Dans un entretien accordé à Télérama, le chroniqueur et humoriste Julien Cazarre a signé une violente charge contre le CSA. Connu pour son humour corrosif, il a notamment défendu la liberté de se moquer de tous les sujets, même les plus graves.  

ACT CSA CAZARRE

Rares sont les aficionados du football français qui ne connaissent pas Julien Cazarre. A la radio sur Europe 1 comme à la télévision sur Canal plus, cet ennemi du politiquement correct est un adepte des blagues sans filtre sur les sportifs et notamment les footballeurs. A la faveur d'une interview publiée le 9 janvier sur le site de Téléramail a déploré, non sans virulence, la difficulté des humoristes à pratiquer leur métier en lançant notamment une violente diatribe contre le CSA.

A la question : «Vous affublez les joueurs noirs d’un accent africain pire que Michel Lebb, vous multipliez les allusions homosexuelles, vous ne respectez rien ni personne. Tex a été viré pour moins que ça. Etes-vous protégé par un totem d’immunité ?», l’animateur a répondu sans détour : «On ne me demande jamais pourquoi je donne un accent de débile à un joueur blanc ou un accent du sud-ouest surjoué à un mec qui parfois n’est même pas du sud-ouest. La plupart du temps, les gens qui posent cette question ne sont pas noirs […] Je rappelle qu’on ressort à chaque fois le pauvre Michel Leeb alors que les mecs du Jamel Comedy Club, dont le charmant Patson, font des accents beaucoup plus scandaleux. En tous cas, je n’ai jamais rencontré un seul black qui m’a dit : 'Hé ho, doucement sur les accents' !»

Il a poursuivi : «En plus, je m’en fous que ça dérange les 'assoces' ou autres pisse-froids. Je suis à fond derrière Tex et je trouve désolant que, aujourd’hui, l’humour trash dérange les gens de gauche. A l’époque de mes parents, les réacs, c’étaient les mecs d’extrême-droite ou les cathos qui s’offusquaient de tout. C’était plus facile, pour un humoriste, d’être détesté par ces gens-là. Il ne se sentait pas obligé de s’excuser à tout bout de champ. Entre le Cran, le Crif, les LGBT et tous les cons qui décident qu’ils représentent tout le monde, on devrait baisser son froc à chaque blague […] Moi, je veux pouvoir rire du terrorisme, des femmes battues, des fachos, de tout, sans qu’on vienne me les briser.» 

L'intervention du CSA dans plusieurs affaires impliquant des humoristes a particulièrement suscité la colère du chroniqueur : «Ce truc, qui était une bonne chose au départ, est en train de devenir une belle merde de propagandistes de la bien-pensance.»

A l'instar du footballeur Antoine Griezmann ou de l'animateur Tex, d'autres célébrités ont payé le prix fort au cours des dernières semaines pour certains faits ou paroles jugés blessants. Les indignations fleurissent souvent avec, pour origine, les réseaux sociaux avant que des associations ne s'emparent du buzz.

https://francais.rt.com/france/47167-selon-julien-cazarre-csa