FIGARO DEMAIN - La première devise pour toute une région de France va voir le jour ce trimestre sur la terre des Vikings, nom qui pourrait être donné à cette future monnaie locale. Un moyen de favoriser les circuits courts et le commerce de proximité. Explications.

ACT NORMANDIE MONNAIE

Les Normands vont pouvoir payer leurs achats en «Normand», «Viking», «Drakkar» ou «Rollon» - du nom du premier duc de Normandie à avoir créé une devise à son effigie. Car la première monnaie de Normandie est sur les rails. Elle devrait être en circulation avant fin mars, une fois que les citoyens se seront notamment prononcés sur son nom.

Il existe une quarantaine de monnaies locales en France mais la création d'une devise complémentaire à l'échelle de toute une région est une première. Le futur moyen de paiement circulera en effet sur les cinq départements: le Calvados, l'Eure, la Manche, l'Orne et la Seine-Maritime.

Pour cela, «la région a alloué 400.000 euros au projet», assure Lynda Lahalle, conseillère régionale chargée du projet. «Une banque partenaire dotée d'un fonds de 100.000 euros garantira la valeur d'une monnaie normande pour un euro», souligne Gérard Heit, président de l'association Monnaie Normande qui assurera sa mise en circulation. La monnaie sera électronique et dotée d'une application, précise Gérard Heit.

L'objectif de cette devise locale? «C'est un moyen de valoriser la culture normande et de renforcer les liens entre les différents acteurs du territoire», répond Hervé Morin, président de la Région Normandie. «Cela a du sens dans le cadre de la réunification des deux Normandie», renchérit Lynda Lahalle.

Outre cette fierté régionale, comme les autres monnaies locales, elle vise à favoriser les circuits courts et le commerce de proximité. La nouvelle monnaie normande n'aura pas vocation à remplacer l'euro mais à circuler sur le territoire pour stimuler les échanges locaux. «Les monnaies locales complémentaires permettent d'intensifier les relations économiques dans l'espace local, elles concernent en premier lieu les échanges de biens alimentaires», indique Jérôme Blanc, économiste spécialisé dans les monnaies locales. Selon l'Ademe, les monnaies locales constituent des leviers pour orienter les comportements vers une consommation durable.

Seulement 2 % de la masse monétaire circule au sein de l'économie réelle. On estime qu'un euro est échangé 2,4 fois en moyenne avant de retourner en banque, contre 6 fois pour une monnaie locale. De fait, une monnaie complémentaire ne rapporte rien, elle est uniquement un moyen d'échanges. Inutile donc de détenir des milliards de Drakkars ou de Vikings sur son compte, leur valeur n'évoluera pas!

L'eusko au Pays basque, le WIR en Suisse, le Brixton Pound en Angleterre... des exemples de réussites

Ils pourront être en revanche très utiles pour payer des produits alimentaires made in Normandie! Mais tout dépendra des commerces qui l'accepteront. Des entreprises peuvent imaginer de payer leurs salariés ou leurs fournisseurs en monnaie locale. Des services publics pourront même être payés en monnaie locale, comme les billets d'entrée dans les piscines, confirme Lynda Lahalle.

L'exemple de «l'eusko», monnaie locale la plus développée en France, est souvent cité comme un modèle de réussite. Crée en 2013 au Pays basque, plus de 750.000 euskos sont aujourd'hui en circulation. Depuis 9 mois, des cartes de paiement digitales ont même été lancées. La devise est utilisée par 750 commerces, entreprises et associations ainsi que 3.000 particuliers sur 300.000 habitants. À chaque transaction, 3% d'eusko sont reversés à des associations et au total 15.000 euros de dons ont été distribués. Au point que la ville de Bayonne souhaite payer ses factures ou subventionner des associations en euskos. L'État s'y oppose. Pour l'heure, le tribunal administratif a prononcé un non-lieu sur ce sujet.

Ailleurs, d'autres monnaies complémentaires ont également connu un succès retentissant. Ainsi la «WIR» en Suisse est aujourd'hui utilisée par plus de 60.000 entreprises et permet aux habitants de s'autogérer financièrement, indépendamment des aléas économiques du pays. Elle est née en Suisse en 1934, en pleine crise économique: une quinzaine de petites entreprises se sont rassemblées pour pouvoir s'échanger leurs produits, alors même que, faute d'argent, le commerce était au point mort.

Autre réussite, le Brixton Pound qui circule dans le quartier de Brixton à Londres. Crime de lèse-majesté, les billets sont à l'effigie de David Bowie, l'enfant du quartier! Des centaines de commerces l'utilisent et elle a contribué à dynamiser le commerce local.

Mais toutes les monnaies locales n'affichent pas la même réussite. Par exemple, la monnaie «SoNantes» n'a pas rencontré le succès espéré. Depuis son lancement en avril 2015, la SoNantes a fait l'objet de 7500 transactions pour 280.000 euros échangés (une SoNantes pour un euro) avec 1500 adhérents particuliers et 180 professionnels contre 10.000 comptes de particuliers et 3000 d'entreprises escomptés. Pour réussir, le Drakkar ou le Viking devra donc avant tout conquérir le cœur des Normands!

http://www.lefigaro.fr/conso/2018/01/15/20010-20180115ARTFIG00010-la-normandie-bientot-dotee-de-sa-propre-monnaie.php

BASE 14 995X225

Les monnaies locales sont un moyen pédagogique et économique qui a l'avantage de faire comprendre le rôle d'une monnaie et de contourner partiellement les traités européens. Mais il y a, hélas, un revers; ça ne résoud pas la question de la souveraineté et donc du pilotage politique de l'instrument monétaire. Et certains, comme on le voit ici, semblent vouloir s'appuyer sur le phénomène rendu nécessaire par le marasme provoqué par l'euro, pour renforcer une identité régionale au détriment de l'Etat- Nation. A surveiller donc de très près...   P.G.