Yougoslavia delenda est

Par Marc Jean | 30 novembre 2017

On se souvient de la phrase célèbre ‘‘Carthago delenda est » de Caton l’Ancien qui concluait chaque intervention devant le sénat romain par cette exhortation à détruire la ville rivale de Rome, Carthage. Il finit par obtenir gain de cause (1).

ARG YOUGOSLAVIE HISTOIRE

Mais l’opinion publique s’est-elle jamais interrogée sur les raisons de la destruction de la Yougoslavie dans les années 1991 à 2001 et de sa dislocation en plusieurs mini Etats ? Il est vrai qu’aucun journaliste n’a sérieusement examiné l’origine de ces guerres fratricides entre des communautés qui avaient vécu ensemble dans ce qui était alors la Fédération de la Yougoslavie. En France, les journalistes se sont contentés, pendant toute la durée de ces guerres, de présenter la surface des événements, en publiant des reportages sur quelques faits militaires comme le  »siège de Sarajevo », l’intervention de la Forpronu, le massacre de Srebrenica, le prétendu génocide du Kosovo, etc. Mais à qui peut-t-on faire croire que, soudain, des populations se sont entre-tuées dans une guerre civile effroyable, alors même qu’elles cohabitaient, apparemment sans difficultés, pendant de nombreuses années?

Pour prendre un exemple, imagine-t-on, soudainement, en France, une guerre civile mettre aux prises, les Alsaciens contre les Lorrains, les Francs-Comtois contre les Auvergnats, les Bretons contre les Normands, ou les Catalans contre les Occitans ?

Aucun journaliste français hormis Jacques Merlino – n’a essayé d’analyser un tant soit peu les raisons cachées de cette destruction de la Yougoslavie. Aucun média n’a voulu (ou pu) révéler la vérité sur les acteurs et les buts secrets de ces événements. Il était plus facile et plus racoleur de les présenter comme une lutte entre des « gentils » opprimés et faibles – les Bosniaques, les Croates, les Kosovars -, et des « méchants » Serbes. Comme dans un jeu de guignols mettant aux prises un méchant et un gentil, avec les applaudissements à la chute du méchant.

Dans son livre(3), Daniele Ganser nous révèle les dessous des cartes sur cette guerre intestine au bilan effroyable (150 000 victimes et 4 millions de déplacés). Nous invitons nos lecteurs à découvrir cet excellent ouvrage, bien entendu ignoré par les médias dominants.

L’extension continue de l’empire US

Nous avions démontré, dans un précédent article(4), comment l’Otan, (c’est à dire les Etats-Unis), au mépris de toutes les promesses antérieures, avait progressivement absorbé un certain nombres de pays de l’ancien Pacte de Varsovie. La Yougoslavie n’était pas membre de ce pacte de Varsovie. Aujourd’hui la Croatie, la Slovénie et le Monténégro sont membres de l’Otan. Le Kosovo, quant à lui, abrite la plus vaste base militaire américaine dans la région, le camp Bondsteel, installé dès la fin de la campagne de bombardement sur la Serbie en 1999. Le lieutenant-colonel Jacques Hogard en avait témoigné(5).

Un ancien agent de la CIA, Robert Baer, présente une version toute autre de ces événements tragiques(6). Il explique, dans des « aveux » que les Etats-Unis ont volontairement exacerbé et instrumentalisé les rivalités historiques entre les différentes communautés composant la Yougoslavie. Robert Baer entra à la CIA en 1976 à l’âge de 24 ans qu’il quitta en 1997. Depuis il donne des conférences et écrit des livres pour informer le public sur les aspects souvent occultés de la politique étrangère américaine(7).

Diviser pour régner 

Ce fut un jeu d’enfant pour les Etats-Unis de disloquer l’Etat multi-ethnique de Yougoslavie car il existait des rivalités et des tensions historiques sous-jacentes entre les différents groupes ethniques. Il suffit de rappeler à cet égard les atrocités commises par les croates oustachis(8) et les bosniaques musulmans, alliés aux Allemands, envers la population serbe pendant la deuxième guerre mondiale.

Après la chute du mur de Berlin, et la réunification de l’Allemagne, le 3 octobre 1990, l’Europe semblait enfin, après les années de guerre froide, entrer dans une période de paix. Ce fut alors qu’éclata le conflit en Yougoslavie. Ce que l’opinion publique ignore, c’est que le 5 novembre 1990, le Congrès des Etats-Unis adopta une loi sur l’octroi de moyens financiers à l’étranger (Foreign Operations Appropriations Law 101-513) décidant que tout soutien financier à la  Yougoslavie serait suspendu dans les six mois et que tous les crédits et emprunts seraient annulés(9). De plus, cette loi, totalement occultée par nos médias, exigeait que des élections soient conduites SÉPARÉMENT dans chacune des six républiques yougoslaves. Les résultats du scrutin devaient ensuite être présentés à Washington. Ce n’était qu’une fois cette condition remplie qu’on accepterait d’octroyer une aide financière séparée aux différentes républiques.

Nous sommes là en présence d’une ingérence grossière dans les affaires intérieures d’un pays souverain. Un coup de force parfaitement calculé aux conséquences prévisibles, et d’ailleurs parfaitement prévues par les donneurs d’ordre américains.

D’ailleurs déjà le 27 novembre 1990, le New York Times citait un rapport de la CIA prédisant qu’une guerre civile éclaterait en Yougoslavie.(10) [mais c ‘était le  but poursuivi par les initiateurs de ces initiatives]

La discorde s’installa rapidement, car le pays ne pouvait plus rembourser ses dettes. Les républiques riches, comme la Slovénie et la Croatie, réclamaient une plus grande part du gâteau, arguant que c’étaient-elles qui créaient le plus de valeur, les autres entités quant à elles exigeaient plus de moyens financiers, argumentant qu’un rééquilibrage entre les régions était le garant de la cohésion de l’ensemble. L’exemple des velléités de sécession de la Catalogne pour des motifs similaires illustre parfaitement ce phénomène. Sauf qu’en Yougoslavie, les républiques de Croatie et de Slovénie déclarèrent simultanément leur indépendance le 25 juin 1991. Curieusement l’Union européenne, si prompte aujourd’hui à condamner la Catalogne, n’avait pas réagi. Sans doute, ses dirigeants étaient-ils dans le secret de ce qui se tramait et avaient-ils reçu des instructions de leurs mentors états-uniens.

Le complot réussissait au-delà de toute espérance. Les vrais criminels sont ceux qui allumèrent la mèche. L’explosion de la Yougoslavie était engagée…

Le début de la guerre civile

La Serbie envoya la troupe en Slovénie mais la guerre fut de faible intensité, car Belgrade n’y tenait pas vraiment. Par contre, la Croatie se déchira rapidement entre les Croates catholiques et la minorité serbe orthodoxe. Franjo Tudjman, élu Président par les Croates après la déclaration d’indépendance s’empressa de jeter de l’huile sur le feu, en incitant à la division. En octobre 1991, suivit la déclaration d’indépendance de la Bosnie-Herzégovine. La guerre de Bosnie éclata le 7 avril 1992. Les Etats-Unis soutinrent la sécession de cette république en reconnaissant l’indépendance du jeune Etat, suivis par l’Union Européenne, qui fit preuve d’un aventurisme imprudent. A cette occasion, elle démontra encore une fois qu’elle n’était qu’une vassale de l’Empire US. La guerre civile en Bosnie-Herzégovine fut particulièrement atroce. Des combattants musulmans qui avaient combattu dans les années 1980 en Afghanistan, avec le soutien de la CIA, furent envoyés en Bosnie et commirent des exactions envers la population serbe. L’ambassadeur yougoslave Dragomir Djokic transmit le 19 février 1993 au Conseil de sécurité des documents qui énuméraient des villages serbes détruits par les Bosniaques musulmans, mais sans résultat [ces faits nous rappellent les nombreuses notes adressées par la Syrie au Conseil de sécurité concernant les exactions des miliciens des groupes islamistes pendant la guerre en Syrie, toutes restées sans réponse…].

On ne retracera pas tous les épisodes de cette sale guerre, où tous les coups étaient permis. De prétendus  »massacres » servirent de prétextes pour permettre à l’OTAN, de bombarder les Serbes. Je renvoie à mon article sur les attentats sous faux drapeaux(11).

La Serbie n’était pas de taille à résister militairement et par ailleurs, elle perdit rapidement la guerre de la communication. Des officines au service des Etats-Unis diffusèrent dans les médias de fausses informations pour  »diaboliser » les Serbes. Pendant la guerre civile bosno-serbe, le dirigeant bosniaque Iztbegovic chargea une société de lobbying américaine, PRRuder Finn, de convaincre l’opinion américaine du bienfondé de sa cause. La plupart des citoyens américains confondaient la Bosnie avec quelque lointain pays africain…

Le 23 juin 1992, le gouvernement d’Izetbegovic ratifia un contrat avec la société de relations publiques PRRuder Finn pour mettre en œuvre un lobbying auprès des médias américains, britanniques et français ; mais aussi en direction des membres du Congrès et de personnalités influentes, comme Al Gore, Margaret Thatcher…ainsi que 17 sénateurs américains. Ruder Finn allait ainsi fournir les médias de l’establishment – tels le New York Times, le Washington Post, USA Today, le Wall Street Journal – en articles décrivant les Serbes comme les « nouveaux nazis »

Aujourd’hui les vrais responsables de cette décennie d’effroyables tueries en ex-Yougoslavie coulent des jours paisibles dans leur retraite. Seuls les exécutants sur le terrain ont été livrés au Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, principalement d’ailleurs des Serbes et quelques Croates. Le Tribunal de la Haye a clos sa dernière session sur le suicide du général croate Slobodan Praljak filmé en direct(12).

Mais laissons Robert Baer conclure par ce conseil aux Serbes, Croates et Albanais :  »Oubliez le passé, car c’était une mise en scène, il était faux. On vous a tout simplement manipulé pour attendre ce qu’on voulait. Je voudrais sincèrement m’excuser auprès de vous. C’est la raison pour laquelle je fais des recherches depuis un certain temps et que j’écris des livres pour révéler les secrets de la CIA et de la Maison-Blanche » (13).

MARC Jean | 30 novembre 2017

(1)http://latogeetleglaive.blogspot.fr/2012/09/carthago-delenda-est-les-guerres.html

(2)https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerres_de_Yougoslavie

(3) Daniele Ganser: La plupart des guerres menées par des membres de l’OTAN commencent par des mensonges

(4) http://arretsurinfo.ch/les-mensonges-des-etats-unis/

(5) L’Europe est morte à Pristina. Jacques Hogard. Editions Hugo, 2014

(6) Schuldbekenntnis eines CIA-Agenten : Man gab uns Millionen für die Zerstückelung Jugoslawiens[Les aveux d’un agent de la CIA : on nous a donnés des millions pour le démembrement de la Yougoslavie ! ],Info-Direkt, 2 janvier 2016, (cité dans Les Guerres illégales de l’OTAN,Daniele Ganser p.185)

(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Baer

(8https://fr.wikipedia.org/wiki/Oustachis

(9) Daniele Ganser, Les guerres illégales de l’OTAN, p.187

(10)Mansur Kahn : Die geheime Geschichte der amerikanischen Kriege . Verschwörung und Krieg in der US-Aussenpolitik [L’Histoire secrète des guerres américaines.Complot et guerre dans la politique étrangère des USA], Grabert, 1998,p.453 ( cité dans Les Guerres illégales de l’OTAN Daniele Ganser p.187)

(11) http://arretsurinfo.ch/les-faux-attentats-font-toujours-recette/

(12) http://arretsurinfo.ch/quand-la-yougoslavie-demembree-se-reunifie-dans-les-supplices/

(13) Schuldbekenntnis eines CIA-Agenten :Man gab uns Millionen für die Zerstückelung Jugoslawiens [Les aveux d’un agent de la CIA : on nous a donnés des millions pour le démembrement de la Yougoslavie] ,Info-Direkt, 2 janvier 2016,( cité dans Les Guerres illégales de l’OTAN, Daniele Ganser p.186)

Source: http://arretsurinfo.ch/ce-fut-un-jeu-denfant-pour-les-etats-unis-de-disloquer-letat-multiethnique-de-yougoslavie/