Unee publication proposée par S.R. (UPR 87)

Comment se fait-il qu’un maire qui a été élu démocratiquement, ne puisse pas décider de ce qui doit se faire ou pas sur sa commune, et doive rendre des comptes au tribunal administratif saisi par un géant américain ?

ACT OLERON

Voici un aperçu de ce qui nous attend à cause de tous ces politiques à la botte de l’UE, qui travaillent pour le capital et pas pour le pays.. Bon courage au maire Dolus d’Oléron, ce n’est pas gagné..

Le géant américain de la restauration rapide se heurte depuis 2014 à l’opposition farouche du maire de Dolus d’Oléron de voir arriver un fast-food sur sa commune. Débouté devant le tribunal administratif, l’édile doit maintenant faire face aux pro-McDo.

Pas un restaurant d’ouvert. Lundi 27 novembre, le centre de la petite commune de Dolus d’Oléron a des allures de ville morte. Pour le visiteur qui souhaite déjeuner, il faut se rabattre sur un sandwich froid de l’Intermarché de cette ville de 3 200 habitants. C’est précisément à quelques encablures de l’enseigne de grande distribution que McDonald’s cherche à s’implanter depuis 2014. Le géant américain de la restauration rapide rêve d’y installer le premier McDo d’Oléron. Pour manger un Big Mac, les Oléronais doivent pour le moment prendre le volant direction Marennes, sur le continent, à une vingtaine de minutes de voiture.

Cette absence de concurrence sur l’île aiguise les appétits de la multinationale, car le marché est potentiellement très lucratif : la population de l’île passe de 30 000 personnes en basse saison à 200 000 l’été. Oui, mais voilà, McDonald’s a croisé sur son chemin un obstacle de taille : le maire de Dolus, Grégory Gendre, qui refuse obstinément de délivrer le précieux permis de construire.

« On serait la première île de l’Atlantique à accueillir un McDo »

« Pourquoi il va pas à l’île de Ré ? » Attablée, mardi 28 novembre, dans un café du centre de Dolus, Lili vient d’interrompre Donato, le gérant du lieu, qui explique depuis quelques minutes que « non, ça ne le dérange pas du tout » de voir McDonald’s s’installer sur l’île. Mais Lili, elle, ça ne lui plaît pas. Avec son amie Antoinette, cette retraitée n’a pas du tout envie de voir débarquer la célèbre enseigne américaine. « On n’en a pas besoin sur l’île », assure-t-elle. « Pour manger des frites congelées, franchement, c’est pas la peine, je peux faire ça chez moi », renchérit Antoinette. Toutes les deux soutiennent le maire, Grégory Gendre, dans son combat contre McDonald’s

…/…

Ancien journaliste économique, ex-militant de Greenpeace, fondateur de l’association « Roule ma frite » qui recycle l’huile de friture des restaurateurs ou des cantines scolaires, il se sait « marqué au fer vert ». L’élu de 39 ans mène une campagne active contre le McDo.

…/…

Grégory Gendre a déjà pris trois arrêtés de refus de permis de construire du McDo en mai 2014, juste après son élection, puis en avril 2015 et en août 2016. « Le programme sur lequel on a été élus et sur lesquels les gens ont voté, c’est de soutenir une agriculture durable et des circuits courts, explique Grégory Gendre. Les fonds d’investissement détenteurs de McDo font un métier d’investisseurs et aujourd’hui, on ne peut pas cautionner ce modèle. »

…/….

Grégory Gendre assure pouvoir compter sur le soutien de ses administrés et brandit pour cela une consultation organisée en 2015, où 97 personnes sur 137 s’étaient prononcées contre le McDo. « C’est de la malbouffe, on n’en a pas besoin ici », lâche Cédric, infirmier libéral, l’un des opposants croisés dans les rues de Dolus.

…/…

Un projet accidentogène ? 

Mais, devant le tribunal, Grégory Gendre n’a pas pu faire valoir ses seules convictions. Pour empêcher le géant du fast-food de s’installer, il a donc soulevé la question de la circulation qu’engendrerait un McDonald’s. « On a pris les chiffres de McDo, c’est 100 à 120 véhicules par jour, ça ne rentre pas. Déjà l’été, c’est un bordel sans nom », dit-il. Son équipe a même réalisé une vidéo pour prouver le caractère accidentogène du projet.

Vidéo

« C’est un faux argument, cette histoire de parking, il y a largement assez de places, balaye le propriétaire du terrain, Philippe Villa, ancien candidat aux municipales. Dans un permis de construire, l’idéologie n’a pas sa place »*. L’homme est un peu le porte-parole officieux de la firme américaine, qui refuse de s’exprimer sur le sujet, et avec laquelle il a « re-signé une convention de location pour trois ans ».

…/…

Lire l’article complet de Margaux Duguet

Source FranceTvInfo

https://lesmoutonsenrages.fr/2017/12/05/quand-lile-doleron-se-dechire-autour-de-larrivee-dun-mcdonalds/#more-108400

BASE 14 995X225

*Pour certains, l'"idéologie", c'est toute pensée qui met en cause la voracité insatiable des multinationales...et au passage leur intérêt personnel, bien sûr.    P.G.