintes sont aujourd’hui démenties. Dans une expertise rendue fin 2016, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) avait conclu «à une faible probabilité que l’exposition aux champs électromagnétiques émis par les compteurs communicants, dans la configuration de déploiement actuelle, engendre des effets sanitaires à court ou long terme».

Quant aux données personnelles, Jean-Luc Gautier, directeur territorial Enedis 87 était formel:  «la vie privée des gens n’intéresse pas Enedis, ce qui nous intéresse, c’est de piloter le réseau». Fin de la discussion.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/haute-vienne/saint-mathieu-compteur-linky-prend-feu-ravive-critiques-1411807.html

La commune de Saint-Mathieu se rebelle contre les compteurs Linky

Plus de 300 municipalités s'opposent au déploiement sur leur territoire des compteurs communicants Lincky. En Haute-Vienne, le conseil municipal de la commune de Saint-Mathieu a pris une délibération pour s'opposer à l'installation de ces compteurs.

Saint-Mathieu est la première commune de la Haute-Vienne à refuser l'installation des compteurs Linky chez les habitants de la commune. Le conseil municipal l'a fait savoir par le biais d'une délibération adoptée à la majorité le 17 mars dernier.

Quelles craintes face au compteur Linky ?

Le compteur Linky suscite des inquiétudes par rapport à son mode de fonctionnement. L'une des craintes principales porte sur la santé des usagers qui pourraient être exposés à des ondes électromagnétiques trop fortes. 
Autre problème soulevé à Saint-Mathieu, l'utilisation des données reccueillies toutes les 30 minutes chez les particuliers. Ces données ne seront-elles pas revendues ensuite à des fins commerciales ?

Réaction d'Enedis

Ce mouvement de contestation de 320 municipalités françaises a été momentannément freiné par des procédures lancées en justice administrative par les Préfets et les dirigeants de l'entreprise Enedis. Les délibérations municipales prises jusqu'à présent ne seraient pas assez pointues juridiquement et risquent donc d'être annulées

Malgré cela, 3.5 millions de compteurs Linky ont d'ores et déjà été installés par Enedis (ex-ERDF) dans 2000 communes françaises.
Le compteur Linky est un compteur intelligent qui permet aux opérateurs de ne plus relever manuellement la consommation électrique de chaque foyer.
Si la contestation est prise au sérieux chez Enedis elle est aussi relativisée. Car, selon le magazine Challenges,  moins d'1% des foyers français refuseraient d'être équipés de ces compteurs nouvelle génération

D'autres communes en Limousin

Selon le site internet refus.linky.gazpar.free.fr plusieurs communes en Limousn refusent la mise en place du compteur Linky.

Comme Méasne en Creuse qui a voté une délibération à l'unanimité le 15 février 2016. Et Azat-Châtenet (délibération pas encore connue). 
En Corrèze, la commune de Favard a adopté une délibération le 29 septembre 2016. 
Pour l'instant, quatre communes limousines ont fait la démarche de refuser l'installation des nouveaux compteurs éléctriques Linky d'Enedis.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/haute-vienne/commune-saint-mathieu-se-rebelle-contre-compteurs-linky-1222323.html

BASE 14 995X225

Loi qui est une soumission à l'UE puisque c'est l'UE qui impose ces compteurs alors que nos compteurs fonctionnaient très bien et... ne prenaient pas feu !!
A signaler qu'au Canada, ils les désinstallent !
  S.R.

Posté par UPR Creuse à 04:15 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Un local à Tulle pour la “division nationaliste révolutionnaire”

La nouvelle risque bien de faire du bruit. Sébastien Dudognon, ancien secrétaire départemental du Front national de la Jeunesse en Corrèze annonce l'inauguration à Tulle d'un local dédié à la division nationaliste révolutionnaire, un groupuscule d'extrême-droite.

ACT LOCAL FN LIMOUSIN

Le 11 mars 2018 à Tulle (Corrèze), un local dédié à la division nationaliste révolutionnaire (DNR) devrait être inauguré. C'est en tout cas ce qu'annonce Sébastien Dudognon, ancien secrétaire départemental du Front national de la jeunesse. Ce local sera situé proche de la cathédrale dans le quartier du Trech.

Les responsables FN du département se désolidarisent de cette initiative. C'est ce que nous a confié José Dinucci.  "Ce local n'a rien à voir avec les locaux du Front National situés avenue Alsace-Lorraine" précise le secrétaire départemental de la fédération FN de la Corrèze et conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine. Nous avons rencontré des représentants du PC, de la CGT et de la France Insoumise qui souhaitent rassembler "le plus largement possible" les citoyens pour s'opposer à cette implantation.

Sébastien Dudognon a démissionné de ses fonctions au sein du Front National mi-janvier et se présente depuis, sur les réseaux sociaux, comme travaillant "à la division nationaliste révolutionnaire à Tulle, propriétaire du local de la résistance des Gaulois". Il s'affiche comme étant "contre l'immigration et l'islamisation de la France pour la défense de la religion catholique."

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/correze/tulle/local-tulle-division-nationaliste-revolutionnaire-1412545.html

Posté par UPR Creuse à 04:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,